En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

02.

Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"

03.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

04.

Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant

05.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

06.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

07.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 16 min 23 sec
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : A la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 1 heure 37 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 1 heure 59 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 2 heures 2 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 2 heures 2 min
décryptage > Atlantico business
Mauvais arguments

La 5G se déploie mais beaucoup d’édiles locaux la refusent au prix de l’isolement qu’ils reprocheront ensuite à l’Etat

il y a 2 heures 2 min
décryptage > Nouveau monde
Concurrence déloyale

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

il y a 2 heures 2 min
décryptage > France
En roue libre

Violence contre un producteur : qui saura reprendre en main l’encadrement de la police ?

il y a 2 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Clint et moi" de Eric Libiot : à la fois amusante et érudite, l’exploration d’un géant du cinéma américain par un critique de grande notoriété

il y a 13 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Voyage sur la route du Kisokaidō, de Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernuschi : les relais-étapes de la route emblématique du Kisokaidō par les maîtres de l'estampe japonaise du XIXe siècle, 150 œuvres magnifiques

il y a 13 heures 26 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 1 heure 6 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 1 heure 44 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 1 heure 59 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 2 heures 2 min
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 2 heures 2 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)
il y a 2 heures 2 min
décryptage > Politique
Baroque

Commission sur l'article 24 de la loi "sécurité globale" : le symptôme du grave déficit de culture démocratique du quinquennat Macron

il y a 2 heures 2 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les perdants magnifiques : Pierre Mendès France, ou la vertu du renoncement

il y a 2 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le pouvoir de la destruction créatrice" de Philippe Aghion, Céline Antonin et Simon Bunel : le capitalisme ? Une formidable capacité à créer de la croissance grâce à son pouvoir de destruction… Remarquable démonstration

il y a 13 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'historiographe du royaume" de Maël Renouard : à la cour d'Hassan II, les caprices d’un roi et le sort du courtisan malgré lui. De belles pages romanesques mais quelques digressions sans intérêt pour le récit

il y a 13 heures 55 min
© Sergei GAPON / AFP
biélorussie Minsk Alexandre Loukachenko Svetlana Tikhanovskaïa démocratie élections
© Sergei GAPON / AFP
biélorussie Minsk Alexandre Loukachenko Svetlana Tikhanovskaïa démocratie élections
Démocratisation

La Biélorussie : bombe à retardement pour la zone d’influence russe ?

Publié le 17 août 2020
Après 26 ans de pouvoir, Alexandre Loukachenko fait face à un mouvement de contestation inédit. Ce week-end, des dizaines de milliers de Biélorusses ont défilé dans tout le pays.
Alain Rodier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après 26 ans de pouvoir, Alexandre Loukachenko fait face à un mouvement de contestation inédit. Ce week-end, des dizaines de milliers de Biélorusses ont défilé dans tout le pays.

Le président biélorusse Alexandre Loukachenko au pouvoir depuis 26 ans et officiellement réélu lundi 10 août 2020 avec 80% des voix contre 10% à sa principale concurrente, Svietlana Tikhanovskaia, fait aujourd’hui face à une contestation d’une ampleur inédite. Dans un contexte extrêmement tendu, cette élection truquée pose à Vladimir Poutine un problème qui pourrait se révéler vital pour lui-même.

Synthèse de la situation :

1) La Biélorussie est un pays de 9,5 millions d’habitants enclavé au centre de l’Europe dont bien peu de Français ont entendu parler jusqu’à aujourd’hui. Ce plat pays ne dispose d’aucun atout significatif pour développer sa fragile économie. Le salaire de la petite classe moyenne à Minsk, capitale du pays, est d’environ 300 à 400 euros par mois. Il n’y a aucune protection contre le chômage.

2) Loukachenko a été élu président de la République pour la première fois en 1994 en héraut de la lutte contre la corruption. Si effectivement cette dernière semble beaucoup moins généralisée qu’en Ukraine et touche peu le petit peuple, elle existe néanmoins à d’autres échelons. Toute personne qui réussit dans les affaires peut se voir spoliée du jour au lendemain au profit d’une classe dirigeante qui aime par exemple à vivre dans certains quartiers périphériques de Minsk dans de luxueuses maisons logées au sein de quartiers sécurisés et où on croise plus de Porsche Cayenne que de Lada.

