En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

02.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

03.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

04.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

05.

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

06.

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

07.

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 8 min 42 sec
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 20 min 50 sec
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 1 heure 53 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 2 heures 9 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 2 heures 29 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 2 heures 56 min
décryptage > Media
Nouveau média

FILD : « le magazine digital qui renoue avec le journalisme de terrain »

il y a 3 heures 10 min
décryptage > International
Stratégie de lutte

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

il y a 4 heures 27 min
décryptage > Education
Personne n’en veut

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

il y a 5 heures 21 min
décryptage > Politique
Gardiens de la paix

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

il y a 5 heures 43 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 19 min 22 sec
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 51 min 25 sec
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 1 heure 58 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 2 heures 22 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 2 heures 51 min
light > High-tech
Covid-19
Coronavirus : alimenter chaque élève en air pur avec des masques fixés à leur bureau
il y a 3 heures 56 sec
décryptage > Santé
Diabète et obésité

Prévenir le Covid-19 c’est possible et voilà comment agir sur ses propres facteurs de risques

il y a 3 heures 35 min
pépites > Politique
Article 24
Emmanuel Macron a recadré Gérald Darmanin mais pas question de se séparer de lui
il y a 5 heures 1 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

il y a 5 heures 27 min
pépites > Politique
Liberté de la presse
L'article 24 contesté de la loi «sécurité globale» sera réécrit
il y a 20 heures 47 min
© DANIEL ROLAND / AFP
banque centrale européenne drapeaux europe
© DANIEL ROLAND / AFP
banque centrale européenne drapeaux europe
Dommages collatéraux

Cette inflation nécessaire que les banques centrales peinent à soutenir

Publié le 26 août 2020
L'impact économique et financier de la crise sanitaire du coronavirus perdure en cette période de rentrée. De nombreuses incertitudes demeurent sur la question de l'inflation.
Michel Ruimy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'impact économique et financier de la crise sanitaire du coronavirus perdure en cette période de rentrée. De nombreuses incertitudes demeurent sur la question de l'inflation.

La crise sanitaire continue de dominer la vie publique, l’économie et les marchés financiers. Dans quel monde vivrons-nous demain ? Cette éternelle question est, à nouveau, au cœur des préoccupations des hommes politiques, mais aussi notamment des économistes et des investisseurs. Que se passera-t-il, une fois la situation normalisée ? Si de nombreuses études évaluant l’impact de Covid-19 sur les dépenses de consommation, le marché du travail… existent, peu portent sur l’inflation. Dans un proche avenir, va-t-on vers une inflation ou risquons-nous plutôt d’entrer en déflation ? 

La théorie économique distingue deux types d’inflation : l’inflation par les coûts, qui peut accompagner une démondialisation et un renforcement du protectionnisme, et l’inflation par la demande, dans le cadre de laquelle une forte hausse de la demande conduit à une inflation des prix. Avec la pandémie, l’inflation a chuté, ces derniers mois, de façon spectaculaire. En février 2020, la variation, en glissement annuel, de l’inflation s’élevait, en France, à environ 1,5%. En Juillet, elle se situait à 0,8%. 

La distanciation sociale a fortement réduit la consommation dans les secteurs les plus sensibles aux « mesures Covid-19 » (restauration, hôtellerie, activités culturelles, commerces de détail…). Mais la pandémie a également perturbé les chaînes d’approvisionnement. De nombreux employés n’ont pu se rendre, en toute sécurité, sur leur lieu de travail, réduisant, dans certains domaines, la production en dessous de la pleine capacité. Quelques secteurs moins sensibles à ces mesures (e-commerce…) semblent, en revanche, avoir été positivement affectés par l’épidémie. La baisse de l’inflation semble être, au final, due davantage à une diminution de la demande de biens et de services, qui a plus que compensé la pression inflationniste due à des contraintes d'approvisionnement dans certains secteurs.

À l’avenir, il conviendra néanmoins d’avoir une analyse différenciée de l’inflation même si quels que soient les scenarii de sortie de crise, il est probable que le régime actuel d’inflation faible persiste. Une étude de la Banque centrale européenne (BCE) de 2016, menée à partir de données collectées auprès du Centre de recherche sur les désastres épidémiologiques de l’Université catholique de Louvain, montre que la plupart des grandes catastrophes ayant entraîné des pertes substantielles de richesse (tremblements de terre, ouragans, inondations, sécheresse, feux, infestations par des insectes…) ont eu un impact limité sur le taux d’inflation des pays industrialisés.

Aujourd’hui, les banquiers centraux financent les dépenses de crise des États, qui jouent le rôle d’assureurs de revenus. L’impact sur l’inflation en sortie de crise dépendra de plusieurs paramètres et notamment du rôle joué par ces institutions. 

Soit elles continuent à jouer le rôle d’assureurs en dernier ressort et, dans ce cas, les titres publics qu’elles auront achetés sur les marchés, et certaines dettes d’entreprises, pourraient être convertis en rentes perpétuelles à faible rendement. On éviterait aux économies de revivre les effets pervers d’une demande faible maintenant l’inflation à des niveaux bas du fait de comportements de désendettement au moment même où la production devrait être soutenue par un minimum de demande. Un exemple est celui du gouvernement japonais dont l’essentiel de la dette sur le marché est racheté, depuis plusieurs années, par la Banque centrale du Japon, celle-ci étant conservée pour l’éternité dans son bilan sans que cette stratégie n’ait conduit à une réapparition de l’inflation.

Soit elles jouent le rôle de prêteurs en dernier ressort et les dettes rachetées seraient alors comptabilisées comme de la dette amortissable, impliquant donc le remboursement du capital et des intérêts par les États, qui se retrouveraient avec une dette colossale à rembourser, gonflée par les dépenses de crise. Cette dérive de l’endettement serait considérée comme une tendance alarmante qui pourrait nous conduire à répéter nos erreurs passées : retour à des politiques budgétaires restrictives, hausses d’impôts susceptibles de conduire à des comportements d’épargne…

Le premier scénario serait le plus avantageux : reprise de la demande, retour d’une inflation modérée et baisse de la valeur réelle des dettes. Le second conduirait à un contrecoup à la crise actuelle, où les économies s'enfonceraient un peu plus dans un régime de stagnation séculaire c’est-à-dire une période prolongée de faible ou de non-croissance économique, avec inflation faible.

C’est l’évolution de l’économie qui, in fine, décidera de l’évolution du taux d’inflation. Mais dans l’absolu, avec un indice des prix trop bas, personne n’y gagne : les prix des produits vendus sont les marges des entreprises et les salaires des employés. Une spirale vers le bas n’est jamais un bon signal. Rappelons que les autorités monétaires estiment que le « bon » niveau d’inflation est de 2% pour maintenir les grands équilibres économiques. Nous en sommes aujourd’hui très loin. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires