En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

03.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

04.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

07.

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 9 heures 33 min
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 10 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 10 heures 57 min
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 13 heures 7 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 13 heures 52 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 15 heures 21 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 15 heures 53 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 17 heures 39 sec
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 17 heures 24 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 17 heures 53 min
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 9 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 10 heures 43 min
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 11 heures 39 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 13 heures 40 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 15 heures 10 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 15 heures 22 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 16 heures 56 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 17 heures 11 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 17 heures 31 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 17 heures 58 min
© PHILIPPE DESMAZES / AFP
© PHILIPPE DESMAZES / AFP
Atlantico Business

Tout arrive : la participation des salariés aux bénéfices va devenir obligatoire dans toutes les entreprises, y compris les plus petites

Publié le 22 juin 2020
Pour les courants les plus conservateurs du patronat, c’est une sacrée mauvaise nouvelle. Pour les chefs d’entreprise les plus lucides, c’est plutôt la recette miracle pour dynamiser l’activité et indirectement, trouver les moyens de rembourser la dette contractée pour combattre le coronavirus.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour les courants les plus conservateurs du patronat, c’est une sacrée mauvaise nouvelle. Pour les chefs d’entreprise les plus lucides, c’est plutôt la recette miracle pour dynamiser l’activité et indirectement, trouver les moyens de rembourser la dette contractée pour combattre le coronavirus.

Deux députés En marche vont déposer demain une proposition de loi qui étendrait aux PME de moins de 50 salariés l’obligation de partager les bénéfices. Olivia Grégoire et Cendra Motion, qui appartiennent à la majorité présidentielle, ont toutes les chances d’être bien accueillies par l’exécutif et par une majorité de députés qui ira au-delà du groupe En marche, mais aussi par une grande part des chefs d’entreprises qui préfère redistribuer cet argent à leurs salariés plutôt que devoir les payer en impôt.

Parce que le problème est bien là, il faudra payer d’une façon ou d’une autre la facture du coronavirus. Entre le cout du chômage partiel, celui des licenciements, toutes les perfusions qui ont été posées dans les secteurs en difficulté et la garantie d’Etat sur les prêts consentis pour éviter les pannes de trésorerie, le «  quoi qu’il en coute » d’Emmanuel Macron a permis  de combattre le Covid 19 en limitant les dégâts sanitaires et de se dégager du confinement. Mais revers de la médaille, il a tout payé à crédit. Soit près de 100 milliards d’euros. La dette publique dépasse désormais les 120% du PIB et près de 3 000 milliards d’euros. Alors cette dette ne coute pas très cher puisque les taux d’intérêt sont nuls mais quand elle arrivera à maturité (dans 5 ou 10 ans), il faudra bien la rembourser ou la renouveler avec le risque de payer l’argent plus cher.

Les seules solutions pour faire face à un tel endettement seront d’augmenter les impôts ou alors de capter l’épargne volontaire et de ne pas la rembourser, et surtout de booster la machine économique pour qu’elle tourne plus vite.

L’activité économique paraît le mode le plus responsable et la généralisation du partage des bénéfices paraît l’outil le plus efficace. Gérald Darmanin et Bruno Le Maire appellent cela l’épargne salariale mais ils parlent de la même chose. On ne travaille jamais mieux que si on est directement et personnellement intéressé aux résultats. Du coup, le système a toutes les chances de mieux fonctionner avec une adhésion renforcée du corps social.

Le problème, c’est que les chefs d’entreprise n’ont jamais débordé d’enthousiasme pour ce type de système. Jugé trop compliqué administrativement ou trop intrusif.

Les dispositifs de participation et d’intéressement sont nés sous la gouvernance du général de Gaulle en 1959. Les patrons de grandes entreprises ont appliqué la formule, mais sans plus. Ils préfèrent le système des primes spéciales et les stock-options qui font la fortune des cadres dirigeants. Quant aux patrons de PME ou PMI de moins de 50 salariés, ils n’avaient aucune obligation légale de partager les bénéfices, et concrètement en plus, ils ne voyaient dans le partage qu’un moyen d’intrusion dans un pouvoir qu’ils ne voulaient pas partager.

Le projet qui va être débattu généralise le principe du partage à toutes les entreprises. Alors on peut enterrer la formule sous un flot de critiques mais elle préfigure un changement de paradigme qu’on aurait tort de négliger parce qu’il porte finalement beaucoup d’avantages.  

Le premier est qu’il oblige l’entreprise à dégager des bénéfices, c’est à dire à choisir des process rentables. Et à partir du moment où les salariés touchent une partie des profits, ils ont tout intérêt à faire en sorte que l’entreprise puisse activer les moyens d’une plus grande performance.

