En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

02.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

03.

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

04.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

05.

Non, Mélenchon n'en veut pas qu'aux Juifs : il ne supporte pas non plus les "blonds aux yeux bleus" !

06.

Nouvel espoir dans le traitement du cancer : un nouveau traitement stoppe le développement des tumeurs

07.

Villes vertes : mais que se passe-t-il dans la tête de ces cadres qui votent contre leurs propres modes de vie ?

01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

04.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

05.

Pire que le coup d’Etat permanent, la campagne électorale permanente ? Emmanuel Macron, le président cynique

06.

Cet espoir dans la lutte contre la Covid-19 qui se cache dans des études soviétiques vieilles de plusieurs décennies

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

03.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

04.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

05.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

06.

L’Oréal a décidé de supprimer les mots "clair" et "blancheur" de ses produits cosmétiques !

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Choix stratégique

Le juppéisme, cette obsession gestionnaire des élites françaises tuée par Emmanuel Macron

il y a 34 min 44 sec
décryptage > Politique
Campagne électorale

Donald Trump pourra-t-il survivre à la perte de l’électorat blanc qui l’avait pourtant soutenu jusque là contre vents et marées ?

il y a 1 heure 34 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée
il y a 2 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les records de l'histoire" de Stéphane Bern : récréation idéale pour l'été, pour parcourir l'histoire en s'amusant

il y a 12 heures 44 min
pépite vidéo > Politique
Emotion à Matignon
Retrouvez l'intégralité de la passation de pouvoir entre Edouard Philippe et Jean Castex
il y a 15 heures 54 min
pépites > Justice
Plaintes
Covid-19 : une enquête judiciaire va être ouverte contre Edouard Philippe, Agnès Buzyn et Olivier Véran
il y a 16 heures 56 min
décryptage > Politique
Nouveau chemin cherche destination

Jean Castex Premier ministre : une nomination très habile... Mais l’habileté peut-elle suffire ?

il y a 19 heures 10 min
décryptage > Environnement
"Vague verte"

Tous écolos… ou soumis à lavage de cerveau intensif ?

il y a 21 heures 42 min
pépites > Politique
"Monsieur déconfinement"
Remaniement : Jean Castex est le nouveau Premier ministre et remplace Edouard Philippe à Matignon
il y a 22 heures 44 min
décryptage > Société
Addicts

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

il y a 1 jour 29 sec
décryptage > Politique
Suite de "Passions"

Exclu Atlantico : Nicolas Sarkozy devrait publier le tome 2 de ses mémoires dès ce mois de juillet

il y a 1 heure 3 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

il y a 2 heures 7 min
décryptage > Politique
Premier ministre

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

il y a 2 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La sentence" de John Grisham : un thriller qui maintient sous pression

il y a 12 heures 59 min
pépites > Politique
Equipe renforcée
Mairie de Paris : Anne Hidalgo décide de s’entourer d’une équipe de 37 adjoints
il y a 16 heures 21 min
pépites > Politique
Premier ministre
Jean Castex "mesure l'immensité de la tâche" qui l'attend à Matignon
il y a 18 heures 18 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la lumière anime les heures et quand le bleu se veut marine : c’est l’actualité estivale des montres
il y a 20 heures 29 min
décryptage > Science
Sondage

93% des Français gardent leur confiance pour les scientifiques après le Coronavirus

il y a 22 heures 22 min
décryptage > Environnement
Macron veut un référendum sur le climat

La question sera sans doute : "Voulez-vous qu’on mette les villes à la campagne car l’air y est plus pur ?"

il y a 23 heures 40 min
décryptage > Société
épanouissement

Une nouvelle étude montre que si, l'argent fait bien le bonheur...(et de plus en plus)

il y a 1 jour 21 min
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
Mise au point

Amine El Khatmi : "Les Arabes et les Noirs ne sont pas des victimes de la France blanche"

Publié le 13 juin 2020
L'universalisme, qui était le pilier et la condition même de l’antiracisme, est attaqué par des individus qui rêvent d’importer en France le modèle américain, regrette le président du Printemps Républicain, Amine El Khatmi.
Amine El Khatmi
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Amine El Khatmi est conseiller municipal et communautaire d'Avignon. Il est président du Printemps Républicain et auteur de Combats pour la France, paru aux éditions Fayard.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'universalisme, qui était le pilier et la condition même de l’antiracisme, est attaqué par des individus qui rêvent d’importer en France le modèle américain, regrette le président du Printemps Républicain, Amine El Khatmi.

Atlantico : Pourquoi le discours antiraciste vous met-il en colère ? Quel regard portez-vous sur les propos d'Hélène Sy, la femme de l’acteur français, qui a accusé un policier noir d'être dans le mauvais camp ?

