En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

02.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

05.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

06.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

07.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
"Tester, alerter, protéger"

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

il y a 8 min 4 sec
décryptage > France
Non, non et non

La phrase terrible du président du CFCM : "il faut savoir renoncer à certains droits"...

il y a 46 min 25 sec
pépites > France
Coronavirus
La France et l'Europe débordées par le virus : l'Hexagone se reconfine mais laisse ses établissements scolaires ouverts, nouvelles restrictions en Allemagne pendant un mois
il y a 1 heure 4 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 11 heures 14 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 15 heures 17 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 17 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 18 heures 31 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 20 heures 29 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 20 heures 53 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 21 heures 25 min
décryptage > International
Mais qu'est-ce qu'ils allaient faire dans cette galère ?

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

il y a 45 min 28 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

il y a 48 min 26 sec
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 11 heures 2 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 12 heures 1 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 16 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 18 heures 10 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 19 heures 32 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 20 heures 40 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 21 heures 6 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 21 heures 46 min
© JIM WATSON / AFP
Donald Trump Etats-Unis
© JIM WATSON / AFP
Donald Trump Etats-Unis
Calendrier électoral

Report de la présidentielle 2020 : l’inquiétant Monsieur Trump

Publié le 31 juillet 2020
Donald Trump a évoqué pour la première fois, dans un message publié sur Twitter, l'hypothèse d'un report de l'élection présidentielle. Le dirigeant américain a notamment évoqué des risques de fraude. A-t-il la possibilité de reporter la date du scrutin ? Donald Trump se sent-il en danger face à Joe Biden ?
Jean-Eric Branaa
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Eric Branaa est spécialiste des Etats-Unis et maître de conférences à l’université Assas-Paris II. Il est chercheur au centre Thucydide et chercheur associé à l’institut l'IRIS. Il est notamment l'auteur de Hillary, une présidente des Etats-Unis ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Donald Trump a évoqué pour la première fois, dans un message publié sur Twitter, l'hypothèse d'un report de l'élection présidentielle. Le dirigeant américain a notamment évoqué des risques de fraude. A-t-il la possibilité de reporter la date du scrutin ? Donald Trump se sent-il en danger face à Joe Biden ?

Atlantico.fr : Donald Trump a tweeté ce jeudi 30 juillet : "Avec le vote par correspondance (…) 2020 sera l'élection la plus inexacte et la plus frauduleuse de l’histoire (...) Ce serait très embarrassant pour les États-Unis. Reporter l'élection jusqu’à ce que les gens puissent voter normalement, en toute sécurité ?". Il évoque notamment les divers risques liés à l'épidémie de coronavirus. A-t-il la possibilité de reporter la date des élections ? 

Jean-Eric Branaa : Beaucoup évoquent le fait qu’un tel report serait anticonstitutionnel, alors précisons-le sans détour : il n’y a absolument rien dans la Constitution qui interdirait le report d’une élection présidentielle. La seule disposition qui compte est que la Constitution fixe une date limite aux mandats du président et du vice-président : ils se terminent tous les deux le 20 janvier 2021, à midi pile.

On apprend dans les cours de droit constitutionnel ou de science politique américaine que l’élection du président a lieu « le 1er mardi après le premier lundi de novembre ». La phrase est complexe et peut laisser croire qu’elle est tirée de la Constitution, mais il n’en est rien. C’est le code des élections qui définit ainsi cette journée, en vertu d’une loi votée en 1845.

Si une loi définit quelque chose, cela signifie que seule une autre loi (ou un amendement ou une décision de la Cour suprême) peut y mettre fin ou la modifier. Mais, en aucun cas, le président des États-Unis, qui n’a pas le moindre pouvoir dans ce processus. 

Il reste bien entendu à Donald Trump son pouvoir politique, puisqu’il est le chef de la majorité et qu’il peut inciter les républicains à voter une telle disposition. Mais, depuis les élections de mi-mandat de novembre 2018, il a perdu la majorité à la chambre des représentants : il est donc dans l’incapacité de faire passer la moindre loi sans l’aval des démocrates, ce qui n’arrivera évidemment pas en période électorale, et surtout aussi près du scrutin, alors que les tensions se font si fortes.

Les démocrates ont proposé une solution alternative : le vote par correspondance. Contrairement à Donald Trump, ils sont en position de le mettre en place car, si la date du vote est fixée par le pouvoir fédéral, l’organisation pratique de ce vote échoit aux États. Plusieurs d’entre eux ont déjà adopté ce vote par correspondance de manière généralisée, à cause de la situation sanitaire : dans le Colorado, à Hawaii, en Oregon, en Utah, et dans l’État de Washington, les électeurs n’auront pas à se déplacer pour voter. C’est bien ce que pointe Donald Trump, qui estime que cela favorise les fraudes, mais n’en n’apporte pas la preuve.

En résumé, tous les critiques ont compris que cette phrase tweetée par Donald Trump avait une seule fonction : détourner l’attention. Ce qu’on ne sait pas avec certitude c’est de si le détournement d’attention devait permettre d’atténuer l’impact du discours de Barack Obama, qui a prononcé l’éloge funèbre de John Lewis, le héro des droits civiques, ou pour cacher les résultats économiques qui venaient de tomber… 5 minutes plus tôt à peine. 

À moins de 100 jours des élections présidentielles, pensez-vous que le président actuel des États-Unis se sent en danger ? 

On remarque en effet une vraie fébrilité chez Donald Trump, qui se manifeste par une absence de cohérence dans les décisions et des changements de braquet très rapides et très brutaux. Le plus spectaculaire a été son changement de position sur la pandémie, après qu’il ait fait preuve d’un déni incroyable pendant trois mois et qu’il ait incité ses supporters à en faire autant. Son changement de position n’a pas ménagé ces troupes qui se montraient très actives pour relayer ses messages et démontrer, notamment sur les réseaux sociaux, qu’il n’y avait aucune crise sanitaire aux États-Unis. Les plus cyniques ont changé leur discours aussi rapidement que lui, mais d’autres sont restés troublés, étant moqués à leur tour par celles et ceux avec qui « ils croisaient le fer ». Pas simple d’être militant avec un chef qui n’a pas un cap clair.

Donald Trump n’est pas le seul responsable de cette situation : c’est au Parti républicain qu’il doit d’avoir été enfermé dans cette campagne sans aucun programme. Car ce sont eux qui ont voté voici deux mois pour ne pas en proposer de nouveau, alors que le locataire de la Maison-Blanche pensait qu’il fallait le faire. Cette absence de programme est également très déroutante, car ses militants ne savent plus comment défendre leur champion. L’argument principal, qui était celui de l’économie a fini par leur échapper. Ils s’étaient précipités un peu trop vite sur les premières annonces de reprise de l’activité et de la baisse du chômage après le pic du mois de mars-avril. Mais comment pouvait-ils créditer Donald Trump pour cette reprise quand il ne s’agissait que d’un début de retour au travail, sans réelle création de quoi que ce soit ? Le chômage s’est bloqué à plus de 11% et cela pourrait empirer, au grand dam du camp républicain qui espérait une reprise rapide. Les chiffres économiques de juillet sont catastrophiques alors que l’économie américaine s’est contractée à un rythme record de 32,9% au deuxième trimestre, son plus fort ralentissement depuis au moins les années 1940. C’est cela qui met particulièrement Donald Trump en danger, alors qu’il avait bâti sa communication sur les excellents chiffres du chômage qui se succédaient depuis trois ans, pour atteindre 3,5% en janvier, le plus bas chiffre depuis 50 ans. Le retournement de situation est spectaculaire et ses opposants vont faire le lien avec son déni de la pandémie et la réouverture beaucoup trop rapide et imprudente de l’économie dès le mois de mai, alors que rien ne s’était calmé sur le front sanitaire et que tout le monde l’avertissait de ne pas le faire.

Les derniers sondages parus donnent une nette avance à l'adversaire de Donald Trump, Joe Biden. Quelle peut-être l'ambiance à la Maison Blanche en ce moment ? 

On peut imaginer beaucoup de choses, qui seraient des spéculations et amèneraient sur le terrain de l’attaque personnelle ou du dénigrement, en portant sur des remarques sur le caractère du président, son tempérament ou autre artifice un peu trop facile.

On peut aussi penser que l’atmosphère doit être très studieuse car les conseillers doivent échafauder de nombreuses stratégies pour tenter de retourner les choses. C’est vrai qu’il reste moins de 100 jours jusqu’au 3 novembre et que personne n’a réussi à remonter un tel retard dans la période moderne. Mais en politique tout est possible et rien n’est vraiment joué avant la proclamation du résultat : c’est très certainement le message qui est sans cesse répété en ce moment derrière les imposantes portes de la Maison-Blanche.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 01/08/2020 - 20:06
Oui Liberté 5
On aimerait avoir un autre son qui ne soit pas d'une cloche.....
Mais....en dépit du rouleau compresseur de la propagande, les ricains sont pas idiots: ils l'ont fait savoir à Hillary la bécasse en 2016
Liberte5
- 01/08/2020 - 15:13
A défauf d'informer, J.E. Branaa fait de la propagande.
En ne disant rien sur le comportement des gouverneurs démocrates qui font tout pour bloquer la reprise économique, les médias américains qui sont dans une hystérie anti-Trump, les antifas qui sèment le chaos et la santé santé mentale de J. Biden ,etc. il nous désinforme. Mais heureusement nous avons d'autres sources et je pense que D. Trump va gagner , car J. Biden est sénile et ne tiendra pas le choc dans un débat avec D. Trump. Beaucoup d'électeurs démocrates ne vont pas aller voter pour un sénile corrompu. Le chaos que l'on voit dans des villes démocrates va en refroidir plus d'un, chez les démocrates et chez d'autres qui voulaient virer D. Trump. Le vote par correspondance est la source de fraude massive. Le New York Times en 2012 en faisait état dans une étude sur cette question. Mais aujourd'hui le NYT qui a viré à l'extrême gauche dit le contraire.J.E. Branaa vous perdez tout crédit en cachant la vérité sur la situation actuelle aux USA, telle qu'elle est et non comme la voit les démocrates et les pseudos observateurs Français. N. Bacharan, en étant la caricature parfaite.
Marie Esther
- 01/08/2020 - 11:36
Je ne parie pas sur la date des elections
Mais sur la victoire de Trump. Il n'est pas possible que les démocrates même s'ils détestent Trump votent pour l'insignifiant sénile Biden.
Je pense que Trump gagnera et je l'espère.