En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

02.

Emmanuel Macron osera-t-il annoncer l’obligation du port du masque dans les lieux publics ?

03.

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

04.

La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme

05.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

06.

Donald Trump veut-il mettre en faillite Xi Jinping et la Chine ?

07.

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

05.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

03.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

04.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

05.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

06.

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

ça vient d'être publié
light > Justice
Sérial-équidé
Depuis novembre 2018, rien n'arrête le gang des tueurs de chevaux
il y a 31 min 59 sec
light > Insolite
Bal mortel au Texas
Invité à une "Covid party", un trentenaire meurt du virus
il y a 2 heures 11 min
pépites > France
Le retour du masque
Jean Castex : le port du masque dans les lieux clos est "à l'étude"
il y a 3 heures 19 min
pépite vidéo > Europe
Sur le fil du rasoir
Pologne : Le conservateur Andrzej Duda réélu président de justesse
il y a 5 heures 54 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

La seule chose à relocaliser d’urgence ? C’est une intelligence de la proximité

il y a 7 heures 2 min
décryptage > Consommation
"Végécovid"

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

il y a 7 heures 33 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Emmanuel Macron osera-t-il annoncer l’obligation du port du masque dans les lieux publics ?

il y a 8 heures 35 min
décryptage > Politique
Pour une meilleure action publique

Plan de relance : ces erreurs de la stratégie gouvernementale qui risquent de nous coûter cher

il y a 9 heures 3 min
pépites > France
Sentiment d'abandon
Carlos Ghosn critique l’attitude de la France et estime avoir été "abandonné"
il y a 18 heures 28 min
pépite vidéo > Santé
Geste symbolique
Coronavirus : Donald Trump porte un masque en public pour la première fois
il y a 19 heures 43 min
pépites > Santé
Santé
Que contient l'accord du Ségur de la Santé signé aujourd'hui ?
il y a 1 heure 24 min
light > France
After Party
Les participants de la rave-party dans la Nièvre pourront aller se faire dépister gratuitement
il y a 2 heures 55 min
pépites > Economie
Tax-free
83 millionaires réclament plus de taxes pour lutter contre la crise du coronavirus
il y a 5 heures 4 min
décryptage > International
Que fait la France - trop souvent et encore seule - au Sahel ?

De sommets en sommets : un même constat d’indéniables résultats opérationnels mais inachevés et perturbés par l’absence de cohésion politique

il y a 6 heures 50 min
décryptage > Culture
Disraeli Scanner

La vérité nous rendra la liberté

il y a 7 heures 17 min
décryptage > Politique
La menace droite

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

il y a 8 heures 9 min
décryptage > Politique
La voie du nord

Cette autre France qu’entend incarner Xavier Bertrand pour ne pas se laisser asphyxier par Emmanuel Macron

il y a 8 heures 52 min
light > Religion
Religion
Transformation de Sainte-Sophie : le pape François se dit "très affligé"
il y a 17 heures 59 min
pépite vidéo > Culture
Indignation sur les réseaux sociaux
Relâchement ? : des milliers de personnes réunies pour le concert du DJ The Avener à Nice
il y a 19 heures 14 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme

il y a 1 jour 2 heures
© Kay Nietfeld / POOL / AFP
© Kay Nietfeld / POOL / AFP
Dettes du 3ème type

Plan de relance européen : attention aux risques de dérapages toxiques

Publié le 20 mai 2020
Jean-Yves Archer décrypte les enjeux du plan de relance de 500 milliards dévoilé par Angela Merkel et Emmanuel Macron. Il analyse également la stratégie du couple franco-allemand.
Jean-Yves Archer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Yves Archer est économiste, spécialisé en Finances publiques. Il dirige le cabinet Archer, et a fondé le think tank économique Archer 58 Research. Né en 1958, il est diplômé de Sciences-Po, de l'ENA (promotion de 1985), et est titulaire d'...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Yves Archer décrypte les enjeux du plan de relance de 500 milliards dévoilé par Angela Merkel et Emmanuel Macron. Il analyse également la stratégie du couple franco-allemand.

Le Lundi 18 mai 2020 restera dans l'histoire monétaire comme la date d'une initiative franco-allemande pour le moins baroque. Persuadés que les deux pays pilotent encore, à eux seuls, le navire européen, il a donc été lancé à la mer l'idée d'un emprunt de 500 milliards d'euros afin d'aider à la relance des régions ou des secteurs fragiles.

Jusque-là, rien d'extraordinaire car le montant de 500 Mds rapporté à la violence de la récession qui se profile est faible. Il représente moins que la somme des déficits annuels cumulés de l'Allemagne, de l'Italie, de l'Espagne et de la France. C'est dire que c'est le poids d'un cachou au milieu de l'océan de tristes nouvelles qui marquent, pour des mois, notre continent.

Le risque de faillites en cascade, le montant vertigineux des prêts aux entreprises nous embarquent vers des sommes, à l'échelle de l'Europe, qui dépassent les 6000 milliards. Autant dire que le projet franco-allemand, qui reste suspendu à l'accord de nos 25 partenaires Pays-Bas inclus, est un pointillé et non un point final.

S'il faut admettre lucidement que le montant de 500 milliards n'est pas grandiose au regard de nos difficultés économiques et sociales, il est impératif de souligner que ce projet Merkel / Macron est un tournant fondamental pour l'Europe.

Ce qui caractérise cet emprunt de 500 milliards, c'est le fait qu'il va être émis par l'Union elle-même ce qui est une première absolue. Le vieux rêve de Jacques Delors assistés alors de Pascal Lamy et de Philippe Lagayette se réalise enfin : l'entité Europe décide de s'endetter. Autrement dit, le produit de cet emprunt va être issu de la qualité de la signature d'un nouvel emprunteur qui ne vit que par les économies des États et singulièrement par la surface financière de l'Allemagne.

Concrètement, les 500 Mds issus de l'appel aux marchés seraient bien évidemment assortis d'une garantie des États et l'emprunt aurait une maturité faciale initiale de moyen terme, soit probablement à horizon 2027 voire plus.

Faute de savoir comment résoudre, pour le moment, les dettes accumulées des États de l'Union, celle-ci décide de devenir emprunteur en premier ressort et de rompre sa virginité au regard de la notion de dette.
Toujours aussi brillant que narquois, Henry Kissinger avait un jour fait rire son auditoire en demandant le numéro de téléphone de l'Europe. Désormais, si les Parlements concernés donnent leur accord respectif, on pourra connaître le numéro de la carte de crédit de l'Union. Une carte abondée par la qualité du nouvel emprunteur qui sera, dans un premier temps significatif, adulé par les agences de notation.

Dans l'incapacité de juguler l'essor des dettes nationales et face au refus de la mutualisation des dettes – qui est salutaire – l'Europe est en passe d'opter pour une étape de socialisation de ses besoins, autrement dit par un recours à un nouveau porteur de ses dettes. Si l'équation politico-budgétaire fonctionne, il y aura très vraisemblablement plus de 8000 milliards de dette " européenne " d'ici à 10 ans sous les applaudissements des zélateurs de la dépense publique et sous l'accablement de celles et ceux qui n'oublient pas le principe ricardien selon lequel la dette d'aujourd'hui n'est rien d'autre que l'impôt de demain.

Dans le secteur privé, en cas de LBO, la structure faîtière porte la dette reliée à celle des filiales. Ici, cela sera pareil. On monte d'un étage institutionnel pour éviter de commencer à apporter une once de solution au défi des dettes nationales.

La tentation est grande d'ériger l'Union en emprunteur car, selon un rapide calcul, sa puissance de feu dépasse les 17000 milliards à des taux réalistes.

Autrement dit, l'initiative franco-allemande est dénuée de créativité ( quid de la BEI support possible d'un plan de relance ? ) mais risque de fonctionner. En enclenchant ce nouveau mécanisme, les contribuables de notre continent rentrent en terra incognita car nous savons tous que la gestion des fruits de la dette donne souvent lieu à des pratiques qui s'apparentent à de la gabegie. Keynes avait raison de militer pour un soutien public en temps de crise et sur le principe, je le rejoins. En revanche, il a sous-estimé dans plusieurs de ses écrits la propension à dilapider les fonds publics que certaines États, dont notre France, montrent en fière et regrettable évidence. Tout le défi est ici résumé.

Pour retrouver l'analyse et le décryptage de Rémi Bourgeot, Sylvain Kahn, Eric Verhaeghe sur le plan de relance proposé par Angela Merkel et Emmanuel Macron, cliquez ICI

Pour retrouver l'article de Jean-Paul Betbeze et Edouard Husson sur cette initiative du couple franco-allemand, cliquez ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lexxis
- 21/05/2020 - 06:46
L'EXEMPLE DE LA CSG DEVRAIT FAIRE RÉFLÉCHIR!
Ce qui est pratiquement par tous nos commentateurs salué comme un succès considérable et comme une avancée significative de l'Europe doit être considéré comme un jour de deuil par le contribuable européen, dont on ne peut imaginer qu'il ne soit pas un jour ou l'autre appelé à rembourser ses propres emprunts, ceux de ses pères ou pire ceux qui ont profité aux autres. En fait, il s'agit une fois de plus d'une fuite en avant avec des gens qui s'émerveillent de la vitesse acquise sans voir qu'elle les conduit droit dans le mur i'ls ne veulent pas voir . Exactement ou presque, avec mais en plus grand les mêmes défauts, comme la CSG de Rocard où un tour ruineux de passe-passe permet de repousser indéfiniment les réformes indispensables que nos politiques n'ont pas le courage de faire...