En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

02.

COVID-19 : les derniers chiffres en France ne sont pas bons. Nous allons le payer

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

05.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

06.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

07.

Séparatisme : cachez moi cet islamisme que je ne saurais nommer

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

06.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

05.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

06.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Calendrier électoral
Présidentielle 2022 : EELV décide de repousser la désignation d’un candidat après les régionales
il y a 8 heures 7 min
light > Culture
Icône du théâtre et du cinéma
Mort de l'acteur Michael Lonsdale à l'âge de 89 ans
il y a 9 heures 59 min
pépites > Justice
ENM
Eric Dupond-Moretti propose l'avocate Nathalie Roret pour diriger l'Ecole nationale de la magistrature
il y a 11 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Bananas (&Kings)" de Julie Timmerman au Théâtre de la Reine blanche : une pièce courageuse et engagée, qui nous adresse un avertissement sans frais

il y a 13 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le métier de mourir" de Jean-René Van Der Plaetsen : spécial rentrée littéraire, un avant-poste confiné en territoire hostile. Le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 13 heures 16 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

La Chine plus forte que le Covid. La France et les autres, au garde-à-vous

il y a 13 heures 43 min
pépites > Politique
Bérézina
Déroute de la République en Marche au premier tour des élections législatives partielles
il y a 15 heures 6 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Comment choisir l'iPad qu'il vous faut parmi tous les modèles qui existent désormais ?
il y a 16 heures 5 min
pépite vidéo > Politique
Campagne électorale
Marine Le Pen "réfléchit" à quitter la présidence du Rassemblement national avant la présidentielle
il y a 16 heures 44 min
light > Politique
Etourdi
Pressé, le député Jean Lassalle se gare sur un passage à niveau et bloque un train
il y a 17 heures 19 min
light > Culture
Bilan inquiétant
Journées du patrimoine : la fréquentation en net recul suite à l'impact de la crise sanitaire
il y a 9 heures 12 min
pépites > Santé
Briser les chaînes de contaminations
Coronavirus : de nouvelles mesures de restrictions vont être appliquées à Lyon
il y a 10 heures 30 min
pépites > Société
Annonces
Emmanuel Macron présentera sa stratégie de lutte contre les "séparatismes" le 2 octobre prochain
il y a 12 heures 32 min
pépites > International
Argent sale
« FinCEN Files » : l'argent sale et les grandes banques mondiales
il y a 13 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Détour" de Luce D'Eramo : survivre et revenir de l’enfer, un témoignage poignant, un livre rare

il y a 13 heures 25 min
pépites > Social
Paradoxe
La Métropole du Grand Paris est marquée par de fortes inégalités sociales qui ont augmenté
il y a 14 heures 2 min
décryptage > Economie
Evolution de l'épidémie

COVID-19 : les derniers chiffres en France ne sont pas bons. Nous allons le payer

il y a 15 heures 34 min
décryptage > Politique
Assemblée nationale

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

il y a 16 heures 19 min
décryptage > Santé
Le bouclier du sommeil profond

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

il y a 17 heures 14 min
décryptage > Europe
Camp de Moria

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

il y a 17 heures 49 min
© Sameer Al-Doumy / AFP
© Sameer Al-Doumy / AFP
Délinquants déconfinés

Gérald Pandelon : "Avec la crise sanitaire, le risque d’augmentation de la délinquance de droit commun est réel ; les gros voyous, en revanche, s’y sont préparés et ont des réserves"

Publié le 09 août 2020
Dans "La France des caïds", Gérald Pandelon met en évidence la toute-puissance des grands bandits sur les milieux économiques, sociaux et politiques en France. Avec la crise sanitaire et économique, la situation risque fort de perdurer.
Gérald Pandelon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire et avocat à la Cour d'appel de Paris, Gérald Pandelon est docteur en droit et docteur en science politique. Diplômé de Sciences-Po, il est également chargé d'enseignement. Il est également l'auteur de L'aveu en matière...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans "La France des caïds", Gérald Pandelon met en évidence la toute-puissance des grands bandits sur les milieux économiques, sociaux et politiques en France. Avec la crise sanitaire et économique, la situation risque fort de perdurer.

Atlantico : Dans votre nouvel ouvrage, « La France des caïds » publié aux éditions Max Milo, vous revenez sur votre parcours en tant qu’avocat et sur certaines affaires et cas emblématiques. Vous dévoilez notamment les 1001 visages du banditisme. Vous décrivez notamment la porosité du grand banditisme avec certains autres secteurs de la société comme la classe politique ou certains fonctionnaires. Quels sont les principaux secteurs concernés ? Comment lutter contre cette emprise ?

