En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
ça vient d'être publié
light > Terrorisme
Biopic
Le réalisateur Clint Eastwood sera convoqué au procès de l'attentat du Thalys
il y a 2 heures 25 min
pépites > France
Hommage national
Discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"
il y a 3 heures 53 min
pépites > Justice
PNAT
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine : le procureur du Parquet national antiterroriste livre de nouveaux éléments sur l'enquête
il y a 8 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Michel-Ange" de Andreï Konchalovsky : dans un film éloigné de toute prétention biographique, Michel-Ange, un artiste confronté à la fièvre et à la folie de sa force créatrice… Sublime

il y a 10 heures 34 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

il y a 12 heures 10 min
décryptage > Economie
Espoir face à la pandémie

Le rebond (modéré) de la croissance chinoise est-il une bonne ou une mauvaise nouvelle ?

il y a 12 heures 47 min
décryptage > Politique
Lutte contre le séparatisme

Julien Aubert : "La détermination d’Emmanuel Macron face à l’islamisme relève plus de l’air du temps que de la conviction"

il y a 13 heures 4 min
décryptage > Science
Osiris Rex

La NASA est sur le point d’entrer en contact avec l’astéroïde Bennu et voilà ce que ça pourra nous apporter

il y a 13 heures 37 min
décryptage > Santé
Un mal pour un bien

Couchés plus tôt ou plus tard...? Ce que nos habitudes du confinement nous enseignent sur l’impact prévisible du couvre-feu

il y a 13 heures 59 min
pépites > Justice
Terrorisme
Samuel Paty le professeur tué à Conflans a démenti avoir commis la moindre infraction quand les policiers l'ont interrogé après la plainte d'un parent d'élève
il y a 14 heures 16 min
pépite vidéo > France
Hommage national
Retrouvez l’hommage d’Emmanuel Macron à Samuel Paty
il y a 3 heures 10 min
pépites > Santé
Extension du couvre-feu
Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi
il y a 7 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Inconsolés" de Minh Tran Huy : une histoire d’amour tragique, un conte féérique, un thriller gothique, une intrigue magistrale, l’exotisme du Vietnam…, un superbe roman

il y a 10 heures 12 min
décryptage > France
Majorité pacifique

Sera-t-il possible d’inverser le tragique déclin des institutions françaises en évitant la case violence ?

il y a 11 heures 48 min
décryptage > Sport
L’hymne sans la joie

PSG / Manchester United : les Parisiens confondent Ligue des champions et ligue d’égoïstes

il y a 12 heures 36 min
pépites > Terrorisme
Justice
Plainte du ministre de l'Intérieur contre un blog du site Mediapart qui accuse la police d'avoir exécuté l'agresseur du professeur de Conflans parce que ce terroriste est musulman
il y a 12 heures 58 min
light > Justice
High-Tech
Le ministère américain de la Justice a ouvert une enquête contre Google pour abus de position dominante au détriment de ses concurrents
il y a 13 heures 15 min
pépites > Politique
Terrorisme
François Fillon réagit après le meurtre du professeur de Conflans estimant qu'il ne peut pas rester silencieux face à ce drame
il y a 13 heures 45 min
décryptage > Politique
Pire que la fachosphère : la lachosphère

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

il y a 14 heures 4 min
pépite vidéo > Education
Mort de Samuel Paty
Marine Le Pen : "Les enseignants n'ont pas le soutien de leur hiérarchie"
il y a 14 heures 17 min
© FAYEZ NURELDINE / AFP
© FAYEZ NURELDINE / AFP
Mirage ?

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

Publié le 29 mai 2020
Sébastien Boussois décrypte les enjeux du projet NEOM de l'Arabie saoudite dont l'objectif est de bâtir une ville tentaculaire de 17.000 km2 (200 fois la taille de Paris).
Sébastien Boussois
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sébastien Boussois est Docteur en sciences politiques, chercheur Moyen-Docteur en sciences politiques, chercheur Moyen-Orient relations euro-arabes/ terrorisme et radicalisation, enseignant en relations internationales, collaborateur scientifique du...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sébastien Boussois décrypte les enjeux du projet NEOM de l'Arabie saoudite dont l'objectif est de bâtir une ville tentaculaire de 17.000 km2 (200 fois la taille de Paris).

