En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

02.

Franck Dubosc signe le pire score d'audience en prime-time de l'histoire de TF1

03.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

04.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

05.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

06.

La France des caïds : voyage au pays des narcobandits

07.

Pourquoi les images porno vues sur leurs smartphones pourront briser la future carrière de vos enfants

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

06.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

04.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

05.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

06.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

ça vient d'être publié
light > Media
Accident industriel
Franck Dubosc signe le pire score d'audience en prime-time de l'histoire de TF1
il y a 13 heures 52 min
pépites > France
Mais que fait la police ?
En moyenne, un maire ou un adjoint est agressé chaque jour en France
il y a 15 heures 18 min
pépite vidéo > International
Catastrophe écologique
Ile Maurice : des images aériennes montrent l'étendue de la marée noire qui menace
il y a 15 heures 50 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie au premier stade de l'évolution débusquée grâce à l'IA ; Voici ce qu'il se passe quand un trou noir ne « fonctionne » pas
il y a 18 heures 27 min
pépites > Santé
Au bal masqué ohé ohé
Covid-19 : deux tiers des Français favorables au port obligatoire du masque à l’extérieur
il y a 19 heures 14 min
pépites > International
Onde de choc
Liban : le Premier ministre propose des élections anticipées pour apaiser la colère des habitants
il y a 20 heures 47 min
décryptage > Société
Disruption

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

il y a 21 heures 45 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

La France des caïds : voyage au pays des narcobandits

il y a 22 heures 4 min
décryptage > Société
Agriculture

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

il y a 22 heures 5 min
décryptage > Société
Délinquants déconfinés

Gérald Pandelon : "Avec la crise sanitaire, le risque d’augmentation de la délinquance de droit commun est réel ; les gros voyous, en revanche, s’y sont préparés et ont des réserves"

il y a 22 heures 5 min
pépites > International
Drame
Niger : six touristes français et leurs deux guides tués par des hommes armés
il y a 14 heures 5 min
pépite vidéo > Environnement
Cassandre
Canicule : le bulletin météo de 2050 basé sur des prévisions climatiques est déjà devenu réalité
il y a 15 heures 34 min
pépite vidéo > Europe
Les "jeunes" à la plage
Belgique : émeutes sur des plages pour cause de "distanciation" non respectée
il y a 16 heures 27 min
pépites > International
Dernière dictature d'Europe
Belarus : journée d'élection présidentielle, sur fonds de fraudes et d'arrestations arbitraires
il y a 18 heures 45 min
pépites > Santé
Sortez couverts
Ile-de-France : les zones où le masque devient obligatoire à partir de ce lundi
il y a 19 heures 41 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Dérèglement climatique : les émissions de carbone ont chuté en 2020... sans effet notable pour la planète. Les solutions sont ailleurs
il y a 21 heures 4 min
décryptage > Société
SOS liberté d’opinion en danger

Cancel culture : pourquoi les pires dérives du XXe siècle nous menacent à nouveau

il y a 21 heures 51 min
décryptage > International
Zone de tension

L'annexion du Cachemire déclenchera t-elle une nouvelle guerre indo-pakistanaise ?

il y a 22 heures 5 min
décryptage > France
Immortel Astérix

Voulez-vous savoir pourquoi le mot "Gaulois" a émigré en banlieue ?

il y a 22 heures 5 min
décryptage > Santé
Différences

Le Covid-19 allemand est-il quatre fois moins meurtrier que le français ?

il y a 22 heures 5 min
© PIUS UTOMI EKPEI / AFP
Western Union Nigeria
© PIUS UTOMI EKPEI / AFP
Western Union Nigeria
Impact du coronavirus

Bombe à retardement ? La pandémie a fait chuter les transferts d'argent vers les pays d’origine des immigrés comme jamais auparavant