Gérald Pandelon : Les principaux secteurs concernés sont ceux en relation avec les missions de sécurité et, par ailleurs, selon les informations qui m'ont été fournies, les marchés publics. Des affaires d'ailleurs très importantes vont être jugées prochainement mêlant le monde politique et celui de la commande publique. A mon sens, il sera particulièrement difficile, pour ne pas dire impossible, de lutter contre ce type de clientélisme, très enraciné, et quasiment impossible à établir puisque effectué en sonnantes et trébuchantes. De plus, des deux côtés, voyous et politiques, tout le monde y trouve son compte.

La mission d’avocat a-t-elle évolué ces dernières années ? La mutation du grand banditisme a-t-elle eu un impact sur vos missions essentielles et pour la défense de vos clients ?

La mission de l'avocat a, en général, évolué à l'heure de l'ubérisation du droit et des "légal tech", et, en particulier, au pénal, où l'avocat suit les mutations induites par la transformation du banditisme en conseillant davantage de ce qu'il plaide. La sophistication accrue de l'acte délinquantiel sonne le crépuscule de l'activité plaidante. On discute aujourd'hui de plus en plus de montages juridiques sophistiqués "off shore", que de stratégie de défense devant une cour d'assises statuant sur un vol à main armée, infraction qui n'intéresse plus personne. 

La crise économique tant redoutée pour la rentrée prochaine va-t-elle affecter l’économie parallèle et le banditisme ? Quelles pourraient être les conséquences pour la société française au regard de ce qu’il s’est passé durant le confinement et depuis la levée du confinement ?

Si la perspective de la crise est confirmée, ce dont on peut toujours douter car la science économique n'est elle-même pas réellement scientifique si l'on admet qu'elle est rarement prédictive, le risque est réel de voir une recrudescence de la délinquance de droit commun, c'est dite une hausse des vols notamment, c'est dire surtout des infractions instantanées car, précisément, il faudra engranger des sommes d'argent rapidement. 

Le banditisme et la « France des caïds » sont-ils également concernés ? 

Les caïds évoqués dans mon ouvrage sont des individus plus réfléchis que les jeunes délinquants d'aujourd'hui, par conséquent moins violents spontanément. Dans mon livre, j'évoque davantage le profil de "décideurs" que celui de "sauvageons" écervelés qui n'auraient aucune conscience donc aucune notion du risque encouru. Les gros voyous, en revanche, ont déjà intégré les risques inhérents d'une crise sanitaire, ils ont des réserves...

Le récent remaniement gouvernemental et l’arrivée d'Eric Dupond-Moretti et de Gérald Darmanin sont-ils des bons signaux dans le cadre de la lutte contre le banditisme ? La lutte contre le blanchiment et le trafic de drogue, évoquée par le gouvernement,  seront-elles réalisables face à l’ampleur de la tâche et au regard des manques de moyens ? 

Je crois très sincèrement que l'arrivée de ces deux ministres ne changera rien. D'abord, parce que l'agenda politique ne le permet pas. Les réformes évoquées par M. Dupond-Moretti ne seront réalisables que dans trois années à supposer que notre Garde des Sceaux s'y emploie immédiatement ; or, dans 22 mois une nouvelle élection présidentielle aura lieu qui verra sans doute un nouveau président accéder à l'Élysée. Ensuite, parce qu'il s'agit davantage d'un coup de pub, donc de communication, que d'une réelle volonté du President de voir changer les choses. Si telle avait été sa volonté, je considère qu'il l'aurait fait d'entrée de jeu. Enfin, la lutte contre le trafic de stupéfiants puis son blanchiment constitue un échec si l'on admet que ce sont 624 milliards d'euros qui sont réalisés en chiffres d'affaires dans le monde pour les stupéfiants et, en France, 3,6 milliards d'euros, soit à peu près celui du blanchiment (3,2 milliards d'euros). Autrement dit, nos gouvernants n'ont en réalité aucune solution et, pire encore, s'ils en avaient ils ne les mettraient pas en œuvre car elles sont impopulaires. Autrement dit, l'efficacité est impopulaire et l'inefficacité très populaire puisqu'invariablement les mêmes individus-électeurs déçus continuent à voter pour les mêmes personnes. 

Gérald Pandelon publie "La France des caïds" aux éditions Max Milo

Retrouvez quatre extraits publiés ces dernières semaines sur Atlantico :
Retour de l’Etat de droit : la difficile et délicate mission de la lutte contre le narcobanditisme
- La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme
La France des caïds : le bandit qui murmurait à l’oreille du RSI
La France des caïds : voyage au pays des narcobandits

Lien vers la boutique : ICI et ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires