En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

05.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

06.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

07.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine

ça vient d'être publié
Pollution
Réchauffement climatique : des gisements de méthane se décongèlent dans l'océan Arctique relâchant du gaz à effet de serre
il y a 15 min 39 sec
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 1 heure 45 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 4 heures 58 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 5 heures 32 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 5 heures 53 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 6 heures 48 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 7 heures 31 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 8 heures 19 min
décryptage > Politique
Trouvaille linguistique

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

il y a 8 heures 43 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Trump ou Biden : les deux candidats ont un seul et même remède pour sauver l’économie, endetter l’Amérique

il y a 8 heures 50 min
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 50 min 25 sec
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 2 heures 31 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 5 heures 6 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 5 heures 50 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 6 heures 27 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 7 heures 2 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 7 heures 53 min
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 8 heures 37 min
décryptage > Politique
Cendres et bouillie

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

il y a 8 heures 47 min
décryptage > Economie
Mesures d'urgence

Sommet social : et s’il y avait une seule réforme à faire par ces temps de pandémie, laquelle serait-elle ?

il y a 8 heures 54 min
© JEFF PACHOUD / AFP
© JEFF PACHOUD / AFP
Second tour

Municipales : pour qui sonne(rait) le glas d’une abstention record ?

Publié le 25 juin 2020
Le second tour des élections municipales se déroule ce dimanche 28 juin dans 5.000 communes. Faut-il s'attendre à une abstention record ? Quels sont les candidats qui pourraient "profiter" de cette abstention ?
Guillaume Bernard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guillaume Bernard est maître de conférences (HDR) à l’ICES (Institut Catholique d’Etudes Supérieures). Il a enseigné ou enseigne dans les établissements suivants : Institut Catholique de Paris, Sciences Po Paris, l’IPC, la FACO… Il a rédigé ou codirigé...
Voir la bio
Xavier Dupuy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Xavier Dupuy est politiologue, spécialiste de l'opinion.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le second tour des élections municipales se déroule ce dimanche 28 juin dans 5.000 communes. Faut-il s'attendre à une abstention record ? Quels sont les candidats qui pourraient "profiter" de cette abstention ?

Atlantico.fr : Doit-on s'attendre à une abstention record pour le second tour des municipales ce week-end ?

Xavier Dupuy : Au mois de mars dernier avant même l’aspect coronavirus, on pouvait déjà s’attendre à une abstention record. La République En Marche, dans sa préparation des municipales, installait déjà une certaine confusion qui permettait de prédire une abstention massive. 

Les nouvelles formations politiques comme le RN, moins représentées aux élections municipales, participent également à cette abstention en ne pouvant pas de candidat partout. Les électeurs fidèles au parti d’extrême droite n’ayant pas accès à cette offre politique dans leur commune ne se déplaceront donc pas. Nous pourrions nous attendre à cette configuration dans une ville comme Saint Etienne, où le RN n’a pas dépassé le 1er tour et où le maire sortant à déjà fait un score au 1er tour au dessus de 45 %.

À cela s’ajoute évidemment la crise du coronavirus. Les personnes fragiles ne s’étant pas déplacées au 1er tour, cela a donné un coup d’accélérateur à l’abstention. Mais nous pourrions observer un ressaisissement de cette tranche d’électeurs au deuxième tour. Mieux organisés, ils ont pu établir des procurations.

Un ressaisissement de l’électorat âgé profite généralement au maire sortant, et plutôt à la droite qu’à la gauche. 

Guillaume Bernard : C’est plus que probable et, ce, d’autant plus que le premier tour, en mars dernier, avait déjà vu un record d’abstention pour une élection de ce type. Ces municipales 2020 sont un gâchis monumental. Or, ce n’est pas anodin, car le maire était, jusqu’à présent, l’élu le plus apprécié des Français. Si le désintérêt voire la défiance se propage dans tout l’édifice démocratique, c’est le régime lui-même qui pourrait être ébranlé. 

Aux abstentionnistes coutumiers (qui ne se déplacent généralement que pour la présidentielle) risquent de s’en ajouter bien d’autres. Deux principales raisons à cela. D’une part, les Français n’ont pas cette élection en tête : d’abord parce que le premier tour a eu lieu il y a plus de trois mois (ce qui fait planer un doute très important sur la sincérité du scrutin) ; ensuite, parce que le scrutin n’aura lieu que dans un nombre limité de communes (environ 5 000) : il n’y a donc pas d’enjeu national mobilisant l’ensemble de l’opinion publique. Le second tour des municipales est totalement atomisé. 

D’autre part, le contexte est très défavorable à une mobilisation des électeurs, surtout ceux des grandes villes, là où justement le scrutin va avoir lieu. Sortis du confinement général, beaucoup d’urbains vont probablement avoir envie de s’évader et de partir en week-end (du moins pour ceux qui en ont encore les moyens…). Quant aux personnes âgées, celles qui votent proportionnellement le plus, il est possible qu’elles craignent encore la contamination et qu’elles refusent d’aller au bureau de vote (se souvenant que le « grand renfermement » avait immédiatement suivi le premier tour des municipales). 

Tout cela n’est pas de bon augure pour un sursaut de la participation. 

À quels candidats cette abstention peut-elle profiter ?

Xavier Dupuy : Si nous prenons le cas d’une ville comme Toulouse, où les rapports de force sont extrêmement serrés, une modification de la structure des votants sera décisive. Un statu quo des plus jeunes et une augmentation des personnes plus âgées favoriserait indéniablement le maire sortant.

