En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

03.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

04.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

05.

Un islamiste radical armé d'un couteau a été interpellé dans le centre de Lyon

06.

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

07.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

ça vient d'être publié
light > Science
Singes
Les gorilles de montagne n'oublient pas leurs amis et sont amicaux avec eux quand ils se retrouvent même après une décennie de séparation
il y a 5 min 41 sec
décryptage > International
Paris - Ankara

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

il y a 35 min 48 sec
décryptage > Santé
Barrière contre le virus

Zorro contre le Covid-19 : le masque comme solution efficace et peu coûteuse

il y a 44 min 20 sec
décryptage > Politique
Le roi est nu

Non, l’unité nationale ne peut plus être invoquée par les élites françaises pour masquer leurs faillites

il y a 1 heure 47 min
décryptage > Politique
Freiner l'épidémie

Reconfinement : ces pulsions mauvaises qui paraissent plus guider le gouvernement que la rationalité sanitaire

il y a 2 heures 26 min
pépites > Economie
Coronavirus
La barre des 36.000 morts franchie en France, premier jour de confinement, quel effet sur l'économie ?
il y a 3 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Avant la retraite" de Thomas Bernhard : il est encore fécond le ventre…

il y a 14 heures 7 min
pépites > Politique
Réalité du confinement
Jean Castex et les ministres du gouvernement ont dévoilé les différentes mesures et aménagements liés au reconfinement
il y a 14 heures 43 min
pépite vidéo > Religion
Emotion
Attaque à Nice : le glas a résonné dans les églises de France en hommage aux victimes
il y a 18 heures 7 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron s’inquiète de l’affaiblissement de Castex, les islamo-gauchistes refusent d’assumer leurs responsabilités; Le juteux business des ex-politiques; Olivier Véran, l’homme qui dit qu’on n’a pas voulu l’écouter sur la gravité du Covid
il y a 19 heures 1 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

il y a 18 min 38 sec
pépites > Politique
Reconfinement
Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter
il y a 41 min 46 sec
décryptage > Politique
Maison Blanche

Le chemin de la victoire de Donald Trump est étroit mais il existe encore

il y a 1 heure 19 min
décryptage > Politique
Manque de pot

Covid 19 – Macron 1 : 0

il y a 1 heure 59 min
décryptage > Terrorisme
Méthode

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

il y a 2 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Roses fauves" de Carole Martinez : les femmes attirent et piquent autant que les roses... un conte envoûtant, merveilleux et cruel

il y a 13 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Aubrey Beardsley (1872-1898)" au Musée d'Orsay : 1re monographie en France de l’étrange et virtuose illustrateur

il y a 14 heures 19 min
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attentat à Nice : l'assaillant serait un Tunisien de 21 ans arrivé par Lampedusa
il y a 17 heures 45 min
pépites > International
Multiples attaques
Arabie saoudite : un vigile du consulat français à été blessé au couteau à Djeddah
il y a 18 heures 40 min
pépites > France
Vigilance des forces de l'ordre
Un islamiste radical armé d'un couteau a été interpellé dans le centre de Lyon
il y a 19 heures 26 min
© LIONEL BONAVENTURE / AFP
© LIONEL BONAVENTURE / AFP
France Télévisions

La lourde insistance de Matignon pour placer l’un des siens à la tête de l’audiovisuel public

Publié le 25 juin 2020
La présidence de France Télévisions, qui se libère cet été, serait au coeur d'importantes tractations à Matignon. Une insistance qui déplaît à l’Élysée, où l’on déplore la volonté supposée d’Edouard Philippe de remplacer des postes précédemment occupés par des femmes aux bons bilans opérationnels par des amis du Premier ministre.
Etienne Rateau
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Etienne Rateau est le pseudonyme d’un fin connaisseur des dessous de l’audiovisuel français.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La présidence de France Télévisions, qui se libère cet été, serait au coeur d'importantes tractations à Matignon. Une insistance qui déplaît à l’Élysée, où l’on déplore la volonté supposée d’Edouard Philippe de remplacer des postes précédemment occupés par des femmes aux bons bilans opérationnels par des amis du Premier ministre.

Avec l’élection de Bruno Patino, ancien directeur éditorial de la chaîne, à la tête d’Arte lundi 22 juin, Matignon a échoué à positionner l’un de ses candidats, Olivier Courson. Un premier camouflet qui pourrait en annoncer un autre. Le Premier ministre souhaiterait en effet placer l’un des siens à l’autre poste stratégique de l’audiovisuel public qui se libère cet été, à savoir la présidence de France Télévisions. Une insistance qui déplaît à l’Élysée, où l’on déplore la volonté supposée d’Edouard Philippe de remplacer des postes précédemment occupés par des femmes aux bons bilans opérationnels par des amis du Premier ministre.

Pour Matignon, un premier échec du côté d’Arte

Élu à la Présidence d’Arte, Bruno Patino poursuivra donc sa carrière au sein de la chaîne franco-allemande, dont il était précédemment directeur éditorial. Régine Hatchondo, la seule candidate assumée à ce poste et précédente directrice générale d’Arte France, faisait pourtant figure de successeur naturel de Véronique Cayla, l’ancienne présidente. Régine Hatchondo déclarait ainsi, le 28 février dernier au micro de France Info, qu’« elle adorerait être présidente d’Arte » et affirmait vouloir davantage développer les partenariats européens de la chaîne. Un cri du cœur qui n’a pas trouvé l’écho nécessaire. L’héritage assumé de Véronique Cayla semble lui avoir apporté quelques préjudices, alors que cette dernière pouvait se targuer d’un excellent bilan, permettant à Bruno Patino de prendre la tête d’une maison qu’il connaît certes parfaitement, mais reposant sur des assises financières solides et une qualité des programmes unanimement reconnue en France.

L’Élysée n’avait pas donné de consigne officieuse en coulisse pour la nomination d’un candidat et n’est donc a priori pas intervenue dans le processus décisionnel. Du côté de Matignon, c’est une autre histoire. Olivier Courson, ancien conseiller « culture, communication et régulation numérique » d’Édouard Philippe, a été écarté. Pourtant, Edouard Philippe semble avoir très fortement insisté pour placer son candidat qui est, aussi, son ami de 20 ans et ancien colocataire de ses années étudiantes. Ayant échoué à le faire nommer à la tête du Centre national du cinéma, il le propulse à la Cour des comptes, lui offrant de belles semaines pour faire campagne en coulisse pour la présidence d’Arte. Mais, pour Olivier Courson, rien ne s’est passé comme prévu et il voit, une nouvelle fois, son poste rêvé lui échapper. Sans doute pourra-t-il se consoler à la Cour des comptes, où sa place fraîchement octroyée par Matignon l’attend encore ?

Et pour France Télévisions ?

Pour France Télévisions, de nouveaux noms émergent. Comme le révélait Le Canard Enchaîné, il y’a quelques jours, Edouard Philippe ressentirait un besoin pressant de placer l’un de ses amis à la tête d’un poste stratégique de l’audiovisuel public. Matignon, ayant échoué à positionner son candidat chez Arte, devrait se tourner vers l’autre poste disponible à France Télévisions. Le nom de Frédéric Mion circule. C’est à gauche, au sein de cabinets ministériels, que ce brillant haut fonctionnaire a fait ses débuts avant de s’engager dans une carrière sûrement plus lucrative d’avocat d’affaires. Puis, direction l’audiovisuel privé, où il devient secrétaire général de Canal + avant, en 2013, de prendre la tête de Sciences Po. Au sein de la prestigieuse institution de la rue Saint-Guillaume s’attache, avec un certain brio, à remettre de l’ordre dans une école dont la gestion a été quelque peu entachée par les années sulfureuses de Richard Descoings. Ses liens avec Edouard Philippe ne s’arrêtent pas là. Frédéric Mion est aussi ami de la femme du Premier ministre, qui occupe aujourd’hui le poste de directrice de l’École de Droit de Sciences Po. Mais, selon le Canard, ces deux candidatures ne génèrent pas vraiment d’enthousiasme à l’Élysée où, au-delà de la compétence indéniable des sortantes, on s’inquiétude de la portée symbolique de telles nominations. Remplacer deux femmes par deux hommes serait en effet très malvenu dans le contexte actuel, sachant que ces dernières peuvent se targuer de mandats globalement salués à la tête de leurs groupes respectifs. La direction de France 5 étant déjà offerte à un homme, il apparaît hautement improbable de réitérer l’affaire pour France Télévisions. Sinon à créer un petit scandale qui ajouterait à une nomination téléguidée par le pouvoir politique une approche résolument antiféministe de la haute direction du secteur public. Des critiques dont se passerait bien le couple exécutif, bousculé par l’opinion depuis de trop longs mois. De même, Frédéric Mion ne semble pas faire montre d’une motivation très prononcée pour ce poste délicat, où il faut composer avec les difficultés économiques du groupe, la très sensible réforme à venir et des syndicats en désaccord systématique avec leur direction.

Certes, pour Régine Hatchondo chez Arte, être une femme n’a pas joué en sa faveur. Mais, parité oblige, il semble logique que la tête de France Télévisions soit dévolue à une candidate. Mais, rassurons-nous, deux autres femmes sont aussi bien positionnées. Isabelle Giordano, déjà, peut compter sur une belle carrière de journaliste dans l’audiovisuel public, avec quelques passages, dans le public. Problème, elle traîne avec elle l’échec du Pass Culture, dont elle préside le comité stratégique depuis juillet 2019, encore perçu comme l’un des échecs les plus retentissants de la « macronie culturelle ». L’autre nom qui se murmure est celui de Laetitia Recayte, ancienne directrice du développement commercial de France Télévisions. Certes, avec une vingtaine d’années au sein de l’audiovisuel privé ou public, Laetitia Recayte n’a pas à rougir d’une solide expérience de terrain avec notamment la direction des filiales commerciales du groupe. Mais elle s’est, depuis avril 2017, quelque peu éloignée du métier, ouvrant même une cantine bio et végétarienne dans le très branché quartier Montmartre ou en rejoignant l’équipe municipale du maire de Cannes, en tant que consultante. Puis en devenant directrice générale de Robin and Co, une holding dédiée à la production audiovisuelle, en début d’année. Reste donc Delphine Ernotte, qui demeure, au vu de son expérience passée et d’un bilan globalement salué par le CSA, une prétendante tout à fait sérieuse à sa propre succession.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
J'accuse
- 25/06/2020 - 22:51
Luttes sans merci en coulisse
Philippe essaye de placer ses pions pour 2022.
Les compétences ne pèsent rien dans les nominations: il faut être proche de l'un ou de l'autre, et savoir le remercier si ça marche.
Philippe veut se faire virer pour avoir ses chances, sachant qu'un Premier ministre en exercice ne pourra pas gagner. Mais un ex, oui !
En attendant, il en profite pour utiliser le pouvoir que lui donne son poste, ce qui fait enrager Macron.
Ici Londres
- 25/06/2020 - 15:19
Les requins se battent entre eux...
comme si c'était leur bien, leur télé ...
comme ce n'est plus la nôtre, celle de tout le monde, du peuple ; pourquoi payerait on pour elle ...?!