En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance

02.

Crise économique : l'OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l'Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

03.

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

04.

Valéry Giscard d'Estaing : « Brexit ou pas, l'Europe à 28 n’est pas gouvernable sans réformes profondes... »

05.

Et maintenant les skieurs... Qui arrêtera le gouvernement dans sa folle (et sanitairement vaine) dérive sur les libertés publiques ?

06.

Covid-19 : les anciens présidents américains Barack Obama, George W. Bush et Bill Clinton sont prêts à se faire vacciner en direct

07.

Michel Onfray a contracté la Covid-19

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

02.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

03.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

04.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

ça vient d'être publié
Montrer l’exemple
Covid-19 : les anciens présidents américains Barack Obama, George W. Bush et Bill Clinton sont prêts à se faire vacciner en direct
il y a 8 heures 43 min
pépite vidéo > Politique
Allocution présidentielle
Retrouvez l’intégralité du discours d’Emmanuel Macron en hommage à Valéry Giscard d’Estaing
il y a 9 heures 36 min
pépite vidéo > Politique
Disparition de VGE
Mort de Valéry Giscard d’Estaing : retrouvez l’analyse de Jean-Sébastien Ferjou dans "Soir Info"
il y a 10 heures 56 min
pépites > Media
Déprogrammation
Mort de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron décide de reporter son entretien à Brut de 24 heures
il y a 16 heures 6 min
pépites > Europe
Grisbi
L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance
il y a 16 heures 35 min
pépites > Politique
Hommage du chef de l’Etat
Mort de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron s'exprimera à 20 heures pour lui rendre hommage
il y a 17 heures 20 min
pépite vidéo > Politique
Hommage
Mort de Valéry Giscard d’Estaing : retrouvez les cinq moments-clés de sa vie politique
il y a 19 heures 13 min
décryptage > Justice
Suites judiciaires

Attaque contre un producteur de rap : mais à quoi servira vraiment l'emprisonnement de deux des quatre policiers violents ?

il y a 19 heures 53 min
décryptage > France
Ministre de l'Intérieur

Petit monde parisien contre M. et Mme Toutlemonde en province : l’opinion se construit-elle vraiment comme le défend Gérald Darmanin ?

il y a 20 heures 28 min
décryptage > Politique
Mort de l'ancien chef de l'Etat

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

il y a 21 heures 33 min
pépites > Santé
Conférence de presse
Covid-19 : Jean Castex confirme que « la vaccination sera gratuite pour tous »
il y a 9 heures 10 min
pépites > Politique
Hommage à l’ancien chef de l’Etat
Décès de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron décrète un jour de deuil national le mercredi 9 décembre
il y a 10 heures 5 min
pépites > Santé
Menaces pour la course aux vaccins
IBM alerte sur des cyberattaques en série sur la chaîne logistique des vaccins contre la Covid-19
il y a 12 heures 13 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Sarkozy coache Darmanin, Macron tance ses ministres; Hidalgo n’a aucune ambition mais un sens du devoir pour la France; Le Point s’inquiète des milliards de l’argent magique du Covid, Marianne des vaccins
il y a 16 heures 21 min
pépites > Santé
Campagnes de tests
L'Assemblée nationale se prononce en faveur du dépistage systématique du Covid-19
il y a 16 heures 52 min
décryptage > France
Conseil supérieur de l’audiovisuel

Contrôle de l’accès au porno des mineurs : le CSA étale son inculture technique

il y a 18 heures 49 min
décryptage > France
Gardiens de la paix

Police, une institution à bout de souffle… républicain ?

il y a 19 heures 39 min
décryptage > Science
Recherche scientifique

Cette découverte du programme d’intelligence artificielle de Google qui révolutionne la biologie et la médecine

il y a 20 heures 1 min
décryptage > Europe
Vision européenne

Valéry Giscard d'Estaing : « Brexit ou pas, l'Europe à 28 n’est pas gouvernable sans réformes profondes... »

il y a 21 heures 5 min
pépites > Finance
L'après coronavirus
Coronavirus et économie : la fin du «quoi qu’il en coûte» divise l'entourage présidentiel
il y a 21 heures 36 min
© Valery HACHE / AFP
© Valery HACHE / AFP
Evolution

Télétravail : les risques de burnout n’ont pas été confinés

Publié le 17 mai 2020
L'environnement professionnel a radicalement changé avec la pandémie du Covid-19. L'intensité de leur travail n'a pas changé. Jongler avec les responsabilités, la vie de famille et le travail rend le risque d'épuisement professionnel intense. Comment gérer cette crise ?
Agnès Delneufcourt
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Agnès Delneufcourt est Psychologue du Travail & Gestalt Thérapeute du Lien 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'environnement professionnel a radicalement changé avec la pandémie du Covid-19. L'intensité de leur travail n'a pas changé. Jongler avec les responsabilités, la vie de famille et le travail rend le risque d'épuisement professionnel intense. Comment gérer cette crise ?

Atlantico.fr : Pour de nombreux travailleurs, l'environnement professionnel a radicalement changé depuis l’apparition du Covid-19, mais l'intensité de leur travail n'a pas changé. Jongler avec les responsabilités, la vie de famille et le travail rend le risque d'épuisement professionnel intense. 

Comment gérer cette crise et trouver un rythme idéal ? La solution est-elle de prendre plus de temps pour soi ? D’organiser son temps ? 

Agnès Delneufcourt : La crise a modifié en effet le rapport au travail pour chacun. Je réponds ici en lien avec la question en réduisant donc le champ de ma réflexion aux personnes qui ont basculé en télétravail, à temps plein et qui sont dans une configuration avec famille. C’est donc une partie de la population et il y a d’autres modèles.  En effet, il s’avère fréquent d’entendre, en tant que psychologue du travail, que l’intensité du travail a augmenté. Plusieurs facteurs pourraient être nommés : le premier concerne le lieu devenu commun annulant les frontières entre vie personnelle et professionnelle, à moins que l’on puisse s’octroyer un espace dédié avec horaires cadrés, qui permet de remettre une limite. Le second  pourrait être un sentiment qu’il faut « travailler » plus pour participer de manière personnelle et singulière à l’effort collectif, dans un contexte où certains publics (hospitalier et services de manière générale) ont été mis en avant, et honorés (à juste titre) dans un engagement éthique et sociétal pour le bien-être de la collectivité. Un 3ème facteur pourrait être aussi une difficulté à poser les limites, à sa propre hiérarchie et/ou Organisation de travail. En termes de solutions ou de réflexions vers des solutions, j’inviterais déjà, à essayer de se saisir de ce « confinement » pour voir ce qu’il nous fait éprouver dans nos habitudes contrariées, dans nos ajustements à trouver, dans nos frustrations, et aussi dans nos possibles. Il est plutôt recommandé en effet, d’organiser un espace-temps séparé (travail et vie personnelle), de s’octroyer un temps-pour-soi, solo, pour un espace de ressourcement (ce peut être de la lecture, méditation, promenade, sport) un temps de centration dédié à soi uniquement. L’idée est aussi de pouvoir repenser son rapport au travail… Cette « crise » permet de comparer, l’avant, le pendant et l’après… et de ne pas reproduire sans en comprendre les enjeux, le même modèle. Ca serait fort dommage… J’espère que pour certains, la sur-activité en confinement permettra peut être une prise de conscience mobilisant une refonte de son propre rapport au travail…. 

Il semblerait que dans l’imaginaire collectif, tout temps non consacré à agir est du temps perdu. Comment notre crise sanitaire actuelle complique-t-elle cette dynamique?

