En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

04.

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

05.

Coup de gueule de François Cluzet contre les acteurs et humoristes qui participent au "climat anxiogène actuel"

06.

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

07.

Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Terrorisme
Sept personnes mises en examen après l'assassinat de Samuel Paty
il y a 12 min 2 sec
pépite vidéo > France
Hommage national
Retrouvez l’hommage d’Emmanuel Macron à Samuel Paty
il y a 10 heures 39 min
pépites > Santé
Extension du couvre-feu
Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi
il y a 15 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Inconsolés" de Minh Tran Huy : une histoire d’amour tragique, un conte féérique, un thriller gothique, une intrigue magistrale, l’exotisme du Vietnam…, un superbe roman

il y a 17 heures 41 min
décryptage > France
Majorité pacifique

Sera-t-il possible d’inverser le tragique déclin des institutions françaises en évitant la case violence ?

il y a 19 heures 17 min
décryptage > Sport
L’hymne sans la joie

PSG / Manchester United : les Parisiens confondent Ligue des champions et ligue d’égoïstes

il y a 20 heures 5 min
pépites > Terrorisme
Justice
Plainte du ministre de l'Intérieur contre un blog du site Mediapart qui accuse la police d'avoir exécuté l'agresseur du professeur de Conflans parce que ce terroriste est musulman
il y a 20 heures 27 min
light > Justice
High-Tech
Le ministère américain de la Justice a ouvert une enquête contre Google pour abus de position dominante au détriment de ses concurrents
il y a 20 heures 44 min
pépites > Politique
Terrorisme
François Fillon réagit après le meurtre du professeur de Conflans estimant qu'il ne peut pas rester silencieux face à ce drame
il y a 21 heures 14 min
décryptage > Politique
Pire que la fachosphère : la lachosphère

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

il y a 21 heures 33 min
light > Terrorisme
Biopic
Le réalisateur Clint Eastwood sera convoqué au procès de l'attentat du Thalys
il y a 9 heures 55 min
pépites > France
Hommage national
Discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"
il y a 11 heures 22 min
pépites > Justice
PNAT
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine : le procureur du Parquet national antiterroriste livre de nouveaux éléments sur l'enquête
il y a 16 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Michel-Ange" de Andreï Konchalovsky : dans un film éloigné de toute prétention biographique, Michel-Ange, un artiste confronté à la fièvre et à la folie de sa force créatrice… Sublime

il y a 18 heures 3 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

il y a 19 heures 39 min
décryptage > Economie
Espoir face à la pandémie

Le rebond (modéré) de la croissance chinoise est-il une bonne ou une mauvaise nouvelle ?

il y a 20 heures 16 min
décryptage > Politique
Lutte contre le séparatisme

Julien Aubert : "La détermination d’Emmanuel Macron face à l’islamisme relève plus de l’air du temps que de la conviction"

il y a 20 heures 33 min
décryptage > Science
Osiris Rex

La NASA est sur le point d’entrer en contact avec l’astéroïde Bennu et voilà ce que ça pourra nous apporter

il y a 21 heures 7 min
décryptage > Santé
Un mal pour un bien

Couchés plus tôt ou plus tard...? Ce que nos habitudes du confinement nous enseignent sur l’impact prévisible du couvre-feu

il y a 21 heures 28 min
pépites > Justice
Terrorisme
Samuel Paty le professeur tué à Conflans a démenti avoir commis la moindre infraction quand les policiers l'ont interrogé après la plainte d'un parent d'élève
il y a 21 heures 45 min
© AFP
© AFP
Boko Haram

Les attaques des Groupes Armés Terroristes (GAT) se multiplient au Sahel et s'étendent vers le sud

Publié le 17 juin 2020
Des dizaines de soldats et de civils auraient été tués lors de deux attaques de militants islamistes dans l'État de Borno, au nord-est du Nigéria. Des combattants ont attaqué Monguno, une ville de garnison où sont basés l'ONU et d'autres travailleurs humanitaires, ainsi qu'un village à Nganzai.
Alain Rodier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Des dizaines de soldats et de civils auraient été tués lors de deux attaques de militants islamistes dans l'État de Borno, au nord-est du Nigéria. Des combattants ont attaqué Monguno, une ville de garnison où sont basés l'ONU et d'autres travailleurs humanitaires, ainsi qu'un village à Nganzai.

Atlantico.fr : Au Nord-Est du Nigeria, un village a été attaqué par l’État Islamique en Afrique de l’Ouest, une entité de Boko Haram ayant fait allégeance au groupe État Islamique. Comment s’organise l’organisation terroriste aujourd'hui ? 

Alain Rodier : Globalement, Boko Haram qui avait fait allégeance à Daech en 2015 s'est scindé en deux factions en 2016. L'une, toujours fidèle à Aboubakar Shekau a été expulsé de Daech tant la sauvagerie, la mégalomanie et l'addiction à la drogue de son émir devenaient gênantes, même pour les docteurs de la foi qui inspirent ce mouvement salafiste-jihadiste pourtant capable des pires abominations. Même officiellement rejeté, Shekau a continué de se revendiquer de Daech histoire de pouvoir toujours entraîner derrière lui des fanatiques qui apprécient la bannière noire de ces terroristes islamiques. Il a néanmoins renommé son mouvement en "Groupe sunnite pour la prédication et le Jihad".

