En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

03.

L’enseigne Cultura boycottée par des clients pour son utilisation de l’écriture inclusive

04.

Une arme de destruction massive contre l’écriture inclusive : le boycott

05.

Une femme considérée comme très malheureuse pourra avorter jusqu’au dernier jour de sa grossesse

06.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

07.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

01.

Comment ne pas tirer sur des civils ou ses propres soldats ?

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

03.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

06.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

04.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

05.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

06.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La clé USB" de Jean-Philippe Toussaint, l’art de rendre romanesque l’univers de l’informatique

il y a 10 min 33 sec
pépites > International
Voix de la France
Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique
il y a 54 min 7 sec
pépites > Faits divers
Centre-ville du Havre
Prise d'otages dans une agence bancaire du Havre
il y a 2 heures 20 min
pépites > Politique
#MeToo
Les conseillères de l’Elysée avaient alerté et dénoncé des comportements misogynes au plus haut sommet de l’Etat en 2018
il y a 4 heures 1 min
light > People
Contexte pesant
Michelle Obama confie souffrir d'une "légère dépression"
il y a 5 heures 20 min
pépite vidéo > International
"Le Liban n’est pas seul"
Emmanuel Macron est arrivé au Liban pour coordonner et participer à l’aide internationale
il y a 7 heures 50 min
décryptage > France
A la guerre comme à la guerre

Une arme de destruction massive contre l’écriture inclusive : le boycott

il y a 10 heures 34 min
décryptage > Terrorisme
Nouvelle attaque

Afghanistan : Daech à l’offensive

il y a 11 heures 5 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : le Framboise Fizz, dégustez de l’armagnac frais, sans vous ruiner

il y a 11 heures 54 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Europe, relance, dettes... L'Allemagne change de politique, plus pour renforcer son rôle de locomotive que pour plaire aux Européens

il y a 12 heures 49 min
pépite vidéo > Politique
Solidarité avec le peuple libanais
Liban : retrouvez l’intégralité de la conférence de presse d’Emmanuel Macron à Beyrouth
il y a 35 min 48 sec
pépites > Histoire
Mémoire
Japon : commémorations à Hiroshima, 75 ans après la première bombe atomique de l’histoire
il y a 1 heure 45 min
light > Science
Peau robotique
Inspirés par Star Wars, des scientifiques ont créé une peau artificielle révolutionnaire
il y a 3 heures 2 min
pépite vidéo > Politique
Bain de foule
Dans les rues de Beyrouth, Emmanuel Macron a entendu la colère du peuple libanais
il y a 4 heures 46 min
pépites > France
Nouveau drame
Le Mans : un policier a été tué par un chauffard lors d’une intervention
il y a 7 heures 11 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Darmanin défend la police (et lui-même); Marianne étrille EELV; Le Havre, port tué par la CGT; Guerre culturelle : Zemmour dénonce la bêtise de la droite qui croit avoir gagné alors que la gauche domine; Les secrets du nouveau modèle CNews
il y a 9 heures 21 min
décryptage > Société
Ils ont osé ça

Une femme considérée comme très malheureuse pourra avorter jusqu’au dernier jour de sa grossesse

il y a 10 heures 46 min
décryptage > Santé
Pandémie

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

il y a 11 heures 27 min
décryptage > Société
Réorganisation des entreprises

Open space : la Covid m’a tué

il y a 12 heures 24 min
décryptage > France
Risques à domicile

De Lubrizol à Beyrouth en passant par le pont de Gênes, les leçons des catastrophes sont-elles bien tirées en France ?

il y a 13 heures 4 min
© CHRISTIAN HARTMANN / POOL / AFP
© CHRISTIAN HARTMANN / POOL / AFP
Remaniement

Emmanuel Macron : il faut que tout change pour que rien ne change (sauf le Premier ministre ?)

Publié le 03 juillet 2020
Alors qu'Emmanuel Macron vient d'accorder un entretien à la presse quotidienne régionale sur l'avenir de son quinquennat, un remaniement pourrait intervenir dans les prochaines heures ou le sprochains jours. L'avenir d'Edouard Philippe à Matignon est incertain.
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors qu'Emmanuel Macron vient d'accorder un entretien à la presse quotidienne régionale sur l'avenir de son quinquennat, un remaniement pourrait intervenir dans les prochaines heures ou le sprochains jours. L'avenir d'Edouard Philippe à Matignon est incertain.

A quelques semaines près, Emmanuel Macron se trouve dans la même situation que Nicolas Sarkozy après les mauvais résultats des élections régionales de 2010. C’est le dernier moment où cela fait du sens de changer de Premier ministre. Or ce dernier est plus populaire, de plusieurs points, que le Président. L’opinion comprendrait-elle que l’on change un chef de gouvernement qui donne satisfaction - en tout cas à titre personnel car, autre point commun, les sondés de l’époque imaginaient aussi de garder la personne en lui confiant une autre politique? 