Publié le 08 juillet 2020
La Banque mondiale prévoit une chute de 20% des envois de fonds vers les pays à faible et moyen revenu. Comment la pandémie épuise-t-elle les flux d'argent vers ces pays ? Quel en sera l'impact notamment sur les questions migratoires ?
Ahmed Silem
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ahmed Silem est Professeur d'université, Docteur d'état en sciences économiques, docteur en sciences de gestion, Directeur du Département Information et formation en économie au laboratoire CNRS-IRPEACS. Il a collaboré à de nombreux manuels de sciences...
Voir la bio
Arnaud Lachaize
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Arnaud Lachaize est universitaire, spécialiste de l’immigration. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Banque mondiale prévoit une chute de 20% des envois de fonds vers les pays à faible et moyen revenu. Comment la pandémie épuise-t-elle les flux d'argent vers ces pays ? Quel en sera l'impact notamment sur les questions migratoires ?

Atlantico.fr : La Banque mondiale prévoit une chute de 20% des envois de fonds vers les pays à faible et moyen revenu. Comment la pandémie épuise-t-elle les flux d'argent vers ces pays ? 

Ahmed Silem : La pandémie a eu partout, et notamment dans les pays d’accueil des immigrés, des  effets économiques et  sociaux  péjoratifs. Le premier effet du confinement, déterminant tous les autres effets sociaux, et cela dans tous les pays d’accueil, est la baisse sévère et générale de l’activité économique hors, d’une part, certains secteurs essentiels à la vie sociale comme l’agroalimentaire, la grande distribution, le ramassage et le traitement des déchets, sans oublier les hôpitaux) et, d’autre part, les secteurs opportunistes du commerce électronique. Subséquemment la réduction ou la cessation d’activité d’un grand nombre d’entreprises, puisque privées d’une clientèle par le confinement et sans trésorerie suffisante pour attendre des jours meilleurs, s’accompagnent de mise en chômage partiel ou de licenciements de leurs travailleurs salariés. Ce chômage partiel et ces licenciements n’épargnent pas les travailleurs immigrés et les dirigeants immigrés à la tête de PME de services (restauration, hôtellerie). De ce fait l’épargne destinée à aider la famille restée au village en Afrique ne peut que diminuer. Il reste à se demander si le pourcentage de cette baisse affiché par la Banque mondiale serait aussi important. Il faudrait pouvoir disposer de données sur la répartition par secteur des travailleurs immigrés. Si les secteurs essentiels ont une forte proportion d’immigrés restés actifs, il en est tout autant dans le bâtiment à l’arrêt pendant toute la période du confinement. Il n’est donc pas certain que la pandémie serait responsable de l’épuisement (d'ailleurs improbable) des flux financiers vers les pays d’origine des immigrés.  Il est plus probable que ces pays subiront une baisse des revenus extérieurs à la fois de la part de leur diaspora et des investisseurs étrangers incités par les gouvernements de leur pays à un sursaut de patriotisme économique, dont l’une des formes est la relocalisation des activités précédemment délocalisées.

Une telle baisse va-t-elle affecter les économies des nations touchant ces revenus  ? 

Ahmed Silem : Il est bien évident que la baisse des recettes correspondant aux remises migratoires aura un impact sur le revenu disponible de la population bénéficiaire qui est souvent la plus démunie. Au-delà de cet aspect vital pour une grande partie de la population, l’effet péjoratif s’étend à la capacité d’importations du pays qui enregistre une baisse des devises nécessaires au financement des équipements nécessaires au développement et des biens de consommation. Parmi les tout premiers investisseurs arrivent les entrepreneurs de la diaspora qui participent à assurer le pump priming indispensable à l'attractivité des autres IDE. 

Quelles sont les conséquences politiques à attendre pour les pays dépendant de cet argent ? 

Ahmed Silem : Les conséquences politiques probables pourraient être l'aggravation du mécontentement des populations déjà faciles à s’embraser contre les gouvernements en place tout en dénonçant un néocolonialisme.

Coronavirus = fermeture des frontières = pas de travailleurs émigrés = plus d'argent vers les pays dont les émigrés viennent. Quel en sera l'impact sur l'émigration ? 

Arnaud Lachaize : L’épidémie de coronavirus a eu un effet massif sur les migrations de mobilité, c’est-à-dire celles qui se traduisent par des mouvements d’allers et retours. En paralysant la circulation internationale depuis mars 2020, cette crise entraîne un effondrement des migrations dites pendulaires, qui sont très importantes entre l’Europe orientale et l’Allemagne, ou entre l’Indonésie et les pays arabes producteurs de pétrole. De même, les migrations saisonnières, liés à des travaux saisonniers dans l’agriculture et le tourisme, par exemple entre l’Afrique et l’Europe occidentale, ont été frappées de plein fouet. Ces migrations temporaires de travail représentent la grande masse des transferts de fond, une ressource vitale pour de nombreux pays en développement atteignant de 10 à 30% de leur PIB. Cet écroulement des transferts de fond, s’ajoute à l’effondrement du cours des matières premières. Il aura pour effet d’aggraver la paupérisation des pays les plus pauvres d’Asie du Sud et du continent africain, Maghreb et Afrique subsaharienne, d’amplifier le chômage, le désœuvrement de leur jeunesse. Paradoxalement, l’arrêt de l’immigration de mobilité et la chute des transferts de fond, en aggravant la pauvreté, aura pour effet d’amplifier sur le long terme l’immigration définitive en incitant les populations des pays les plus touchés à tenter leur chance à n’importe quel prix pour s’installer en Europe. 

Quel l'impact cela a-t-il sur la société française ? 

Arnaud Lachaize : Il est préoccupant à double titre. Sur le court terme, il traduit la perte pour la France d’une immigration saisonnière qui est nécessaire à son économie et profite à travers les transferts de fond, au développement économique des pays en développement. Sur le long terme, il risque de favoriser les mouvements de population irréguliers vers la France destinés à fuir définitivement les pays d’origine frappés par la crise économique et la paupérisation. A cela s’ajoute un facteur de long terme. La situation démographique des pays au Sud de la Méditerranée est inquiétante : la population de l’Afrique passera de 1 à 4 milliards d’ici la fin du siècle ce qui laisse envisager, en l’absence d’un essor économique suffisant, de nouvelles vagues migratoires. Les chiffres annuels ne s’additionnent pas forcément mais ils donnent un ordre de grandeur sur l’ampleur des phénomènes migratoires actuels en France en 2019 : d’une part 270 000 « premiers titres de séjour délivrés », (dont 100 000 pour raison familiale et 80 000 étudiants), d’autre part 140 000 demandeurs d’asile. Dans une France de l’après covid 19 qui compte 5 millions de chômeurs, 9 millions de personnes vivant sous le seuil de pauvreté, 3,4 millions de sans domiciles ou de mal logés ce phénomène risque d’accroître l’exclusion et la fragmentation du pays. La situation de ses quartiers sensibles où vivent environ 6 millions de personnes est désastreuse, violence, échec scolaire, chômage massif. Dans ces conditions, il est irréaliste d’accueillir chaque année plusieurs centaines de milliers de personnes, souvent sans qualification, non francophones, de modes de vie et de valeurs différents, alors qu’on n’a pas les moyens de leur fournir des conditions dignes de travail, de logement, de scolarisation. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 09/07/2020 - 05:56
Debout, les Damnés de la Terre !
Il y a, effectivement, partout dans le monde, des ''damnés de la terre'' qui rêvent de venir en France.
Mais, pour moi, la priorité de notre gouvernement devrait être, entre autres, de trouver une solution pour les 30% d'agriculteurs qui gagnent moins de 350 € par mois.
TPV
- 08/07/2020 - 19:46
RN!
Vite!
Ganesha
- 08/07/2020 - 13:16
Enfer et Damnation !
Cet article d'Atlantico serait-il un appel pour essayer de faire comprendre par ses abonnés la nécessité absolue et l'urgence de voter pour le Rassemblement National ?