En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

03.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

04.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

05.

Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"

06.

Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant

07.

Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens

01.

Fukushima : le réacteur 3 inquiète

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 59 sec
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 38 min 1 sec
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 1 heure 51 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 3 heures 5 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 3 heures 43 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 3 heures 58 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 4 heures 1 min
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 4 heures 1 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)
il y a 4 heures 1 min
décryptage > Politique
Baroque

Commission sur l'article 24 de la loi "sécurité globale" : le symptôme du grave déficit de culture démocratique du quinquennat Macron

il y a 4 heures 1 min
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 9 min 20 sec
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 1 heure 9 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 2 heures 15 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 3 heures 36 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 3 heures 58 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 4 heures 1 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 4 heures 1 min
décryptage > Atlantico business
Mauvais arguments

La 5G se déploie mais beaucoup d’édiles locaux la refusent au prix de l’isolement qu’ils reprocheront ensuite à l’Etat

il y a 4 heures 1 min
décryptage > Nouveau monde
Concurrence déloyale

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

il y a 4 heures 1 min
décryptage > France
En roue libre

Violence contre un producteur : qui saura reprendre en main l’encadrement de la police ?

il y a 4 heures 1 min
© CHRISTIAN HARTMANN / POOL / AFP
© CHRISTIAN HARTMANN / POOL / AFP
Remaniement

Emmanuel Macron : il faut que tout change pour que rien ne change (sauf le Premier ministre ?)

Publié le 03 juillet 2020
Alors qu'Emmanuel Macron vient d'accorder un entretien à la presse quotidienne régionale sur l'avenir de son quinquennat, un remaniement pourrait intervenir dans les prochaines heures ou le sprochains jours. L'avenir d'Edouard Philippe à Matignon est incertain.
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors qu'Emmanuel Macron vient d'accorder un entretien à la presse quotidienne régionale sur l'avenir de son quinquennat, un remaniement pourrait intervenir dans les prochaines heures ou le sprochains jours. L'avenir d'Edouard Philippe à Matignon est incertain.

A quelques semaines près, Emmanuel Macron se trouve dans la même situation que Nicolas Sarkozy après les mauvais résultats des élections régionales de 2010. C’est le dernier moment où cela fait du sens de changer de Premier ministre. Or ce dernier est plus populaire, de plusieurs points, que le Président. L’opinion comprendrait-elle que l’on change un chef de gouvernement qui donne satisfaction - en tout cas à titre personnel car, autre point commun, les sondés de l’époque imaginaient aussi de garder la personne en lui confiant une autre politique? 

Nicolas Sarkozy avait décidé de garder François Fillon, finalement; et il semble qu’Emmanuel Macron s’apprête à prendre la décision contraire, en se séparant d’Edouard Philippe. Pour le président de 2020 comme pour celui de 2010, il y a cependant un autre point commun: le monde est plongé dans une crise mondiale - les conséquences de la crise des subprimes hier, l’impact du coronavirus aujourd’hui. En 2012, Nicolas Sarkozy ne fut finalement pas réélu. Aujourd’hui, Emmanuel Macron n’a qu’une question: comment faire pour être réélu malgré le faisceau de facteurs défavorables? 

C’est là qu’entre en jeu le tempérament propre à chaque président. Nicolas Sarkozy se prenait un peu pour Bonaparte: général au regard sûr et incisif commandant à des officiers très loin de son niveau. Emmanuel Macron, lui, se vit sur un mode bien plus solitaire: non seulement il veut décider de tout ce qui importe mais il semble se complaire dans un exercice solitaire du pouvoir sans équivalent dans notre histoire. Objectivement, la situation est, pour ce président, bien plus détériorée, que pour aucun de ses prédécesseurs, même François Hollande. Mais il semble qu’Emmanuel Macron ne se sente à l’aise que dans une situation chaotique, quand il avance au milieu d’un champ de ruines politiques. 

Au fond, le message que l’actuel occupant de l’Elysée a distillé ces derniers jours, c’est: si je pouvais, je ne changerais rien à ma politique; au contraire, il faut remettre la réforme des retraites sur le métier - comme s’il n’y avait pas eu le désastreux hiver 2019-2020; l’écologisme idéologique doit être poussé coûte que coûte: Comme s’il n’y avait pas eu la crise des Gilets Jaunes. Si l’on creuse plus profondément, on voit que le Président ne veut pas sortir du « en même temps », si désastreux pour le pays mais qui lui semble être la seule façon de survivre politiquement. Avec obstination, jusqu’en 2022, Emmanuel Macron va poursuivre le grand écart et la tâche impossible de maintenir avec lui aussi bien le centre-gauche que le centre-droit. C’est un segment de l’opinion qui peut rassembler jusqu’à 30% des électeurs. 

Parce qu’il court en permanence le danger de mécontenter la partie gauche du centre quand il en satisfait la partie droite, ou le contraire, Emmanuel Macron ne réussit qu’à conserver, en gros, son socle de 23/24% d’électeurs du premier tour de 2017. C’est apparemment suffisant pour figurer au second tour en 2022; et, l’espère le président, pour gagner. Emmanuel Macron sait très bien qu’il court un danger à rendre Edouard Philippe à sa liberté et son ancien parti. mais il espère en fait semer encore plus la zizanie à droite, pour que LR soit tiraillée entre le RN et le centre, un peu plus - d’autant plus qu’il fera entrer d’autres LR au gouvernement. Comme il fera entrer d’autres personnalités, proches de la gauche, normalement incompatibles avec les premières, dans son nouveau gouvernement. Mais l’important n’est-il pas de pouvoir continuer ce « en même temps » qu’aucun politique de droite n’a la courage de dénoncer une fois pour toute comme la source des malheurs du pays? 

Emmanuel Macron a été élu sur la décomposition du système politique; il semble survivre à toutes les crises qu’il a lui-même provoquées. Et, selon une formule célèbre, il pourrait ajouter qu’il faut, avec un nouveau gouvernement, que tout change pour que rien ne change...sauf le Premier ministre. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Lou Bïarnès
- 03/07/2020 - 15:58
Les veaux
Je me répète : les français sont des veaux disait le Général. Je le verrais autrement comme montagnard, des moutons affolés suivant le premier d’entre eux qui les mène vers le saut dans l’abime.
jurgio
- 03/07/2020 - 15:03
Les gouvernements multiplient les nominations
À quoi bon puisque nos politiques peuvent sans changer de nom revenir plusieurs fois commettre les mêmes forfaits ?
Ganesha
- 03/07/2020 - 11:37
Révolte Populaire
Cela fait quarante ans que les français haissent leur président !
Et, ils ont raison : objectivement, la majorité d'entre eux constatent qu'ils vivent de moins en moins bien... en dehors de quelques petits gadgets amusants comme les télés à écran plat et les smartphones.
Un seul de nos ''leader maximo'' a su, malgré tout, avoir une attitude gaullienne : Jacques Chirac, lorsqu'il a dissout l'Assemblée Nationale.
La différence, c'est qu'Emmanuel Macron, minable travesti inconsistant, lui, sera contraint à la dissolution, par une révolte populaire.