Le deuxième avantage, cest que si lentreprise dégage des bénéfices, lassiette fiscale sera plus importante. L’Etat y gagne et améliore les rendements de l’impôt sans avoir à majorer les taux ou à changer la méthode de perception de l’impôt.

Le troisième avantage, cest que la généralisation de la participation à toutes les entreprises élimine une source d’inégalité entre les salariés selon la taille et l’activité.

Actuellement, 70 à 80 % de salariés d’entreprises de plus de 1000 salariés bénéficient d’un accord de participation. Cette part tombe à 1,2% des salariés employés dans les petites entreprises de moins de 10 salariés et à 4% de celles qui ont entre 10 et 50 salariés.

Le quatrième avantage est que les modalités de participation doivent faire l’objet dun accord de participation avec les représentants du personnel. Ces accords doivent fixer les règles de calcul, les modes d’affectation et la durée. Les salariés pouvant en général choisir le mode de perception, soit immédiat ou alors à l’issue d’une période de placement. Avec la possibilité de déblocage anticipé ou pas. Ce qui n’est pas neutre concernant la fiscalité.

En fait, l’épargne salariale constitue un outil qui peut aussi bien impacter positivement le pouvoir dachat quun compte de retraite complémentaire, une prime exceptionnelle, le niveau de fiscalité individuel ou le forfait social.

La nécessité de passer par un accord préalable avec les personnels favorise la négociation syndicale et par conséquent, le dialogue social. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
moneo
- 24/06/2020 - 08:45
Encore du bougli boulga
Dans les TPE représentant du personnel? qui , la CGT au niveau national?
la participation aux bénéfices encore faut il avoir des bénéfices.???? en ce moment ce serait participation aux pertes... ah non pas pour les salariés... ah oui et pourquoi? ils perçoivent un salaire pour leur travail et une garantie chômage en cas. licenciement .l'independant ? lui ?,nada . Enfin toujours la distribution des profits . Question mr Sylvestre : l entrepreneur doit il 'avoir des réserves en cas de coup dur ? ou ayant tout distribué, ne serait il pas à la merci d'un banquier ; vous savez le monsieur qui vous prête un parapluie quand il fait beau... :m^me question pour investir...Monsieur Sylvester vous vieillissez mal ou alors c'est moi lol
COUKOUCéMOI
- 23/06/2020 - 11:30
Et si "ON" réfléchissait moins CON ?...
...en lieu et place de se la mordre, pourquoi s'enfermer dans l'idée de la seule participation... QUE sur les bénéfices ?
Pourrait-"ON", aussi, réfléchir sereinement (Hum !), à une "participation responsable partagée Employés/Employeur".... sur la base d'un algorithme incluant la marge brute, la marge nette, la valeur ajoutée, les charges sociales, la fiscalité, (soit-elle "à la con" !) >>> en sus des "éventuels" bénefs (avant optimisation !!!). L'algorithme calculerait (Hum !!!) la contribution équitable à l'impôt national, ceci en lien et dans le cadre d'un objectif politique commun ecohumaniste, affranchit des logiques figées et vitrifiées, des auto-proclamés "sachants" et autres psychorigides aux manettes !
Sauf erreur (comptable !) de ma part, es qualité d'entrepreneur très modestement initié à la chose, il y aurait là, matière à contribuer à la refonte d'une société délabrée, produit politique de la socialo gauchiesque d'une part, de l'Administration et de la Finance, d'autre part.
COUKOUCéMOI
- 23/06/2020 - 11:30
Et si "ON" réfléchissait moins CON ?...
...en lieu et place de se la mordre, pourquoi s'enfermer dans l'idée de la seule participation... QUE sur les bénéfices ?
Pourrait-"ON", aussi, réfléchir sereinement (Hum !), à une "participation responsable partagée Employés/Employeur".... sur la base d'un algorithme incluant la marge brute, la marge nette, la valeur ajoutée, les charges sociales, la fiscalité, (soit-elle "à la con" !) >>> en sus des "éventuels" bénefs (avant optimisation !!!). L'algorithme calculerait (Hum !!!) la contribution équitable à l'impôt national, ceci en lien et dans le cadre d'un objectif politique commun ecohumaniste, affranchit des logiques figées et vitrifiées, des auto-proclamés "sachants" et autres psychorigides aux manettes !
Sauf erreur (comptable !) de ma part, es qualité d'entrepreneur très modestement initié à la chose, il y aurait là, matière à contribuer à la refonte d'une société délabrée, produit politique de la socialo gauchiesque d'une part, de l'Administration et de la Finance, d'autre part.