En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé

02.

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

03.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

04.

Selon « Le Monde », Abdouallakh Anzorov, l’auteur de l’attentat, a donné plusieurs centaines d’euros à des élèves du collège en échange d’informations pour identifier le professeur

05.

Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

07.

Comment les comparateurs en ligne menacent la survie de pans entiers de l’industrie des services en France

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Emmanuel Macron, le Gorbatchev de la technostructure française ?

ça vient d'être publié
pépites > Terrorisme
Sécurité
Seine-Saint-Denis : le ministre de l'Intérieur a annoncé lundi soir la fermeture prochaine de la mosquée de Pantin
il y a 35 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Covid-19 et réchauffement climatique" de Christian de Perthuis : une analyse qui mérite un détour, comme tout témoignage sincère, mais avec ses limites

il y a 13 heures 30 min
pépites > Politique
Chaises musicales
Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé
il y a 14 heures 37 min
light > France
Magie de Noël menacée
Covid-19 : le marché de Noël des Tuileries est annulé à Paris suite au coronavirus
il y a 16 heures 1 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Choisir la mort ou la Mort. La France a fait son choix

il y a 18 heures 34 min
décryptage > International
MilkTea

« L’alliance du thé au lait » : le mouvement du refus de l’expansionnisme chinois s’étend en Asie

il y a 19 heures 24 min
light > High-tech
Justice
Instagram visé par une enquête de la Commission irlandaise pour la protection des données
il y a 19 heures 44 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Couvre-feu : et les meilleures solutions pour les télé-apéros sont...
il y a 20 heures 37 min
pépite vidéo > France
Lutte contre le fondamentalisme
Conflans-Sainte-Honorine : "Nous ne pouvons pas laisser faire ce genre de fatwas en ligne", selon Gérald Darmanin
il y a 21 heures 36 min
décryptage > Politique
Stratégie

LR contraint de s’allier à LREM pour survivre ? Les faux calculs de Christian Estrosi

il y a 22 heures 19 min
light > Politique
Principe de précaution
Coronavirus : Brigitte Macron décide de se mettre à l'isolement pendant 7 jours après avoir été cas contact
il y a 13 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"On purge bébé" de Georges Feydeau : un vaudeville comme on les aime

il y a 13 heures 46 min
pépites > Justice
Enquête en cours
Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant
il y a 15 heures 26 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les régions vont diffuser un livre de caricatures dans les lycées
il y a 16 heures 33 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

Panorama COVID-19 : maintenant, c’est l’Europe qui est la plus touchée par les nouveaux cas

il y a 19 heures 11 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Pour une publication massive des caricatures

il y a 19 heures 31 min
light > Economie
Voiture propre
La Chine, leader dans le domaine des voitures électriques - avec 138 modèles sur son marché, contre 60 en Europe, et seulement 17 aux États-Unis - abrite aussi le premier constructeur mondial
il y a 20 heures 12 min
Alimentation
La Chine se met à aimer le lait après l'avoir ignoré pendant plusieurs générations
il y a 21 heures 22 min
décryptage > Terrorisme
Reculer pour mieux sauter

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

il y a 21 heures 55 min
décryptage > Finance
Impact de la pandémie

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

il y a 22 heures 39 min
© FETHI BELAID / AFP
© FETHI BELAID / AFP
Atlantico Business

Coronavirus : Les Etats du Golfe nouveaux profiteurs de "guerre"

Publié le 20 mai 2020
Les Etats du Golfe ne se sont jamais sentis aussi pauvres et déboussolés. Le pétrole ne vaut plus rien et le Covid-19 a fait fuir les touristes et les investisseurs. Du coup, ils sauvent les meubles. En réalité, ils spéculent comme des laquais sur un champ de course
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Etats du Golfe ne se sont jamais sentis aussi pauvres et déboussolés. Le pétrole ne vaut plus rien et le Covid-19 a fait fuir les touristes et les investisseurs. Du coup, ils sauvent les meubles. En réalité, ils spéculent comme des laquais sur un champ de course

Actuellement à Londres, à New-York et dans une moindre mesure à Paris, les financiers des Etats du Golfe rachètent tout ce qui bouge sur les marchés financiers. Particulièrement de mauvaise foi, les cabinets de relations publiques et de lobbying nous expliquent que les fonds souverains viennent au secours du capitalisme occidental en permettant aux plus beaux fleurons de l’économie mondialisée d’éviter d’aller au tapis. Ou alors de nous protéger des apprentis chinois. Parce que les fonds chinois aussi sont à la chasse.

Et à Londres, on a toujours préféré faire des affaires avec un émir du pétrole plutôt qu‘avec un opérateur chinois.

La réalité du marché est que les pays du Golfe viennent spéculer.

D’une part, ils rachètent beaucoup de grandes valeurs dont les prix ont baissé de plus de 50% depuis deux mois mais d’autre part, ils en profitent aussi pour mettre un pied dans la porte des grands du digital qui seront sans doute les grands gagnants de la crise.

C’est l'Arabie saoudite avec son fonds souverain gigantesque, le PIF qui est à la manœuvre pas seulement pour elle, mais aussi pour les princes du voisinage.

Du coup, des milliards de dollars sont, depuis presque un mois, investis sur les places occidentales en valeurs industrielles décotées. Dès que la valeur a perdu 50 % par rapport à ses prix de la fin de l’année dernière, les pétrodollars raflent les titres. En un trimestre, le portefeuille de PIF (Public Investment Fund) est passé de 2 à 10 milliards de dollars. Si on ajoute ce qui a été investi par les princes du Qatar, des Emirats Arabe Unis, Dubaï et Abu Dhabi, Oman, Bahreïn et Koweït, on dépasse les 20 milliards de dollars. Principalement à New-York et à Londres. Des commandos d’analystes financiers ont été envoyés partout en Occident pour découvrir et saisir toutes les opportunités. La chasse aux bonnes affaires est encore ouverte.  

Premier secteur ciblé, le secteur pétrolier. Fin mars, BP, Total, Shell, et les deux producteurs de gaz de schiste canadiens ont reçu la visite des acheteurs du Moyen-Orient qui en ont pris pour 3 milliards. Toutes ces entreprises ont terriblement souffert en bourse, d’abord de la guerre des prix qui avait été déclenchée par l’Arabie saoudite et la Russie, ensuite de la chute de la demande mondiale suite au confinement et à l’arrêt de l’économie.

Mais l’Arabie saoudite voit aussi dans ces sociétés tout ce qu‘elles portent pour organiser dans l’avenir les alternatives au pétrole dans le domaine des énergies propres. Des entreprises comme Total par exemple sont très préparées pour gérer la transition énergétique. Elles ont donc acquis une résilience très forte pour rebondir.

Le deuxième secteur convoité par les fonds des pétromonarchies se compose des entreprises très massacrées par la crise : Boeing, Airbus, les chaines d’hôtel comme Marriott ou Accor, Booking, les croisiéristes qui sont actuellement sinistrés (comme Carnival qui a perdu 80% de sa valeur en bourse) ainsi que beaucoup de sociétés du spectacle, organisateurs de concerts ou producteurs de télévision, ainsi que des clubs de football, à commencer par le club de Newcastle même s’il y a des discussions avec la plupart en Europe parce que la plupart des grands clubs d’Europe sont à vendre.

Enfin, le troisième secteur très convoité par les Saoudiens notamment, ce sont des valeurs sûres qui ne sont impactées ni par la crise pétrolière, ni par l’impact du Covid 19 et qui n’ont pas souffert : le groupe Disney, Facebook, IBM, Cisco, Pfizer... Toutes ces entreprises ont vu leur cours progresser depuis le début de la crise, parce qu’elles ont un potentiel de croissance et surtout parce que les fonds souverains sont arrivés.

Alors on peut toujours raconter que ces flux d’investissement ont toujours alimenté les marchés financiers en recyclant les recettes pétrolières, on peut aussi rappeler en boucle que la stratégie de la nouvelle génération de princes qui sont au pouvoir dont MBS, Mohammed ben Salman d’Arabie Saoudite, est de préparer l’après pétrole...

La réalité, c’est que les pays du Golfe sont à bout de souffle. La météo économique et financière dans ces pays-là s’est terriblement dégradée.... Tous les Etats du Golfe, le Qatar, les Emirats arabes Unis, Abou Dhabi et Dubaï, Bahreïn, Oman et Koweït et surtout l’Arabie Saoudite se retrouvent coincés entre le prix du pétrole qui s’est effondré et l’impact de la pandémie. Fin mars, le PIB de la région (hors pétrole) avait baissé de 5%.

Ce n’est pas le Covid qui a hypothéqué les monarchies du Golfe. En dehors de l’Iran où les dégâts sont très importants dans toutes les classes de la société, avec un gouvernement qui a vécu dans le déni jusqu'à une époque très récente, tous les autres pays du Moyen-Orient ont été assez peu touchés. Le coronavirus a surtout frappé les travailleurs étrangers asiatiques, mal logés et aux conditions de travail douloureuses. Mais, c’est surtout, le tourisme, secteur dans lequel des Emirats comme Dubaï ou Abou Dhabi ont beaucoup investi,  qui s’est retrouvé en risque de ruine. Dubaï, qui a reporté l’Exposition universelle 2020, tire la moitié de son PIB non lié au pétrole du tourisme des voyages et du commerce.

Mais les économies de la région vivent pour l’essentiel des revenus des hydrocarbures. L’année 2020 va être terrible. Le brut est passé de 60 dollars en février à moins de 20 dollars en avril. Les accords finalement conclus par l’OPEP et qui réduit la production viendra encore amputer les recettes.

Le résultat est que tous ces pays ne pourront pas boucler leur budget. Ils doivent emprunter soit sur les grands marchés internationaux, soit sur l‘épargne interne avec des emprunts nationaux auprès des familles dont la souscription est obligatoire. Avec parfois des procédures qui sortent de l’ordinaire. En Arabie Saoudite par exemple, on a vu MBS, faire enfermer les plus grands princes du régime dans des hôtels de luxe jusqu’à ce qu’ils acceptent de souscrire à un emprunt. Autant dire jusqu’à ce qu’ils paient une rançon. Et ils ont tous payé. Evidemment !

Tournant de l’histoire, le gouvernement saoudien a annoncé en début de semaine un train de mesures d’austérité en réduisant les dépenses de l’Etat, en retardant certains investissements et surtout en triplant la TVA qui va passer de 5 à 15% après le ramadan. Les pèlerinages à la Mecque (grosse source de revenus en provenance du monde musulman) vont couter plus cher. Tous les produits de luxe, voitures, bateaux, accessoires de mode et bijouterie vont être davantage taxés.

Alors, on ne va sans doute pas trop pleurer lors des réunions de familles dans les monarchies du Golfe, mais ça va grogner. Parce que chez ces gens-là, comme disait Jacques Brel, dans cette génération qui arrive au pouvoir, on n'a jamais travaillé, on n'a même pas appris à travailler (ce qui est le vrai problème), on a toujours perçu une rente, (genre revenu universel mais gros revenu universel) et enfin, on ne sait pas ce qu’est l’impôt. Pas encore !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
pale rider
- 20/05/2020 - 10:26
Je m'interroge ... l Arabie Saoudite a une dette publique
très faible env 20% du pib . Et d'énormes marges de manœuvre avec une TVA qui vient de passer de 5 à 15 et des impôts tres tres bas comparés aux pays occidentaux ( import-export.societegenerale.fr/fr/fiche-pays/arabie-saoudite/presentation-fiscalite ) Désolé mais votre article c'est l’hôpital qui se fout de la charité. Ceux qui vont morfler car ils ont une dette colossale et aucune marge de manœuvre pour cause de fiscalité déjà au maxi , c'est nous .... sans compter que le pétrole va remonter, c'est mécanique et cyclique, alors que notre économie ... les shaddocks macroniens auront beau pomper ... elle aura bien du mal à remonter les escaliers qui descendent.