En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

05.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

06.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 8 heures 42 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 10 heures 21 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 13 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 14 heures 9 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 15 heures 15 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 16 heures 20 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 17 heures 13 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 17 heures 37 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 18 heures 17 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 18 heures 41 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 9 heures 14 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 11 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 13 heures 47 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 14 heures 55 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 15 heures 31 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 17 heures 12 sec
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 17 heures 27 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 18 heures 10 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 18 heures 34 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 18 heures 42 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
Eric Dupond-Moretti justice ensauvagement garde des sceaux polémique
© LUDOVIC MARIN / AFP
Eric Dupond-Moretti justice ensauvagement garde des sceaux polémique
Garde des Sceaux

Eric Dupond-Moretti et la morale bobo à géométrie variable

Publié le 04 septembre 2020
Eric Dupond-Moretti n’est pas allé avec le dos de la cuillère en parlant de fantasme à propos du sentiment d’insécurité qui monte dans l’opinion. N’hésitant pas à évoquer une surenchère populiste, il a ainsi renoué avec les grandes heures de la morale bobo selon qui tout est normal dans notre vie quotidienne mais est déformé par les peurs qu’attiseraient l’extrême droite et ses suppôts.
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Dupond-Moretti n’est pas allé avec le dos de la cuillère en parlant de fantasme à propos du sentiment d’insécurité qui monte dans l’opinion. N’hésitant pas à évoquer une surenchère populiste, il a ainsi renoué avec les grandes heures de la morale bobo selon qui tout est normal dans notre vie quotidienne mais est déformé par les peurs qu’attiseraient l’extrême droite et ses suppôts.

Cette mise hors circuit du « sentiment » heurte de plein fouet l’éloge de « l’émotion » que les mêmes bobos dressent lorsqu’on évoque les prétendues violences policières dans les quartiers. 

Sur l’insécurité, Dupond-Moretti a servi la soupe bien connue des élites bobos, celle qui vit à l’abri des beaux quartiers dans les métropoles, ethniquement purs, et qui déplorent les fantasmes populistes sur l’insécurité qui régnerait dans les quartiers d’immigration. Dans ce bréviaire du Vivre Ensemble, des victimes de la colonisation et d’une société racialisée sont injustement taxées de semer le trouble. Le vrai problème, ce sont ces accusateurs racistes, ces électeurs plus ou moins assumés de Marine Le Pen, qui projettent leurs peurs de l’autre et fabriquent de toutes pièces une angoisse sécuritaire ne reposant sur rien. 

La litanie est bien connue. 

Le déni au coeur de la morale bobo

Comme toujours, la morale bobo procède par déni et par confiscation de la parole. Il y a ce qu’on a le droit de dire, et ce qui est tabou. Il y a ce qui est la parole légitime, autorisée, audible, et il y a le reste : la surenchère, l’interdit, l’excès, qu’on n’écoute pas et qui disqualifie tous ceux qui les porte. Cette mécanique du clivage entre l’audible et l’inaudible est au coeur de la mécanique sociale opérée par la classe sociale bobo, celle des élites de gauche. 

Comme par hasard ce qui est audible, ce qui a droit de cité, ce sont les mêmes éternelles rodomontades : le Vivre Ensemble rend heureux, le métissage est une chance, la France est un pays obsolète, tout petit, peuplé de Gaulois racistes et ingouvernables qui refusent le progrès, ces « beaufs » que Cabu a croqués avec férocité en son temps. Et ce qui est inaudible, ce sont les mêmes évidences déniées avec toujours plus de haine et d’imprécations à mesure qu’elles s’imposent, année après année, dans les statistiques : 20% des musulmans de France légitiment l’attentat contre Charlie Hebdo (celui-là même dont la dénonciation des beaufs a constitué le fonds de commerce à une époque), un nombre grandissant de quartiers sont désormais interdits aux représentants de l’ordre, seule la minorité maghrébo-subsaharienne ne parvient pas à s’intégrer à la société français, quand les Asiatiques y arrivent parfaitement, le port du voile est majoritairement imposé aux femmes dans les quartiers. 

Au fond, on pourrait appeler tout cela la morale Cabu : est bien et acceptable tout ce qui se conforme à cette représentation où le Français moyen est diabolisé et jugé responsable des loupés de l’intégration. Tout ce qui remet en cause cette doctrine officielle relève, dans l’esprit du bobo, de l’incitation à la haine raciale et devrait être puni par les tribunaux. 

