En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

04.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

07.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

04.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 1 heure 21 sec
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 2 heures 35 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 2 heures 55 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 3 heures 7 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 3 heures 27 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 3 heures 40 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 3 heures 42 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 3 heures 42 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 3 heures 46 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 19 heures 44 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 1 heure 15 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 2 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 3 heures 2 sec
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 3 heures 21 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 3 heures 38 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 3 heures 41 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 3 heures 42 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 3 heures 46 min
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 19 heures 24 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 20 heures 2 min
© Thomas SAMSON / AFP
© Thomas SAMSON / AFP
Décentralisation

Remplacer la mythologie de l’efficacité de l’État par celle des maires : une dangereuse tentation

Publié le 19 mai 2020
À l’issue de la crise, François Baroin et tant d’autres élus locaux mettent en avant le dynamisme des collectivités territoriales face aux échecs de l’État centralisé. Mais les collectivités ne fonctionnent-elles pas souvent comme de mini-États ?
Christian Le Bart
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Le Bart est professeur de science politique à l’IEP de Rennes, membre du CRAPE-CNRS, et directeur de la Maison des Sciences de l’Homme en Bretagne. Il a travaillé sur des objets de recherche divers comme les maires, les étudiants politiques,...
Voir la bio
Frédéric Buffin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Buffin est l'ancien directeur de la Caisse de retraite de la RATP et de la SNCF et est ancien directeur de la Cavimac. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
À l’issue de la crise, François Baroin et tant d’autres élus locaux mettent en avant le dynamisme des collectivités territoriales face aux échecs de l’État centralisé. Mais les collectivités ne fonctionnent-elles pas souvent comme de mini-États ?

Atlantico.fr : Au regard de la sociologie des élus locaux, quel risque prenons-nous en souhaitant leur confier plus de responsabilités et d’autonomie ?  

Christian Le Bart : Les responsables politiques des grands centres urbains sont des personnalités qui ne sont pas si différentes des hauts fonctionnaires de l’administration parisiennes. Ils viennent des mêmes écoles, sont imprégnés de la même culture de gouvernance… ce sont des personnes qui, bien que souvent plus jeunes et comptant plus de femmes dans leurs rangs, se ressemblent idéologiquement. En confiant plus de responsabilité et d’autonomie à des autorités politiques locales, nous prenons  donc le risque de déplacer le problème d’un cran, de reproduire les mêmes effets de blocages administratifs d'un État centralisateur à petite échelle, plutôt que de résoudre fondamentalement la question de la surcharge bureaucratique française et de la défiance qu'elle génère. 

Pour autant, je nuancerai mon propos en ajoutant que la logique d’une politique centrale  diffère sur bien des aspects de la politique locale. De fait, cela change parfois l’appréhension d’une  situation par les élus locaux au regard des enjeux territoriaux qui l’accompagne.

Après l'épisode sanitaire que nous venons de vivre, de nombreuses voix se sont élevée pour souhaiter une décentralisation massive de notre politique. Le souhait d'une décentralisation à l'allemande ou à l'italienne est-il réalisable dans notre pays ? Est-il même souhaitable ? 

Frédéric Buffin : Chaque fois que l'Etat central semble défaillir et faillir, des voix s'élèvent pour demander que plus de pouvoirs soient confiés aux élus locaux. il convient de réagir avec beaucoup de prudence vis-à-vis de ce raisonnement girondin paré de toutes les vertus à la lumière de tous les dysfonctionnements  constatés au niveau de l'appareil d'Etat dans la gestion  de la crise du Covid-19.

La gestion décentralisée sur un modèle fédéral ou régional ne fait pas partie de notre culture politique et sociale. Il n'est pas si facile de s'abstraire d'une tradition multiséculaire datée de l'Ancien Régime et renforcée par la Révolution Française. Tocqueville l'a démontré de façon magistrale dans son ouvrage consacré à ce thème. Tel qui dénonce aujourd'hui l'incompétence de l'Etat profond dans le domaine sanitaire, n'est pas moins contempteur  des excès des élus locaux devant la multiplication à l'infini des ronds points sur les routes, l'enlaidissement des faubourgs des centres urbains à grands renforts de surfaces commerciales qui se sont multipliées depuis un demi-siècle ou le zoning social généré par les politiques du logement gérées par les communes selon leur couleur politique. Nous critiquons l'Etat, nous le dénonçons, mais en fin de compte, nous apprécions ce Léviathan paterne qui nous dispense (pas assez) ces bienfaits. Et dés que nous le pouvons, nous faisons appel à lui, même au prix des impôts qu'il nous réclame.

Quelles sont les limites de la pensée décentralisatrice, telle qu'elle est formulée aujourd'hui en France ?

Frédéric Buffin : La République Française est marquée par le principe d'égalité entre les Français exprimée dés le premier article de la constitution de 1958 même si celui-ci précise que sa gestion est décentralisée. Il faut attendre le titre XII de ce texte qui régit nos institutions pour que soient évoquées en détail  les modalités de fonctionnement et de gestion des collectivités territoriales qui demeurent très encadrées (article  72 à 75). Or l'application du principe d'égalité sur tout le territoire, implique pour que celui-ci s'applique une pratique centralisée. Quel homme politique de droite comme de gauche se risquerait dans son programme à placer la Sécurité sociale ou même l’hôpital public sous la tutelle des présidents de région? Même si l'Education nationale fonctionne comme un monstre bureaucratique propre à décourager ses serviteurs, bien peu d'entre eux  souhaitent la fin d'une gestion nationale de leur carrière. 

Quels secteurs de l'administration française devraient payer la facture de cette décentralisation ?

Frédéric Buffin : En 1981, à l'occasion de la loi de décentralisation souhaitée par la gauche, les Préfets avaient perdu leur titre d'inspiration bonapartiste pour devenir des Commissaires de la République. Très rapidement ce titre moins prestigieux qui signifiait la perte de pouvoir de l'autorité déconcentrée sur les élus locaux a été fort heureusement abandonnée. Si l'on souhaite demain confier plus de responsabilités aux élus locaux, (régions, départements et communes, il convient de redonner du pouvoir de contrôle aux préfets. Sinon, ce sera la porte ouverte à des phénomènes de conflits d’intérêts et de corruption notamment dans l'attribution des marchés publics. 

Bref, il faut redonner toutes ses lettres de noblesse, à l'idée de déconcentration éclairée. Il y a dans le corps préfectoral de grands personnages qui ont une connaissance précise des réalités locales. Le pouvoir central n'aurait qu'à y gagner de les laisser travailler avec les exécutifs locaux.  Mais pour que ceci soit possible, il faut demander aux administrations centrales de diminuer leurs interventions incessantes jusque dans le moindre détail. Et ça, ce n'est pas gagné. Il n'est pas si facile  de revenir sur une tradition multi-séculaire de formation des normes qui s'imposent aux grandes agglomérations comme aux villages les plus modestes. 

Ce concept de modestie, devrait pour conclure faire l'objet d'un séminaire gouvernemental. Bien appliqué, il pourrait permettre de retrouver un équilibre nécessaire entre un Etat régalien et des collectivités proches des citoyens autant attachés au principe de proximité qu''à celui d'égalité.

Pour retrouver l'analyse et le décryptage de Christophe Bouillaud et Pierre Bentata sur la souveraineté nationale, cliquez ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires