En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

02.

Macron skie français

03.

Trois étranges monolithes métalliques de 3 m de haut sont apparus aux Etats-Unis et en Roumanie

04.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

05.

Brexit : qui de Londres ou de Bruxelles (et de Paris...) prend le plus grand risque dans le bras de fer ?

06.

Une recherche en psychologie montre l'intérêt des discussions devant la machine à café

07.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

04.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

05.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

06.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Qui veut risquer sa vie la sauvera (Mémoires)" de Jean-Pierre Chevènement : heureux qui comme Chevènement a eu plusieurs vies dans sa vie en maintenant la même trajectoire. Un panorama exhaustif de l’histoire de notre pays de 1962 à 2019

il y a 9 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Rachel et les siens" de Metin Arditi : un roman superbe et, évidemment, bouleversant, La Palestine, Israël, le XXe siècle...

il y a 10 heures 16 min
pépites > Politique
Brut.
Emmanuel Macron : « Je n'ai pas de problème à répéter le terme de violences policières mais je le déconstruis »
il y a 14 heures 42 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les bracelets se noient dans le marc de raisin et quand les tortues ont l’accent italien : c’est l’actualité décembriste des montres
il y a 16 heures 11 min
light > Loisirs
Bingo
La popularité croissante de “All I Want for Christmas is You” montre que l'industrie de la musique valorise les vieilles chansons
il y a 18 heures 43 min
light > Insolite
Bizarre
Trois étranges monolithes métalliques de 3 m de haut sont apparus aux Etats-Unis et en Roumanie
il y a 20 heures 46 min
light > Social
Convivial et efficace
Une recherche en psychologie montre l'intérêt des discussions devant la machine à café
il y a 21 heures 14 min
pépites > Economie
Coronavirus
Le Fonds de solidarité universel s'arrêtera le 31 décembre annonce Bruno Le Maire
il y a 21 heures 58 min
décryptage > France
Vive nous

Macron skie français

il y a 22 heures 15 min
décryptage > Société
Placements privilégiés

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

il y a 22 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes puissantes" de Léa Salamé : curiosité et plaisir à la lecture des aveux (en toute honnêteté…) de 12 personnalités féminines, découvrir leur force intérieure, leur parcours, leur influence

il y a 9 heures 46 min
pépite vidéo > Politique
Interview
Retrouvez l’intégralité de l’entretien d’Emmanuel Macron accordé à Brut
il y a 11 heures 16 min
pépites > International
Rebondissement
Ziad Takieddine a été arrêté au Liban
il y a 15 heures 51 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : qui de Londres ou de Bruxelles (et de Paris...) prend le plus grand risque dans le bras de fer ?

il y a 17 heures 40 min
décryptage > France
Article 24

Police, manifestants et libertés publiques : les images de violence servent-elles la Vérité... ou de munitions aux combattants de nos guerres idéologiques ?

il y a 20 heures 39 min
pépite vidéo > Economie
Commerçants face à la crise
Nouveau calendrier : Bruno Le Maire confirme le report des soldes d'hiver au 20 janvier prochain
il y a 21 heures 6 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable
il y a 21 heures 51 min
pépites > Economie
Voyage moins cher
La SNCF envisage de plafonner le prix des billets de TGV en seconde classe
il y a 22 heures 10 min
pépites > Politique
Scandale
Dominique Strauss-Kahn annonce la sortie d'un documentaire sur sa vie à l'automne 2021
il y a 22 heures 24 min
décryptage > Science
Espace

ClearSpace-1 : l’opération anti-débris spatiaux qui sauvera nos satellites (et nos GPS)

il y a 22 heures 42 min
© WIN MCNAMEE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP
Joe Biden démocrates élection présidentielle américaine Donald Trump Républicains Hillary Clinton Barack Obama
© WIN MCNAMEE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP
Joe Biden démocrates élection présidentielle américaine Donald Trump Républicains Hillary Clinton Barack Obama
Election présidentielle américaine

La clarté contre l’obscurité : les démocrates sont-ils partis pour reproduire l’erreur d’Hillary Clinton ?

Publié le 22 août 2020
Joe Biden a formellement accepté l’investiture du parti démocrate pour l’élection présidentielle du 3 novembre. Il s'est engagé à tourner la page de la " peur" et des " divisions". La campagne de Joe Biden présente-t-elle des similitudes avec celle d'Hillary Clinton ? Donald Trump est-il affaibli dans la course à la Maison Blanche ?
Jean-Eric Branaa
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Eric Branaa est spécialiste des Etats-Unis et maître de conférences à l’université Assas-Paris II. Il est chercheur au centre Thucydide et chercheur associé à l’institut l'IRIS. Il est notamment l'auteur de Hillary, une présidente des Etats-Unis ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Joe Biden a formellement accepté l’investiture du parti démocrate pour l’élection présidentielle du 3 novembre. Il s'est engagé à tourner la page de la " peur" et des " divisions". La campagne de Joe Biden présente-t-elle des similitudes avec celle d'Hillary Clinton ? Donald Trump est-il affaibli dans la course à la Maison Blanche ?

Atlantico.fr : Lors de son discours d'investiture, Joe Biden a pointé les défauts de Donald Trump. Cela a été suffisant pour les électeurs indécis selon vous ? 

Jean-Eric Branaa : Je ne pense pas que ce discours d'investiture ait révolutionné la campagne. Ce qui était important, c'était de montrer qu'il avait du caractère et qu'il était capable de pouvoir prendre les commandes de cette campagne, et ensuite qu'il était capable de diriger comme président. Quand il a fait sa première campagne en 1987, et qu'il y a eu cette affaire de plagiat à l'époque qui l'a obligé à abandonner, la même question était déjà posée. Est-ce que cet homme est capable de gouverner, de prendre le lead sur tout un groupe ? Ces auditions avaient montré à l'époque qu'il avait beaucoup de caractère. Nous avons à peu près la même chose à présent : il montre qu'il est déterminé dans sa démarche et qu'il peut attaquer directement Donald Trump. 

Pensez-vous que le candidat Joe Biden a suffisamment exposé des solutions et des mesures pour répondre à la demande politique des Américains ?

Ce n'était pas l'objectif de son discours d'investiture. S'il avait tenu ce type de discours, les gens auraient rapidement changé de chaîne. Ce que les Américains souhaitaient, c'était connaître Joe Biden. Il est un inconnu célèbre. Tout le monde le connait, et en réalité, personne ne sait rien de lui. On sait ce qu'il a bien voulu dire, on sait quelques éléments de langage, on a quelques éléments de sa vie, on connaît ses drames, comme la disparition de sa fille et de sa femme. Tout ceci est assez clair, tout le monde connaît ces faits. Mais les gens ne savent pas au-delà de ça qui est Joe Biden. Il a toujours été dans l'ombre, et sa vie est assez extraordinaire de ce côté-là. C'est un homme qui a toujours été juste un pas derrière. Ce qui est particulièrement frappant, c'est que lorsqu'il passe dans la lumière aux côtés de Barack Obama, le président est tellement extraordinaire qu'on ne s'intéresse qu'à lui et pas du tout au vice-président. Cette journée était faite pour présenter Joe Biden aux Américains, pour confirmer que c'était un homme bien. Pour que les Américains le confirment par eux-mêmes, et qu'ils aient des anecdotes et des visages à mettre sur lui. Au-delà du discours, c'est l'ensemble de la journée qui a compté : voir ses enfants par exemple. C'est aussi ça que les Américains veulent connaître. 

Les contrepropositions effectuées ces derniers mois par Joe Biden sont-elles suffisantes ? 

Elles le sont forcément car il n'y a rien en face. C'est assez frappant de voir le manque de stratégie de Donald Trump, qui a été jusqu'à penser qu'il pouvait faire un propre référendum sur sa personne, en d'autres termes "élisez-moi car vous avez déjà vu ce que je pouvais faire et je pourrai faire encore mieux la prochaine fois" sans mettre des propositions au bout. Cela n'existe pas : personne n'élit quelqu'un juste parce qu'on l'aime. En réalité, c'est arrivé une fois avec Eisenhower, mais c'est un héros de guerre. Là, ça ne marche pas. Nous ne sommes pas dans l'après pandémie, si c'est ce qu'il voulait faire. Mais je ne pense pas que c'était son but. Il pensait que l'économie allait porter sa candidature et que Joe Biden n'allait pas réussir à émerger. Il s'est trompé. D'abord l'économie s'est écroulée à cause de la pandémie, et ensuite, Joe Biden a émergé. Ceci s'avère vraiment très compliqué pour lui. Le manque de programme de Trump rend toutes les propositions de Joe Biden séduisantes. Les étudiants vont voir que Joe Biden souhaite éliminer la dette de 10.000 dollars. C'est énormément d'argent, surtout lorsque l'on est étudiant. Évidemment, ils vont préférer voter Joe Biden que Donald Trump qui était opposé à ce type de proposition. Les plus défavorisés vont voir que Biden veut augmenter le salaire minimum à 15 dollars au niveau fédéral. Actuellement, il est à 7,25. Quand on n'a pas d'argent, qui serait contre ? Ça ne touche pas beaucoup d'Américains certes, il s'agit d'une minorité, mais symboliquement, ça fait beaucoup. Joe Biden souhaite aussi monter les impôts : de 21 à 28 pour les entreprises, mais ils étaient à 37 avant... ce qui signifie qu'il ne remontera pas non plus au niveau d'autrefois. Le candidat explique que s'il le fait, c'est parce qu'il faut venir en aide aux petites entreprises. Les États-Unis sont un pays de PME, de la libre entreprise. Ces gens-là souffrent terriblement, la pandémie les a mis dans une situation terrible et il faut leur venir en aide. Sans impôt, ça ne marche pas, pas besoin d'avoir fait l'ENA pour le comprendre. Sur le plan de la santé, les propositions de Joe Biden ressemblent à ce qu'avait proposé Barack Obama, en aménagé, et en laissant une place au privé. Comme cela, il ne heurte pas les républicains, mais il fait un pas vers les plus progressistes.