Dupond-Moretti n’est pas porté par une doctrine, une autre religion, un autre catéchisme, lorsqu’il déplore la « surenchère populiste » à propos de l’insécurité. 

Cliquez ICI pour voir le tweet et la vidéo

Morale bobo et diabolisation du sentiment

Cette dénonciation du sentiment populiste qui dicterait toute nuance apportée aux bienfaits de la société multiculturelle est une caractéristique typique de la culture élitaire dominante, où la rationalité règne prétendument en maître et domine les passions. Emmanuel Macron a largement joué sur ce registre pour poser les jalons de sa geste imaginaire. Dans ses discours de la Sorbonne ou de l’Acropole, il a dressé l’éloge des Lumières, de la raison, de la rationalité, qui unirait les peuples européens contre les passions obscures du nationalisme et du repli sur soi. 

Cette histoire est vieille comme le lycée Louis-le-Grand ou l’agrégation de philosophie : la France doit être aux mains d’une élite éclairée, éduquée, qui obéit à la raison pure, et qui guide ce petit peuple fait d’excès et de passions tristes qu’on appelle les Gaulois. L’art du gouvernement consiste à s’appuyer sur la raison, seul rempart durable face à la poussée des sentiments. Et le sentiment d’insécurité est probablement le pire de tous. Il est le marqueur du cancer populiste qui menace les élites rationalistes et le bon gouvernement de la cité. 

Castaner et les « émotions saines »

On s’amusera à rapprocher les propos d’Eric Dupond-Moretti sur ce fantasme que serait le sentiment d’insécurité, et ceux de Christophe Castaner, tenus début juin lorsqu’il était encore ministre de l’Intérieur. À moins de 3 mois d’intervalle, deux ministres régaliens ont parlé de façon diamétralement opposée des « sentiments » en politique. 

Le 9 juin 2020, Christophe Castaner alors place Beauvau, commente les manifestations en mémoire d’Adama Traoré, la fameuse racaille des quartiers devenue symbole des exactions policières racistes en France, dans l’esprit des bobos. Et notre ministre de l’Intérieur explique que les « émotions saines » sont supérieures à l’État de droit. 

Ainsi donc, si l’on poursuit la doctrine bobo telle qu’elle est pratiquée sous Emmanuel Macron, la raison est toute puissante face aux horribles sentiments populistes qui soutiennent que l’insécurité augmente en France. Et tous ceux qui portent ses sentiments sont dans le fantasme. En revanche, expliquer qu’Adama Traoré est un pauvre Noir victime du racisme de la police blanche, alors même qu’Adama Traoré tentait d’échapper de façon suspecte à un contrôle de police et qu’il est aujourd’hui démontré qu’il était une canaille coupable de forfaits sordides, expliquer cela relève de « l’émotion saine » et justifie que les règles de l’État de droit soient mises entre parenthèses. 

On comprend ici l’imposture de la rationalité élitaire qui ne s’applique que lorsqu’elle sert à légitimer des choix où les Gaulois réfractaires sont disqualifiés. En revanche, lorsque l’intérêt de la minorité chérie symbole du vivre ensemble sont attaqués, soudain, le beau rationalisme macronien cède la place à l’émotion saine…

Les manifestations ne sont pas (autorisées) dans les faits car il y a un décret du premier ministre dans le cadre de la deuxième phase du déconfinement qui interdit les rassemblements de plus de dix personnes. Mais je crois que l'émotion mondiale, qui est une émotion saine sur ce sujet, dépasse au fond les règles juridiques qui s'appliquent. Christophe CastanerTweet

Émotion saine et passions tristes

On peut peut-être prendre les choses autrement en notant que l’élite bobo est aujourd’hui percutée par cette profonde crise du rationalisme que Michel Maffesoli décrit et analyse avec brio. Avec beaucoup d’acuité, Maffesoli a rappelé que le progressisme s’est construit dans le mythe d’une rationalité toute puissante qui dominerait et jugulerait les passions. On peut reconnaître à Christophe Castaner le mérite d’avoir dit tout haut cet échec du rationalisme mis en épingle par Macron, et d’avoir reconnu que, désormais, l’émotion dirigeait l’État de droit. 

En réalité, il n’y a guère que les élites françaises nourries au lait de Kant, de Descartes et de la « raison » pour avoir cru si longtemps qu’il existait deux catégories d’hommes : ceux que la raison dirigeait, et les autres. Cette croyance, au coeur du projet aristocratique républicain, a légitimé bien des ruptures d’égalité dans notre processus décisionnel public. Et elle semble de moins en moins tenable face à l’émergence d’une civilisation passionnelle où dire l’émotion est une vertu. 

