En direct
Best of
Best of du 20 au 26 juin
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Présidentielle 2022 : pourquoi le duel tant annoncé n’aura pas lieu

04.

Nouvel espoir dans le traitement du cancer : un nouveau traitement stoppe le développement des tumeurs

05.

Houria Bouteldja assassina la "gauche blanche"…

06.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

07.

Une nouvelle étude montre que si, l'argent fait bien le bonheur...(et de plus en plus)

01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

04.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

05.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

06.

Cet espoir dans la lutte contre la Covid-19 qui se cache dans des études soviétiques vieilles de plusieurs décennies

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

03.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

04.

Désordres publics : la lourde facture des dérives de la lutte contre le racisme et les violences dans la police

05.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

06.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
Emotion à Matignon
Retrouvez l'intégralité de la passation de pouvoir entre Edouard Philippe et Jean Castex
il y a 2 heures 41 min
pépites > Justice
Plaintes
Covid-19 : une enquête judiciaire va être ouverte contre Edouard Philippe, Agnès Buzyn et Olivier Véran
il y a 3 heures 43 min
décryptage > Politique
Nouveau chemin cherche destination

Jean Castex Premier ministre : une nomination très habile... Mais l’habileté peut-elle suffire ?

il y a 5 heures 57 min
décryptage > Environnement
"Vague verte"

Tous écolos… ou soumis à lavage de cerveau intensif ?

il y a 8 heures 29 min
pépites > Politique
"Monsieur déconfinement"
Remaniement : Jean Castex est le nouveau Premier ministre et remplace Edouard Philippe à Matignon
il y a 9 heures 31 min
décryptage > Société
Addicts

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

il y a 10 heures 47 min
décryptage > Santé
Berzosertib

Nouvel espoir dans le traitement du cancer : un nouveau traitement stoppe le développement des tumeurs

il y a 12 heures 1 min
pépites > Politique
Nouvelle étape
Remaniement : le gouvernement d'Edouard Philippe démissionne
il y a 12 heures 43 min
décryptage > International
Président à vie ?

Ce que s'est vraiment offert Vladimir Poutine avec son référendum et ses 16 années de pouvoir supplémentaires

il y a 13 heures 18 min
pépites > Politique
"Ouvrir un nouveau chemin"
Emmanuel Macron se confie à la presse quotidienne régionale avant le remaniement et dévoile ses priorités pour la fin du quinquennat
il y a 23 heures 30 min
pépites > Politique
Equipe renforcée
Mairie de Paris : Anne Hidalgo décide de s’entourer d’une équipe de 37 adjoints
il y a 3 heures 8 min
pépites > Politique
Premier ministre
Jean Castex "mesure l'immensité de la tâche" qui l'attend à Matignon
il y a 5 heures 6 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la lumière anime les heures et quand le bleu se veut marine : c’est l’actualité estivale des montres
il y a 7 heures 17 min
décryptage > Science
Sondage

93% des Français gardent leur confiance pour les scientifiques après le Coronavirus

il y a 9 heures 9 min
décryptage > Environnement
Macron veut un référendum sur le climat

La question sera sans doute : "Voulez-vous qu’on mette les villes à la campagne car l’air y est plus pur ?"

il y a 10 heures 27 min
décryptage > Société
épanouissement

Une nouvelle étude montre que si, l'argent fait bien le bonheur...(et de plus en plus)

il y a 11 heures 8 min
décryptage > Société
Névrose de la culpabilité

Villes vertes : mais que se passe-t-il dans la tête de ces cadres qui votent contre leurs propres modes de vie ?

il y a 12 heures 20 min
décryptage > Politique
Remaniement

Emmanuel Macron : il faut que tout change pour que rien ne change (sauf le Premier ministre ?)

il y a 13 heures 9 min
décryptage > Environnement
Misanthropes et libertophobes

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

il y a 13 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Histoire du Consulat et de l’Empire" de Adolphe Thiers : le Consulat, le meilleur de Bonaparte ?

il y a 1 jour 4 heures
© BERTRAND GUAY / AFP
© BERTRAND GUAY / AFP
Second tour

Elections municipales : quand le Conseil d'Etat joue la montre...

Publié le 04 juin 2020
Le Conseil d'Etat a été très actif durant la phase du confinement. Didier Maus revient sur deux récentes décisions prises par le Conseil d'Etat liées aux élections municipales.
Didier Maus
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Didier Maus est professeur à l'université Paul Cézanne Aix-MarseilleIl est l'auteur de nombreux ouvrages de droit constitutionnel.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Conseil d'Etat a été très actif durant la phase du confinement. Didier Maus revient sur deux récentes décisions prises par le Conseil d'Etat liées aux élections municipales.

La perspective de retrouver début juillet, une situation presque normale, notamment la possibilité de penser à autre chose qu’aux grèves de fin 2019/début 2020 et à la crise sanitaire, conduit à n’accorder que très peu d’attention à l’évolution des contentieux liés aux élections municipales. L’impression qu’elles sont désormais derrière nous domine. Et pourtant ! Le Conseil d’État et le Conseil constitutionnel y jouent désormais leur rôle, un rôle normal.

