En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

02.

COVID-19 : les derniers chiffres en France ne sont pas bons. Nous allons le payer

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs

05.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

06.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

07.

Séparatisme : cachez moi cet islamisme que je ne saurais nommer

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

06.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

04.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Calendrier électoral
Présidentielle 2022 : EELV décide de repousser la désignation d’un candidat après les régionales
il y a 2 heures 23 min
light > Culture
Icône du théâtre et du cinéma
Mort de l'acteur Michael Lonsdale à l'âge de 89 ans
il y a 4 heures 14 min
pépites > Justice
ENM
Eric Dupond-Moretti propose l'avocate Nathalie Roret pour diriger l'Ecole nationale de la magistrature
il y a 5 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Bananas (&Kings)" de Julie Timmerman au Théâtre de la Reine blanche : une pièce courageuse et engagée, qui nous adresse un avertissement sans frais

il y a 7 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le métier de mourir" de Jean-René Van Der Plaetsen : spécial rentrée littéraire, un avant-poste confiné en territoire hostile. Le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 7 heures 31 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

La Chine plus forte que le Covid. La France et les autres, au garde-à-vous

il y a 7 heures 58 min
pépites > Politique
Bérézina
Déroute de la République en Marche au premier tour des élections législatives partielles
il y a 9 heures 22 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Comment choisir l'iPad qu'il vous faut parmi tous les modèles qui existent désormais ?
il y a 10 heures 21 min
pépite vidéo > Politique
Campagne électorale
Marine Le Pen "réfléchit" à quitter la présidence du Rassemblement national avant la présidentielle
il y a 10 heures 59 min
light > Politique
Etourdi
Pressé, le député Jean Lassalle se gare sur un passage à niveau et bloque un train
il y a 11 heures 34 min
light > Culture
Bilan inquiétant
Journées du patrimoine : la fréquentation en net recul suite à l'impact de la crise sanitaire
il y a 3 heures 28 min
pépites > Santé
Briser les chaînes de contaminations
Coronavirus : de nouvelles mesures de restrictions vont être appliquées à Lyon
il y a 4 heures 45 min
pépites > Société
Annonces
Emmanuel Macron présentera sa stratégie de lutte contre les "séparatismes" le 2 octobre prochain
il y a 6 heures 48 min
pépites > International
Argent sale
« FinCEN Files » : l'argent sale et les grandes banques mondiales
il y a 7 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Détour" de Luce D'Eramo : survivre et revenir de l’enfer, un témoignage poignant, un livre rare

il y a 7 heures 40 min
pépites > Social
Paradoxe
La Métropole du Grand Paris est marquée par de fortes inégalités sociales qui ont augmenté
il y a 8 heures 18 min
décryptage > Economie
Evolution de l'épidémie

COVID-19 : les derniers chiffres en France ne sont pas bons. Nous allons le payer

il y a 9 heures 49 min
décryptage > Politique
Assemblée nationale

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

il y a 10 heures 34 min
décryptage > Santé
Le bouclier du sommeil profond

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

il y a 11 heures 29 min
décryptage > Europe
Camp de Moria

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

il y a 12 heures 4 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Elections municipales

La crise du Covid-19 va entraîner une évolution des programmes électoraux des maires nouvellement élus

Publié le 10 juin 2020
Jean-François Vigier, Maire de Bures-sur-Yvette et Président du groupe UDI et apparentés au Conseil Régional d’Ile-de-France, évoque les nombreux défis qui attendent les futurs maires, à l'issue du second tour des élections municipales et face à la crise du coronavirus.
Jean-François Vigier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-François Vigier est Maire de Bures-sur-Yvette (Essonne), Vice-président de la communauté d’agglomération Paris-Saclay en charge du développement économique, Président du groupe UDI et apparentés au Conseil Régional d’Ile-de-France.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-François Vigier, Maire de Bures-sur-Yvette et Président du groupe UDI et apparentés au Conseil Régional d’Ile-de-France, évoque les nombreux défis qui attendent les futurs maires, à l'issue du second tour des élections municipales et face à la crise du coronavirus.

Une chose semble certaine aujourd’hui : les maires de France vont connaître un des pires débuts de mandat de l’histoire de la république.

En 2014, le démarrage du précédent mandat s’était déjà avéré très compliqué en raison des trois années de baisse de dotations financières de l’Etat à destination des collectivités locales décidées par François Hollande : celles-ci avaient contraint les maires à revoir les calendriers de leurs programmes électoraux pour faire face à ces pertes financières.

2020 s’annonce encore pire, aussi bien d’ailleurs pour les maires élus au 1er tour que pour ceux qui le seront le 28 juin.

En effet, à peine installés avec leur conseil municipal, les « élus du 15 mars » n’ont pas mis en œuvre la première des mesures de leur programme. Le peuvent-ils d‘ailleurs dans un contexte de sortie de confinement sous étroite surveillance ? Comment initier des projets structurants pour une ville et démarrer une concertation avec les habitants quand ces derniers sont accaparés par des sujets plus immédiats : l’emploi, les transports, la scolarité des enfants, la remise en marche des structures associatives, des clubs sportifs, la maladie de proches, le deuil...

