En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 9 heures 43 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 10 heures 21 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 13 heures 4 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 13 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 15 heures 4 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 17 heures 50 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 18 heures 1 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 18 heures 22 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 19 heures 52 sec
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 19 heures 7 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 10 heures 3 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 12 heures 5 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 13 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 14 heures 59 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 17 heures 42 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 17 heures 58 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 18 heures 12 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 18 heures 26 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 19 heures 4 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 19 heures 8 min
© Thomas SAMSON / AFP
© Thomas SAMSON / AFP
Discriminations

Après la lutte des classes, la guerre des races ? Non. Mais le clash de minorités politiques qui prennent en otage la société française

Publié le 18 juin 2020
S’il est difficile de ne pas voir la montée des tensions communautaires, une majorité de Français, toutes origines confondues, n’applique aucun prisme racial à la réalité. Les fractures politiques et économiques et les points de tension culturels ou religieux sont en revanche instrumentalisés.
Guylain Chevrier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guylain Chevrier est docteur en histoire, enseignant , formateur et consultant.Il est membre du groupe de réflexion sur la laïcité auprès du Haut conseil à l’intégration.Dernier ouvrage : LAÏCITÉ, ÉMANCIPATION ET TRAVAIL SOCIAL L’Harmattan, Sous la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
S’il est difficile de ne pas voir la montée des tensions communautaires, une majorité de Français, toutes origines confondues, n’applique aucun prisme racial à la réalité. Les fractures politiques et économiques et les points de tension culturels ou religieux sont en revanche instrumentalisés.

Atlantico.fr : Dans une interview donnée à Valeurs Actuelles, Manuel Valls a établi que la lutte des classes disparaissait au profit de la "lutte des races". Est-ce la bonne analyse pour comprendre la nature des discriminations en France ?

Guylain Chevrier : Bien sûr, on peut constater que le recul des organisations ouvrières qui étaient porteuses de ce concept de lutte des classes, a laissé la place à une montée des revendications identitaires. Mais la lutte des classes visait à la suppression des classes pour imposer une égalité vue sur un mode collectiviste qui a été abandonnée, ce n’est pas le recul de ce projet qui est en cause, mais celui d’enjeux propres à une cohésion de la nation fondée sur un contrat social.

On ne doit pas confondre ici les conflits sociaux, du travail, avec cette conception de la lutte des classes, car ils sont eux, le processus normal de règlement des oppositions d’intérêts. Ils prennent pour objet la répartition des richesses dans une société démocratique, dont les classes moyennes représentent aussi le modèle, reflet des progrès de l’égalisation des conditions des uns et des autres, comprenant un processus de promotion sociale selon le talent et le mérite. C’est plutôt la crise de ce modèle démocratique qui est en jeu, et qui par son affaiblissement lié à un chômage chronique, une mise en retrait de l’Etat et une libéralisation effrénée, a favorisé l’émergence de ces revendications identitaires.

Les populations immigrées ont naturellement plus de difficultés que les autres à s’intégrer, puisqu’ils doivent passer par un processus accéléré d’insertion économique et sociale, d’appropriation de codes communs, souvent en partant d’un niveau de diplôme moindre que le reste de la population dans un contexte déprimé. Ils peuvent avoir le sentiment, pour les plus fragiles d’entre eux, de ne plus pouvoir trouver leur place ni profiter du mouvement de promotion sociale, qui est le marqueur du modèle républicain.

On a pu ainsi donner l’initiative à ceux qui ont pour fonds de commerce les discriminations, justifiant la promotion de la logique des minorités vues comme opprimées. Alors que justement, tous les indicateurs dans ce domaine nous disent que ce problème, s’il existe et ne doit pas être négligé, est un facteur faible. Le baromètre de la Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme, portant sur le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie (2018), montre depuis plusieurs années la poursuite d’une tendance au recul des préjugés racistes et du rejet de l’immigration. 6000 affaires chaque année sont concernées par les discriminations, dont environ dix pour cent reçoivent une condamnation pénale. Un ordre de grandeur qui reste relativement limité. Et comme j’aime à le dire, même en multipliant par dix ces chiffres, on arrive à quelque chose qui ne saurait être identifié à une ségrégation ou un racisme dit « systémique ».

Rappelons ici que l’observatoire des inégalités constate qu’à classe sociale égale, la réussite des enfants d’immigrés est la même que celle des non-immigrés, renvoyant à la problématique des inégalités entre classes sociales, et non à une logique d’oppression des minorités soumises à un « « privilège blanc ».

Quel rôle joue actuellement l'extrême gauche sur cette question ?

Il existe une extrême gauche, ultra-internationaliste hors sol, qui est contre les frontières et les Etats-nation, considérés comme des entités par nature raciste, puisque ne laissant pas librement circuler des immigrés qui seraient les pauvres du monde et devraient pouvoir partager les fruits de la richesse des pays développés. Ce qui tend à opposer pays blancs riches et pays autres, pauvres. Ce qui est une belle caricature, car déjà à l’Est de l’Europe, il y a des pays pauvres de blancs. Et puis l’histoire des sociétés suit des chemins divers, le colonialisme ne saurait être rendu aujourd’hui responsable du non-développement de bien des pays d’immigration, qui sont minés par la corruption ou par la guerre. D’autant que la France est devenue cette année la première terre d’asile d’Europe et donc, n’a pas grand-chose à se reprocher dans ce domaine. C’est encore plus vrai de l’accueil réservé aux migrants en général qui viennent sur notre sol légalement, pour justement ce qu’est la France qui sur le plan social n’a pas d’équivalent, d’où l’utilité des frontières. Une France au passage qui a fait le choix de l’intégration par la citoyenneté et favorise ainsi l’accès à la nationalité française par acquisition. Nous sommes passés depuis les années 90 de 45.000 personnes à 130.000 par an qui aujourd’hui y accèdent. Ni Etat raciste donc, ni racisme d’Etat !  

Mais tout cela est balayé par un discours de victimisation outrancier, qui rabat systématiquement la question sociale sur celle des discriminations. Cela, jusqu’à prétendre que l’importance du nombre d’écroués étrangers ou issu de l’immigration serait le fait d’une politique de l’Etat visant les quartiers, encourageant ainsi, le rejet de l’intégration, et même la délinquance sinon la radicalisation. Une démarche qui débouche sur l’idée de minorités opprimées, auxquelles il faudrait reconnaitre des droits spécifiques pour compenser cet état de fait, accepter le séparatisme, et ainsi le multiculturalisme normatif. C’est dans ce contexte que s’est formé un front commun entre un gauchisme anti-impérialiste, pro-immigrés, rejetant la nation et la république, la laïcité, avec un islam politique qui se coule dans ce moule. On retrouve autour du Comité Adama, aux côtés de ce type de gauchistes, les tenants médiatiques de cet islam politique, les indigénistes et décoloniaux Youcef Brakni, Madjid Messaoudène ou Fatima Ouassak. Cette dernière à la tête du mouvement du Front des mères, à Montreuil (93), dont le thème favori est le « racisme d’Etat », livre dans une interview donnée à un média en ligne sans ambiguïté ce qu’elle met en avant comme motivation de son combat, sa foi : « La foi islamique n’est pas compatible avec les rapports sociaux basés sur l’oppression (classiste, raciste, patriarcale) et la prédation (capitaliste et impérialiste) » On jugera de ces affirmations qui peuvent faire sourire. Il y a de quoi par leur imposture, qui vise à faire de la foi un instrument de conquête politique passant pour moyen d’émancipation. Mais surtout, ce qui constitue un appel à nos concitoyens de confession musulmane à considérer comme leur ennemi la République, en les faisant complètement se tromper de combat. On se remémorera que tout ce beau monde, Comité Adama en tête, a participé à la manifestation du 10 décembre contre « l’islamophobie », ou avait été repris en cœur, à l’initiative de l’ancien président du CCIF, Allah akbar. En réalité, pour ces tenants de l’islam politique, cette reconnaissance des minorités est l’étape nécessaire à mettre sous leur main une population qu’ils veulent y assigner, pour l’utiliser comme moyen de déstabilisation et de désordre, et imposer à la société française des normes religieuses d’un autre âge au-dessus du droit. On peut imaginer l’étape d’après, un risque d’affrontement pouvant conduire au pire. 

Le comptage racial, les quotas que demandent certains ou la discrimination positive, qui vont avec la mise en place d’un séparatisme communautaire, pour ne pas dire d’un communautarisme, sont la pire des solutions. L’enfermement communautaire a pour principe la perte pour les individus de leurs droits derrière l’intérêt supérieur du groupe, et l’organisation clanique à laquelle il donne lieu. Les quotas et la discrimination positive font que la personne qui en bénéficie ne saura jamais si elle a été choisie pour ses talents ou par un simple mécanisme de tri. Ce qui maintient un ressentiment d’autant plus fort au regard de la notion de différence, qu’il est vécu dans la soumission à un système censé rétablir l’égalité, et qui reproduit en fait des discriminations.

