En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

03.

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

04.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

05.

François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste

06.

Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg

07.

Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
Effets de la parole présidentielle
Déconfinement : la SNCF a connu une hausse de 400% des ventes de billets de train juste après les annonces d’Emmanuel Macron
il y a 9 heures 24 min
light > Sport
"El Pibe de Oro"
Mort de la légende du football argentin, Diego Maradona, à l’âge de 60 ans
il y a 11 heures 40 min
pépites > Politique
"Le changement, c’est maintenant"
François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste
il y a 13 heures 13 min
pépites > France
Séparatisme
Le Conseil d'Etat confirme la dissolution de l'association BarakaCity et la fermeture de la Grande mosquée de Pantin
il y a 14 heures 56 min
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 17 heures 18 min
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 17 heures 39 min
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 18 heures 2 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 18 heures 26 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 18 heures 42 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 19 heures 4 min
Futur best-seller
L'enquête fleuve de Society sur l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès va être publiée sous le format d’un livre accessible dès le 9 décembre
il y a 10 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Madre" de Rodrigo Sorogoyen : un thriller bouleversant sur une mère en deuil de son fils…

il y a 12 heures 39 min
pépites > Economie
Changement de stratégie
IBM envisagerait la suppression de près d’un quart de ses effectifs en France
il y a 14 heures 25 min
Big Brother
Comment passer inaperçu sur l'avenue du Bonheur, truffée de caméras, à Pékin
il y a 15 heures 59 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 17 heures 28 min
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 17 heures 43 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 18 heures 6 min
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 18 heures 28 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 19 heures 1 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 19 heures 24 min
© JEFF PACHOUD / AFP
© JEFF PACHOUD / AFP
Municipales

Municipales : radioscopie de ces électeurs qui vont voter tout en se sentant totalement orphelins de partis

Publié le 28 juin 2020
Alors que se déroule aujourd'hui le second tour des municipales, nombre d'électeurs ont vu la campagne bousculée par de nombreuses alliances inattendues et l'effondrement de nombreux partis de gauche.
Christophe Bouillaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que se déroule aujourd'hui le second tour des municipales, nombre d'électeurs ont vu la campagne bousculée par de nombreuses alliances inattendues et l'effondrement de nombreux partis de gauche.

Atlantico.fr : Quelle sera la part d'électeurs qui votera par défaut à ce second scrutin des élections municipales ?

Christophe Bouillaud : Sans doute, voulez-vous dire que le parti dont la crédibilité auprès des électeurs de gauche s’est sans doute définitivement écroulée lors de ce second tour des municipales n’est autre que LREM (La République en Marche) ? En effet, les candidats investis par ce parti quand ils ont pu être présents au second tour ont choisi très majoritairement des alliances avec les candidats présentés par Les Républicains (LR) ou le centre-droit, y compris par des manœuvres surprise de toute dernière minute à la veille du dépôt des listes du second tour, comme à Strasbourg. A l’échelle nationale,  de fait, LREM n’a pas hésité à bâtir ville par ville un front « anti-écologiste » - puisque c’est EELV qui connait une dynamique électorale à gauche - tout en affirmant faire le contraire par la voix de son Délégué général, Stanilas Guérini, lui-même un ancien socialiste sans aucun doute biographique possible. Le déni public de cette stratégie « anti-écologiste » n’a pas échappé même à un Daniel Cohn-Bendit, pourtant réputé proche du Président de la République. 

Pour ce qui est du reste de la gauche, du PS aux Insoumis, en passant par le PCF et EELV, il n’est pas possible de parler d’effondrement. Loin de là. Nous verrons dimanche soir si les partis de gauche progressent ou pas. Ils partent certes des très mauvais résultats des municipales de 2014, et ils ne bénéficient pas beaucoup de la « prime au sortant », si importante dans ces municipales si particulières, qui, par contre, avantage les gagnants d’alors, soit la droite et le centre-droit. Tous ces partis de gauche pris ensemble peuvent donc connaître plutôt une remontée par rapport à ces très basses eaux de 2014 liées au vote-sanction contre F. Hollande cette année-là. 

Il est de fait difficile de dire avant même que le vote n’ait lieu quelle est la part exacte des électeurs qui votent par défaut. Dans un tel contexte, où c’est bien plutôt l’abstention qui prévaudra selon les sondages disponibles, aller voter sera tout de même un choix fort. 

Pourquoi ces électeurs choisissent-ils le vote par défaut plutôt que l'abstention ?

Première raison, il reste une part non négligeable des électeurs qui votent par « devoir civique ». Ce sont essentiellement les personnes les plus âgées, socialisées à une époque où le vote était présenté comme une obligation civique. Ces votants peuvent ne pas être très convaincus effectivement par tous les candidats présents, mais ils iront voter quand même. Cela ne concerne pas cependant les plus âgés d’entre eux qui, souvent, commencent, à l’orée du « quatrième âge », à ne plus voter, car leurs problèmes de santé prennent le dessus sur cette habitude.  

Deuxième raison, tous les électeurs des candidats éliminés au premier tour et qui veulent tout de même empêcher la victoire d’un des divers camps restés en lice. Ils ne sont convaincus par aucune des options en lice, mais ils veulent empêcher le pire, la victoire du candidat qu’ils considèrent le plus éloigné d’eux, c’est par exemple le cas typique des électeurs de gauche qui auront à choisir dimanche à Perpignan entre Louis Aliot (Rassemblement national) et le maire sortant (les Républicains), ou bien des électeurs proches du Rassemblement national à Paris qui, s’ils vont voter au second tour, iront très probablement voter Rachida Dati dans l’espoir de faire tomber Anne Hidalgo. Entre deux maux, ces électeurs par défaut choisiront le moindre, s’ils considèrent bien sûr qu’il existe une différence significative entre eux. Voter, c’est dire alors qu’il existe une différence entre la peste et le choléra. 

Quels réflexes, quels tempéraments électoraux les animent ? 

En fait, ce vote par défaut – vote pour éliminer la peste en se résignant au choléra, ou inversement  – peut correspondre selon les configurations locales à toutes les orientations idéologiques possibles. 

Cependant, dans cette logique, plus on se situe à l’une des extrêmes du champ des possibles politiques, à droite ou à gauche, plus il est probable qu’on soit obligé, faute d’avoir son propre candidat en lice, d’aller voter pour faire barrage à un candidat ressenti comme le pire possible. Les électeurs d’extrême –droite ou d’extrême-gauche se trouvent donc souvent dans cette situation. 

En tout cas, pour aller voter, il faut déjà percevoir une différence entre la peste et le choléra, ne pas dire « tous pourris » sans exception aucune, sinon on s’abstient tout simplement – ou bien l’on va voter blanc ou nul si l’on croit par ailleurs  au devoir civique de voter. Cela suppose donc un minimum de compréhension des enjeux du champ politique, national ou local, et d’intérêt pour ces enjeux. Ce vote par défaut n’est donc pas un vote de dépolitisation, mais plutôt de politisation frustrée car minoritaire.  

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires