En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

02.

Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé

03.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

04.

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant

07.

Selon « Le Monde », Abdouallakh Anzorov, l’auteur de l’attentat, a donné plusieurs centaines d’euros à des élèves du collège en échange d’informations pour identifier le professeur

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 15 min 13 sec
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 28 min 1 sec
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 57 min 15 sec
décryptage > Politique
LREM

Islamisme : Emmanuel Macron peut-il faire changer la peur de camp sans changer... sa majorité ?

il y a 1 heure 32 min
décryptage > Santé
Armes contre le virus

Plaidoyer pour une régulation de la lutte contre la Covid-19

il y a 2 heures 25 min
décryptage > France
Professeur décapité

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

il y a 2 heures 55 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Apple, LVMH et Airbus restent les trois entreprises préférées des jeunes diplômés qui s’inquiètent cependant des risques sur l’emploi

il y a 3 heures 18 sec
pépites > Terrorisme
Sécurité
Seine-Saint-Denis : le ministre de l'Intérieur a annoncé lundi soir la fermeture prochaine de la mosquée de Pantin
il y a 3 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Covid-19 et réchauffement climatique" de Christian de Perthuis : une analyse qui mérite un détour, comme tout témoignage sincère, mais avec ses limites

il y a 16 heures 44 min
pépites > Politique
Chaises musicales
Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé
il y a 17 heures 51 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 21 min 49 sec
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 56 min 49 sec
décryptage > Politique
Mouvement

Radioscopie d’un conservatisme français qui retrouve du poil de la bête

il y a 1 heure 18 min
pépites > Terrorisme
Hommage
Samuel Paty recevra la Légion d'honneur posthume et sera fait Commandeur des palmes académiques annonce le ministre de l'Education
il y a 2 heures 1 min
décryptage > France
Lutter sans renier ses principes

La démocratie face au piège du traitement de ses ennemis (islamistes) : petites munitions intellectuelles pour résister aux sophistes

il y a 2 heures 44 min
décryptage > France
Ecœurant

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

il y a 2 heures 58 min
décryptage > Education
Dévoiement

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

il y a 3 heures 5 min
light > Politique
Principe de précaution
Coronavirus : Brigitte Macron décide de se mettre à l'isolement pendant 7 jours après avoir été cas contact
il y a 16 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"On purge bébé" de Georges Feydeau : un vaudeville comme on les aime

il y a 17 heures 54 sec
pépites > Justice
Enquête en cours
Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant
il y a 18 heures 40 min
© Paul J. RICHARDS / AFP
© Paul J. RICHARDS / AFP
Le point de vue de Dov Zerah

La flambée de l'or

Publié le 19 mai 2020
Avec Dov Zerah
Dov Zerah décrypte cette semaine la situation du cours de l'or en pleine crise sanitaire et économique suite à la pandémie de Covid-19.
Dov Zerah
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ancien élève de l’École nationale d’administration (ENA), Dov ZERAH a été directeur des Monnaies et médailles. Ancien directeur général de l'Agence française de développement (AFD), il a également été président de Proparco, filiale de l’AFD spécialisée...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dov Zerah décrypte cette semaine la situation du cours de l'or en pleine crise sanitaire et économique suite à la pandémie de Covid-19.
Avec Dov Zerah

Depuis maintenant six mois, le Monde vit des bouleversements incroyables : fermetures des frontières, limitation des déplacements aériens, confinement, arrêt des activités économiques… De nombreux secteurs sont sinistrés : l’aéronautique, le transport aérien, le secteur touristique, l’hôtellerie, les restaurants, les théâtres, les cinémas, le monde du spectacle, les parcs d’attraction…

Le Monde est maintenant confronté à la plus grave crise économique depuis celle de 1929, avec pour 2020 une baisse de 3 % du PIB mondial dont – 7,5 % pour la zone euro, la plus durement touchée, une baisse de près de 6 % pour les États-Unis ainsi que pour l’Amérique latine. Seule, la Chine s’en sortirait avec une croissance positive à 1,2 %. Cette baisse de la production a entrainé un effondrement du prix du baril actuellement autour de 20 $/bl.

Cette situation a conforté l’or. En une semaine, le prix de l’or a flambé, passant de 1 570 à 1 630 $ l’once, soit une augmentation de près de 4 %. C’est le plus haut niveau en 35 ans. Á 31,1 grammes l’once, cela fait le kilo d’or à plus de 52 000 $.

Le choix de l’or dans le cadre d’une stratégie de placement peut apparaître intéressant même s’il n’apporte aucun rendement. Son intérêt réside dans le potentiel de plus-value. Au cours des 35 dernières années, l’or apparait comme un placement intéressant.

L’once valait un peu plus de 1 300 $ l’once il y a six mois, un peu plus de 1 100 $ il y a un an. Le précédent pic remonte au 5 septembre 2012, il était à un peu moins de 1 350 $ ; cela représente une valorisation de plus de 20 % en 8 ans, légèrement inférieure à une augmentation de 24,7 % des prix sur la période. La performance ne parait pas extraordinaire ; le capital a été à peine préservé.

En revanche, le résultat est différent sur une plus longue période. Au début du millénaire, l’once d’or était autour de 230 $, le plus bas niveau au cours des dernières trente-cinq années. Plus de 600 % de plus-value à peine écornés par une augmentation des prix de 32 %.

La comparaison avec l’immobilier est difficile pour au moins trois raisons :

  • Quel que soit le niveau du rendement, un bien immobilier rapporte des loyers alors que l’or ne produit aucun rendement.
  • Un bien immobilier peut être acquis à crédit, alors qu’aucun banquier ne prêtera pour acheter de l’or. Le loyer facilite le remboursement du prêt par ailleurs garanti par le bien. L’investissement immobilier bénéficie d’un effet de levier qui améliore son rendement.
  • En revanche, le potentiel de plus-value est comparable même s’il dépend de la localisation du bien immobilier et de la date d’acquisition.

La crise économique va peut-être modifier l’intérêt de l’immobilier pour au moins deux raisons. Les surfaces commerciales vont être affectées par les difficultés des commerces, la généralisation du télétravail et le recours accru aux livraisons à domicile. Parallèlement, l’immobilier résidentiel va pâtir de l’augmentation du nombre de chômeurs et des difficultés des agents économiques.

La comparaison de la performance entre l’or et les valeurs mobilières est plus difficile à conclure. En 20 ans, le NASDAQ a plus que doublé en passant d’un peu plus de 4 000 au début du millénaire à plus de 9 300 récemment. Sur longue période, l’or est plus intéressant que les actions, mais sans tenir compte des dividendes ; en vingt ans, le ratio entre le dow Jones et l’or a diminué des deux tiers. Par ailleurs, tout placement mobilier est totalement tributaire du moment de l’achat et de celui de la vente. On n’achète jamais au plus bas et on ne vend jamais au plus haut et l’exercice est d’autant plus compliqué que la volatilité des marchés est grande. La Bourse s’apparente souvent à un long, très long mur des Lamentations, quand elle ne conduit pas certains téméraires au suicide.

On pourrait continuer le parangonnage avec les obligations ou les matières premières, mais, sur longue période, l’or a l’avantage. Au-delà de ces considérations, l’or apparait une nouvelle fois dans l’histoire économique et financière du Monde la valeur refuge par excellence.

Les opérateurs économiques craignent la fuite en avant des banques centrales qui font marcher la planche à billets pour permettre le financement à crédit des déficits publics, une nouvelle crise des dettes souveraines, la perspective d’un prélèvement exceptionnel des patrimoines… Ces perspectives et celle d’une envolée de l’inflation justifient la flambée de l’or.

La création monétaire par les banques centrales et le ralentissement, voire l’arrêt, des activités économiques devrait, selon la théorie conduire à l’hyperinflation. Selon la théorie monétariste et en application de l’équation quantitative d’Irving Fisher, un excès de signes monétaires par rapport à la valeur nominale des biens entraine automatiquement, voire mathématiquement, un ajustement par les prix. Cela fait plus d’une vingtaine d’années que, de crise en crise, le Monde est submergé de liquidités sans aucune recrudescence de l’inflation ; bien au contraire, c’est le risque de déflation qui inquiétait les banquiers centraux. Merci à la mondialisation et à la concurrence exacerbée qui contrecarre tout mouvement inflationniste.

Pour rassurer les opérateurs économiques, les banques centrales pourraient vendre une partie de leurs réserves en or évaluées à plus de 34 000 tonnes, soit près de 2 000 Md$. Au cours des dernières années, les Banques centrales ont eu l’intelligence, l’intuition d’acheter de l’or, sans oublier la volonté de certains d’être moins dépendant du dollar et de sa volatilité ; un record annuel d’achats a été atteint en 2018.

Dans ce contexte, les premiers bénéficiaires sont les pays producteurs d’or qui sont dans l’ordre, la Chine, l’Australie, la Russie, les États-Unis, le Canada, des pays riches… Notons néanmoins que des pays africains, Afrique du Sud, Burkina Faso, Centrafrique, Ghana ont une bonne nouvelle dans un contexte économique difficile.

Planche à billets, envolée des dettes publiques, risque d’inflation, volatilité des marchés financiers, perspective de nouvelles taxations… Tout concourt à planquer son épargne dans l’or…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires