En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

03.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

04.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

05.

Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"

06.

Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant

07.

Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens

01.

Fukushima : le réacteur 3 inquiète

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 6 min 38 sec
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 18 min 28 sec
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 1 heure 18 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 2 heures 24 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 3 heures 45 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 4 heures 7 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 4 heures 10 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 4 heures 10 min
décryptage > Politique
Baroque

Commission sur l'article 24 de la loi "sécurité globale" : le symptôme du grave déficit de culture démocratique du quinquennat Macron

il y a 4 heures 10 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les perdants magnifiques : Pierre Mendès France, ou la vertu du renoncement

il y a 4 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 10 min 7 sec
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 47 min 9 sec
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 2 heures 22 sec
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 3 heures 14 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 3 heures 52 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 4 heures 8 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 4 heures 10 min
décryptage > Nouveau monde
Concurrence déloyale

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

il y a 4 heures 10 min
décryptage > France
En roue libre

Violence contre un producteur : qui saura reprendre en main l’encadrement de la police ?

il y a 4 heures 10 min
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 4 heures 10 min
© MARTIN BUREAU / AFP
Jean Castex discours d epolitique générale assemblée nationale
© MARTIN BUREAU / AFP
Jean Castex discours d epolitique générale assemblée nationale
Nouveau Premier ministre

Le style Castex : interprète ou auteur-compositeur ?

Publié le 16 juillet 2020
Florian Silnicki analyse le discours de politique générale de Jean Castex devant les députés à l'Assemblée nationale. Le message de Jean Castex semble être une synthèse politique qui s'enracine dans le discours de ses prédécesseurs.
Florian Silnicki
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florian Silnicki est Expert en communication et Président Fondateur de l'agence de communication de crise LaFrenchCom (https://www.lafrenchcom.fr)
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florian Silnicki analyse le discours de politique générale de Jean Castex devant les députés à l'Assemblée nationale. Le message de Jean Castex semble être une synthèse politique qui s'enracine dans le discours de ses prédécesseurs.

Le discours de politique générale de Jean Castex est d'abord l'illustration d'une synthèse politique qui s'enracine dans le discours de ses prédécesseurs. Il fait ainsi miroir dans certains aspects de sa construction au discours prononcé par Jacques Chaban-Delmas en 1969 qui marqua l'histoire de la communication politique.

Il emprunte également au Président Chirac la lutte contre la fracture sociale qui fut l'un des principaux thèmes de sa campagne pour l'élection présidentielle française de 1995 en reprenant l'axe de communication politique "La "machine France" ne fonctionne plus".

Sur le fond du discours, il emprunte au style de Jean-Pierre Raffarin notamment en vantant une écologie plus proche du terrain, plus concrète et une valorisation des atouts des territoires et de leurs élus.

Ce discours de politique générale est marqué par une introduction en forme de bilan trop élogieux pour être efficace sur l'opinion publique. Un méa culpa sur les résultats aurait sans doute été plus efficace, il y a une volonté manifeste de rendre un hommage sans nuance au gouvernement précédent.

Le Premier Ministre a fait face efficacement à une assemblée nationale qui a tenté de la chahuter tout le long de son discours.

Le discours s'organise autour de la thématique de la fracture sociale qui est une sorte de ligne jaune à laquelle le premier ministre est souvent revenu. C'est utile, à l'heure où le Président de la République cherche un nouveau souffle politique pour les dix prochains mois. Au fond, le reste du temps sera consacré à l'élection présidentielle.

Alors qu'Emmanuel Macron avait marqué le début de son quinquennat par une action très centralisée, se privant des élus locaux qui sont pourtant un thermomètre politique précieux pour le pouvoir central, Jean Castex a tenté d'offrir de l'épaisseur au projet politique du Président de la République en s'appuyant sur les territoires ce qui est aussi un moyen habile de rendre l'action publique proche du citoyen. Il a également tenté de créer du consensus autour des grandes valeurs républicaines. Ce discours de politique générale marque aussi la fin de la communication verticale d'Emmanuel Macron.

Ce discours est un enjeu essentiel pour le premier ministre car il est son entrée en matière. Le discours de politique générale est la première mise en scène de son action politique.

L'enjeu profond de cet exercice oratoire est de redonner du souffle à l'action politique que la communication politique d'Emmanuel Macron a abimé.

Jean Castex réussit plutôt l'exercice même si le discours est (comme souvent) très (trop?) long. C'est d'abord un discours politique qui tente de s'enraciner dans un pacte républicain. Le Premier Ministre semble avoir compris que la communication politique, c'est d'abord de la politique puis de la communication alors que ces dernières années, nos dirigeants avaient semblé pensé que la communication politique. 

C'était d'abord de la communication pour la communication. Le Premier Ministre n'est d'ailleurs pas tombé dans le piège de la petite phrase.

Il a enlevé les paillettes pour revenir à un discours classique de politique générale. Il joue ainsi efficacement la carte de la prudence sur la forme en étant volontairement un peu vieillot dans son style mais plus solennel... un mélange de Chirac et de Raffarin dans la sobriété.

Les discours de politique générale sont systématiquement très compliqués et souvent ratés. Celui-ci est d’autant plus compliqué qu’il intervient le lendemain du Grand Oral du 14 juillet du Président de la République. De manière générale, il est très rare de briller lors d’un tel exercice. C’est le sommet du discours politique, avec celui du Président de la République en Congrès. L’art de devoir tout dire, tout en restant synthétique. 

Sur la forme, le discours est plutôt austère, plat et technocrate. Jean Castex met en lumière le fait qu’il était maire de Prades. Il assoit sa légitimité sur ce mandat d’élu local. « Je sais pour la côtoyer tous les jours qu’il existe une France qui ne dit rien mais qui n’en pense pas moins » et à de nombreuses fois il se réfère au code communal pour qualifier des faits, tels que « le trouble à tranquillité public ». Il est évident que le choix de Castex est aussi de renouer avec les élus locaux avec qui il a eu tant de conflits.

Un bon discours de politique générale ne doit pas être trop long, synthétique et globale. Le danger est d’en faire un catalogue fastidieux de mesures. C’est ce qui est arrivé avec Castex, mais aussi à de nombreux prédécesseurs. Nous n’arrivons pas vraiment à comprendre clairement la ligne, qui aurait dû être simplement annoncé. A noter qu’il a félicité son prédécesseur, ce qui n’est pas commun.

Dans ce discours de politique générale, il y a un mixte de différents discours de politique générale : du Raffarin dans la France des territoires et dans la libération des énergies et du Villepin sur l’emploi. Mais également du Hollande dans la concertation systématique et du Sarkozy avec le partage de la valeur dans l’entreprise. 

En terme de sécurité, bien meilleur notamment sur la lutte contre le terrorisme avec rhétorique guerrière avec de nombreuses référents aux combats, à la lutte, à la mobilisation. Cette rhétorique fonctionne sur l’opinion publique.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 16/07/2020 - 22:28
Les finances d'Atlantico
sont elles à ce point dans le rouge que la Macronie ait donné des sous à Ferjou pour pouvoir publier ce torche-cul