Je vais répondre en ré-intégrant dans ma réponse l’autre polarité à savoir l’invitation de cette crise qui met par nature un coup d’arrêt, pour certains, au ralentir et /ou au non-agir… cette expérience permet pour certains de prendre conscience du « trop agir » dans l’avant et à réajuster leurs curseurs pour l’après, avec un équilibre à trouver entre agir et non agir ou plus justement un agir autrement….Par ailleurs cette vision par trop binaire se teinte de surcroit d’une leçon de moralité « le bon ou le mauvais » qu’il serait de bon ton de modifier par une réconciliation ou une simple intégration de ces deux données… l’agir et le non-agir comme une homéostasie de notre système… physiologique, psychique et plus largement social… Si je réponds plus précisément à la question… La crise pourrait compliquer cette « croyance » par une activation de l’angoisse face au non-agir… qui invite du coup à le maintenir à distance, puisque non expérimenté, non incorporé dans ses vertus positives, et donc à compenser par une sur-activité… Qui ne s’est pas, aux premiers jours du confinement, lancé dans une opération grand ménage ? Manière d’agir toujours doublé d’un illusoire pouvoir de repousser symboliquement le « sale, le toxique, le viral »… Une fois mieux compris le temps d’arrêt, les logiques économiques se sont adaptées en jouant avec le télé-travail, pour maintenir un niveau d’activité. Ce niveau a pu être sur-activé comme évoqué au préalable, par la difficulté à poser des limites claires entre privé et pro tout autant qu’il a pu aussi être une tentative de se créer un « autre lieu symbolique » distinct de l’unique lieu partagé, comme une limite territoriale incarnée par les heures de travail… 

L'anthropologue et auteur Rahaf Harfoush estime que les solutions pour agir contre cet épuisement professionnel doivent aller au délà du traitement de symptômes tels que l’épuisement et l’anxiété. Peut-on dire que cet épuisement professionnel lié au télétravail est un cas que nous n’avions pas encore connu jusque là ? 

Si le télétravail était jusqu’à cette crise, une modalité non généralisée et utilisée souvent dans le cadre d’adaptations pour des problématiques de santé et/ou d’organisation personnelle, donc répondant à des logiques particulières, il devient du jour au lendemain, la modalité presque exclusive, passant d’un modèle presque de « compensation / réparation » à un modèle « d’action / propulsion » modifiant de manière brutale nos représentations mêmes du système… sans accompagnement au changement. L’homme s’adapte vite et le télé-travail et les ressources techniques ont été l’occasion pour une majorité de se familiariser, de s’ajuster, et de goûter aussi les potentialités de ces différentes offres. C’est donc à la fois le changement de modèle, où l’outil devient sur-puissant et tout puissant par sa condition d’unique media pour que puisse se réaliser, se poursuivre l’exercice professionnel… tout autant qu’il mobilise différemment nos adaptations neuronales et psychiques dans un rapport à l’autre transformé et médiatisé par l’écran. L’individu est amputé et réduit à la partie supérieure du corps (tête et buste au mieux)… La tête devient omniprésente, surexposée, avec de manière symbolique, une exigence implicite où elle doit « être optimale et efficace ». Le corps est coupé, non visible, donc potentiellement non pertinent dans le champ… Il est prouvé que le cerveau pour autant cherche à recréer l’image mentale globale du sujet, mobilisant donc une énergie supplémentaire non visible, qui s’ajoute à celle qui est attendue par l’activité professionnelle. Des études post confinement pourraient être intéressantes à mener entre sujets travaillant en vision uniquement, sujets hors vision et sujets alternant présentiel et visio au niveau des neuros-sciences.  

Quel est le danger d'un manque de repos pendant cette période de télétravail ? Quels conseils donneriez-vous à celles et ceux qui se sentent épuisés par cette nouvelle manière de travailler ? 

Les risques possibles sont d’une part de ne pas avoir pu ? su ? profiter de cette expérience du ralentir imposée par le confinement… et d’avoir maintenu un modèle « connu » à quel prix ? Le risque possible pourrait être un contre coup non anticipé comme des décompensations, qui seront plus sensibles, dans le corps médical, où l’intensité de travail a été poussée à ses limites… Dans une moindre mesure, peut être de la démotivation plus marquée à la reprise, des terrains dépressifs, sans que le sujet puisse clairement trouver la source… puisque a priori, content de retrouver son activité, de refaire lien et d’être à nouveau inscrit dans une logique d’action et donc logique du vivant et du mouvement…. Pour les personnes qui continuent à télé-travailler, il est important de s’octroyer plus de mini pauses par exemple, de mettre le corps en mouvement, de bien délimiter la durée du travail, de poser les limites pour le week-end, de ne pas consulter mails et messages hors temps de travail. 

Pour retrouver l'analyse de Xavier Camby, Anthony Marais, Edouard Husson, Gilles Saint-Paul sur le télétravail, cliquez ICI 

Pour retrouver le décryptage de  Michel Debout sur la baisse des suicides au Japon, grâce au télétravail, cliquez ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires