En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

02.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

03.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

04.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

ça vient d'être publié
Montrer l’exemple
Covid-19 : les anciens présidents américains Barack Obama, George W. Bush et Bill Clinton sont prêts à se faire vacciner en direct
il y a 2 heures 18 min
pépite vidéo > Politique
Allocution présidentielle
Retrouvez l’intégralité du discours d’Emmanuel Macron en hommage à Valéry Giscard d’Estaing
il y a 3 heures 10 min
pépite vidéo > Politique
Disparition de VGE
Mort de Valéry Giscard d’Estaing : retrouvez l’analyse de Jean-Sébastien Ferjou dans "Soir Info"
il y a 4 heures 31 min
pépites > Media
Déprogrammation
Mort de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron décide de reporter son entretien à Brut de 24 heures
il y a 9 heures 40 min
pépites > Europe
Grisbi
L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance
il y a 10 heures 9 min
pépites > Politique
Hommage du chef de l’Etat
Mort de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron s'exprimera à 20 heures pour lui rendre hommage
il y a 10 heures 55 min
pépite vidéo > Politique
Hommage
Mort de Valéry Giscard d’Estaing : retrouvez les cinq moments-clés de sa vie politique
il y a 12 heures 47 min
décryptage > Justice
Suites judiciaires

Attaque contre un producteur de rap : mais à quoi servira vraiment l'emprisonnement de deux des quatre policiers violents ?

il y a 13 heures 28 min
décryptage > France
Ministre de l'Intérieur

Petit monde parisien contre M. et Mme Toutlemonde en province : l’opinion se construit-elle vraiment comme le défend Gérald Darmanin ?

il y a 14 heures 2 min
décryptage > Politique
Mort de l'ancien chef de l'Etat

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

il y a 15 heures 7 min
pépites > Santé
Conférence de presse
Covid-19 : Jean Castex confirme que « la vaccination sera gratuite pour tous »
il y a 2 heures 44 min
pépites > Politique
Hommage à l’ancien chef de l’Etat
Décès de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron décrète un jour de deuil national le mercredi 9 décembre
il y a 3 heures 40 min
pépites > Santé
Menaces pour la course aux vaccins
IBM alerte sur des cyberattaques en série sur la chaîne logistique des vaccins contre la Covid-19
il y a 5 heures 48 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Sarkozy coache Darmanin, Macron tance ses ministres; Hidalgo n’a aucune ambition mais un sens du devoir pour la France; Le Point s’inquiète des milliards de l’argent magique du Covid, Marianne des vaccins
il y a 9 heures 55 min
pépites > Santé
Campagnes de tests
L'Assemblée nationale se prononce en faveur du dépistage systématique du Covid-19
il y a 10 heures 27 min
décryptage > France
Conseil supérieur de l’audiovisuel

Contrôle de l’accès au porno des mineurs : le CSA étale son inculture technique

il y a 12 heures 23 min
décryptage > France
Gardiens de la paix

Police, une institution à bout de souffle… républicain ?

il y a 13 heures 14 min
décryptage > Science
Recherche scientifique

Cette découverte du programme d’intelligence artificielle de Google qui révolutionne la biologie et la médecine

il y a 13 heures 36 min
décryptage > Europe
Vision européenne

Valéry Giscard d'Estaing : « Brexit ou pas, l'Europe à 28 n’est pas gouvernable sans réformes profondes... »

il y a 14 heures 39 min
pépites > Finance
L'après coronavirus
Coronavirus et économie : la fin du «quoi qu’il en coûte» divise l'entourage présidentiel
il y a 15 heures 11 min
© Philippe LOPEZ / POOL / AFP
© Philippe LOPEZ / POOL / AFP
A double tranchant

Pourquoi Édouard Philippe est une menace pour Emmanuel Macron. Mais pas du tout celle que le président croit...

