En direct
Best of
Best of du 20 au 26 juin
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Présidentielle 2022 : pourquoi le duel tant annoncé n’aura pas lieu

02.

Houria Bouteldja assassina la "gauche blanche"…

03.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

04.

2020, fin de l’hégémonie occidentale et première victoire de la Chine dans la nouvelle guerre froide ?

05.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

06.

Nouvel espoir dans le traitement du cancer : un nouveau traitement stoppe le développement des tumeurs

07.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

03.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

04.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

05.

Pire que le coup d’Etat permanent, la campagne électorale permanente ? Emmanuel Macron, le président cynique

06.

Cet espoir dans la lutte contre la Covid-19 qui se cache dans des études soviétiques vieilles de plusieurs décennies

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

03.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

04.

Désordres publics : la lourde facture des dérives de la lutte contre le racisme et les violences dans la police

05.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

06.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

ça vient d'être publié
décryptage > Environnement
Macron veut un référendum sur le climat

La question sera sans doute : "Voulez-vous qu’on mette les villes à la campagne car l’air y est plus pur ?"

il y a 50 sec
décryptage > Société
épanouissement

Une nouvelle étude montre que si, l'argent fait bien le bonheur...(et de plus en plus)

il y a 42 min 3 sec
décryptage > Société
Névrose de la culpabilité

Villes vertes : mais que se passe-t-il dans la tête de ces cadres qui votent contre leurs propres modes de vie ?

il y a 1 heure 53 min
décryptage > Politique
Remaniement

Emmanuel Macron : il faut que tout change pour que rien ne change (sauf le Premier ministre ?)

il y a 2 heures 42 min
décryptage > Environnement
Misanthropes et libertophobes

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

il y a 3 heures 24 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Histoire du Consulat et de l’Empire" de Adolphe Thiers : le Consulat, le meilleur de Bonaparte ?

il y a 18 heures 30 min
light > Justice
Espoir pour les victimes
Affaire Jeffrey Epstein : Ghislaine Maxwell, sa complice présumée, a été enfin arrêtée par le FBI
il y a 19 heures 7 min
pépites > Media
Critiques
Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam
il y a 20 heures 20 min
pépites > Justice
Condamnation
Scandale de la Dépakine : la justice reconnaît la responsabilité de l'Etat
il y a 21 heures 7 min
décryptage > France
Bataille de chiffres

Pourquoi les comparaisons internationales sur la mortalité du Covid-19 sont moins fiables qu’on ne le pense

il y a 23 heures 8 min
décryptage > Société
Addicts

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

il y a 21 min 6 sec
décryptage > Santé
Berzosertib

Nouvel espoir dans le traitement du cancer : un nouveau traitement stoppe le développement des tumeurs

il y a 1 heure 35 min
pépites > Politique
Nouvelle étape
Remaniement : le gouvernement d'Edouard Philippe démissionne
il y a 2 heures 17 min
décryptage > International
Président à vie ?

Ce que s'est vraiment offert Vladimir Poutine avec son référendum et ses 16 années de pouvoir supplémentaires

il y a 2 heures 52 min
pépites > Politique
"Ouvrir un nouveau chemin"
Emmanuel Macron se confie à la presse quotidienne régionale avant le remaniement et dévoile ses priorités pour la fin du quinquennat
il y a 13 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Cafard" de Ian McEwan : une fable mordante sur les politiciens britanniques et le Brexit, par un des maîtres du roman anglo-saxon contemporain

il y a 18 heures 45 min
pépites > Politique
Retrait stratégique
Municipales à Marseille : Martine Vassal se retire, Les Républicains vont présenter le député Guy Teissier pour la mairie
il y a 19 heures 32 min
pépites > Santé
Lourdes accusations
Covid-19 : le Conseil scientifique et la Haute autorité de santé dénoncent des propos "infamants" de Didier Raoult devant les députés
il y a 20 heures 48 min
pépite vidéo > International
Tragédie
Birmanie : un glissement de terrain provoque la mort d’une centaine de mineurs
il y a 22 heures 29 min
décryptage > Politique
Formation politique

Les 4 piliers : un parti libéral souverainiste se crée et recrute des candidats pour les régionales

il y a 23 heures 22 min
© SEBASTIEN BOZON / AFP
© SEBASTIEN BOZON / AFP
Organisation dynamique

L’obésité de notre système de santé face à l’agilité de ses acteurs

Publié le 02 juin 2020
Frédéric Dubois, Fondateur du groupe d'hospitalisation privée Médi-Partenaires (devenu Elsan), membre exécutif de la Fondation des usagers et du système de santé, revient sur la coordination territoriale entre le secteur privé et le secteur public face à la crise sanitaire du Covid-19 et sur les enjeux des réformes à venir.
Frédéric Dubois
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Dubois est fondateur du groupe de santé privé Médi-Partenaires devenu Elsan et Membre exécutif de la Fondation des usagers et du système de santé.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Dubois, Fondateur du groupe d'hospitalisation privée Médi-Partenaires (devenu Elsan), membre exécutif de la Fondation des usagers et du système de santé, revient sur la coordination territoriale entre le secteur privé et le secteur public face à la crise sanitaire du Covid-19 et sur les enjeux des réformes à venir.

De façon remarquable, les hôpitaux publics et privés ont augmenté dans un temps record leur capacité de soins en réanimation pour répondre à la doctrine de lutte contre l’épidémie du gouvernement. C’est bien grâce au dévouement de tous les soignants hospitaliers et libéraux que le système n’a pas plié sous la force de la vague épidémique. Si les soignants ont démontré leur agilité, l’organisation du système de soins a trébuché par obésité.