Les élites françaises sont aujourd’hui bien obligées de constater qu’elles aussi ont des émotions. Cet aveu est le début d’un processus. Bien entendu, nous en sommes encore au stade de la morale : il y a les émotions saines (celles qui sont bonnes pour la santé), et les passions tristes (le nationalisme, le sentiment identitaire, le souverainisme, entre autres). Le bien et le mal. 

Mais le coeur du projet progressiste, celui qui prétendait dominer les passions maurrassiennes par la raison républicaine, est aujourd’hui en état de mort clinique. 

Fragilité politique des élites françaises

Contrairement aux critiques qui ont fusé contre Christophe Castaner, il faut ici dresser l’éloge de ce Monsieur Jourdain de la politique, qui a eu le mérite de dire tout haut ce que tout le monde murmurait depuis longtemps : le projet macronien fait certes référence au rationalisme progressiste pour se légitimer. Mais il est d’abord l’expression décadente d’une morale bourgeoise qui n’est plus que l’ombre d’elle-même. Elle rassemble des gens bien élevés qui ont bachoté des concepts, des dogmes et des doctrines pour avoir des diplômes et se reconnaître entre eux. Mais, sur le fond, l’affaire est pliée : nos élites n’ont plus d’ambition progressiste, ni aucun projet pour la société française, si ce n’est celui de la gouverner par les « émotions saines » en s’appuyant sur les minorités qui peuvent les servir. 

En ce sens, le macronisme dont la facette la plus saisissante est révélée par Dupond-Moretti, sonne le glas de l’hégémonie progressiste et prend acte de la transformation en profondeur du pacte républicain. Nous sommes sur la bonne voie. 

Cet article a été initialement publié sur le site Le Courrier des Stratèges, cliquez ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 05/09/2020 - 21:45
Une Gauche aux abois qui ne veut pas reconnaître ses échecs
Ils ont voulu instaurer un système sociétal en contradiction avec une culture plus que millénaire . Une idéologie, l'Histoire l'a démontré, ne peut naître que dans des cerveaux malsains et outrecuidants et n'apporter que des catastrophes incommensurables. D'affreux moutards qui en toute inconscience, jouent avec de la poudre à fusil. L'islam qui est lui aussi un type de société va les faire retomber sur terre.
robotiq
- 05/09/2020 - 10:39
Vous avez dit rationalisme !
Il y a dans ce texte deux termes qui sont accouplés indûment, rationalisme et progressiste.
En quoi peut-on qualifier de rationalisme une doxa progressiste qui ne veut pas voir les causes réelles de phénomènes auxquels nous sommes confrontés mais cherche toujours des causes conformes à son idéologie. En quoi est-il rationnel de nier les évidences ? En quoi est-il rationnel d'éviter de regarder toutes les faces d'un problème ? En quoi est-il rationnel de refuser d'écouter l'autre ?
Il n'y a pas de rationalisme dans tout cela, il n'y a que de l'endoctrinement conscient ou inconscient véhiculé par les soi-disant sciences humaines que certaines de nos facultés pratiquent assidûment.
Nicolas59
- 05/09/2020 - 08:11
Laxisme
L’oligarchie dirigeante est coincée en fait. Le Frankenstein qu’il a construit lui a échappé des mains.
Allez donc percuter les 700 quartiers hors contrôle et vous verrez les hurlements nationaux et internationaux qui vont qualifier la France de raciste et d’anti musulman.
On a signé un salmigondi d’engagements internationaux qui nous bloquent , sans parler des Etats islamiques riches et influents et capables de nous couper le sifflet.
Le pingouin Hollande , le chef de guerre, qui s’est vanté d’envoyer des armes pour renverser un gouvernement étranger nous vaudra le retour de cette plaisanterie dès la moindre tentative de coercition jugée comme telle contre la communauté musulmane . On a connu cela durant les 15 et 16 éme siècle . Ce n’est pas une affaire théorique mais un risque majeur et certainement que l’oligarchie dirigeante pete de trouille .
Ils vendront tout pour qu’on les laisses tranquille y compris défoncer la tête des Gaulois réfractaires si nécessaire.
On a vécu le truc récemment. La LBD cogne toujours les mêmes. La truanderie subsaharienne et africaine reçoit toutes les attentions .
C’est assez clair. Et ce n’est pas un sentiment mais des faits.