La deuxième entité s'appelle l'Etat Islamique pour l'Afrique de l'Ouest (EIAO, anciennement Ansaru) dirigé jusqu'en 2019 par Abou Mosab al-Barnaoui. Ce denier a noué des contacts avec l'Etat Islamique au Grand Sahara (EIGS) d'Adnane Walid abou al Sahraoui. Ces deux mouvements qui semblent se coordonner sont redoutables car ils ont étendu leur influence autour du lac Tchad, au Niger, au Mali et menace de pousser vers le Golfe de Guinée. Ils s'opposent par les armes au Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM) d'Iyad Ag Ghali qui regroupe Al-Qaida au Maghreb Islamique au Sahara, Anar Dine, les katibats Macina et al-Mourabitoune. En fait, le GSIM a fait allégeance par ordre hiérarchique à l'émir d'AQMI (Droukdel) tué par l'armée française le 3 juin, à al-Zawahiri, l'émir d'Al-Qaida "canal historique" et aux taliban. Enfin, il existe désormais un Etat Islamique en Afrique Centrale (EIAC) qui serait surtout présent en Centrafrique.

Quel est le but de cette attaque ?

Les attaques de jihadistes se multiplient au Sahel et ont maintenant tendance à se métastaser.

Ainsi, depuis un mois, les faits sont les suivants.

Au centre-nord du Burkina Faso, un convoi de commerçants escorté par des miliciens a été attaqué le 29 mai dans la province du Lorum (15 morts et plusieurs portés disparus). Commanditaire inconnu bien que ce soit une zone majoritairement couverte par le GSIM.

Une embuscade tendue contre un convoi humanitaire le 30 mai sur une route située au nord de Barsalogho au centre du pays fait 13 morts, et 6 disparus. Idem pour le commanditaire.

L'attaque par des hommes à moto du marché de Kompienbiga dans le Sud-Est du pays le 31 mai fait plus de 30 victimes.

un convoi humanitaire est attaqué sur une route au nord de Barsologho provoquant la mort d'au moins 25 personnes. Idem pour le commanditaire.

Au Niger, un groupe d'une cinquantaine de jihadistes à motos a attaqué le 1er juin un camp de réfugiés maliens à Intikane, provoquant 3 morts, ont enlevé un gardiens du camp qu'ils ont détruit et pillé. Commanditaire présumé: EIAO.

Au Nigeria, 81 personnes ont été massacrées le 9 juin à Gubio dans le nord-est du pays. Commanditaire présumé, Shekau.

Le même jour, le village de Fel dans l'Etat de Borno est totalement ravagé et 69 de ses habitants sont assassinés par des jihadistes de l'EIAO.

Dans la nuit du 10 au 11 juin, le poste-frontière ivoirien de Kafolo qui jouxte le Burkina Faso est pris d'assaut. 10 militaires ivoiriens et un attaquant sont tués. Les autorités ivoiriennes attribuent l'attaque au GSIM.

Le 14 juin, l'EIAO conduit plusieurs actions terroristes coordonnées dans le nord-est du Nigeria :

- des djihadistes ont attaqué une milice d'autodéfense pro-gouvernement qui défend le village de Goni Usmanti, et s'en sont pris aux villageois (38 morts) ;

- sur le chemin du retour, les jihadistes ont incendié un camion de commerçants (nombre de morts inconnu) ;

- des jihadistes de l'EIAO (peut-être les mêmes) ont attaqué la garnison de Monguno à une soixantaine de kilomètres à l'est de Goni Usmanti, (15 morts);  les militaires sont toutefois parvenus à les repousser neutralisant une vingtaine de jihadistes;

- au même moment, d'autres terroristes ont incendié plusieurs bâtiments et véhicules devant un centre de travailleurs humanitaires de l'ONU proche de la garnison attaquée.

Le même jour, 24 soldats maliens ont été tués lors d'une embuscade dans la région de Diabaly (Mali) à une centaine de kilomètres de la frontière mauritanienne. Commanditaire pour le moment inconnu.

Les attaques des deux entités de Boko Haram vont se poursuivre, la faction Shekau restant surtout active au nord-est du Nigeria et au Cameroun, l'EIAO accentuant la pression au niveau du Lac Tchad, au Niger, au Mali, au Burkina Faso voire dans les pays voisins comme en Côte d'Ivoire. Il convient de na pas oublier le GSIM qui reste redoutable.

Après des années de guerre, l’État nigérien est-il en capacité de mettre fin au conflit seul ?

Bien sûr que non. Le phénomène salafiste-jihadiste ne connaît aucune frontière. C'est un combat régional qui a lieu. Pour le Niger, une mission des Nations Unies est basée à Niamey et à Agadez (EUCAP) avec un contingent allemand. L'aviation française est en mesure d'intervenir depuis Niamey et Ndjamena. Mais tous les observateurs s'accordent pour dire que la solution n'est pas militaire mais politique et conditionnée à l'économie sans parler des tension ethniques et tribales qui sont la règle sur le continent africain. Pour encore plus compliquer la situation, des bandes purement criminelles intéressées par tous les trafics qui ont lieu du fait de l'incompétence et souvent de la corruption des classes politiques locales se parent d'une "idéologie" pour justifier leurs actions (trafic de drogues, d'armes, de véhicules, d'êtres humains, racket...).

La situation n'est donc pas en voie de s'apaiser...  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires