En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

03.

L’enseigne Cultura boycottée par des clients pour son utilisation de l’écriture inclusive

04.

Une arme de destruction massive contre l’écriture inclusive : le boycott

05.

Une femme considérée comme très malheureuse pourra avorter jusqu’au dernier jour de sa grossesse

06.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

07.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

01.

Comment ne pas tirer sur des civils ou ses propres soldats ?

02.

Escroquerie à la mémoire

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

06.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

06.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
Solidarité avec le peuple libanais
Liban : retrouvez l’intégralité de la conférence de presse d’Emmanuel Macron à Beyrouth
il y a 21 min 24 sec
pépites > Histoire
Mémoire
Japon : commémorations à Hiroshima, 75 ans après la première bombe atomique de l’histoire
il y a 1 heure 30 min
light > Science
Peau robotique
Inspirés par Star Wars, des scientifiques ont créé une peau artificielle révolutionnaire
il y a 2 heures 48 min
pépite vidéo > Politique
Bain de foule
Dans les rues de Beyrouth, Emmanuel Macron a entendu la colère du peuple libanais
il y a 4 heures 31 min
pépites > France
Nouveau drame
Le Mans : un policier a été tué par un chauffard lors d’une intervention
il y a 6 heures 57 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Darmanin défend la police (et lui-même); Marianne étrille EELV; Le Havre, port tué par la CGT; Guerre culturelle : Zemmour dénonce la bêtise de la droite qui croit avoir gagné alors que la gauche domine; Les secrets du nouveau modèle CNews
il y a 9 heures 7 min
décryptage > Société
Ils ont osé ça

Une femme considérée comme très malheureuse pourra avorter jusqu’au dernier jour de sa grossesse

il y a 10 heures 32 min
décryptage > Santé
Pandémie

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

il y a 11 heures 13 min
décryptage > Société
Réorganisation des entreprises

Open space : la Covid m’a tué

il y a 12 heures 10 min
décryptage > France
Risques à domicile

De Lubrizol à Beyrouth en passant par le pont de Gênes, les leçons des catastrophes sont-elles bien tirées en France ?

il y a 12 heures 50 min
pépites > International
Voix de la France
Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique
il y a 39 min 43 sec
pépites > Faits divers
Centre-ville du Havre
Prise d'otages dans une agence bancaire du Havre
il y a 2 heures 6 min
pépites > Politique
#MeToo
Les conseillères de l’Elysée avaient alerté et dénoncé des comportements misogynes au plus haut sommet de l’Etat en 2018
il y a 3 heures 46 min
light > People
Contexte pesant
Michelle Obama confie souffrir d'une "légère dépression"
il y a 5 heures 5 min
pépite vidéo > International
"Le Liban n’est pas seul"
Emmanuel Macron est arrivé au Liban pour coordonner et participer à l’aide internationale
il y a 7 heures 35 min
décryptage > France
A la guerre comme à la guerre

Une arme de destruction massive contre l’écriture inclusive : le boycott

il y a 10 heures 20 min
décryptage > Terrorisme
Nouvelle attaque

Afghanistan : Daech à l’offensive

il y a 10 heures 50 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : le Framboise Fizz, dégustez de l’armagnac frais, sans vous ruiner

il y a 11 heures 39 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Europe, relance, dettes... L'Allemagne change de politique, plus pour renforcer son rôle de locomotive que pour plaire aux Européens

il y a 12 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "L’offrande grecque, une aventure de Bernie Gunther" de Philip Kerr, du rififi chez les Grecs !

il y a 23 heures 36 min
© ALEX WONG / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP
© ALEX WONG / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP
Atlantico Business

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

Publié le 09 juillet 2020
Les bourses américaines, au plus haut, ont déjà effacé les pertes du krach de mars. Les boursiers anticipent maintenant quelles seraient les conséquences d’un mandat de Joe Biden. Mais sans aucun enthousiasme...
Aude Kersulec
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômée de l'Essec, Aude Kersulec est specialiste de la banque et des questions monétaires. Elle est chroniqueuse économique et blogueuse. 
Voir la bio
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les bourses américaines, au plus haut, ont déjà effacé les pertes du krach de mars. Les boursiers anticipent maintenant quelles seraient les conséquences d’un mandat de Joe Biden. Mais sans aucun enthousiasme...

Les élections américaines se résument plus souvent à une histoire de porte-monnaie qu’à des débats d’idées. Cette élection ne devrait pas créer l’exception. Les financiers américains n’aimaient pas Donald Trump, ni sa culture, ni ses manières, mais ils ont appris à l’accepter et à le supporter parce que les résultats boursiers étaient au rendez-vous et ils reconnaissent que c’est grâce aux fourberies de sa politique. Il jouait le populisme, le protectionnisme, mais protégeait en fait l’essentiel du fonctionnement des marchés, et surtout savait tordre le bras à la banque centrale pour qu’elle inonde l’économie américaine de liquidités. Et quand une banque centrale distribue des dollars à tout le monde, ce sont les boursiers qui se servent les premiers. Jusqu’au jour où trop c’est trop. La gouaille de Trump, ses tweets intempestifs n’ont rien pu faire contre le coronavirus dont les effets collatéraux ont semblé ouvrir une voie à Joe Biden. 

Alors que la pandémie secoue maintenant un peu moins les marchés, les investisseurs se sont fixés un nouveau cap et cherchent à anticiper les effets d’une victoire de Joe Biden à la présidentielle américaine. Les sondages donnent le candidat démocrate gagnant, alors que celui-ci reste pourtant très discret sur son programme et ses intentions depuis le début de la crise.  