Le cas de Strasbourg est lui très particulier. La configuration politique du 2e tour est assez inhabituelle. La gauche n’a pas réussi à s’entendre sur un liste commune ( la liste EELV soutenue par l’extrême gauche d’un côté et la liste socialiste de l’autre ) et en face, le 1er adjoint sortant soutenu par LREM et qui a trouvé un accord avec LR. Les résultats du 1er tour montrent que la liste EELV était autour de 27%, le 1er adjoint sortant autour de 20% et la liste socialiste autour de 19% et le candidat LR à un score proche de 19% également. Si dimanche prochain nous observons un ressaisissement de l’électorat âgé, cette triangulaire peut tourner en faveur du 1er adjoint associé aux LR. Si en revanche, le taux de votants n’est pas modifié ou si les jeunes se déplacent un peu plus nombreux, malgré une configuration où la gauche est divisée, l’alliance des Verts peut passer devant. 

Guillaume Bernard : D’abord aux sortants, à ceux qui sont le plus connus et qui peuvent mobiliser leurs troupes sur leur nom. Ensuite, cela peut être les mêmes mais pas nécessairement, à ceux qui sont arrivés largement en tête au premier tour. Les électeurs des listes concurrentes sont enclins à se démobiliser. 

Il peut cependant y avoir un sursaut de participation au scrutin là où, localement, il y a un véritable enjeu politique (recomposition des forces) ou une question de symbole. Dans les villes (Bordeaux, Lyon, Strasbourg…) qui ont vu des alliances LREM-LR pour empêcher les Verts de l’emporter (et d’avoir des grands électeurs pour les sénatoriales), y aura-t-il ou non une réaction de l’électorat très à gauche en faveur des listes écologistes ainsi que des anciens électeurs socialistes ayant basculé vers le parti macroniste ? 

Sur la droite du spectre politique, Louis Aliot (RN) réussira-t-il à prendre Perpignan (préfecture des Pyrénées orientales) ce qui, symboliquement, effacerait le peu de présence de son parti (400 listes seulement au premier tour) lors de ces élections ? À Carpentras (Vaucluse), la liste d’union de la droite (avec des RN mais pas seulement) dirigée par Bertrand de La Chesnais (qui est soutenu par l’ancien maire UMP Jean-Claude Andrieu) ravira-t-elle la mairie à la gauche malgré le maintien d’une liste LR ? À Tarascon (Bouches-du-Rhône), la dissidente du RN, très implantée localement, Valérie Laupies échouera-t-elle parce qu’une liste RN a été maintenue (avec à sa tête un parachuté) ou les électeurs de ce parti prendront-ils leur autonomie par rapport aux directives jacobino-parisiennes ? Dans l’Hérault, Robert Ménard ayant été réélu à Béziers, les communes limitrophes de sa ville vont-elles basculer dans son camp ce qui lui permettrait de contrôler l’agglomération ? A la suite de Jacques Bompard (à Orange), cela signifierait que sa stratégie de l’enracinement local est payante pour constituer de véritables bastions. 

Voilà, au débotté, un certain nombre d’exemples qu’il sera intéressant de regarder attentivement au soir du second tour et où les électeurs pourraient (le verbe est au conditionnel) se mobiliser plus qu’ailleurs, alors que tout les pousse, y compris la météo, à aller à la pèche… 

À quels résultats peut-on s'attendre dans les villes à enjeux  ? La "vague verte" tant attendue aura-t-elle lieu ? 

Xavier Dupuy : Globalement, nous allons avoir une élection de très grande stabilité par rapport à 2014. Avec toute de même une particularité : le scrutin de 2014 avait été extrêmement favorable à la droite. On aurait pu penser à un certains rééquilibrage cette année dans les villes très politisées de plus de 9 000 habitants. Ce ne sera visiblement pas le cas. Une ville comme Limoge, bastion de la gauche depuis de nombreuses années, restera très certainement à droite cette année encore. La vague verte tant attendue n’aura pas lieu. Cette « vague » dite verte signifie en réalité que dans certaines grandes métropoles où il n’y a plus de grande personnalité socialiste marquée, l’électeur se dirige vers les verts. Là où la gauche reste marquée, le candidat socialiste reste en tête. L’exemple de Paris en est une preuve. C’est le cas également à Nantes, Rennes.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
clo-ette
- 26/06/2020 - 17:23
Se déplacer pour aller voter ?
On n'en a guère envie, pas pour le virus, pour autre chose d'aussi toxique à savoir la lassitude . Mais on fera un effort, à Paris pour voter pour Rachida Dati, énergique et loyale .
Nicolas59
- 26/06/2020 - 08:10
Municipales tronquées
La chose centrale pourrait être que les alliances de circonstance avec des LREM sortis minoritaires au premier tour constitue
un répulsif qui soit rejeté par des électeurs écœures de faire la courte échelle a ce mouvement sans autres alternative.
Encore une expression élective démocratique mis a bas.
La République file un mauvais coton.
Loupdessteppes
- 25/06/2020 - 15:06
Le glas a déjà sonné....
Le glas a déjà sonné.... pour nombre de ceux qui participent à cette pantomime mortelle d'élection !
Et aussi pour ces pauvres élites (sic) dépravées et fonctionnarisées qui commentent ces élections privées de toute valeur démocratique...
Ces laquais d'un état malade de pouvoi ;, ces hobereaux pétochards craignant la perte de leurs émoluments et de leur statut social qu'ils pensaient éternel. Qu'ils brûlent en enfer puisque les cloches de l'église de leur village tourmenté leurs semblent la seule métaphore applicable à cette danse macabre.