En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

04.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

05.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

06.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

07.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 1 heure 23 min
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 4 heures 25 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 5 heures 16 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 6 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 8 heures 33 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 9 heures 27 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 10 heures 43 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 11 heures 23 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 11 heures 54 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 12 heures 28 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 1 heure 48 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 4 heures 51 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 6 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 8 heures 19 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 8 heures 52 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 10 heures 17 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 10 heures 54 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 11 heures 50 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 12 heures 24 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 12 heures 46 min
© OZAN KOSE / AFP
Recep Tayyip Erodgan Emmanuel Macron méditerranée Turquie France Europe Union européenne
© OZAN KOSE / AFP
Recep Tayyip Erodgan Emmanuel Macron méditerranée Turquie France Europe Union européenne
Rapport de force

Bras de fer entre la Turquie et l'Europe en Méditerranée orientale

Publié le 23 août 2020
Les îles grecques du Dodécanèse deviendront-elles le lieu d'un conflit entre la Turquie et la Grèce ? Le déploiement par la France, jeudi 13 août, de deux Rafale, d'un porte-hélicoptères et d'une frégate au large de l'île de Kastellorizo, et leur participation à un exercice commun avec la marine grecque, aurait pour but de limiter ce risque.
Ardavan Amir-Aslani
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ardavan Amir-Aslani est avocat et essayiste, spécialiste du Moyen-Orient. Il tient par ailleurs un blog www.amir-aslani.com, et alimente régulièrement son compte Twitter: @a_amir_aslani.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les îles grecques du Dodécanèse deviendront-elles le lieu d'un conflit entre la Turquie et la Grèce ? Le déploiement par la France, jeudi 13 août, de deux Rafale, d'un porte-hélicoptères et d'une frégate au large de l'île de Kastellorizo, et leur participation à un exercice commun avec la marine grecque, aurait pour but de limiter ce risque.

Aux origines de la discorde, un conflit frontalier maritime entre la Grèce et la Turquie, auquel se sont ajoutées récemment les ambitions énergétiques turques au large de Chypre. De longue date, la Turquie conteste en effet la délimitation de sa zone économique exclusive et propose un tracé qui lui rattacherait de nombreuses îles grecques de la mer Egée, une revendication naturellement rejetée par la Grèce. Ce différend territorial a été exacerbé par la découverte de gisements gaziers au large de Chypre, et surtout la signature en janvier dernier d'un accord entre la Grèce, Chypre et Israël pour construire l'EastMed, un gazoduc de 1900 kilomètres qui permettra de transporter ces hydrocarbures vers l'Europe. Désireuse de profiter également de ces riches gisements auquel elle estime avoir droit, la Turquie a recouru sans hésiter à la diplomatie la plus agressive, encouragée en cela par son propre accord de délimitation maritime signée avec la Libye à l'automne 2019. Depuis, la marine turque agit en terrain conquis dans la ZEE grecque, notamment avec l'envoi du navire de recherche sismique Oruç Reis, escorté par 18 navires militaires turcs, du 21 juillet au 2 août au large de Kastellorizo. Déjà aux prises avec Ankara sur la question migratoire, la Grèce se sent naturellement menacée par cet expansionnisme turc qui n'a plus rien de théorique.  

C'est très certainement la signature le 6 août dernier d'un accord de délimitation maritime entre la Grèce et l'Egypte, sans aucune prise en compte de l'accord turco-libyen, de toute façon non reconnu par la communauté internationale, qui a contribué à multiplier les incidents entre les marines grecques et turques en une dizaine de jours. Ainsi, le 10 août, l'Oruç Reis a recommencé à naviguer dans les eaux du Dodécanèse, suscitant le déploiement de la quasi-totalité de la marine grecque. Lors d'une allocution télévisée deux jours plus tard, le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis a parfaitement résumé les risques actuels, évoquant « le risque d'accident en raison d'une si forte concentration de forces militaires dans un espace réduit », prévenant que « dans ce cas, la responsabilité appartient à celui qui provoque ces conditions. » Mercredi 19 août, soit une semaine après l'incident, une source militaire grecque confirmait à l'AFP que la frégate turque Kemal Reis et le navire grec Limnos étaient bien entrées en collision du fait d'une erreur de manœuvre du bâtiment turc. 

Certes, la Turquie multiplie les défis lancés à l'Europe, et cette addition de démonstrations de force, de provocations et de déclarations violentes du président Erdogan - qui a reproché à la France son comportement de « caïd » - l'isolent inexorablement sur tout le pourtour méditerranéen : l'Egypte, Israël, la Grèce, et maintenant la France, émissaire des autres partenaires européens, s'accordent à la considérer comme dangereuse et à vouloir freiner ses velléités expansionnistes. 