Le Conseil d’État vient, dans une réelle discrétion médiatique, de rendre deux décisions, l’une le 25 mai (transmission d’une Question prioritaire de constitutionnalité au Conseil constitutionnel), l’autre le 26 (non-lieu à statuer sur une demande de référé suspension), qui intéressent l’observateur politique et soulèvent quelques sérieuses questions. Seule la chronologie permet de comprendre l’enchaînement et l’enjeu :

1) Des électeurs contestent devant le tribunal administratif de Nice les élections municipales du 15 mars dans la commune de La Brigue. Cette protestation est accompagnée d’une QPC visant la non-conformité à la Constitution de l’article 19 de la loi du 23 mars 2020, celui qui « valide » les résultats du 15 mars. De manière parfaitement normale, et sans perdre de temps, le tribunal administratif transmet, le 20 avril, la QPC au Conseil d’Etat. Celui-ci dispose de trois mois pour statuer sur son renvoi au Conseil constitutionnel.

2) Le Journal officiel du 15 mai publie le décret de la veille relatif à l’entrée en fonction des conseils municipaux élus au complet le 15 mars. Il est en particulier prévu que l’élection des nouveaux maires aura lieu entre le 23 et le 28 mai, conformément à ce qui était prévu dans la loi du 23 mars 2020. Ce  même 15 mai, l’association « 50 millions d’électeurs » dépose devant le Conseil d’État un recours sur le fond et une QPC pour contester le décret et la constitutionnalité de l’article 19 de la loi. Elle se fonde, comme la QPC concernant La Bigue, sur le fait que les résultats du 15 mars ne seraient pas sincères en raison tout à la fois de la très forte augmentation du taux moyen d’abstention en France (20%), de l’impressionnante montée en puissance de l’épidémie et des déclarations quelque peu alarmistes du Président de la République (le 12 mars) et du Premier ministre (le 14 mars au soir). L’association dépose en même temps - et elle ne pouvait pas aller plus vite – un référé suspension, procédure qui permet au Conseil d’État de suspendre (et non d’annuler) une décision administrative lorsqu’il y a, à la fois, urgence et doute sérieux sur sa légalité. « 50 millions d’électeurs » estimait que le Conseil d’Etat allait avant le 22 mai, donc avant la première réunion d’un nouveau conseil municipal, se prononcer sur l’éventuelle suspension du décret. Il avait devant lui une semaine, délai parfaitement raisonnable dans une  affaire de ce type.

3) Le 25 mai le Conseil d’État se prononce sur la demande de QPC relative à La Bigue.

 

Il considère que les arguments qui la soutiennent « présentent un caractère sérieux », qu’ils sont susceptibles de mettre en cause des « droits et libertés garantis par la Constitution », notamment au regard du principe de sincérité du scrutin, élément central et décisif de toute la controverse juridique. La QPC est donc renvoyée au Conseil constitutionnel. À lui désormais de se prononcer (sans doute assez vite) sur la sincérité des résultats du 15 mars. Toujours rien sur la demande de référé suspension.

4) Le 26 mai, le lendemain du renvoi de la QPC au Conseil constitutionnel, le juge des référés du Conseil d’État, sans même tenir une audience et sans échange de mémoires contradictoires, décide qu’il n’y pas lieu de statuer sur cette demande de référé suspension au motif que le décret du 14 mai est entré en vigueur. De ce fait, il n’y a pas besoin d’examiner la QPC déposée à l’appui de cette demande.

Ce rejet du référé suspension laisse une véritable impression de malaise. On peut avoir le sentiment que le Conseil d’Etat a décidé de jouer la montre et que son juge des référés a attendu que la QPC d’origine de La Bigue soit transmise au Conseil constitutionnel pour ne pas avoir, lui-même, à se prononcer sur le renvoi dont il était saisi. De ce fait, il aurait volontairement laissé passer le délai du 22 mai, date limite pour une suspension du décret relatif à l’installation des conseils municipaux. Comme les deux QPC soutenaient à peu près la même argumentation, il aurait été difficile, par exemple le 20 mai, de refuser la transmission au Conseil constitutionnel, sachant qu’il était probable qu’elle le serait le 25 en vertu d’une autre procédure. Un renvoi de la QPC « 50 millions d’électeurs » impliquait la suspension du décret du 14 mai et mettait donc à mal la stratégie du gouvernement et des forces politiques d’en finir le plus vite possible avec les suites du premier tour du 15 mars. 

Dans le jeu de billard, auquel ressemble assez souvent les procédures imbriquant le droit et l’actualité, le Conseil d’Etat a donné satisfaction à ceux qui souhaitaient que le Conseil constitutionnel soit enfin saisi et a évité de compliquer la sortie politique du confinement. Pour parvenir à ce résultat, il a quelque peu oublié que le référé suspension est une procédure d’urgence et que laisser passer l’urgence relève plus de la stratégie que d’une bonne administration de la justice.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pig
- 04/06/2020 - 14:32
C'est une habitude, hélas, au Conseil d'État...
Merci de relever comment, une nouvelle fois, cette Haute assemblée "indépendante" ne l'est pas tant que ça.
Loupdessteppes
- 04/06/2020 - 11:59
Des élections entachées par la hâte électorale suspecte !
Tous comme la vague de diplômes de convenance de 2020 les élections seront entachées d'une course, parfois mortelle pour certains, vers le pouvoir ! Alors même que le confinement fut l'un des plus strict du monde les elections seront les dernières et les premières à jouir d'un liberté presque totale. Cela en dit long sur la corruption du cerveau de nos politicards "Julot-casse-croute" hexagonaux..