En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

02.

Un Officier de la CIA mort au combat en Somalie

03.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

04.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

05.

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

06.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

07.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

01.

Mi-figue, mi-raisin

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Ces images "nous font honte"
Producteur passé à tabac par des policiers : Emmanuel Macron réagit dans un long texte sur Facebook
il y a 19 min 33 sec
pépites > France
Lutte contre le séparatisme
Le CCIF, menacé de dissolution par le gouvernement, annonce s'être auto-dissous
il y a 2 heures 53 min
pépites > Politique
Couac
Castex en marche arrière toute : finalement la "commission indépendante" ne réécrira pas l'article 24 de la loi "sécurité globale"
il y a 3 heures 35 min
light > Media
Esprit Canal
Sébastien Thoen aurait été viré de Canal+ après sa parodie de Pascal Praud pour Winamax
il y a 4 heures 5 min
light > Religion
Archéologie
Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant
il y a 6 heures 53 min
décryptage > High-tech
Usage d'Internet

Nos e-mails sont-ils vraiment une menace pour l'environnement ?

il y a 8 heures 9 min
pépite vidéo > Politique
"Images insoutenables"
Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"
il y a 9 heures 9 min
décryptage > Justice
Législation

Haine en ligne : à Bruxelles comme à Paris, une réponse législative pas à la hauteur du défi sociétal

il y a 9 heures 24 min
light > Culture
Star
Isabelle Huppert meilleure actrice du monde au XXIe siècle selon le New York Times
il y a 9 heures 56 min
décryptage > Terrorisme
Justice

Procès de l’attentat de Villepinte : l’Iran en ligne de mire

il y a 10 heures 31 min
pépites > Justice
Justice
Affaire Carlos Ghosn : Rachida Dati a été placée sous le statut de témoin assisté
il y a 2 heures 5 min
pépites > Terrorisme
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : la Norvège autorise l'extradition d'un suspect vers la France
il y a 3 heures 17 min
pépites > International
Opération spéciale ?
Iran : un responsable du programme nucléaire, Mohsen Fakhrizadeh, aurait été assassiné
il y a 3 heures 46 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand Cédric se veut soutenable et quand Franck prend son pied : c’est l’actualité frimaire des montres
il y a 5 heures 45 min
pépites > Religion
Vatican
Coronavirus : une crise qui révèle ce qu'il y a dans nos coeurs estime le pape dans une longue tribune publiée par le New York Times où il évoque en détail la grave maladie qui l'a touché dans sa jeunesse
il y a 7 heures 34 min
décryptage > Politique
Stratégie de lutte contre le virus

Pour protéger mamie du Covid, le gouvernement veut la pousser dans les orties

il y a 8 heures 44 min
pépites > Politique
Couac
Article 24 : le ministre des Relations avec le Parlement déclare que les députés auront le dernier mot
il y a 9 heures 23 min
décryptage > France
Appel aux autorités

Dans la peau d’un autiste

il y a 9 heures 48 min
pépites > Politique
Police
Emmanuel Macron aurait été choqué par la vidéo montrant un producteur de musique frappé, et aurait recadré Gérald Darmanin
il y a 10 heures 21 min
décryptage > International
Opérations américaines en Afrique

Un Officier de la CIA mort au combat en Somalie

il y a 10 heures 47 min
© KAREN MINASYAN / AFP
© KAREN MINASYAN / AFP
Géopolitique

La Transcaucasie, un terrain d'affrontement supplémentaire entre grandes puissances ?

Publié le 19 juillet 2020
La Transcaucasie, où se sont affrontés l'Arménie et l'Azebaïdjan, pourrait devenir le théâtre d'un nouveau conflit de dimension internationale.
Ardavan Amir-Aslani
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ardavan Amir-Aslani est avocat et essayiste, spécialiste du Moyen-Orient. Il tient par ailleurs un blog www.amir-aslani.com, et alimente régulièrement son compte Twitter: @a_amir_aslani.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Transcaucasie, où se sont affrontés l'Arménie et l'Azebaïdjan, pourrait devenir le théâtre d'un nouveau conflit de dimension internationale.

Trois jours d'affrontements entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan auront-ils raison de la trêve tacite que les deux pays avaient réussi à maintenir depuis 2016 ? C'est ce qui est actuellement à craindre en Transcaucasie qui, à l'instar de la Syrie ou de la Libye, pourrait devenir le théâtre d'un nouveau conflit de dimension internationale.

Les combats ont été initiés dimanche ou lundi dernier, dans des circonstances très floues, les deux pays s'accusant mutuellement d'avoir déclenché les hostilités autour d'un poste-frontière du district de Tovouz, au nord-est de l'Arménie. Après une nuit de cessez-le-feu mercredi, les affrontements avaient repris jeudi matin, et la cacophonie persiste toujours : Erevan accuse l'Azerbaïdjan d'avoir bombardé les villages de Aygepar et Movses au mortier, tandis que Bakou insiste sur la responsabilité de l'Arménie, affirmant que ses forces armées ont tenté une nouvelle fois d'attaquer ses positions près de Tovouz. Pour l'heure, 16 personnes, onze militaires, dont un général, et un civil azerbaïdjanais, et quatre soldats arméniens, ont déjà été tuées.

De longue date, l'Arménie et l'Azerbaïdjan sont en conflit autour de la souveraineté du Haut-Karabagh, région sécessionniste d'Azerbaïdjan soutenue dans cette voie par l'Arménie. Or, les affrontements de ces derniers jours sont d'autant plus inquiétants qu'ils n'ont précisément pas eu lieu près de ce territoire mais, cas extrêmement rare, à la frontière nord entre les deux ex-républiques soviétiques. Ils interviennent surtout dans un moment diplomatique particulièrement tendu entre les deux pays. A peine une semaine plus tôt, Ilham Aliyev, le président azerbaïdjanais, semblait rejeter toute négociation avec l'Arménie dans le but d'en finir avec ce « conflit gelé » de plus de 30 ans, accusant Erevan de mauvaise foi et de préférer entretenir le statu-quo à son avantage. Plus concrètement, Aliyev a menacé une fois de plus de recourir à la force si le processus de négociation n'amenait aucun résultat concret. En d'autres termes, tant que l'Arménie ne retirait pas ses forces des zones contestées, et ce point de vue a été confirmé par la remarque de l'ambassadeur azerbaïdjanais à Moscou : « Tant que le territoire azerbaïdjanais est occupé, ce type d'incidents est inévitable. Les négociations doivent mener à des résultats. Sans cela, il ne peut y avoir que des combats... La question n'est pas de savoir qui a commencé, qui a répondu, ce sont des détails insignifiants. La question, c'est de savoir pourquoi cela arrive : parce que des forces étrangères occupent le territoire azerbaïdjanais ».

Mais du point de vue arménien et international, il ne s'agit pas d'une occupation illégale. En vertu de l'accord de cessez-le-feu de 1994, adopté sous l'égide du groupe de Minsk et de la Troïka des pays de l'OSCE et qui a mis fin aux trois années de guerre entre les deux pays, ce sont en effet les forces arméniennes qui contrôlent le Haut-Karabagh, ainsi que plusieurs districts azéris. L'Azerbaïdjan s'est néanmoins toujours senti désavantagé par cette paix incertaine.

Selon le même procédé de parallélisme des formes, Bakou et Erevan persistent à se renvoyer la responsabilité des attaques et à les justifier par une situation domestique critique. Néanmoins,étant avantagée par le cessez-le-feu de 1994, l'Arménie n'a précisément rien à gagner d'une rupture du statu-quo et d'une entrée en guerre, un point qui valide à lui seul les soupçons à l'égard de l'Azerbaïdjan. En outre, la propagande anti-arménienne est très forte dans ce pays, et d'autant plus facilement instrumentalisée en cette période de lutte contre la crise économique et sanitaire (la pandémie de Covid-19 n'épargnant aucun des deux pays où le confinement reste très strict) qu'il est commun de détourner l'attention vers un « ennemi » extérieur. Dans la nuit de mardi à mercredi, des milliers de manifestants ont ainsi bravé l'interdiction de sortir et sont descendus dans les rues pour réclamer la guerre contre l'Arménie et la reconquête du Haut-Karabagh. La dernière guerre entre les deux pays avait pourtant fait 30 000 morts en trois ans...

Face à la crainte d'une déstabilisation sérieuse du Caucase, l'Union européenne et les Etats-Unis ont appelé l'Azerbaïdjan et l'Arménie à l'apaisement. Mais les regards se tournent surtout vers la Russie et la Turquie, les deux grandes puissances qui ont des intérêts géostratégiques concurrents dans la région, et qui apportent leur soutien respectif aux belligérants.

La Russie considère le conflit du Haut-Karabagh comme l'un de ces nombreux « conflits gelés » de son « étranger proche », le Caucase, qu'elle instrumentalise en vue de rétablir la sphère d'influence qui était la sienne à l'époque soviétique. Elle soutient l'Arménie, qui a fondé avec elle en 2002 l'Organisation du traité de sécurité collective (OTSC), une organisation politico-militaire sur le modèle de l'OTAN qui regroupe certaines des anciennes républiques soviétiques. La Russie possède surtout une base militaire en territoire arménien et se montre très soucieuse de maintenir son influence dans un territoire stratégique sur le circuit des hydrocarbures entre l'Iran, l'Azerbaïdjan et la Turquie. Pour autant, Moscou ne se prive pas de livrer aussi des armes à l'Azerbaïdjan.