Amine El Khatmi : Entendons-nous bien, ce n’est pas le discours antiraciste qui me met en colère mais son dévoiement par quelques-uns. Lutter contre le racisme et les discriminations qui frappent une partie de nos concitoyens est une impérieuse nécessité. Mais ce à quoi nous assistons est l’illustration parfaite de ce que le politologue et co-fondateur du Printemps Républicain Laurent Bouvet nomme « l’âge identitaire ». L’universalisme, qui était le pilier et la condition même de l’antiracisme, est attaqué par des individus qui rêvent d’importer en France le modèle américain. On ne parle plus de commun mais de « racisés », de « concernés », « d’indigènes », « d’alliés » que l’on oppose à la « blanchité » et à un prétendu « racisme d’Etat » qui régnerait en France. C’est le triomphe de l’assignation à résidence identitaire, une surenchère qui au lieu d’un combat commun et universel contre le racisme aboutit à un choc des communautés. Les noirs d’un côté, les arabes de l’autre, les blancs ailleurs et ainsi de suite.

Selon cette logique délétère, un policier comme Abdoulaye Kanté est donc d’abord perçu comme noir, membre d’une communauté, tenu d’être solidaire. Le fait que lui-même se voie d’abord comme un citoyen français ne compte plus, puisque d’autres ont décrété pour lui qu’il était d’abord noir. Et ce faisant, exerçant le métier de policier, il apparaît alors comme un traître à sa communauté, un « vendu », un « nègre de maison », puisque dans le monde imaginaire et manichéen de ces gens, la police est structurellement raciste et est en guerre contre les Noirs.

Policière et porte-parole d’un syndicat, Linda Kebbab a elle aussi eu droit à son « Arabe de service », insulte proférée par l’agitateur professionnel Taha Bouhafs, qui devra d’ailleurs en répondre puisque plainte a été déposée contre lui. Certes, Hélène Sy, sans doute plus urbaine que Monsieur Bouhafs, n’a pas eu de mots aussi crus et violents mais lorsqu’elle dit à Abdoulaye Kanté « ils ont fait de vous le porte-parole noir de la police qui va faire tous les médias afin de les déculpabiliser », elle réduit Monsieur Kanté à la couleur de sa peau, la pose comme un préalable. Les mots sont certes choisis mais le fond de l’affaire est le même : c’est une façon de dire que vous devez penser selon votre origine, faute de quoi vous êtes un traître. Décréter que les individus appartiennent à leur sang, n’est-ce pas le début du racisme ?

De quoi ce discours antiraciste dominant dans les médias est-il le symptôme ?

Je ne sais pas s’il est déjà dominant, mais il est en passe de le devenir. Cela s’explique par plusieurs facteurs, et notamment par l’arrivée dans nombre de rédactions ces dernières années de jeunes journalistes sensibles aux thèses d’universitaires américains qui se sont progressivement enracinées en France. En partant de réalités vécues, qui existent indubitablement, on élabore une théorie générale qui ne souffre ni nuance, ni exception. Les Noirs, les Arabes, les Musulmans sont des « racisés », désignés par nature et à vie comme les victimes éternelles du Blanc, de la colonisation, de la traite, de l’esclavage, comme si personne n’avait ôté les chaînes immondes de ce qui fut un crime contre l’humanité. Finalement, nous serions condamnés à faire « commerce de nos cicatrices » selon l’expression de Raphaël Enthoven, alors que nous demandons juste à vivre comme tous les autres citoyens, et à offrir un avenir à nos enfants.

Cette semaine encore, le site internet de France Info, grand média du service public rappelons-le, publiait un reportage dont le titre était : « On a peur qu’ils soient blessés ou tués : comment des familles noires et arabes apprennent à leurs enfants à vivre avec les forces de l’ordre ». J’ignore quel est le profil des personnes interrogées par la journaliste mais les « Noirs et les Arabes » que je connais et côtoie, en particulier ceux avec qui j’ai grandi en cité, n’apprennent pas à leurs enfants à avoir peur de la police : ils leur apprennent à bien se comporter, à travailler à l’école, à respecter l’autorité de l’enseignant, de l’animateur du centre social, de l’entraîneur du club de foot. Je pense aux habitants des quartiers nord d’Avignon dont j’ai été le maire de quartier. Ils n’avaient pas peur de la police et me demandaient justement plus de présence policière et l’ouverture d’une antenne de police municipale, excédés qu’ils étaient par les trafics, les rodéos, les intimidations quotidiennes, les règlements de comptes permanents. Je pense à ces mères de familles isolées ; je puis vous assurer qu’elles avaient moins peur de la police que de voir leurs enfants sombrer dans la délinquance. Je rappelle que le taux de personnes qui « se disent en insécurité » était en 2018 de 26% dans les quartiers sensibles, contre 10% sur le reste du territoire national, selon l’enquête « Cadre de vie et sécurité 2018 » du ministère de l’Intérieur.

Disant cela, je n’ignore rien des débats qui traversent notre société sur la relation entre la police et les citoyens mais ce débat doit être traité avec sérieux, rigueur et sérénité et non à coup de déclarations ou d’articles incendiaires et totalement à l’opposé de ce qu’est la réalité du terrain.

Quelle sortie de crise peut-on imaginer ?