Nicolas Sarkozy avait décidé de garder François Fillon, finalement; et il semble qu’Emmanuel Macron s’apprête à prendre la décision contraire, en se séparant d’Edouard Philippe. Pour le président de 2020 comme pour celui de 2010, il y a cependant un autre point commun: le monde est plongé dans une crise mondiale - les conséquences de la crise des subprimes hier, l’impact du coronavirus aujourd’hui. En 2012, Nicolas Sarkozy ne fut finalement pas réélu. Aujourd’hui, Emmanuel Macron n’a qu’une question: comment faire pour être réélu malgré le faisceau de facteurs défavorables? 

C’est là qu’entre en jeu le tempérament propre à chaque président. Nicolas Sarkozy se prenait un peu pour Bonaparte: général au regard sûr et incisif commandant à des officiers très loin de son niveau. Emmanuel Macron, lui, se vit sur un mode bien plus solitaire: non seulement il veut décider de tout ce qui importe mais il semble se complaire dans un exercice solitaire du pouvoir sans équivalent dans notre histoire. Objectivement, la situation est, pour ce président, bien plus détériorée, que pour aucun de ses prédécesseurs, même François Hollande. Mais il semble qu’Emmanuel Macron ne se sente à l’aise que dans une situation chaotique, quand il avance au milieu d’un champ de ruines politiques. 

Au fond, le message que l’actuel occupant de l’Elysée a distillé ces derniers jours, c’est: si je pouvais, je ne changerais rien à ma politique; au contraire, il faut remettre la réforme des retraites sur le métier - comme s’il n’y avait pas eu le désastreux hiver 2019-2020; l’écologisme idéologique doit être poussé coûte que coûte: Comme s’il n’y avait pas eu la crise des Gilets Jaunes. Si l’on creuse plus profondément, on voit que le Président ne veut pas sortir du « en même temps », si désastreux pour le pays mais qui lui semble être la seule façon de survivre politiquement. Avec obstination, jusqu’en 2022, Emmanuel Macron va poursuivre le grand écart et la tâche impossible de maintenir avec lui aussi bien le centre-gauche que le centre-droit. C’est un segment de l’opinion qui peut rassembler jusqu’à 30% des électeurs. 

Parce qu’il court en permanence le danger de mécontenter la partie gauche du centre quand il en satisfait la partie droite, ou le contraire, Emmanuel Macron ne réussit qu’à conserver, en gros, son socle de 23/24% d’électeurs du premier tour de 2017. C’est apparemment suffisant pour figurer au second tour en 2022; et, l’espère le président, pour gagner. Emmanuel Macron sait très bien qu’il court un danger à rendre Edouard Philippe à sa liberté et son ancien parti. mais il espère en fait semer encore plus la zizanie à droite, pour que LR soit tiraillée entre le RN et le centre, un peu plus - d’autant plus qu’il fera entrer d’autres LR au gouvernement. Comme il fera entrer d’autres personnalités, proches de la gauche, normalement incompatibles avec les premières, dans son nouveau gouvernement. Mais l’important n’est-il pas de pouvoir continuer ce « en même temps » qu’aucun politique de droite n’a la courage de dénoncer une fois pour toute comme la source des malheurs du pays? 

Emmanuel Macron a été élu sur la décomposition du système politique; il semble survivre à toutes les crises qu’il a lui-même provoquées. Et, selon une formule célèbre, il pourrait ajouter qu’il faut, avec un nouveau gouvernement, que tout change pour que rien ne change...sauf le Premier ministre. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Lou Bïarnès
- 03/07/2020 - 15:58
Les veaux
Je me répète : les français sont des veaux disait le Général. Je le verrais autrement comme montagnard, des moutons affolés suivant le premier d’entre eux qui les mène vers le saut dans l’abime.
jurgio
- 03/07/2020 - 15:03
Les gouvernements multiplient les nominations
À quoi bon puisque nos politiques peuvent sans changer de nom revenir plusieurs fois commettre les mêmes forfaits ?
Ganesha
- 03/07/2020 - 11:37
Révolte Populaire
Cela fait quarante ans que les français haissent leur président !
Et, ils ont raison : objectivement, la majorité d'entre eux constatent qu'ils vivent de moins en moins bien... en dehors de quelques petits gadgets amusants comme les télés à écran plat et les smartphones.
Un seul de nos ''leader maximo'' a su, malgré tout, avoir une attitude gaullienne : Jacques Chirac, lorsqu'il a dissout l'Assemblée Nationale.
La différence, c'est qu'Emmanuel Macron, minable travesti inconsistant, lui, sera contraint à la dissolution, par une révolte populaire.