À quels dangers expose-t-on notre démocratie en ne répondant pas clairement à la question des discriminations ? Comment peut-on y faire face ?

Bien que cette question des discriminations ne soit pas première dans l’ordre des facteurs d’inégalités, on doit la prendre au sérieux, en étant intraitable au regard de la moindre d’entre elles, sans tomber dans les amalgames et les généralisations. On parle beaucoup de la police en l’accusant de racisme, en mettant ainsi en cause ceux qui garantissent l’ordre républicain, et protègent notre démocratie. Il faut y regarder à deux fois. Notre Défenseur des droits est particulièrement préoccupé par les discriminations, il est très présent sur le sujet du contrôle au faciès. Pour autant, s’il existe ici des pratiques discriminatoires condamnables devant un tribunal, on ne saurait donner l’impression d’une pratique généralisée, qui alimente l’image d’une police obsédée par les races. N’y a-t-il pas en France une politique de maitrise des flux migratoires, tout pays ayant ses limites dans ce domaine, pour éviter d’exclure plus, faute de moyens d’intégrer ? Les policiers n’ont-ils pas dans leurs missions de réaliser dans ce prolongement un contrôle du statut de légalité des personnes se trouvant sur notre territoire ? Est-ce du racisme ? Lèverais-je ici un tabou ? Il y en a d’autres à lever si on veut faire face à la réalité. S’il faut plus de moyens de contrôle du travail de la police dans ce domaine, pour garantir les droits, ce doit être en clarifiant ici son rôle, et non en le cachant comme s’il fallait en avoir honte, justifiant encore plus de penser qu’il y aurait là quelque chose à se reprocher. Ne devrait-on pas insister autant sur les droits que sur les devoirs pour ramener de la rationalité dans les débats ?

Par ailleurs, on ne peut dire d’un côté que seule l’égalité est émancipatrice, qu’il en va du respect des principes de la République, et flatter la logique des minorités par ce qui apparait comme un clientélisme politique, qui dans le cadre des municipales actuelles, ne manque pas de se faire jour. Pour tenter de prendre la mairie de Vénissieux, le député LREM du Rhône et candidat du parti présidentiel, Yves Blein, a fusionné sa liste avec celle de Yalcin Ayvali, idéologiquement proche de Recep Tayyip Erdogan. Yalcin Ayvali s'était présenté aux dernières élections législatives sous la bannière du Parti égalité justice (PEJ), considéré comme islamo-conservateur et communautariste. Au programme, notamment, une redéfinition du concept de laïcité. Sur la liste du candidat Gaël Perdriau, maire sortant « Les Républicains » de Saint-Etienne, figure Abdelouahab Bakli, présenté comme « Directeur d’établissement de placement éducatif » et « Président d’association », est connu comme ayant été un militant actif au sein de l’UOIF, branche française de l’organisation des Frères musulmans, renommée depuis 2017 « Musulmans de France ».

Redonner du sens à notre démocratie, passe par une intégration républicaine fondée sur une dynamique de l’égalité, qui seule émancipe et ramène vers la citoyenneté, où la question sociale doit pouvoir tenir toute sa place. Tout le contraire d’une logique de séparation et d’assignation identitaire. Cela étant, qui passe aussi sans doute par de l’intégrité, de l’exemplarité, un discours de vérité et de responsabilité.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Till Eulenspiegel
- 19/06/2020 - 20:02
le pyromane dépassé par son oeuvre.
l'immigration sauvage subie par la France était vouée à la catastrophe.Ce sont les populations les plus primitives de la planète qui sont venues dans ce pays non point pour travailler mais pour être totalement assistées.Une simple observation: Nous n'avons pas de problèmes avec les vietnamiens ,cambodgiens,laotiens ou les chinois adeptes de Lao-Tseu et confucius mais avec des populations adeptes du coran.Pourquoi ?
jurgio
- 18/06/2020 - 18:26
Après le temps des peureuses
voici le temps des pleureuses ! Le triomphe des républicanistes !
hoche38
- 18/06/2020 - 16:51
Grotesque!
Tous ces politiciens, leurs experts et leurs journalistes qui s'indignent des conséquences des politiques qu'ils nous ont infligées, "les yeux grand fermés", depuis quarante ans.