Publié le 14 juin 2020
Édouard Philippe, qui n’est nullement le chef de la majorité, ne peut pas faire grand-chose contre le Président de la République. En revanche, il incarne, sur une série de sujets, une forme de sérieux technocratique et empêche Emmanuel Macron d'apparaître comme un technicien d’État hors pair.
Les Arvernes
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Arvernes sont un groupe de hauts fonctionnaires, de professeurs, d’essayistes et d’entrepreneurs. Ils ont vocation à intervenir régulièrement, désormais, dans le débat public.Composé de personnalités préférant rester anonymes, ce groupe se veut l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Édouard Philippe, qui n’est nullement le chef de la majorité, ne peut pas faire grand-chose contre le Président de la République. En revanche, il incarne, sur une série de sujets, une forme de sérieux technocratique et empêche Emmanuel Macron d'apparaître comme un technicien d’État hors pair.

Atlantico : En quoi Edouard Philippe représente-t-il une menace pour Emmanuel Macron ?

Les Arvernes : En rien, du moins au sens politique. Il est de coutume, avec la personnalisation de la Ve République, elle-même liée à l’élection présidentielle au suffrage universel direct – système qu’aucun pays démocratique comparable à la France ne connaît et qui est la clé de voûte du caractère monarchique des institutions – de toujours voir dans le Premier ministre un rival du Président de la République. La réalité, hormis la situation de cohabitation, a pu parfois être celle-là, par exemple si l’on songe à la période Chirac/ Giscard d’Estaing (1974-1976) ou Rocard/ Mitterrand (1988-1991). Mais pour ce qui concerne Édouard Philippe, la situation est autre. Édouard Philippe, au plan politique, n’est rien. Il n’est pas le chef d’un parti. Il n’est pas l’incarnation d’une tradition politique, comme pouvait l’être Philippe Seguin. Il n’est que la créature d’Emmanuel Macron, qui cherchait précisément une personne sans relief, personne n’ayant vocation à prétendre faire l’ombre à Jupiter.

Est-ce à dire qu’Édouard Philippe, ne pose pas de difficultés à Emmanuel Macron ? La vérité, au-delà des péripéties des dernières semaines qui ont vu le Premier ministre ne pas hésiter à contredire le Président et vice-versa, est un peu différente. Il faut, à cet égard, revenir à la distinction de Montesquieu entre le pouvoir de faire et le pouvoir d’empêcher. Édouard Philippe, qui n’est nullement le chef de la majorité, ne peut pas faire grand-chose contre le Président de la République. En revanche, il incarne, sur une série de sujets, une forme de sérieux technocratique. Ce faisant, il empêche Emmanuel Macron, que ceux qui ne le connaissent pas et n’ont pas d’yeux pour juger son bilan, d’apparaître, en plus du politicien de génie qu’il se croit, comme un technicien d’État hors pair. Or, parmi toutes les impostures qui entourent Emmanuel Macron, il en est une qui est rarement relevée : ce n’est pas parce qu’il a fait l’ENA qu’il a l’étoffe ou la forme de pensée d’un haut fonctionnaire. Il n’y a rien, chez lui, des qualités du haut fonctionnaire tel que le Général de Gaulle voulait en faire le soldat du relèvement : désintéressement, humilité, efficacité, discrétion. Non pas qu’Édouard Philippe puisse se targuer de ces qualités. Mais l’on sent que chez lui, une forme de sérieux – pas toujours très drôle d’ailleurs – s’exprime…

Édouard Philippe peut-il et doit-il rester au gouvernement ?

Oui, il le peut pour deux raisons.

La première raison, c’est qu’il peut le souhaiter. A cet égard, pas d’erreur. Édouard Philippe n’a pas de « plan B ». L’on ne distingue chez lui rien qui puisse s’apparenter à une seconde carrière. Comme d’autres Premiers ministres avant lui, le plus caricatural à cet égard ayant été François Fillon, que serait-il s’il n’était pas à son poste ? Emmanuel Macron dirait : « rien du tout ». C’est un peu exagéré. Mais il y a sans doute du vrai.

Il peut rester également car Emmanuel Macron peut le souhaiter. Au fond, son départ poserait au Président un problème difficile. Le remplacer par une personne de meilleur niveau – encore faudrait-il la trouver compte tenu de l’assèchement tragique du personnel politique – n’est pas facile, et exposerait Emmanuel Macron, dont l’impopularité pourrait conduire, comme François Hollande, à ce qu’il ne se présente même pas en 2022, à mettre en selle un rival. Pas une personnalité du gouvernement ne se distingue, même s’ils sont nombreux à vouloir être calife à la place du calife, le plus zélé en ce sens étant Bruno Le Maire, dont le comportement lors de la primaire de la droite nous renseigne sur la valeur de l’homme. Le remplacer par une personne (encore) plus médiocre, alors que la France connaît une crise économique majeure, que l’État est en lambeaux, que la société danse sur un volcan, serait prendre le risque de fragiliser plus encore le Président. Il est vrai que comme Jupiter, Emmanuel Macron ne connaissant pas l'histoire de Prométhée, se croit à tort invincible...

Le doit-il ? La vraie question n’est pas celle-là. Elle est : après tant d’échecs et face à une situation manifestement aussi dégradée, comment Emmanuel Macron peut-il encore prétendre gouverner la France ? La logique institutionnelle exige de dissoudre l’Assemblée Nationale à l’automne, et, si le résultat l’indique, que le Président parte, afin de ne pas connaître à nouveau ce que les institutions permettent hélas de pire : la cohabitation.

Comment son départ pourrait-il affecter la politique d'Emmanuel Macron ?

En rien. Politiquement, il ne représente rien. Bien sûr nombreux sont ceux qui pointeraient le rôle de Matignon dans ces erreurs technocratiques qu’ont été les 80 km/ heure sur les routes, l’âge pivot en matière de réforme des retraites, etc.

Nous pensons que c’est une analyse qui passe à côté du véritable sujet. Le véritable sujet, c’est la mainmise du Conseil d’État sur l’appareil d’État, au travers de deux personnages centraux que sont Marc Guillaume (Secrétaire général du Gouvernement) et Benoit Ribadeau Dumas (directeur de cabinet d’Édouard Philippe). Comme Olivier Schramek (directeur de cabinet de Lionel Jospin quand celui-ci était Premier ministre), à travers ces personnages, c’est la main du Conseil d’État – pour le meilleur pour le pire – qui conduit les institutions. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Papy Geon
- 14/06/2020 - 11:57
Une déception transformée en dégout…
Il est certain que, dès le début du mandat, E.Ph. s’est positionné en pole position pour semer la zizanie, avec l’affaire des 80 kmh. L’urgence était ailleurs, et cette manifestation de l’exceptionnalisme français est d’ailleurs risible pour les "partenaires européens". Cette opération, qui a monopolisé énormément les esprits, n’était pas prévue pendant la campagne électorale. C’est le faux nez d’une véritable prévention des risques routiers, l’œuvre d’une ribambelle de médiocres qui doivent grouiller dans le ministère concerné. Qu’ont-ils réalisé de concret depuis 20 ans ? A ce niveau d’incompétence, s’ils étaient auparavant inaptes, les voilà devenus carrément nuisibles. Beaucoup de français qui étaient restés neutres pour les élections de 2017, ne le sont plus du tout. Et si E.Ph. a pris les français pour des veaux, en forçant la main aux institutions (et aux députés) pour faire avaliser une Loi, les enseignements que l’on peut tirer de cette opération lamentable ont déjà des conséquences depuis novembre 2018, mais ce n’est qu’un début. Une première impression : beaucoup de "hauts parasites" qui grouillent dans les ministères n'aiment pas les français, mais ils les sucent.