Aujourd'hui, toutes les attaques de Donald Trump consistent à dire que Joe Biden est un dangereux gauchiste. Mais ses propos ne tiennent pas la route. Les Américains ont l'habitude de Joe Biden, de son langage et ses propositions modérées avec un petit côté de folie dont ont besoin les Américains. 

Pensez-vous que Donald Trump soit affaibli ? 

Non, il ne l'est pas du tout. C'est un comble, avec tout ce qui a pu arriver. Trump a une barrière devant lui, lui qui a voulu mettre un mur lors de son mandat. L'année 2020 est tragique pour lui de ce point de vue-là, car il n'a pas pris au sérieux la pandémie. Il en a fait une affaire politique, et ce n'était pas le moment. On voit grâce à cela qu'il n'est pas politicien : il n'a pas pris la mesure, lorsque le coronavirus a commencé, de ce qui se passait. Donald Trump était dans le déni constant, en affirmant que la covid allait disparaître, qu'à l'apparition des beaux jours cela serait terminé, que les gens n'avaient rien à craindre. Surtout, en faire une affaire personnelle : il expliquait que c'était dans les Etats démocrates que se propageait le virus, pas dans les Etats républicains. Tout cela s'est révélé faux, voire stupide. Il n'a pas écouté ceux qui savaient, il s'est fié à son instinct. Parmi les morts, il y a aussi ses électeurs, et les principales victimes sont les personnes âgées. À noter que Donald Trump a surtout été élu par les séniors. Là, il y a une vraie rupture. Selon moi, il n'est pas affaibli, mais il y a un mur qui s'est dressé entre lui et le pouvoir. 

 La campagne de Joe Biden présente-t-elle des similitudes avec celle d'Hillary Clinton ? 

La campagne d'Hillary Clinton avait été difficile. Elle n'a pas tranché dès le départ, si elle voulait faire une campagne en tant que femme ou que personnalité politique. Tout le début de sa campagne est là-dessus. Elle n'a pas tranché non plus concernant la façon de réaliser sa campagne, si elle souhaitait être proche des gens ou non. Elle a annoncé sa candidature en avril 2015 et elle est partie parcourir l'Iowa et on ne l'a plus vu. Je me souviens avoir assisté à un de ses meetings, il y avait 100 personnes ! C'était quand même l'ancienne première dame, l'ancienne ministre des affaires étrangères qui était candidate à la présidene... et il n'y avait personne. La campagne contre elle était terrible : prétentieuse, loin des gens... Elle n'y arrivait pas car Donald Trump faisait des meetings avec 30.000 à 40.000 personnes. Joe Biden n'en est pas du tout là. Il a fait sa campagne habituelle, il est déjà proche des gens depuis sa première campagne et c'est comme cela qu'il a été élu conseiller de circonscription en 1971. C'est aussi de cette façon qu'il a eu son premier poste de sénateur en 1972. C'est en allant voir les gens un par un, c'est sa méthode. Il a l'intelligence aujourd'hui de s'enfermer en disant "après tout, je vais laisser Trump faire campagne tout seul", puisque son meilleur ennemi, c'est lui-même. Il prend tout le monde à contrepied, mais c'est ça qui a marché. Ce sont pour toutes ces raisons que les campagnes de Joe Biden et Clinton sont incomparables. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
TPV
- 23/08/2020 - 09:27
M Branaa
Nous expliquait il y a un mois que Trump était irrémédiablement foutu, aujourd'hui il est probablement foutu, demain il sera peut-être foutu, et le ....surlendemain on verra rouge MAGA comme en 2016 !
Lou Bïarnès
- 23/08/2020 - 08:55
Branaa
Un courtisan du bien pensant et du politiquement correct, mais capable, selon les résultats, de s’adapter jusqu’à tourner casaque. Voir ses précédents ouvrages. En langage de comptoir, ( à fréquenter pour entendre les gens, les riens paraît-il ) un pinpin.
Nicolas59
- 23/08/2020 - 08:31
Erreur
Le parti démocrate US ne sait pas ou il habite. Il constitue une erreur en soit .
Ce n’est pas Trump qui manque de stratégie . Ce sont les démocrates qui en manquent sinon de prétendre battre Trump sans plus. Et cela dure depuis 4 ans.