Celui-ci pour sa part bénéficie de l'appui de la Turquie qui, pour des raisons historiques évidentes, conserve des relations diplomatiques extrêmement tendues et réduites avec l'Arménie. Ankara conditionne d'ailleurs depuis 2009 une normalisation de ces liens au règlement de la situation au Haut-Karabagh en faveur de l'Azerbaïdjan, mais dix ans après, la situation est toujours au point mort. En outre, le soutien de la Turquie à Bakou est évidemment motivé de longue date par des liens culturels très forts ainsi que des considérations énergétiques, l'Azerbaïdjan étant l'un des principaux producteurs de pétrole de la région.

En marge des affrontements entre les deux pays, le président Erdogan a donc condamné les attaques et les a très clairement attribuées à l'Arménie. Il a surtout rappelé l'engagement de la Turquie aux côtés de l'Azerbaïdjan « avec tous ses moyens » dans une crise qui, selon lui, « dépasse la capacité de l'Arménie » et dont l'objectif « est à la fois d'empêcher la solution dans le Haut-Karabagh et de créer de nouvelles zones de combat ».

Les analystes craignent qu'un basculement de la Transcaucasie dans la guerre constituent un terrain d'affrontement de plus entre grandes puissances rivales, notamment entre la Turquie et la Russie. Mais cela se produira-t-il vraiment ? L'attitude de Moscou est en effet particulièrement ambigüe vis-à-vis de son alliée arménienne, à la grande satisfaction de l'Azerbaïdjan. Considérant les incursions azerbaïdjanaises comme des violations du cessez-le-feu de 1994, l'Arménie avait réclamé de l'OTSC la tenue d'une session extraordinaire lundi prochain pour discuter d'une éventuelle réponse coordonnée. Preuve du malaise engendré par la situation, l'organisation militaire a annulé cette rencontre et a même retiré toute information à ce sujet de son site officiel. Outre le manque de crédibilité dont souffre l'OTSC, c'est la fiabilité de la Russie qui est désormais remise en question, les raisons remontant à la « Révolution de velours » en 2018, qui avait vu l'Arménie se rapprocher des Occidentaux et composer un gouvernement très critique envers l'influence russe.

L'isolement de l'Arménie pourrait être néanmoins rompu par une autre grande puissance que les médias n'évoquent pas encore : l'Iran. Également allié d'Erevan, Téhéran a toujours observé une certaine neutralité officielle dans le conflit du Haut-Karabagh, proposant d'en être le médiateur, tout en fournissant une aide financière, matérielle et militaire à l'Arménie, ce que l'Azerbaïdjan n'ignore pas et dénonce régulièrement. Pour l'Iran, l'objectif reste avant tout d'éviter la formation d'un Haut-Karabagh complètement indépendant afin de ne pas voir se propager les velléités d’indépendances dans cette Caucase si divisée ethniquement. Il trouve donc un intérêt certain à ce que l'Arménie reste le gardien de ces territoires à la souveraineté contestée et pourrait, le cas échéant, affermir son soutien à son égard. Si tel était le cas, la solution du statu-quo risquerait bien de perdurer. Or, celle-ci ne règle rien et ne fait que retarder un inévitable basculement dans la guerre, dont les récents affrontements sont peut-être les prémices.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 19/07/2020 - 20:49
Tiens c'est bizarre
J'avis déposé un commentaire ...j'imagine que ce n'est pas Anasthasie mais un bug...merci aux brillants techniciens de le rétablir
Marie Esther
- 19/07/2020 - 13:04
Le bazar de Transcaucasie
Armenie proche de la Russie et de l'Iran. Azerbaidjan proche de la Turquie. OK mais en ce qui concerne les relations entre Azerbaidjan et Iran, des difficultés dans les relations entre les deux États surgissent régulièrement à propos du statut socio-économique des Azéris d'Iran, à propos des bonnes relations qu'entretient l'Azerbaïdjan avec l'État d'Israël et des bonnes relations qu'entretient l'Iran avec l'Arménie. Depuis 2019, l'Armenie semble prete a resserer ses liens avec Israel malgré deux obstacles majeurs – la vente d’armes à l’Azerbaïdjan par Israël et le refus d’Israël de définir ce qui est arrivé au peuple arménien il y a 105 ans comme un génocide. Bref comme toujours les memes sont amis, ennemis, avec une paix plus ou moins froide selon les evenements et les periodes.
Personnellement j'aime beaucoup l'Armenie, n'ai rien contre l'Azerbaidjan et j'aimerais bien que finisse ce conflit du Haut Karabagh et suis plutot preoccupee par la future cooperation Chine et Iran qui mettra les Iraniens pieds et poings lies dans la gu... de la Chine