Si Biden lemporte en novembre prochain, ce sera surtout que les Américains auront fait payer à Donald Trump sa gestion de crise pandémique et le risque de crise économique et sociale quil fait courir au pays.

Au départ, les marchés étaient pourtant pro-Trump. Pour cause, ils détestent l’incertitude – ce que représente  toute nouvelle arrivée à la Maison Blanche, alors que Donald Trump est vu par Wall Street comme quelqu’un qui ne va pas aller à l’encontre des marchés.  Le S&P 500, le principal indice américain qui regroupe les 500 premières capitalisations américaines, a grimpé de 45% depuis son élection.  Le Nasdaq, l’indice des valeurs technologiques, est à son plus haut historique. Mais cette période de hausse a été marquée par de fortes incertitudes concernant l’avenir commercial avec la Chine, ce qui signifie beaucoup de volatilité et d’inquiétudes pour les traders.

Les analystes de Wall Street qui fournissent des études de marché aux gérants des hedge funds, aux gestionnaires d'actifs et aux autres grands investisseurs sont donc actuellement tous sollicités par leurs clients pour connaitre quel serait l'impact d'une présidence Biden et dessinent trois grandes tendances. 

La 1ère  tendance est dominée par la fiscalité. Parce que Biden veut défaire ce que Trump avait pu décider. Le futur nouveau président aurait l’intention de rehausser les impôts des sociétés à leur niveau d’avant Trump, c’est à dire 28% des bénéfices. Bref, revenir sur le choc fiscal du début de mandat et qui a permis a Trump d’être applaudi par Wall Street au début de son mandat. Un stimulus de près de 2000 milliards de dollars de réduction d’impôts pour les entreprises et les ménages.  Selon une analyse de la banque Goldman Sachs, cette mesure de Biden, si elle est adoptée, réduirait les bénéfices des sociétés du S&P 500 d'environ 12 %, une perspective qui pourrait agir comme un vent contraire pour les actions. Donc les analystes financiers pensent que la bourse baissera avec l’arrivée de Joe Biden. 

La 2ème tendance sappuie sur le dossier du salaire minimum, que Joe Biden promet à 15 dollars par heure, soit le double de ce qui se fait actuellement. Alors là, la mesure très sociale ne serait pas forcément négative pour la bourse selon JP Morgan. Une hausse du salaire minimum, c’est un impact positif sur les dépenses de consommation, supérieur au coût des pertes d’emplois ou pertes financières pour l’entreprise. Politique classique de relance pratiquée par les démocrates. 

Enfin, 3e tendance, Biden peut revenir sur toutes les déréglementations de l’ère Trump.  Banques, environnement, pétrole…. Certains secteurs et certaines entreprises seraient plus touchés que d’autres. En réglementant la concurrence et « l’antitrust », les GAFA pourraient être forcés de revoir leur modèle. Les GAFA, qui étaient plutôt démocrates, regardent cette perspective avec un peu de suspicion mais pas au point de venir soutenir Donald Trump.  Compte tenu de l’ADN des démocrates, on craint pour les secteurs de l’armement et des énergies pétrolières et gazières. Biden devrait  limiter les forages de pétrole de schiste, qui permettent l’indépendance énergétique des Etats Unis.  Et un retour dans l’Accord de Paris signifierait aussi des mesures à prendre pour réduire les émissions de carbone des entreprises. Mais au final, par cette relance plus verte que sous Trump, Biden espère que l’économie américaine saura créer des emplois, c’est du moins ce qu’il commence à expliquer. 

Les boursiers sont très pragmatiques : les meilleurs stratèges espèrent une flexibilité de Biden et de ses priorités, par rapport à ce qui avait été défini avant le Covid, ce qui ramènerait la promesse Biden à une certaine stabilité de la politique américaine.

D’abord, parce que dans le fond, les deux candidats ne sont pas si différents. Ils sont favorables à des relances par l’infrastructure. Tous deux n’ont pas peur de se confronter aux grands de la technologie, ou d’aller affronter la Chine, avec des styles différents.  

Ensuite, parce que la banque centrale américaine a déversé beaucoup d’argent dans l’économie, a baissé les taux au plus bas et que Jérôme Powell, le gouverneur de la Fed, a déjà annoncé que cette tendance s’inscrirait dans la durée, quelque soit le président élu. Les politiques monétaires restent les principaux moteurs des marchés aujourd’hui. 

Mais surtout, il existe une force bien plus puissante sur les marchés, qui façonnera la reprise économique et boursière future. L’évolution de la pandémie et la recherche d’un vaccin guideront les marchés et les comportements économiques dans les prochains mois.  Et l’arrivée d’un vaccin ne dépendra ni de Trump, ni de Biden.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 09/07/2020 - 14:58
La momie masquée
Biden, candidat quasi muet et masqué, qui ne fait pas campagne, autant envoyer une momie du Metropolitan Museum à la Maison Blanche. Trump était assez baroque mais bien vivant lui !
Marie Esther
- 09/07/2020 - 14:52
c'est Wall Street
ou JMS quiu se resoud a voir arriver Biden ... Attendons avant de vendre la peau de l'ours. Les elections sont en novembre, il peut arriver encore beaucoup de choses
Ganesha
- 09/07/2020 - 13:19
Relance Keynésienne
Mr. Sylvestre nous explique que doubler le salaire minimum est une excellente idée, puisque cela entraînera une relance économique par le soutien de la demande.
Sachant que Donald Trump a lancé depuis le début de son mandat, la ré-industrialisation et la limitation des importations de Chine.
Et, si on faisait pareil en France ?