3) Loukachenko tient depuis 1994 ce pays d’une main de fer,: sa réélection constante tous les cinq ans n’ayant été possible que grâce au trucage des résultats des élections. 2020 n’a pas fait exception à la règle. Des enregistrements éloquents d’échanges internes aux commissions électorales (ex. de la région de Vitebsk) aboutissant à la falsification des résultats en renversant grosso modo les scores au profit du dictateur sont disponibles sur les réseaux sociaux. Les commissions de surveillance des élections sont totalement soumises au pouvoir, les observateurs indépendants étant interdits. L’Europe a refusé de reconnaître la validité de cette élection mais Loukachenko a été en revanche rapidement félicité par des pays ami comme la Chine et la Russie.

4) La population biélorusse n’a jamais été dupe de cette farce électorale et s’était déjà révoltée en 2010. Elle avait déjà  été réprimée avec férocité par le régime, ce qui a conduit à des sanctions internationales.

5) Comme cela est déjà arrivé précédemment, Loukachenko a muselé l’opposition quelques semaines avant l’élection de 2020 : Victor Babarika (ex-banquier) et Sergueï Tikhanovski (blogueur et activiste) ont été emprisonnés sur la base d’accusations fantaisistes. La commission électorale a refusé d’investir Valery Tsiepkala qui a dû ensuite fuir le pays et se réfugier en Russie pour échapper également à un emprisonnement probable.

6) N'ont été acceptés par la commission électorale que des candidats  « potiches ». Alors, l'épouse de Sergueï Tikhanoski, Svietlana, simple professeur d’anglais sans aucune expérience politique s’est déclarée candidate à la place de son mari et s’être révélée être beaucoup plus dangereuse que prévu en fédérant autour d’elle la contestation (recevant le soutien du clan Babarika) et annonçant que si elle était élue, elle ferait libérer tous les opposants politiques et organiserait une nouvelle élection présidentielle libre. Elle a conscience de ne pas avoir les compétences nécessaires à ce poste et laisse volontairement la place à une personne plus expérimentée. Ayant déposé devant la commission électorale un recours pour contester le résultat officiel des élections et craignant pour sa sécurité, elle a dû s'enfuir en Lituanie où elle est aujourd’hui réfugiée.

7) La population biélorusse hait Alexandre Loukachenko et les mensonges accumulés depuis 26 ans et il n’est besoin d’aucune influence étrangère, comme il le prétend pour provoquer son soulèvement. Il suffisait de voir cette année comment une grande partie de la population arborait dans la rue et lors des élections un bracelet blanc symbole de la demande simplement d’élections libres et loyales.

8) Loukachenko et en particulier son ministre de l’intérieur, Youri Karaïev, ont encore fait donner cette année contre la population la police et les forces spéciales de répression (les « Омоn », milice sans limites, sadique et intervenant dans une zone totale de non droit car il est impossible de les identifier pour les poursuivre pour leurs exactions), sans compter les éléments d’origine inconnue agissant en civil et parfois dans des voitures sans plaques d’immatriculation. Pour empêcher la population de communiquer, le gouvernement a par ailleurs fait couper Internet dans le pays du dimanche 12 au mercredi 15 août.

9) La répression a été d’une férocité extrême et rappelle les méthodes staliniennes ou fascistes : enlèvements en pleine rue d’individus pour terroriser la population (il suffit par exemple d’arborer les couleurs blanc et rouge de la Biélorussie historique pour être embarqué), destruction des véhicules et enlèvements des conducteurs klaxonnant dans la rue pour manifester leur mécontentement, matraquage en pleine rue de manifestants n’offrant pourtant aucune résistance, conditions inhumaines dans les prisons (pas de possibilité de se coucher et parfois même de s’asseoir compte tenu de l’entassement des prisonniers dans des cellules exiguës – 6.000 personnes ont été arrêtés dans les 3 premiers jours –, matraquage systématique à la moindre demande, pas de nourriture,..), viols répétitifs de certaines femmes dans les fourgonnettes d’Омоns…  Les violences ont atteint un tel degré que Youri Karaïev a dû se diffuser un communiqué officiel où il « s’excuse pour les personnes blessées par hasard pendant les manifestations »  Sputnik). Il suffit d’être présent sur le terrain ou de visionner les vidéos disponibles sur le site www.tut.by pour voir à quoi ressemble le « hasard biélorusse ».

10) Mais la population biélorusse n’a plus peur de Loukachenko qui, en dépit de ce soulèvement général (les principales usines du pays sont maintenant en grève) prétend que l’agitation intérieure est due à des « influences étrangères ». Des centaines de milliers de personnes manifestent depuis plusieurs jours de façon totalement pacifique et spontanée y compris femmes, enfants et personnes âgées. Des chaînes humaines portant des fleurs sur des kilomètres se forment au long des routes tandis que les voitures qui passent klaxonnent abondamment pour manifester leur solidarité.

11) En dépit de la paranoïa du dictateur, qui prétend exister sans le soutien de Vladimir Poutine (cf. l’épisode rocambolesque des mercenaires russes de l’unité « Wagner » arrêtées près de Minsk peu de temps avant l’élection mais rendues au Kremlin depuis), Loukachenko est obligé de courir au Kremlin demander la protection du Grand Frère russe. Le maître du jeu est le président Poutine qui peut asphyxier l’économie biélorusse (ex. avec le gaz), et qui voit ce petit pays glisser sur une pente dangereuse mettant en cause son intégration à la Fédération de Russie (Loukachenko ayant jusque-là traîné des pieds pour tenter d’exister et de ne pas être qu’un pion de son ami Vladimir) et constituer un dangereux précédent de vraie démocratie au sein de la sphère d’influence russe si cela devait conduire à de véritables élections totalement libres partout sous l’égide d’observateurs internationaux indépendants.

Alexandre Loukachenko a perdu le contrôle de la situation et la révolte contre sa personne étant aujourd’hui tellement générale et viscérale au sein de la population, il apparaît peu réaliste d’envisager son maintien via l’intervention de l’armée. Il lui est difficile en effet, sous le regard bienveillant de la Russie de faire tirer sur une foule pacifique de dizaines de milliers de femmes et d’enfants extrêmement policée, qui ne commet pas d’incivilités (des troubles pouvant néanmoins être créés par des « provocateurs » pour justifier le recours à l’intervention de la force, comme cela a été le cas dans les derniers mois) et qui réclame juste ce que Loukachenko prétend leur donner : des élections libres et justes. Ce qui se passe aujourd’hui en Biélorussie n’est pas un nouveau Maïdan et pas besoin de l’intervention en sous-main de puissances étrangères, y compris américaine, pour en arriver là.

Vladimir Poutine doit donc intervenir dans les affaires intérieures biélorusses, tout en prétendant ne pas le faire directement aux yeux de l’opinion internationale, pour remplacer son pion. La Biélorussie n’a pas vocation à sortir de si tôt de la sphère d’influence russe et il vaudrait mieux pour tout le monde, Occident y compris, une intervention russe rapide qu’un massacre biélorusse commis par un dictateur que certains observateurs pensent devenu fou.

Victor Babarika, philanthrope et ancien directeur de l’antenne locale de Gazprombank est-il suffisamment soumis au Kremlin pour pouvoir ménager la chèvre et le chou et ne pas être tenté à terme par un rapprochement avec l’Union Européenne qui serait certainement économiquement beaucoup plus profitable à la Biélorussie ? Un autre candidat susceptible de recueillir l’assentiment de la population biélorusse est-il dans la manche du Kremlin ? Espérons-le.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 18/08/2020 - 11:19
Totalutaire et dictatorial.
Il ne s'agit pas vraiment de système totalitaire idéologique comme les régimes communistes ou nazis. Ces régimes simplement dictatoriaux ou autoritaires ( quand ils sont en mode dégradé) sont plus vulnérables car ils ne quadrillent pas tout le pays de la base jusqu'au sommet comme le faisaient les PC et la langue de bois idéologique n'irrigue pas toute la société.
TPV
- 18/08/2020 - 08:36
La Russie va intervenir
Pour le virer et éviter un Ukraine 2.
Liberte5
- 17/08/2020 - 19:23
Les régimes totalitaires ne peuvent pas durer indéfiniment .....
contre la volonté du peuple. A. Loukachenko tient , depuis 1994 , ce pays d'une main de fer. Il est maintenant au bout du rouleau. V. poutine peut-il trouver quelqu'un de présentable qui soit susceptible d'être accepté par les citoyens. S'il n'y a pas une acceptation minimum d'un futur dirigeant , la situation risque de dégénérer.