Les maires du « 28juin » ne seront pas mieux lotis.

Mais le problème principal n’est-il pas ailleurs ? La question ne porte-t-elle pas justement sur le contenu de programmes élaborés avant le début de la crise ? Le coronavirus ne risque-t-il pas d’avoir bousculé les engagements des équipes choisies par les électeurs ?

La question de la légitimité de ces engagements peut en effet se poser : une participation de moins de 50% des électeurs à un scrutin peut-elle créer un doute quant à la légitimité des élus ?

Oui, si on compare cette participation avec les précédents scrutins municipaux, la fonction de maire, sa proximité avec ses concitoyens mobilisant en général les électeurs. Non, car des élections intermédiaires (régionales, départementales) connaissent un taux d’abstention élevé sans que ne soit remise en cause la légitimité des élus.

Une crise d’une telle ampleur peut-elle remettre en cause les programmes des nouvelles équipes ? La question se pose sous deux angles différents :

- Une capacité financière fortement réduite durant les deux ou trois ans qui suivront la sortie de crise.

Les différentes listes ont présenté des programmes aux électeurs comprenant notamment des engagements de réalisation d’équipements publics (rues, gymnases, écoles, centres culturels, éco-quartiers ...) qui nécessitent des plans pluriannuels d’investissements. Ces programmes mobilisent les finances communales par le recours à l’endettement, qui ne peuvent suffire loin s’en faut à financer de tels projets.

Les communes doivent faire également appel à des subventions auprès des collectivités locales (régions, départements) et dans une moindre mesure à l’Etat.

Rappelons qu’un projet au montage financier optimisé peut permettre à une commune d’obtenir au moins 50% du montant nécessaire à la réalisation de l’investissement projeté.

Or, la crise sans précédent que la France est en train de traverser va avoir des conséquences financières très importantes pour les différentes collectivités locales. Les régions et les intercommunalités en premier lieu mais aussi les départements vont perdre des ressources fiscales importantes, liées à la baisse de l’activité économique, après avoir fournis de gros efforts financiers pendant toute la durée de la crise sanitaire.

Dans le même temps, les élus locaux savent trop bien que l’Etat, qui a fortement creusé le déficit public en intervenant massivement dans les secteurs sociaux et économiques, peut être tenté de se refaire une santé en supprimant davantage de dotations aux collectivités. Ce ne serait pas la première fois que cela arriverait.

Au final, ces nouvelles contraintes ne vont pas permettre à ces collectivités de subventionner les communes pour leurs projets aussi bien que ces dernières l’espéraient, remettant en cause plusieurs de leurs investissements programmés pour les 6 ans de leur mandat.

- La nécessaire adaptation des engagements électoraux à la crise sanitaire.

Les programmes municipaux peuvent-ils être mis en œuvre tels quels (si l’on excepte la problématique financière) au sortir de cette crise sans précédent ?

Autrement dit, les équipes municipales auraient elles proposé à leurs électeurs les mêmes programmes si les élections étaient intervenues après la crise ?

La question mérite d’être posée tant ce virus a soulevé des interrogations liées à notre mode de vie, à nos systèmes économiques, institutionnels, révélant des failles que beaucoup de citoyens ne vont plus accepter.

Le besoin de plus de démocratie, ou plutôt d’une démocratie différente, plus proche du terrain, plus immédiate, moins « institutionnelle » mais davantage réactive, le besoin de « penser local », théorisé depuis quelques années, s’est transformé en un « agir local » qui ne veulent plus attendre. La « Transition » est passée par là. D’écologique, elle est devenue aujourd’hui généraliste et concerne les questions énergétiques, urbaines, économiques et sociétaires. La crise sanitaire semble avoir exacerbé les attentes de citoyens qui ne revendiquent pas forcément du « plus « mais davantage de « mieux ».

Nous, élus locaux, qui sommes comme chacun sait au contact quotidien de nos concitoyens, devront sans attendre porter cette réflexion et adapter nos programmes à ces attentes, davantage réaffirmées à défaut d’être nouvelles.

Il parait en tout cas difficile de démarrer ce mandat sans réfléchir avec les électeurs sur le sens à donner à nos futures actions. D’où la possible évolution de programmes élaborés avant la crise sanitaire.

Ne craignons pas cette séquence qui peut permettre de démarrer ce mandat renforcé d’une feuille de route discutée et partagée.

L’attente est forte et nous commettrions une erreur à la décevoir.

Ce sont les élus locaux, à la forte capacité d’adaptation, qui ont les cartes en main pour accompagner la volonté de nos citoyens à être des acteurs encore plus actifs et engagés de la vie locale. Ils le souhaitent et le demandent.

Soyons une nouvelle fois à leur côté.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires