En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

02.

Non ce n’est pas bien d’avoir tagué la fresque en hommage à Adama Traoré : il fallait juste la « contextualiser »

03.

Psychose collective : ces énormes progrès environnementaux que ne veulent pas voir les déprimés de la planète

04.

Pour beaucoup de chefs d’entreprises, les écologistes peuvent faire capoter le plan de relance...

05.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

06.

Deuxième vague du Coronavirus : Olivier Véran a un plan, pourquoi donc s’inquiéter ?

07.

Des pirates informatiques anonymes alertent sur les risques de logiciels espions qui seraient présents dans TikTok

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

04.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

05.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

06.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
light > Politique
Génération Covid
Emmanuel Macron a félicité les nouveaux bacheliers avec un message sur TikTok
il y a 38 min 10 sec
pépites > Santé
Cour de justice de la République
Coronavirus : l'enquête judiciaire de la CJR contre Edouard Philippe, Olivier Véran et Agnès Buzyn est ouverte
il y a 3 heures 9 min
décryptage > Environnement
Wiki Agri

Julien Denormandie : un proche d'Emmanuel Macron devient ministre de l'Agriculture

il y a 4 heures 46 min
décryptage > Environnement
Politique climatique

Le Pacte vert : le bon, la brute et le truand

il y a 5 heures 23 min
décryptage > France
Raison garder

Non ce n’est pas bien d’avoir tagué la fresque en hommage à Adama Traoré : il fallait juste la « contextualiser »

il y a 6 heures 8 min
décryptage > High-tech
Espionnage chinois ?

Des pirates informatiques anonymes alertent sur les risques de logiciels espions qui seraient présents dans TikTok

il y a 6 heures 49 min
décryptage > Politique
Castex 1

Un nouveau gouvernement qui envoie moult signaux... mais y aura-t-il des Français pour les détecter ?

il y a 8 heures 16 min
décryptage > Politique
Changement de parrain

La République En Mutation : de juppéo-bayrouiste, le gouvernement devient crypto-sarkozyste

il y a 8 heures 45 min
pépite vidéo > Politique
Ministres
Remaniement : retrouvez l’annonce de la composition du gouvernement de Jean Castex
il y a 19 heures 46 min
pépites > Faits divers
Violente agression
Bayonne : un conducteur de bus en état de mort cérébrale, cinq personnes placées en garde à vue
il y a 23 heures 4 min
pépites > Politique
Confiance des citoyens ?
Remaniement : les Français approuvent le choix des ministres du gouvernement de Jean Castex mais ne se font pas d'illusion sur la politique qu'ils mèneront
il y a 1 heure 28 min
pépite vidéo > Justice
Ministre de la Justice
Eric Dupond-Moretti : "Mon ministère sera celui de l’antiracisme et des droits de l’Homme"
il y a 3 heures 45 min
décryptage > Environnement
Bonne méthode

Parc éolien dans le Groenland, une double bonne idée pour l’énergie verte

il y a 5 heures 3 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

L'impérialisme turc à l'assaut de la Libye

il y a 5 heures 44 min
décryptage > Sport
Activité physique

Et les sports les plus tendances de l’été 2020 sont...

il y a 6 heures 30 min
décryptage > France
Ordre Public

Sécurité : maîtriser la spirale de violences dans laquelle s’enfonce la France est-il vraiment hors de portée ?

il y a 7 heures 29 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

il y a 8 heures 37 min
décryptage > Environnement
Innovation et évolution

Psychose collective : ces énormes progrès environnementaux que ne veulent pas voir les déprimés de la planète

il y a 9 heures 2 min
pépites > Politique
Nominations
Remaniement : retrouvez la liste du nouveau gouvernement de Jean Castex
il y a 22 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le cottage aux oiseaux" de Eva Meijer : en pleine vague verte, c’est le moment ou jamais de déguster ce bijou !

il y a 1 jour 1 heure
© FETHI BELAID / AFP
© FETHI BELAID / AFP
Atlantico Business

Coronavirus : Les Etats du Golfe nouveaux profiteurs de "guerre"

Publié le 20 mai 2020
Les Etats du Golfe ne se sont jamais sentis aussi pauvres et déboussolés. Le pétrole ne vaut plus rien et le Covid-19 a fait fuir les touristes et les investisseurs. Du coup, ils sauvent les meubles. En réalité, ils spéculent comme des laquais sur un champ de course
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Etats du Golfe ne se sont jamais sentis aussi pauvres et déboussolés. Le pétrole ne vaut plus rien et le Covid-19 a fait fuir les touristes et les investisseurs. Du coup, ils sauvent les meubles. En réalité, ils spéculent comme des laquais sur un champ de course

Actuellement à Londres, à New-York et dans une moindre mesure à Paris, les financiers des Etats du Golfe rachètent tout ce qui bouge sur les marchés financiers. Particulièrement de mauvaise foi, les cabinets de relations publiques et de lobbying nous expliquent que les fonds souverains viennent au secours du capitalisme occidental en permettant aux plus beaux fleurons de l’économie mondialisée d’éviter d’aller au tapis. Ou alors de nous protéger des apprentis chinois. Parce que les fonds chinois aussi sont à la chasse.

Et à Londres, on a toujours préféré faire des affaires avec un émir du pétrole plutôt qu‘avec un opérateur chinois.

La réalité du marché est que les pays du Golfe viennent spéculer.

D’une part, ils rachètent beaucoup de grandes valeurs dont les prix ont baissé de plus de 50% depuis deux mois mais d’autre part, ils en profitent aussi pour mettre un pied dans la porte des grands du digital qui seront sans doute les grands gagnants de la crise.

C’est l'Arabie saoudite avec son fonds souverain gigantesque, le PIF qui est à la manœuvre pas seulement pour elle, mais aussi pour les princes du voisinage.

Du coup, des milliards de dollars sont, depuis presque un mois, investis sur les places occidentales en valeurs industrielles décotées. Dès que la valeur a perdu 50 % par rapport à ses prix de la fin de l’année dernière, les pétrodollars raflent les titres. En un trimestre, le portefeuille de PIF (Public Investment Fund) est passé de 2 à 10 milliards de dollars. Si on ajoute ce qui a été investi par les princes du Qatar, des Emirats Arabe Unis, Dubaï et Abu Dhabi, Oman, Bahreïn et Koweït, on dépasse les 20 milliards de dollars. Principalement à New-York et à Londres. Des commandos d’analystes financiers ont été envoyés partout en Occident pour découvrir et saisir toutes les opportunités. La chasse aux bonnes affaires est encore ouverte.  

Premier secteur ciblé, le secteur pétrolier. Fin mars, BP, Total, Shell, et les deux producteurs de gaz de schiste canadiens ont reçu la visite des acheteurs du Moyen-Orient qui en ont pris pour 3 milliards. Toutes ces entreprises ont terriblement souffert en bourse, d’abord de la guerre des prix qui avait été déclenchée par l’Arabie saoudite et la Russie, ensuite de la chute de la demande mondiale suite au confinement et à l’arrêt de l’économie.

Mais l’Arabie saoudite voit aussi dans ces sociétés tout ce qu‘elles portent pour organiser dans l’avenir les alternatives au pétrole dans le domaine des énergies propres. Des entreprises comme Total par exemple sont très préparées pour gérer la transition énergétique. Elles ont donc acquis une résilience très forte pour rebondir.

Le deuxième secteur convoité par les fonds des pétromonarchies se compose des entreprises très massacrées par la crise : Boeing, Airbus, les chaines d’hôtel comme Marriott ou Accor, Booking, les croisiéristes qui sont actuellement sinistrés (comme Carnival qui a perdu 80% de sa valeur en bourse) ainsi que beaucoup de sociétés du spectacle, organisateurs de concerts ou producteurs de télévision, ainsi que des clubs de football, à commencer par le club de Newcastle même s’il y a des discussions avec la plupart en Europe parce que la plupart des grands clubs d’Europe sont à vendre.

Enfin, le troisième secteur très convoité par les Saoudiens notamment, ce sont des valeurs sûres qui ne sont impactées ni par la crise pétrolière, ni par l’impact du Covid 19 et qui n’ont pas souffert : le groupe Disney, Facebook, IBM, Cisco, Pfizer... Toutes ces entreprises ont vu leur cours progresser depuis le début de la crise, parce qu’elles ont un potentiel de croissance et surtout parce que les fonds souverains sont arrivés.

Alors on peut toujours raconter que ces flux d’investissement ont toujours alimenté les marchés financiers en recyclant les recettes pétrolières, on peut aussi rappeler en boucle que la stratégie de la nouvelle génération de princes qui sont au pouvoir dont MBS, Mohammed ben Salman d’Arabie Saoudite, est de préparer l’après pétrole...

La réalité, c’est que les pays du Golfe sont à bout de souffle. La météo économique et financière dans ces pays-là s’est terriblement dégradée.... Tous les Etats du Golfe, le Qatar, les Emirats arabes Unis, Abou Dhabi et Dubaï, Bahreïn, Oman et Koweït et surtout l’Arabie Saoudite se retrouvent coincés entre le prix du pétrole qui s’est effondré et l’impact de la pandémie. Fin mars, le PIB de la région (hors pétrole) avait baissé de 5%.

Ce n’est pas le Covid qui a hypothéqué les monarchies du Golfe. En dehors de l’Iran où les dégâts sont très importants dans toutes les classes de la société, avec un gouvernement qui a vécu dans le déni jusqu'à une époque très récente, tous les autres pays du Moyen-Orient ont été assez peu touchés. Le coronavirus a surtout frappé les travailleurs étrangers asiatiques, mal logés et aux conditions de travail douloureuses. Mais, c’est surtout, le tourisme, secteur dans lequel des Emirats comme Dubaï ou Abou Dhabi ont beaucoup investi,  qui s’est retrouvé en risque de ruine. Dubaï, qui a reporté l’Exposition universelle 2020, tire la moitié de son PIB non lié au pétrole du tourisme des voyages et du commerce.

Mais les économies de la région vivent pour l’essentiel des revenus des hydrocarbures. L’année 2020 va être terrible. Le brut est passé de 60 dollars en février à moins de 20 dollars en avril. Les accords finalement conclus par l’OPEP et qui réduit la production viendra encore amputer les recettes.

Le résultat est que tous ces pays ne pourront pas boucler leur budget. Ils doivent emprunter soit sur les grands marchés internationaux, soit sur l‘épargne interne avec des emprunts nationaux auprès des familles dont la souscription est obligatoire. Avec parfois des procédures qui sortent de l’ordinaire. En Arabie Saoudite par exemple, on a vu MBS, faire enfermer les plus grands princes du régime dans des hôtels de luxe jusqu’à ce qu’ils acceptent de souscrire à un emprunt. Autant dire jusqu’à ce qu’ils paient une rançon. Et ils ont tous payé. Evidemment !

Tournant de l’histoire, le gouvernement saoudien a annoncé en début de semaine un train de mesures d’austérité en réduisant les dépenses de l’Etat, en retardant certains investissements et surtout en triplant la TVA qui va passer de 5 à 15% après le ramadan. Les pèlerinages à la Mecque (grosse source de revenus en provenance du monde musulman) vont couter plus cher. Tous les produits de luxe, voitures, bateaux, accessoires de mode et bijouterie vont être davantage taxés.

Alors, on ne va sans doute pas trop pleurer lors des réunions de familles dans les monarchies du Golfe, mais ça va grogner. Parce que chez ces gens-là, comme disait Jacques Brel, dans cette génération qui arrive au pouvoir, on n'a jamais travaillé, on n'a même pas appris à travailler (ce qui est le vrai problème), on a toujours perçu une rente, (genre revenu universel mais gros revenu universel) et enfin, on ne sait pas ce qu’est l’impôt. Pas encore !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
pale rider
- 20/05/2020 - 10:26
Je m'interroge ... l Arabie Saoudite a une dette publique
très faible env 20% du pib . Et d'énormes marges de manœuvre avec une TVA qui vient de passer de 5 à 15 et des impôts tres tres bas comparés aux pays occidentaux ( import-export.societegenerale.fr/fr/fiche-pays/arabie-saoudite/presentation-fiscalite ) Désolé mais votre article c'est l’hôpital qui se fout de la charité. Ceux qui vont morfler car ils ont une dette colossale et aucune marge de manœuvre pour cause de fiscalité déjà au maxi , c'est nous .... sans compter que le pétrole va remonter, c'est mécanique et cyclique, alors que notre économie ... les shaddocks macroniens auront beau pomper ... elle aura bien du mal à remonter les escaliers qui descendent.