En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

04.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

05.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

06.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

07.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 31 min 36 sec
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 1 heure 22 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 2 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 4 heures 39 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 5 heures 33 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 6 heures 49 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 7 heures 29 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 8 heures 45 sec
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 8 heures 34 min
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 9 heures 15 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 57 min 6 sec
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 2 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 4 heures 25 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 4 heures 58 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 6 heures 23 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 7 heures 7 sec
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 7 heures 56 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 8 heures 30 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 8 heures 52 min
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 9 heures 27 min
© DANIEL ROLAND / AFP
banque centrale européenne drapeaux europe
© DANIEL ROLAND / AFP
banque centrale européenne drapeaux europe
Dommages collatéraux

Cette inflation nécessaire que les banques centrales peinent à soutenir

Publié le 26 août 2020
L'impact économique et financier de la crise sanitaire du coronavirus perdure en cette période de rentrée. De nombreuses incertitudes demeurent sur la question de l'inflation.
Michel Ruimy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'impact économique et financier de la crise sanitaire du coronavirus perdure en cette période de rentrée. De nombreuses incertitudes demeurent sur la question de l'inflation.

La crise sanitaire continue de dominer la vie publique, l’économie et les marchés financiers. Dans quel monde vivrons-nous demain ? Cette éternelle question est, à nouveau, au cœur des préoccupations des hommes politiques, mais aussi notamment des économistes et des investisseurs. Que se passera-t-il, une fois la situation normalisée ? Si de nombreuses études évaluant l’impact de Covid-19 sur les dépenses de consommation, le marché du travail… existent, peu portent sur l’inflation. Dans un proche avenir, va-t-on vers une inflation ou risquons-nous plutôt d’entrer en déflation ? 

La théorie économique distingue deux types d’inflation : l’inflation par les coûts, qui peut accompagner une démondialisation et un renforcement du protectionnisme, et l’inflation par la demande, dans le cadre de laquelle une forte hausse de la demande conduit à une inflation des prix. Avec la pandémie, l’inflation a chuté, ces derniers mois, de façon spectaculaire. En février 2020, la variation, en glissement annuel, de l’inflation s’élevait, en France, à environ 1,5%. En Juillet, elle se situait à 0,8%. 

La distanciation sociale a fortement réduit la consommation dans les secteurs les plus sensibles aux « mesures Covid-19 » (restauration, hôtellerie, activités culturelles, commerces de détail…). Mais la pandémie a également perturbé les chaînes d’approvisionnement. De nombreux employés n’ont pu se rendre, en toute sécurité, sur leur lieu de travail, réduisant, dans certains domaines, la production en dessous de la pleine capacité. Quelques secteurs moins sensibles à ces mesures (e-commerce…) semblent, en revanche, avoir été positivement affectés par l’épidémie. La baisse de l’inflation semble être, au final, due davantage à une diminution de la demande de biens et de services, qui a plus que compensé la pression inflationniste due à des contraintes d'approvisionnement dans certains secteurs.

À l’avenir, il conviendra néanmoins d’avoir une analyse différenciée de l’inflation même si quels que soient les scenarii de sortie de crise, il est probable que le régime actuel d’inflation faible persiste. Une étude de la Banque centrale européenne (BCE) de 2016, menée à partir de données collectées auprès du Centre de recherche sur les désastres épidémiologiques de l’Université catholique de Louvain, montre que la plupart des grandes catastrophes ayant entraîné des pertes substantielles de richesse (tremblements de terre, ouragans, inondations, sécheresse, feux, infestations par des insectes…) ont eu un impact limité sur le taux d’inflation des pays industrialisés.

Aujourd’hui, les banquiers centraux financent les dépenses de crise des États, qui jouent le rôle d’assureurs de revenus. L’impact sur l’inflation en sortie de crise dépendra de plusieurs paramètres et notamment du rôle joué par ces institutions. 

Soit elles continuent à jouer le rôle d’assureurs en dernier ressort et, dans ce cas, les titres publics qu’elles auront achetés sur les marchés, et certaines dettes d’entreprises, pourraient être convertis en rentes perpétuelles à faible rendement. On éviterait aux économies de revivre les effets pervers d’une demande faible maintenant l’inflation à des niveaux bas du fait de comportements de désendettement au moment même où la production devrait être soutenue par un minimum de demande. Un exemple est celui du gouvernement japonais dont l’essentiel de la dette sur le marché est racheté, depuis plusieurs années, par la Banque centrale du Japon, celle-ci étant conservée pour l’éternité dans son bilan sans que cette stratégie n’ait conduit à une réapparition de l’inflation.

Soit elles jouent le rôle de prêteurs en dernier ressort et les dettes rachetées seraient alors comptabilisées comme de la dette amortissable, impliquant donc le remboursement du capital et des intérêts par les États, qui se retrouveraient avec une dette colossale à rembourser, gonflée par les dépenses de crise. Cette dérive de l’endettement serait considérée comme une tendance alarmante qui pourrait nous conduire à répéter nos erreurs passées : retour à des politiques budgétaires restrictives, hausses d’impôts susceptibles de conduire à des comportements d’épargne…

Le premier scénario serait le plus avantageux : reprise de la demande, retour d’une inflation modérée et baisse de la valeur réelle des dettes. Le second conduirait à un contrecoup à la crise actuelle, où les économies s'enfonceraient un peu plus dans un régime de stagnation séculaire c’est-à-dire une période prolongée de faible ou de non-croissance économique, avec inflation faible.

C’est l’évolution de l’économie qui, in fine, décidera de l’évolution du taux d’inflation. Mais dans l’absolu, avec un indice des prix trop bas, personne n’y gagne : les prix des produits vendus sont les marges des entreprises et les salaires des employés. Une spirale vers le bas n’est jamais un bon signal. Rappelons que les autorités monétaires estiment que le « bon » niveau d’inflation est de 2% pour maintenir les grands équilibres économiques. Nous en sommes aujourd’hui très loin. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires