En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"

04.

Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français

05.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

06.

Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio

07.

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
pépites > France
Hommage
La gendarme tuée par un chauffard reçoit la légion d'honneur à titre posthume
il y a 6 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Chained / Beloved" de Yaron Shani : un dyptique dramatique passionnant autour d’un couple en difficulté…

il y a 7 heures 29 min
pépites > Justice
À coeur ouvert
L'enquête au centre du don des corps s'ouvre pour "atteinte à l’intégrité du cadavre"
il y a 8 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Bureau des légendes" de Éric Rochant : Mille sabords, quelle série !

il y a 8 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert : un roman noir publié en 1947, réédité en 2020 : l'Épuration trop "pure et dure"...

il y a 9 heures 20 min
pépites > France
Constat radical
Un groupe de sénateurs pointe la propagation de l'islam politique
il y a 10 heures 49 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français
il y a 12 heures 7 min
décryptage > France
Le retour du débat

Retraites : ce qu’il faut comprendre entre les lignes des déclarations sibyllines de Jean Castex

il y a 12 heures 46 min
décryptage > International
Bibi dans l'impasse

Pourquoi Israël va annexer la vallée du Jourdain

il y a 13 heures 20 min
décryptage > Style de vie
Bien Manger pour bien bouger

Que manger avant, pendant et après un entraînement ?

il y a 13 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le flambeur de la Caspienne" de Jean-Christophe Rufin : une enquête captivante menée par un, désormais fameux, vice-consul décalé et fin limier

il y a 7 heures 15 min
light > Economie
Couple bio-bobo
Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio
il y a 8 heures 3 min
pépites > France
Ça vole haut
Greenpeace déploie une banderole sur la grue de Notre-Dame pour alerter de l'inaction climatique du président
il y a 8 heures 47 min
pépites > Santé
Accord nocturne
Ségur de la santé : un projet d'accord trouvé dans la nuit
il y a 9 heures 9 min
pépite vidéo > International
Retour en arrière
À Melbourne, le confinement fait son grand retour
il y a 10 heures 34 min
décryptage > Justice
Reforme en marche forcée

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

il y a 11 heures 51 min
décryptage > France
Sécu d'État

Sécurité sociale : les tenants du tout-Etat gagnent du terrain

il y a 12 heures 25 min
décryptage > France
En cas de malheur

Coronavirus : et si une seconde vague arrive en France, serons-nous capables de la repérer et de réagir à temps ?

il y a 13 heures 10 min
décryptage > Culture
L'art scandale

Monde de l’art : les scandales aussi ont leurs maitres

il y a 13 heures 31 min
décryptage > International
Atlantico Business

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

il y a 14 heures 22 min
© Philippe LOPEZ / POOL / AFP
© Philippe LOPEZ / POOL / AFP
A double tranchant

Pourquoi Édouard Philippe est une menace pour Emmanuel Macron. Mais pas du tout celle que le président croit...

Publié le 14 juin 2020
Édouard Philippe, qui n’est nullement le chef de la majorité, ne peut pas faire grand-chose contre le Président de la République. En revanche, il incarne, sur une série de sujets, une forme de sérieux technocratique et empêche Emmanuel Macron d'apparaître comme un technicien d’État hors pair.
Les Arvernes
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Arvernes sont un groupe de hauts fonctionnaires, de professeurs, d’essayistes et d’entrepreneurs. Ils ont vocation à intervenir régulièrement, désormais, dans le débat public.Composé de personnalités préférant rester anonymes, ce groupe se veut l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Édouard Philippe, qui n’est nullement le chef de la majorité, ne peut pas faire grand-chose contre le Président de la République. En revanche, il incarne, sur une série de sujets, une forme de sérieux technocratique et empêche Emmanuel Macron d'apparaître comme un technicien d’État hors pair.

Atlantico : En quoi Edouard Philippe représente-t-il une menace pour Emmanuel Macron ?

Les Arvernes : En rien, du moins au sens politique. Il est de coutume, avec la personnalisation de la Ve République, elle-même liée à l’élection présidentielle au suffrage universel direct – système qu’aucun pays démocratique comparable à la France ne connaît et qui est la clé de voûte du caractère monarchique des institutions – de toujours voir dans le Premier ministre un rival du Président de la République. La réalité, hormis la situation de cohabitation, a pu parfois être celle-là, par exemple si l’on songe à la période Chirac/ Giscard d’Estaing (1974-1976) ou Rocard/ Mitterrand (1988-1991). Mais pour ce qui concerne Édouard Philippe, la situation est autre. Édouard Philippe, au plan politique, n’est rien. Il n’est pas le chef d’un parti. Il n’est pas l’incarnation d’une tradition politique, comme pouvait l’être Philippe Seguin. Il n’est que la créature d’Emmanuel Macron, qui cherchait précisément une personne sans relief, personne n’ayant vocation à prétendre faire l’ombre à Jupiter.

Est-ce à dire qu’Édouard Philippe, ne pose pas de difficultés à Emmanuel Macron ? La vérité, au-delà des péripéties des dernières semaines qui ont vu le Premier ministre ne pas hésiter à contredire le Président et vice-versa, est un peu différente. Il faut, à cet égard, revenir à la distinction de Montesquieu entre le pouvoir de faire et le pouvoir d’empêcher. Édouard Philippe, qui n’est nullement le chef de la majorité, ne peut pas faire grand-chose contre le Président de la République. En revanche, il incarne, sur une série de sujets, une forme de sérieux technocratique. Ce faisant, il empêche Emmanuel Macron, que ceux qui ne le connaissent pas et n’ont pas d’yeux pour juger son bilan, d’apparaître, en plus du politicien de génie qu’il se croit, comme un technicien d’État hors pair. Or, parmi toutes les impostures qui entourent Emmanuel Macron, il en est une qui est rarement relevée : ce n’est pas parce qu’il a fait l’ENA qu’il a l’étoffe ou la forme de pensée d’un haut fonctionnaire. Il n’y a rien, chez lui, des qualités du haut fonctionnaire tel que le Général de Gaulle voulait en faire le soldat du relèvement : désintéressement, humilité, efficacité, discrétion. Non pas qu’Édouard Philippe puisse se targuer de ces qualités. Mais l’on sent que chez lui, une forme de sérieux – pas toujours très drôle d’ailleurs – s’exprime…

Édouard Philippe peut-il et doit-il rester au gouvernement ?

Oui, il le peut pour deux raisons.

La première raison, c’est qu’il peut le souhaiter. A cet égard, pas d’erreur. Édouard Philippe n’a pas de « plan B ». L’on ne distingue chez lui rien qui puisse s’apparenter à une seconde carrière. Comme d’autres Premiers ministres avant lui, le plus caricatural à cet égard ayant été François Fillon, que serait-il s’il n’était pas à son poste ? Emmanuel Macron dirait : « rien du tout ». C’est un peu exagéré. Mais il y a sans doute du vrai.

Il peut rester également car Emmanuel Macron peut le souhaiter. Au fond, son départ poserait au Président un problème difficile. Le remplacer par une personne de meilleur niveau – encore faudrait-il la trouver compte tenu de l’assèchement tragique du personnel politique – n’est pas facile, et exposerait Emmanuel Macron, dont l’impopularité pourrait conduire, comme François Hollande, à ce qu’il ne se présente même pas en 2022, à mettre en selle un rival. Pas une personnalité du gouvernement ne se distingue, même s’ils sont nombreux à vouloir être calife à la place du calife, le plus zélé en ce sens étant Bruno Le Maire, dont le comportement lors de la primaire de la droite nous renseigne sur la valeur de l’homme. Le remplacer par une personne (encore) plus médiocre, alors que la France connaît une crise économique majeure, que l’État est en lambeaux, que la société danse sur un volcan, serait prendre le risque de fragiliser plus encore le Président. Il est vrai que comme Jupiter, Emmanuel Macron ne connaissant pas l'histoire de Prométhée, se croit à tort invincible...

Le doit-il ? La vraie question n’est pas celle-là. Elle est : après tant d’échecs et face à une situation manifestement aussi dégradée, comment Emmanuel Macron peut-il encore prétendre gouverner la France ? La logique institutionnelle exige de dissoudre l’Assemblée Nationale à l’automne, et, si le résultat l’indique, que le Président parte, afin de ne pas connaître à nouveau ce que les institutions permettent hélas de pire : la cohabitation.

Comment son départ pourrait-il affecter la politique d'Emmanuel Macron ?

En rien. Politiquement, il ne représente rien. Bien sûr nombreux sont ceux qui pointeraient le rôle de Matignon dans ces erreurs technocratiques qu’ont été les 80 km/ heure sur les routes, l’âge pivot en matière de réforme des retraites, etc.

Nous pensons que c’est une analyse qui passe à côté du véritable sujet. Le véritable sujet, c’est la mainmise du Conseil d’État sur l’appareil d’État, au travers de deux personnages centraux que sont Marc Guillaume (Secrétaire général du Gouvernement) et Benoit Ribadeau Dumas (directeur de cabinet d’Édouard Philippe). Comme Olivier Schramek (directeur de cabinet de Lionel Jospin quand celui-ci était Premier ministre), à travers ces personnages, c’est la main du Conseil d’État – pour le meilleur pour le pire – qui conduit les institutions. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Papy Geon
- 14/06/2020 - 11:57
Une déception transformée en dégout…
Il est certain que, dès le début du mandat, E.Ph. s’est positionné en pole position pour semer la zizanie, avec l’affaire des 80 kmh. L’urgence était ailleurs, et cette manifestation de l’exceptionnalisme français est d’ailleurs risible pour les "partenaires européens". Cette opération, qui a monopolisé énormément les esprits, n’était pas prévue pendant la campagne électorale. C’est le faux nez d’une véritable prévention des risques routiers, l’œuvre d’une ribambelle de médiocres qui doivent grouiller dans le ministère concerné. Qu’ont-ils réalisé de concret depuis 20 ans ? A ce niveau d’incompétence, s’ils étaient auparavant inaptes, les voilà devenus carrément nuisibles. Beaucoup de français qui étaient restés neutres pour les élections de 2017, ne le sont plus du tout. Et si E.Ph. a pris les français pour des veaux, en forçant la main aux institutions (et aux députés) pour faire avaliser une Loi, les enseignements que l’on peut tirer de cette opération lamentable ont déjà des conséquences depuis novembre 2018, mais ce n’est qu’un début. Une première impression : beaucoup de "hauts parasites" qui grouillent dans les ministères n'aiment pas les français, mais ils les sucent.