En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex

04.

Macron en appelle à l’ONU. Et contre qui ? Contre Darmanin et Castex !

05.

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

06.

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

07.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

05.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

06.

Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Les casseurs de sortie
Loi "sécurité globale" : 50.000 manifestants en France, des violences à Paris
il y a 5 heures 39 min
pépite vidéo > France
Vestiges
Sahara : des déchets français radioactifs enfouis sous le sable ?
il y a 12 heures 44 min
pépites > Société
Contrôles au faciès
Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité
il y a 13 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Art Nouveau" : un architecte visionnaire à Budapest juste avant les heures sombres de la guerre de 1914. Un roman dense, bien écrit mais un peu décevant

il y a 13 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le métier de mourir", Prix Renaudot des Lycéens 2020 : le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 13 heures 39 min
pépites > International
Désengagement
Somalie : la "majorité" des troupes américaines vont se retirer, annonce le Pentagone
il y a 14 heures 11 min
pépites > Société
Droit à l'enfant
L'Assemblée nationale assouplit les conditions d'adoption
il y a 15 heures 14 min
décryptage > Media
L’innocence plus forte que la sagesse ?

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

il y a 16 heures 30 min
décryptage > Politique
Rien de nouveau

Emmanuel Macron chez Brut : le message, c’est le médium

il y a 16 heures 52 min
décryptage > High-tech
Deux poids, deux mesures

Des documents internes montrent que Facebook souhaite modérer les discours de haine contre les Noirs de manière plus agressive que les commentaires anti-blancs : gestion fine d'une réalité complexe ou délire d'apprentis-sorciers woke ?

il y a 17 heures 9 min
pépites > Justice
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : le suspect extradé de Norvège mis en examen et écroué
il y a 11 heures 41 min
pépite vidéo > International
My heart will go on
Une entreprise américaine veut proposer des visites touristiques sous-marines du "Titanic"
il y a 12 heures 56 min
pépites > Politique
Elections
Régionales : la candidature de Jean-Michel Blanquer en Ile-de-France se précise
il y a 13 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Retour à Martha’s Vineyard" : Trois vieux amis tentent de retrouver la magie du passé. Un beau récit romanesque et nostalgique

il y a 13 heures 37 min
light > Media
Sujet sensible
Royaume-Uni : Netflix accusé de "troller la famille royale" en promouvant un documentaire "mensonger" sur le mariage de Diana et Charles
il y a 13 heures 51 min
pépites > Europe
No deal
Brexit : "les conditions d'un accord ne sont pas réunies", notent les négociateurs
il y a 14 heures 34 min
décryptage > Science
La vérité est ailleurs

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

il y a 16 heures 20 min
décryptage > Santé
Pénurie

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

il y a 16 heures 43 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Consommation, Black Friday : adieu le bio, local ou circuit court, 3 Français sur 4 vont regarder d’abord le prix

il y a 17 heures 2 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex
il y a 17 heures 15 min
© CHRISTIAN HARTMANN / POOL / AFP
Emmanuel Macron convention citoyenne pour le climat
© CHRISTIAN HARTMANN / POOL / AFP
Emmanuel Macron convention citoyenne pour le climat
Atlantico Business

C’est aux chefs d’entreprise de marier les objectifs de l’écologie avec le modèle économique et social des démocraties occidentales...

Publié le 30 juin 2020
Les Verts avaient tous les arguments pour accéder au pouvoir dans les municipales. Ils en ont peu pour exercer le pouvoir, sauf à remettre en cause le modèle social et le système économique des pays occidentaux ou alors à se réformer eux-mêmes.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Verts avaient tous les arguments pour accéder au pouvoir dans les municipales. Ils en ont peu pour exercer le pouvoir, sauf à remettre en cause le modèle social et le système économique des pays occidentaux ou alors à se réformer eux-mêmes.

Pour Emmanuel Macron, le pari est impossible à tenir. Pour les chefs d’entreprises, il est indispensable.

En recevant les membres de la Convention citoyenne au lendemain même des résultats électoraux qui ont vu le triomphe des Verts et l’échec de sa majorité, Emmanuel Macron veut montrer qu‘il veut relever un défi impossible. Le président de la République fait le pari de pouvoir marier les objectifs écologiques avec le maintien de l’équilibre du modèle social et le productivisme du système économique. Mais cette ambition ne peut pas être   de la responsabilité du chef de l’Etat. Il n’y parviendra pas.

C’est aux chefs d’entreprise d’en être les architectes. Les plus performants et les plus intelligents le savent et n’ont pas attendu les injonctions du président de la République pour commence à mettre en œuvre des compromis.

La poussée verte ne s’explique pas seulement par le taux d’abstention historique qui, lui même, serait le résultat du risque sanitaire. La poussée verte s’explique par l’air du temps dominé par les risques du réchauffement climatique, par les excès du développement économique et des activités humaines en termes de production et de consommation.