Le projet de l’Arabie Saoudite de faire émerger du désert saoudien, à la frontière d’Israël, de l’Égypte et de la Jordanie, une ville tentaculaire de plus de 17 000 km2, soit 200 fois la taille de Paris, serait l’une des plus grands réussites du prince héritier Mohamed Ben Salmane. Elles sont rares à l’heure actuelle pour être soulignées, mais cela pourrait sauver la réputation de ce dernier tant le projet paraît futuriste même si un brin mégalomaniaque. Mais la poursuite de ce projet a-t-il seulement un sens dans le contexte de crise mondiale et de crise économique particulière que traverse le pays ? A l’image des dernières annonces d’achat tous azimuts de sociétés de divertissement comme Live Nation Entertainment le mois dernier ou de nombreuses prises de participation dans des médias européens ces dernières années comme The Independent, Sky News, le pays poursuit sa tentative  de diversification de son économie, afin de faire de ce projet phare de la fameuse Vision 2030 « le projet le plus ambitieux du monde » comme le défendent ni plus ni moins les officiels saoudiens.

Pourquoi le prince héritier, Mohamed Ben Salmane, cherche-t-il à tout prix à accélérer et mettre en avant en ce moment le projet de NEOM, Neo comme neuf, Mouktabal comme futur, alors que son déficit public atteint des records avec 50 milliards de dollars financé à 40% par des émissions de dette[1], et que le prix du baril de brut, sa première richesse, est même passé en dessous les 0 dollars le mois dernier ? Car Riyad dispose d’un atout-maître : son fonds souverain de 2000 milliards de dollars. Mais cela ne suffit pas : il faut attirer les investisseurs internationaux pour rendre le projet viable. Déjà en 2017, une vidéo promotionnelle cherchait à séduire car la ville va coûter très cher : 500 milliards de dollars. Il faut dire qu’il va falloir remplir un tel espace désertique tentaculaire et surtout le rendre vivable : tout y serait déjà prévu côté nouvelles technologies, énergie verte et éoliennes, agriculture verticale, intelligence artificielle, livraisons par drone, taxis volants, robots gladiateurs et de surveillance, résidences de luxe et industries de pointe cohabiteront, nouvelles formes d’éducation, etc.

NEOM tombe à point nommé pour apporter de l’eau au mirage de Mohamed Ben Salmane : l’image du pays est détestable, la guerre au Yémen a fait plus de 100 000 morts, les droits de l’homme fondamentaux ne sont toujours pas respectés malgré les espoirs suscités à son arrivée. De plus, Riayd est accusée récemment par les USA, son allié numéro un, d’avoir délibérément augmenté sa production de brut en pleine pandémie, causant la chute des prix et aggravant la crise économique à venir. Et l’affaire Khashoggi en 2018 et les multiples crises diplomatiques ont déjà provoqué des retards conséquents dans les chantiers de NEOM. A ce jour, il y a un aéroport, une cité industrielle, et plusieurs palaces en cours de construction. A ce rythme, cela risque de prendre bien plus de temps que prévu, et donc d’argent.

Comment attirer les investisseurs malgré tout avec une telle situation et peu d’espoirs d’une libéralisation du pays avant des années ? En nommant un européen, Klaus Kleinfield, chef de chantier, qui prévoit toujours la fin de la première partie des travaux en 2025, le message est clair : l’Arabie Saoudite ne peut pas faire sans les Occidentaux pour donner une crédibilité à son projet, ne serait-ce que d’un point de vue architectural comme l’ont souvent fait les pays du Golfe ; de plus, c’est un bon moyen aussi de rassurer et attirer les investisseurs du monde entier afin de permettre de boucler le budget du projet. A terme, NEOM pourrait tout de même rapporter 100 milliards par an au Royaume, à condition que le pays s’ouvre réellement enfin au tourisme. Alors qu’en effet, le pays est encore largement plongé dans l’archaïsme sociétal, au grand désespoir des jeunes saoudiens qui sont l’avenir du pays, le site de la ville à venir présente NEOM comme « Une vision de ce à quoi pourrait ressembler un jour le Futur » ; Et en homepage du site, il est écrit ostensiblement comme argument de vente supplémentaire : « Un accélérateur du progrès humain ». Le prince héritier, sait que le monde a besoin de culture, de rêves, et de jeux. Et la culture a toujours été un bon moyen de ne plus parler politique. En attendant, la construction de NEOM a déjà nécessité le déplacement de près de 20 000 membres de la tribu Huwaitar, des bédouins du désert, et des pêcheurs de plusieurs villages côtiers. Mais en avril dernier, le principal opposant au régime contestant l’expulsion de ces derniers par le gouvernement, Abdul Rahim Al-Huwaiti, a été purement et simplement tué par les forces de sécurité saoudiennes.


[1] Surtout du au coût faramineux de la guerre au Yémen menée depuis cinq ans. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 29/05/2020 - 14:34
Ach Paris !
Neom sera-t-elle un second Las Vegas ?
Avec, comme à Paris, des ''Bluebell Girls'' emplumées ?
Et une copie du ''quartier rouge'', autour de la Oude Kerk d'Amsterdam ?
Ou, de la Reeperbahn dans le quartier Sankt Pauli à Hambourg ?