Il faut d’abord cesser la surenchère que nous connaissons depuis quelques semaines. L’émotion autour de la mort de George Floyd, je l’éprouve, comme des millions de personnes à travers le monde. Raison de plus pour ne pas mélanger tous les sujets, ni annexer à cette légitime indignation des combats respectables pour certains, douteux pour d’autres. La lutte contre les discriminations doit rester une priorité des pouvoirs publics. Je ne peux accepter qu’aujourd’hui, un enfant né dans un quartier sensible parte avec plus de handicaps dans la vie qu’un autre. En ce sens, la question sociale est irrémédiablement liée à la question républicaine.

Il faut une vaste réforme de la politique de la ville pour lutter efficacement contre les problèmes structurels qui s’y déploient : taux de pauvreté (37% dans ces quartiers contre 14% sur le reste du territoire selon l’INSEE), lutte contre la délinquance qui mine le quotidien des habitants, mobilisation contre le décrochage scolaire. Pourquoi, d’ailleurs, ne pas imaginer des dispositifs exceptionnels et temporaires en dérogeant au droit commun de la fonction publique pour augmenter les rémunérations des enseignants et policiers qui y interviennent, et ainsi attirer les profils les plus expérimentés ? Pourquoi ne pas généraliser le dédoublement classes jusqu’au jusqu’au bac dans les secteurs les plus en difficulté ? Elargir la possibilité d’affecter les élèves des réseaux d’éducation prioritaire (REP/REP+) dans des établissements plus prestigieux de centre-ville ?

La bataille doit aussi être menée sur le plan culturel, dans nos universités où les thèses indigénistes et racialistes ne cessent de s’enraciner. Défendre la liberté d’expression et la création artistique qui ne peuvent se soumettre à la morale de quelques-uns. On ne revisite pas les œuvres d’il y a un siècle à l’aune de critères contemporains.

Il est, enfin, urgent de remettre l’essentiel à sa place et dire que nous refusons une société où certains voudraient faire de la couleur de votre peau, de votre religion ou de votre athéisme, de votre sexualité, de votre lieu de résidence, ce qui doit déterminer votre vie et celle de la République. Ils rêvent de nous diviser en groupes, en sous-groupes, pour organiser l’affrontement. Face à cela, il est temps de faire de la République une idée neuve, et du commun, son ciment !

 Amine El Khatmi est l'auteur de Combats pour la France, paru aux éditions Fayard.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 15/06/2020 - 06:29
Juste une remarque
Lorsque la parité a été instituée, LimMonde, toujours soucieux du débat démocratique laissait surtout s'exprimer ceux qui y étaient favorables et les seuls oppoosants autorisés à le faire étaient des femmes, notamment Elisabeth Badinter... Je ne voudrais pas croire que pour condamner les exactions des racialistes il faille, à Atlantico, porter un nom arabe!
Cela étant, ce monsieur est, à n'en pas douter un républicain..
Il reste que le système républicain ne reconnait que des citoyens égaux et abstraits: en clair, la Creuse possède moins de richesse que la poubelle 9.3 mais ses habitants ne brulent pas de voitures pour "crier" leur pauvreté et comme disait un socioescrologue pour "montrer qu'ils ont quelque chose à nous dire"
Pour lutter contre les inégalités , la République donnait des bourses. Aujourd'hui, l'Etat déliquescent et la Daltonie qui y grouille versent des subventions qui completent les revenus de la vente de beuh.... Alors, des flics mieux payés la bas que les gendarmes faignasses qui , le temps du confinement collaient 135 balles à ceux qui avaient été dénoncés par leur voisins comme aux beaux temps de l''occupation: oui mais pour sortir la matraque!
Gré
- 14/06/2020 - 22:04
J'approuve chaque mot !
J'approuve chaque mot !
lasenorita
- 14/06/2020 - 14:34
La ''pensée politiquement correcte''
Les soi-disant ''anti-racistes'' veulent EFFACER notre Histoire et les ''bienfaits'' de la colonisation..Si les musulmans sont si heureux dans ''leur'' pays depuis qu'ils sont ''indépendants'':pourquoi se sauvent-ils donc de ce cher pays(d'où les non-musulmans ont été chassés)sur des rafiots de fortune au risque de perdre la vie?...voir https://nos-medias.fr/video/algerie-la-maternite-de-l-hopital-de-constantine-une-horreur..Les musulmans,en France,ont les mêmes droits que les non-musulmans,bien qu'ils ne soient pas de ''vrais'' Français!..Dans les ''pays musulmans'':les non-musulmans,eux,n'ont aucun droit..Les ''bienfaits'' de la colonisation ont été évoqués par le cardinal africain noir Sarah,en avril 2019,il a dit aux ''Blancs'':Vous nous avez apporté la foi.Vous nous avez apporté une langue,une culture.Vous avez fait de nous ce que Dieu avait fait de vous''..On n'a pas ''obligé'' les musulmans à venir en France!S'ils ne sont pas contents de vivre dans notre pays:qu'ils RETOURNENT en Afrique ou au Maghreb!