Cette vague écologique, sur le terrain électoral, s’explique enfin par l’effondrement des partis politiques traditionnels. Les mouvements écologistes ont siphonné les partis de gauche dont l’offre politique ne correspondait plus aux besoins. Il y a du « dégagisme » avec l’arrivée massive des écologistes tout comme il y avait du dégagisme dans l’arrivée surprise d’Emmanuel Macron à l’élection présidentielle.

Maintenant, les Français sont-ils prêts à accepter l’application des programmes écologiques ? Sans doute entendent-ils les objectifs, mais tout dépend du coût et des conditions de ces programmes.

Il y a dans la plateforme écologique des recommandations et des actions qui sont très acceptables par le plus grand nombre et beaucoup ont été appréhendées par la majorité des citoyens : l’amélioration de la qualité de l’air et des transports publics, le développement des énergies renouvelables, la nécessité de trier les déchets, de favoriser une alimentation saine et même bio etc…Tout le monde est d’accord.

Mais quand l’application des mesures écologiques passent par des règlements et des contrôles punitifs, par des taxes (carbone ou autres), par des mesures liberticides avec des interdictions qui limitent l’exercice des libertés individuelles ou collectives, les mécontents donnent de la voix et s’y opposent. S’il s’agit d’interdire des rassemblements populaires parce qu’ils peuvent polluer, s’il s’agit d’interdire les voyages en avion, l’opinion majoritaire s’y oppose.

Enfin, ce qui paraît plus conséquent, c’est que le corpus idéologique de la plupart des leaders des mouvements écologistes entraine une remise en cause du modèle social et même du modèle économique.

La plupart des objectifs écologiques portent l’idée que la croissance économique forte, la mondialisation et le progrès scientifique sont à l’origine des perturbations climatiques et des déséquilibres naturels. Et c’est vrai, la croissance, c’est aussi des consommations de matières premières et d’énergies qui épuisent la planète de ses ressources. Mais ce que les écologistes ne disent pas, c’est que cette croissance économique est une réponse à la pression démographique. Nous sommes passés en moins de vingt ans de 3 milliards d’habitants à plus de 7 milliards aujourd’hui sur la planète.

Ce que les écologistes ne disent pas, c’est que les progrès technologiques et scientifiques et la productivité globale ont permis de répondre et de supporter la pression démographique.

Par conséquent, le modèle qu’ils nous proposent est malheureusement un modèle de décroissance. Et ce modèle remet en cause le productivisme et le modèle social. Or, la demande générale des opinions est une demande d’emplois, de progrès, de plus de pouvoir d’achat, de plus d’éducation, de plus d’assurance sociale contre les aléas de la vie, santé, retraite, accident, de plus d’égalités sociales et moins d’injustices

On revient là au débat sur la taxe carbone qui résumait à lui seul la contradiction entre l’objectif écologique et la contrainte du financement social. Personne n’a oublié et surtout pas le président de la République, que ce débat impossible avait engendré la révolte des gilets jaunes.

La convocation d’un forum citoyen pour définir des réformes n’est certes pas inutile, mais ne sera jamais suffisante.

L’objectif de combiner (de façon pacifique, non contraignante et non punitive) les objectifs écologiques et la maintenance des modèles sociaux et économiques n’est possible qu‘à une condition. Que cette combinaison se construise au sein de l’entreprise, le lieu de création de richesses.

C’est le chef d’entreprise qui doit établir un compromis entre la satisfaction de ses clients au niveau de qualité et des prix, entre les revendications des salariés (conditions de travail et salaires) et les objectifs financiers de la part des investisseurs. C’est le chef d’entreprise qui doit mettre au cœur de sa fonction l’ambition écologique. Et ça n’est pas au président de la République de le demander. C’est au chef d’entreprise de l’organiser et certains de plus en plus nombreux le font. Quand l’entreprise cherche un sens à ce qu’elle fait, quand l’entreprise propose à ses salariés et à ses investisseurs de se donner une mission d’apporter une croissance propre et verte, elle trouve ce compromis pour marier les objectifs écologiques et les contraintes de la croissance socialement équitable.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
marcol
- 30/06/2020 - 10:50
les 2 décroissances indissociables
Une décroissance économique ne peut se concevoir qu’avec une décroissance - simultanée - de population -. Et une décroissance de population ne peut, elle, se réaliser qu’à moyen ou long terme. C’est à dire sur une période de 15 à 20 ans par une dénatalité, jusqu’à obtenir une population optimale. Or, jusqu’à présent, il n’est question que de décroissance, (sous entendue économique), qui ne peut effectivement que mener à la catastrophe et les opposants à la décroissance l’on d’ailleurs très bien compris. Quand on évoque les 2 aspects de la problématique, ils vous répondent généralement : qui paiera pour les retraites ? Ou pire: voulez éliminer combien de
monde ?
La natalité était une richesse quand il fallait beaucoup de bras pour l'agriculture, l’industrie et la guerre.