En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Ces répliques du Hezbollah et de l’Iran auxquelles s’expose Emmanuel Macron

03.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

06.

Ce qui se passe pour notre corps quand on arrête l’alcool

07.

Emmanuel Macron exhibe son engin (à moteur) et Voici pense qu’il ne s’épile plus; Nicolas S. & Carla Bruni saluent leurs fans; Joey Starr, Cauet &Clara Luciani amoureux, Charlize Theron en couple avec elle-même; Justin Bieber veut sauver Kim K. & Kanye W.

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

06.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

04.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

05.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

06.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

ça vient d'être publié
pépites > France
Mais que fait la police ?
En moyenne, un maire ou un adjoint est agressé chaque jour en France
il y a 27 min 5 sec
pépite vidéo > International
Catastrophe écologique
Ile Maurice : des images aériennes montrent l'étendue de la marée noire qui menace
il y a 59 min 29 sec
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie au premier stade de l'évolution débusquée grâce à l'IA ; Voici ce qu'il se passe quand un trou noir ne « fonctionne » pas
il y a 3 heures 36 min
pépites > Santé
Au bal masqué ohé ohé
Covid-19 : deux tiers des Français favorables au port obligatoire du masque à l’extérieur
il y a 4 heures 23 min
pépites > International
Onde de choc
Liban : le Premier ministre propose des élections anticipées pour apaiser la colère des habitants
il y a 5 heures 56 min
décryptage > Société
Disruption

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

il y a 6 heures 54 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

La France des caïds : voyage au pays des narcobandits

il y a 7 heures 13 min
décryptage > Société
Agriculture

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

il y a 7 heures 13 min
décryptage > Société
Délinquants déconfinés

Gérald Pandelon : "Avec la crise sanitaire, le risque d’augmentation de la délinquance de droit commun est réel ; les gros voyous, en revanche, s’y sont préparés et ont des réserves"

il y a 7 heures 14 min
décryptage > Economie
Différence de taille

Le match du plan de relance allemand et français

il y a 7 heures 15 min
pépite vidéo > Environnement
Cassandre
Canicule : le bulletin météo de 2050 basé sur des prévisions climatiques est déjà devenu réalité
il y a 43 min 28 sec
pépite vidéo > Europe
Les "jeunes" à la plage
Belgique : émeutes sur des plages pour cause de "distanciation" non respectée
il y a 1 heure 36 min
pépites > International
Dernière dictature d'Europe
Belarus : journée d'élection présidentielle, sur fonds de fraudes et d'arrestations arbitraires
il y a 3 heures 53 min
pépites > Santé
Sortez couverts
Ile-de-France : les zones où le masque devient obligatoire à partir de ce lundi
il y a 4 heures 49 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Dérèglement climatique : les émissions de carbone ont chuté en 2020... sans effet notable pour la planète. Les solutions sont ailleurs
il y a 6 heures 12 min
décryptage > Société
SOS liberté d’opinion en danger

Cancel culture : pourquoi les pires dérives du XXe siècle nous menacent à nouveau

il y a 7 heures 12 sec
décryptage > International
Zone de tension

L'annexion du Cachemire déclenchera t-elle une nouvelle guerre indo-pakistanaise ?

il y a 7 heures 13 min
décryptage > France
Immortel Astérix

Voulez-vous savoir pourquoi le mot "Gaulois" a émigré en banlieue ?

il y a 7 heures 14 min
décryptage > Santé
Différences

Le Covid-19 allemand est-il quatre fois moins meurtrier que le français ?

il y a 7 heures 14 min
décryptage > Media
Economie des médias

Tuer les cookies pour sauver le journalisme ? Les très intéressantes leçons venues des Pays-Bas

il y a 7 heures 16 min
© WOJTEK RADWANSKI / AFP
© WOJTEK RADWANSKI / AFP
Politique européenne

Election présidentielle en Pologne : l’occasion pour la France d’un nouveau départ avec Varsovie

Publié le 01 juillet 2020
En Pologne, le président sortant est arrivé largement en tête au premier tour de la présidentielle ce dimanche. Andrzej Duda, du parti national-conservateur Droit et justice devance son rival de l’opposition libérale, le maire de Varsovie, Rafal Trzaskowski. La Pologne pourrait être un atout de la politique européenne de la France.
Alexandre Massaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Massaux est doctorant en affaires internationales et analyste du Millénaire, think-tank spécialisé en politiques publiques et travaillant à la refondation de la droite.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En Pologne, le président sortant est arrivé largement en tête au premier tour de la présidentielle ce dimanche. Andrzej Duda, du parti national-conservateur Droit et justice devance son rival de l’opposition libérale, le maire de Varsovie, Rafal Trzaskowski. La Pologne pourrait être un atout de la politique européenne de la France.

Ce dimanche 28 juin s'est déroulé le premier tour de l’élection présidentielle en Pologne. Le système politique du pays étant un régime semi-présidentiel, le gagnant de cette élection jouera un rôle non négligeable dans la gouvernance de la Pologne. Peu importe le résultat, la France devra profiter de la légitimité du président élu ou réélu pour renforcer la coopération entre Paris et Varsovie en l’adaptant à son interlocuteur.

Deux candidats se démarquent, chacun affilié aux principaux partis polonais. D’un côté, l’actuel président Andrzej Duda se représente et est membre du parti conservateur Droit et Justice (PiS). En face de lui se trouve Rafal Trzaskowski, actuel maire de Varsovie, ancien Ministre de l'Administration et du Numérique sous le gouvernement de Donald Tusk et membre du parti centriste Plateforme Civique (PO).

Un pays avec un fort potentiel marqué par des polémiques

Cette élection intervient en période de crise économique et sanitaire mondiale. Pour autant, la Pologne présente un fort potentiel économique. Avant la crise, elle était un des pays ayant une des plus fortes croissances au sein de l’UE avec 5,3% en 2018 et 4,1% en 2019. De même, son chômage était le troisième plus faible d’Europe après la République tchèque et l’Allemagne avec 3,9% en 2018 et 3,3% en 2019. La Pologne n’échappe pas à la crise économique provoquée par les confinements et la suspension de nombreuses activités économiques. Toutefois, les premiers chiffres et estimations montrent que le pays va être moins touché que ceux d’Europe occidentale : au premier trimestre 2020 et selon Eurostat, la Pologne connaît une contraction de -0,5% (en comparaison l’Allemagne est à -2,2% et la France à -5,8%). Quant aux dernières prévisions du FMI de juin 2020, il est prévu que la Pologne enregistre au total une récession en 2020 de -4,6% (-7,8% en Allemagne et -12,5% en France). La Pologne est ainsi un pays en crise mais dans une situation moins difficile que d’autres pays européens.

Si les candidats doivent tenir compte de ces questions économiques, le débat tourne aussi autour de questions sociales et politiques. La polémique autour de la réforme judiciaire est toujours vive et d’actualité: cette réforme, lancée par le PiS, visait selon eux à purger la justice (dont la Cour suprême) de juges issus du régime communiste. L’opposition, dont le PO, voit, en celle-ci, une stratégie pour mettre la justice entre les mains de magistrats fidèles au PiS. Cette position est également soutenue par les institutions européennes qui ont déclenché le processus de sanctions contre la Pologne depuis 2016. A cette question, s’ajoute une polémique sur les LGBT : Andrzej Duda est plus que critique vis-à-vis d’eux à l’inverse de Rafał Trzaskowski qui a signé une déclaration pro-LGBT en tant que maire de Varsovie en 2019.

Droit et Justice (PiS) face à Plateforme Civique (PO) : des révélateurs géographiques et sociétaux

L’opposition entre les deux candidats s’inscrit dans une confrontation entre les deux partis majeurs de Pologne. S’il est souvent de bon ton de présenter le PO comme un parti libéral face à un PiS ultraconservateur, la réalité est plus complexe. Si le PO était originalement libéral-conservateur, la pratique du pouvoir l’a transformé en une formation plus centriste afin d’attirer des électeurs variés. Le parti s’est peu à peu éloigné d’une philosophie purement libérale pour devenir un parti populaire. Quant au PiS, s’il est clairement conservateur au niveau sociétal, il mène au niveau économique une politique sociale-démocrate. Si, pour le monde politique français voire occidental, ces deux partis sont considérés de droite (voire économiquement libéraux), leur perception en Pologne est différente.

Les précédentes élections législatives de 2019 et présidentielles de 2018 ont fait apparaître un clivage géographique et social pertinent expliquant les divisions en Pologne. L’électorat du PO se situe dans les grandes villes et dans l’ouest industrialisé du pays. A l’inverse, l’électorat du PiS se situe dans les zones moins urbanisées dans l’est de la Pologne. Une telle division fait ressortir la frontière de la Prusse puis de l’Empire allemand : les bastions électoraux du PO se situent dans l’ancien territoire allemand là où ceux du PiS se trouvent dans des régions historiquement polonaises (annexées par la suite par la Russie et l’URSS). Les résultats de l’élection présidentielle de 2020 permettront de voir si cette tendance se renforce ou change.

Deux visions en matière de politique étrangère

Cette division géographique et sociale influe sur la politique étrangère promue par les deux partis. Le PO est connu pour être europhile, germanophile et partisan du développement d’une UE plus fédérale. Le parti est membre du groupe européen PPE (dirigé depuis fin 2019 par Donald Tusk ancien premier ministre PO de Pologne). Le PiS se montre plus méfiant envers l’intégration européenne : s’il ne rejette pas l’UE, il émet des doutes quant à la centralisation de l’UE, perçue comme un outil d’influence de la France et de l’Allemagne. Le PiS possède un certain poids au niveau européen en tant que membre principal du groupe ECR : formation politique créée initialement par les conservateurs anglais. Cette différence de position influe aussi au niveau des alliances. Si les deux partis voient l’OTAN comme un outil de défense primordial, le PO reste plus enthousiaste envers les projets de défense de l’UE, à l’inverse du PiS qui compte avant tout sur le parapluie défensif américain (la visite cette semaine du président Duda à la Maison-Blanche confirme cette tendance) et cela, malgré quelques ouvertures récentes envers certains projets européens comme le Fonds Européen de Défense.

La Pologne doit être un atout de la politique européenne de la France

La diplomatie française a tout intérêt à surmonter les divisions politiques polonaises et à faire de la Pologne un allié sur la scène européenne. L’hymne national polonais fait référence dans ses paroles à Napoléon Bonaparte, un hommage à l’Empereur qui avait redonné un territoire à la Pologne à travers le Duché de Varsovie. Un héritage terni par l’inaction de la France face à l’invasion de la Pologne par Hitler et Staline en 1939. L’élection polonaise doit être une occasion pour retrouver un lien fort avec la Pologne, Etat influent en Europe centrale. Adopter une approche de confrontation ou ignorer les souhaits de Varsovie ne conduiront qu’à des blocages qui affaibliront les projets européens de la France. La visite en Pologne du président Macron au début de l’année 2020 a été une initiative positive mais qui doit se renforcer et se concrétiser par une diplomatie continue.

Pour cela, faire preuve de pragmatisme face au gagnant des élections sera nécessaire. Une victoire de Rafał Trzaskowski, europhile et ayant fait une partie de ses études en France, offrirait une facilité pour impulser une nouvelle coopération. Dans le cas d’une réélection d’Andrzej Duda, il s’agirait d’accepter le souhait des Polonais d’avoir une société plus conservatrice que nos standards français et de développer une politique de coopération reposant sur l’attachement à l’Europe.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lasenorita
- 01/07/2020 - 18:49
L'invasion musulmane..je continue..
Je n'ai pas validé mon commentaire mais je continue....dans un square proche de la place de la République,à Paris..Ces ''migrants'' sont des musulmans BARBARES voir https://www.breizh-info.com/2020/06/30/146687/barbarie-en-italie-un-migrant-fait-rotir-un-chat-en-pleine-rue-video..Le soi-disant ''navire humanitaire''Ocean Viking a ''secouru'',récemment,une cinquantaine de ''migrants'',en Méditerranée,cela a été occulté par le coronavirus!...La capitaine allemande du navire Sea-Watch,Carola Rackets,a ignoré les ordres du ministre italien et a déversé sa cargaison de ''migrants'' sur nos côtes!Ces ONG sont des activistes d'extrême gauche,très bien payés pour faire le trafic d'êtres humains..et les pleutres de ''Gaulois'' laissent faire et leur donnent leurs sous!....Ces ''Gaulois réfractaires''n'ont pas encore compris que notre civilisation est en danger et que nous devons nous défendre contre ces envahisseurs musulmans...ces musulmans qui ont voulu être ''indépendants'' et qui ont chassé TOUS les non-musulmans de leur pays natal,etc....
lasenorita
- 01/07/2020 - 18:29
La Pologne ne renie pas ses racines chrétiennes!
Contrairement à la France qui renie son histoire et ses racines chrétiennes:la Pologne (qui nous a donné un pape) affiche son catholicisme!..Les Grecs commencent,eux aussi,d'en avoir marre de cette invasion de musulmans ''clandestins'' que l'Europe les oblige à accueillir au lieu de les RENVOYER dans ''leur'' pays voir https://resistancerepublicaine.com/2020/02/27/les-grecs-entrent-en-resistance-contre-linvasion migratoire-forcee-52-policiers-collabos-blesses...les soi-disant ''migrants CONTINUENT de nous envahir sous l'oeil bienveillant de nos gouvernants,ainsi un nouveau campement dev 70 ''jeunes'' migrants s'est installé dans un square proche de la place de la République à Pas'est installé
Gpo
- 01/07/2020 - 14:05
Avec un taux de chômage de 5% la Pologne peut
conserver son président, sa politique et ses valeurs pour protéger notre civilisation greco romaine et notre identité..Notre salut viendra de cette europe..