La coordination entre secteur public et privé a dans un premier temps été chaotique, et il faut s’interroger sur les raisons pour lesquelles, alors que le Plan blanc était déclenché et que les hôpitaux publics étaient proches de la saturation, des ARS n’ont pas immédiatement fait appel au secteur privé ? 

Une fois des ajustements faits, la coordination territoriale des deux secteurs s’est finalement mise en place de manière satisfaisante. La répartition des prises en charge des patients a été parfaitement gérée par les professionnels de santé indifféremment publics et privés réunis au sein des territoires par un même souci de santé publique. La France faisait la démonstration de l’interopérabilité de ses acteurs de santé formés dans les mêmes écoles et universités, riche de la pluralité de ses offreurs de soins.

Les cliniques et hôpitaux privés ont déprogrammé plus de 100 000 opérations chirurgicales, mis à disposition 4 000 lits de réanimation supplémentaires et pris en charge notamment 25% des réanimations dans les Hauts-de-France et en Île-de-France. Les praticiens libéraux qui y exercent ont suspendu leur activité et prêté main forte aux hôpitaux publics. Le secteur privé, à cette occasion, a démontré non seulement sa capacité à participer pleinement au service public, mais également sa solidarité. 91% des Français estiment que la collaboration entre cliniques privées et hôpitaux publics pendant la crise a été une «bonne chose», et 61% une «très bonne chose» selon le sondage Viavoice.

Demain, souhaitons-nous conserver une offre de santé plurielle public privé ?

C’est ce que souhaitent 77% des répondants au sondage. Si les professionnels de santé exercent en tous temps le même métier et font corps, le système reste en revanche dogmatique. Au lieu de favoriser la complémentarité entre les deux secteurs, les pouvoirs publics prennent systématiquement le parti inverse et n’ont de cesse de décourager la médecine libérale et d’encadrer l’activité des établissements privés : mesures tarifaires fortement négatives (- 8% de tarifs de 2012 à 2017, stabilisés ensuite), refus d’autorisations d’activité privée (42 départements sans service d’urgence, 71 sans lit de réanimation, 30 sans maternité).

Le bon sens doit guider les investissements colossaux que le gouvernement s’apprête à réaliser. La santé n’a pas de prix et la priorité absolue est de sauver des vies mais elle a un coût qui doit rester supportable pour la collectivité. La recherche du meilleur rapport coût/efficacité dans le respect des critères de qualité et de sécurité, doit primer sur toute autre considération. À ce titre, la Cour des comptes a démontré au fil de ses rapports une efficience supérieure de 20% du secteur privé sur le secteur public. Et c’est paradoxalement l’existence du secteur privé qui, par son meilleur rapport coût/efficacité pour la collectivité, a masqué un système très coûteux en regard de son efficacité, et permit de le maintenir en équilibre.

Et si nous accordions toute notre confiance aux acteurs de santé et misions sur leur agilité pour procéder à une réforme en profondeur du système lui-même ?

France et Allemagne investissent toutes deux en dépenses de santé 11% de leur PIB. L’efficacité allemande repose sur une organisation décentralisée et un libre choix des assurés de leur caisse régionale d’assurance maladie. Les secteurs public et privé bénéficient d’une égalité de traitement au point que certains landers n’ont pas hésité à confier la gestion d’hôpitaux publics à des acteurs privés.

En France, l’État est à la fois planificateur, régulateur et payeur. Par le biais de ses multiples organismes, il cumule les genres, décide de tout et veut tout contrôler. L’administration ne cesse de réguler, avec une hyper production de normes et de contraintes inutiles. Gabegie, centralisation excessive et bureaucratie étouffante doivent cesser. Un tiers du personnel des hôpitaux public est administratif quand la norme européenne ne dépasse pas 20%.

Le Président de la République vient enfin de reconnaître les erreurs du passé et d’annoncer un « Ségur de la santé » qui devra, nous l’espérons, se traduire prioritairement par une revalorisation des rémunérations des soignants des secteurs public et privé et des actes médicaux libéraux.

Au sein de l’hôpital public, il s’agira également d’installer une réelle coopération entre le management et les équipes médicales notamment pour élaborer le projet médical et le programme d’investissement (en particulier en adaptant le nombre de lits pour favoriser le développement de l’ambulatoire) sur le modèle des cliniques privées.

De même, une meilleure coordination entre la médecine de ville et les hôpitaux publics à travers un maillage territorial décentralisé s’impose. Les 55 000 praticiens libéraux actuellement délaissés par le système devront constituer la première ligne sanitaire, orienter les urgences et assurer la prévention.

Une meilleure structuration du parcours de soins en imposant un suivi des patients notamment avec des outils digitaux, et en mettant l’accent sur la pertinence des actes, est enfin indispensable.

Profitons de l’engagement du Président de la République pour changer une fois pour toutes la gouvernance du système en éliminant la bureaucratie et en remettant au cœur du dispositif les acteurs de santé publics et libéraux ainsi que les acteurs politiques territoriaux. Laissons les recréer une organisation dynamique en utilisant mieux les moyens déjà existants et en s’appuyant sur une meilleure collaboration entre les acteurs publics et privés.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cmjdb
- 02/06/2020 - 21:38
DOGMATISME PUBLIC
Je viens d'expérimenter le dogmatisme des hôpitaux publics. Le mépris à l'égard du patient et de son médecin référent , la pagaille administrative des "cadres" , quant à la famille du patient , des empêcheurs de tourner en rond … Je ne suis pas de ceux qui applaudissent à 20 H
gerint
- 02/06/2020 - 19:05
On peut rêver..
Ou au moins espérer