Mais l'établissement d'un rapport de force avec la Grèce est exactement le but recherché par la Turquie, pour laquelle « dialogue » et « négociation » signifient avant tout exercer une pression sur l'adversaire et l'amener de force à négocier. Les réponses maritimes grecques et européennes, qualifiées « d'actes de piraterie » par Erdogan, n'impressionnent guère celui qui se pose en défenseur de la « patrie bleue », selon le concept des militaires souverainistes turcs. Pilier du projet expansionniste de la Turquie en Méditerranée, ce « Mare Nostrum » revisité vise à lui assurer le contrôle d'un vaste espace maritime comprenant la mer Noire, la mer Egée et la Méditerranée orientale, étendues considérées comme une extension du territoire turc ! En l'occurrence, la pression turque actuelle sur la Grèce vise à renégocier un nouveau partage des eaux, qui accorderait une ZEE plus adapté au périmètre côtier de la Turquie. A Ankara, les voix des « faucons » se prononcent de plus en plus en faveur d'un conflit ouvert avec Athènes où se mêlent désir de revanche, rivalité ancestrale et fuite en avant, alors que la Turquie s'enfonce dans la récession et que l'étoile d'Erdogan pâlit sur la scène intérieure. 

L'Europe parviendra-t-elle à répondre à ce risque grandissant ? La situation a été enfin jugée suffisamment « préoccupante » en Méditerranée orientale pour que la France envoie dès le jeudi 13 août son assistance à Athènes par « respect du droit international ». Selon le secrétaire d'Etat français aux affaires européennes, « il s'agissait de marquer un coup d'arrêt aux tests auxquels Erdogan soumet les Européens et de montrer que nous ne sommes pas faibles ». Il est néanmoins douteux que cet étonnant changement d'attitude suffise à impressionner la marine turque depuis l'incident impliquant la frégate française Courbet au large de la Crète le 10 juin dernier, qui a entraîné le retrait de la France de l'opération de l'OTAN Sea Guardian. Au sein des pays européens, l'Allemagne, qui exerce actuellement la présidence tournante de l'Union européenne, observe une position plus mesurée et guidée par le pragmatisme : la question migratoire l'inquiète autant que ses relations avec sa propre communauté turque immigrée. Loin de s'engager fermement aux côtés de la France et de la Grèce, deux pays qui sont pourtant actuellement en pleine crise diplomatique avec la Turquie, elle s'en tient pour l'heure à une offre de médiation et aux communiqués appelant à la désescalade. Or, un couple franco-allemand manifestement en panne ne peut qu'affaiblir la diplomatie européenne dans un moment si critique. 

C'est tout le paradoxe de la situation actuelle : encore une fois, le rapport de force penche, non pas en faveur de ceux qui déploient la plus importante capacité militaire, mais en faveur de celui qui considère n'avoir rien à perdre. A ce jeu, pour l'heure, la Turquie semble avoir l'avantage. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
moneo
- 24/08/2020 - 14:50
si je comprends bien
on risque de faire la guerre à laTurquie pour que laGrèce puisse exploiter son sous sol gazier.alors que notre gouvernement interdit la recherche et exploitation du même. gaz chez nous....vous comprenez ?
moneo
- 24/08/2020 - 14:50
si je comprends bien
on risque de faire la guerre à laTurquie pour que laGrèce puisse exploiter son sous sol gazier.alors que notre gouvernement interdit la recherche et exploitation du même. gaz chez nous....vous comprenez ?
spiritucorsu
- 24/08/2020 - 00:52
Les vrais maîtres du jeu sont ailleurs!
L'attitude de spectatrice de l'U.E dans le conflit méditerranéen.,la ramène à ce qu'elle est à savoir une zone de libre échange financière et économique,dominée par une technostructure affranchie de toutes règles démocratiques et qui tient les peuples en laisse.On voit bien que ce château de cartes branlent dès lors que s'annoncent une menace de conflit armé ou un risque de submersion migratoire tant les intérêts des états membres sont divergents et contradictoires.Le sultan turc à donc une autoroute devant lui et la Grèce toute les raisons de s'inquiéter,ce ne sont pas en effet les jappements du roitelet qui vont stopper les ambitions de celui qui veut ressusciter l'ancien empire ottoman et qui ne fera qu'une bouchée du roquet élyséen.Les vrais maîtres du jeu sont ailleurs,à Washington,à Pékin et Moscou,et ils siffleront la fin de la partie quand bon leur semblera.