En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

02.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

03.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

04.

Du chaos syrien au chaos libyen, entretien exclusif avec Randa Kassis

05.

Pourquoi Israël va annexer la vallée du Jourdain

06.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

07.

Une étude du MIT découvre que les villes ne sont les plus pourvoyeurs d’opportunités économiques qu’elles ont longtemps été

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

05.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

06.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

ça vient d'être publié
007
L'espion égyptien qui travaillait dans l'entourage d'Angela Merkel a été démasqué
il y a 9 heures 30 min
light > Science
Une vie de chien
Non, l'âge humain de votre chien ne se multiplie pas par sept
il y a 11 heures 2 min
pépites > Economie
L'euro fort
L'Irlandais Paschal Donohoe prend la tête de l'Eurogroupe
il y a 12 heures 55 min
pépites > France
Sécurité
En déplacement à Dijon, Jean Castex dénonce des comportements "inadmissibles"
il y a 14 heures 38 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le rouge se met à fumer et quand la cible a du plomb dans l’heure : c’est l’actualité caniculaire des montres
il y a 16 heures 58 min
décryptage > Politique
Sale temps pour Paris

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

il y a 17 heures 47 min
décryptage > Economie
Des villes et des désavantages

Une étude du MIT découvre que les villes ne sont les plus pourvoyeurs d’opportunités économiques qu’elles ont longtemps été

il y a 18 heures 13 min
décryptage > France
Nouveau Gouvernement : vieilles lâchetés

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

il y a 18 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le flambeur de la Caspienne" de Jean-Christophe Rufin : une enquête captivante menée par un, désormais fameux, vice-consul décalé et fin limier

il y a 1 jour 11 heures
light > Economie
Couple bio-bobo
Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio
il y a 1 jour 12 heures
pépites > Justice
Le retour de la justice
Le parquet de Paris enquête sur les fraudes au "chômage partiel"
il y a 10 heures 32 min
pépites > France
Rénovation vintage
C’est officiel : la flèche de Notre-Dame de Paris sera reconstruite à l’identique
il y a 12 heures 30 min
pépites > France
Fin de partie
L'état d'urgence sanitaire prend fin aujourd'hui, qu'est ce que cela signifie ?
il y a 13 heures 20 min
pépite vidéo > France
Reconnaissance
Lors du défilé du 14 juillet, l'armée de l'air rendra hommage aux personnel soignant
il y a 15 heures 14 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Du chaos syrien au chaos libyen, entretien exclusif avec Randa Kassis
il y a 17 heures 28 min
décryptage > Politique
Vieille recette

Vers un nouveau haut commissaire au plan : singer De Gaulle ne peut tenir lieu d’action

il y a 18 heures 5 sec
décryptage > France
Vie politique

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

il y a 18 heures 26 min
pépites > France
Hommage
La gendarme tuée par un chauffard reçoit la légion d'honneur à titre posthume
il y a 1 jour 11 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Chained / Beloved" de Yaron Shani : un dyptique dramatique passionnant autour d’un couple en difficulté…

il y a 1 jour 11 heures
pépites > Justice
À coeur ouvert
L'enquête au centre du don des corps s'ouvre pour "atteinte à l’intégrité du cadavre"
il y a 1 jour 12 heures
© Reuters
© Reuters
Atlantico Buisness

L’économie sort de son coma artificiel mais la convalescence va être très longue et dangereuse.

Publié le 16 mai 2020
Commerces de nouveau ouverts et liberté de circuler quasi-restaurée, l’idée est bien évidemment de remettre la France au travail. L’Etat ne pourra pas arrêter ses perfusions du jour au lendemain, il va devoir investir dans certaines entreprises pour éviter la faillite, à commencer dans les entreprises de tourisme.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Commerces de nouveau ouverts et liberté de circuler quasi-restaurée, l’idée est bien évidemment de remettre la France au travail. L’Etat ne pourra pas arrêter ses perfusions du jour au lendemain, il va devoir investir dans certaines entreprises pour éviter la faillite, à commencer dans les entreprises de tourisme.

Alors que les opérations de déconfinement ont commencé, cette semaine a été marquée par deux évènements qui résument ce qui nous attend :

En début de semaine, le gouverneur de la Banque de France a fait savoir que l’activité avait encore baissé de 30% en avril, c’est à dire autant qu‘en mars, ce qui veut dire que mécaniquement, l’économie française a perdu 6 points de croissance entre le mois de mars et avril. 6 % de croissance sur un mois. Les mêmes experts pensent que sur l’année, le PIB sera à moins 10%.

En fin de semaine, à l’issue d’une réunion de crise avec les industriels du tourisme, Edouard Philippe annonce qu‘il va falloir aider toutes les entreprises du secteur et qu’il en coutera dans un premier temps 18 milliards d’euros. Les Français pourront partir en vacances mais en France seulement. Le secteur va se remettre sur pied mais ce sera long. Il faudra aussi aider le secteur aérien, Air France, l’aéronautique avec Airbus et toute la filière automobile.

Quelle semaine ! Les uns fêtent le déconfinement en abusant un peu des apéros en plein air avec les copains, d’autres pleurent sur leur bilan vidé de tous ses clients.

L’économie s’est retrouvée anesthésiée, comme si on l’avait mise en coma artificiel.

Les entreprises se sont retrouvées à l’arrêt complet. Pas de commerce de détail sauf l’alimentaire, pas de commerce extérieur, pas d’investissement, pas de consommation donc pas de chiffre d’affaires. 55 jours plus tard, l’exercice de déconfinement s’avère des plus  délicat puisqu’il s’agit de faire repartir l’économie sans réveiller la bête, c’est à dire le Covid 19.

 

Si on peut critiquer le gouvernement sur la gestion de la crise sanitaire, sur les masques, les tests, il est beaucoup moins critiquable sur la gestion de la crise économique et sociale. Il a mis le paquet et il y a assez peu de gouvernements qui ont mis autant d’argent dans le système pour que le système ne s’autodétruise pas.

Pour l’instant, l‘Etat a fait en sorte que l’économie ne s’effondre pas, ni pendant le confinement, ni pendant la réouverture progressive.

Les perfusions ont été nombreuses. Des prêts garantis, du chômage partiel, des aides directes aux indépendants, aux petits artisans et maintenant des annulations de charges.

L’Etat n’a pas eu peur de creuser le déficit, dans un moment où les recettes fiscales sont beaucoup moins nombreuses à rentrer : moins d’impôts et de taxes, ni charges. Le déficit public devrait monter à 180 milliards d’euros auquel il faudra ajouter le déficit de la sécurité sociale, celui de la SNCF et à la RATP.

Et c’est bien la raison pour laquelle il fallait redémarrer et on voit combien ce redémarrage est difficile et risqué. Une partie de la France piaffait d’impatience, mais une autre partie hésite à mettre le nez dehors, surtout s’il s’agit de reprendre les transports en commun. Pour beaucoup, ça craint. D’où l’angoisse, la défiance. Mais on ne pouvait pas imaginer rester confiné indéfiniment.

 

Les perfusions de l’Etat vont donc perdurer, maintenant de façon plus ciblée, ce qui reprend exactement le schéma de 2008.

Premier temps, on aide à maintenir les entreprises en vie et à se réveiller. Il va falloir investir pour s’adapter aux nouvelles conditions de vie, et appliquer les normes sanitaires. Ce qui demande des ressources, en termes d’argent, de temps ou de personnel.

C’est ce qui va se passer dans les transports ou la restauration, pour respecter les gestes barrières, où l’on va espacer les clients, avec nécessairement des recettes divisées par deux, ou des plages de travail plus longues. Aujourd’hui, il faut remettre tout en route dans des conditions sanitaires très strictes. C’est le cas de l’école et des transports en commun, des centres commerciaux, des grands magasins. Des usines aussi, et on voit avec la fermeture de l’usine de Renault-Sandouville que la mise en place de ces mesures n’est pas si simple.

Une entreprise n’a généralement pas les capitaux pour cela puisqu’elle s’est développée sur des coûts moindres. Elle doit donc revoir son modèle ou augmenter les prix. C’est à dire prendre le risque de perdre ses clients avant même qu‘ils ne soient revenus.

 

Deuxième temps, on va remuscler l’entreprise pour s’assurer un avenir. Ce qui va être le cas pour Renault, Fnac Darty, CMA CGM qui ont obtenu des prêts garantis par l’Etat qui vont leur assurer de disposer d’une trésorerie suffisante. Et leur permettre de saisir les opportunités de reprise de l’économie. Il ne faudra pas par exemple que Renault prenne du retard dans le développement de la voiture connectée. Il faut donc continuer d’investir pour continuer la R&D.

 

Quant à la question de savoir combien de temps va durer cette convalescence, tout dépendra d’abord de l’évolution de l’épidémie, et d’une potentielle seconde vague avec reconfinement à la clé.

On va donc, pendant quelques semaines, vivre ainsi au ralenti en régime de semi-liberté en vérifiant ce qui se passe du côté du virus, des admissions en hôpital. Et si la situation ne se dégrade pas, on élargira le déconfinement au début du mois de juin, en ouvrant, il faut l’espérer, les cafés, hôtels et restaurants...peut être les salles de spectacle et de cinéma.

 

En attendant, il faut se reposer sur ce que l’on a.

D’abord, les infrastructures, les systèmes de production sont aussi nombreux qu’avant.

Les appareils de production ont été arrêtés, ils n’ont pas été détruits. Les trains, les avions et les bateaux ne sont pas en panne, ils sont même en général en maintenance pour rester rapidement mobilisables.

Ensuite, il y a tout l’argent mis en circulation, par l’Etat ou la banque centrale. Tous les salariés au chômage partiel ont dépensé assez peu d’argent. L’épargne est montée en flèche, 60 milliards d’euros qui n’ont pas été dépensés pendant les 55 jours d’enfermement. Il faudra qu’une partie soit consommée. Les banques ne manquent pas d’argent pour accorder des crédits.

Donc les facteurs de croissance et de rebond sont là.

On peut aussi parler du monde d’après qui ne sera sans doute pas très différent du monde d’avant parce on ne relocalise pas autant qu’on le voudrait, ne serait-ce que pour des questions de prix de revient. Ou parce qu’on ne changera pas radicalement l’organisation du travail. Le télétravail, c’est bien. Il y aura peut-être moins de déplacements à l’avenir mais autant de communication.Les Français plébiscitent cette forme d’activité qui leur permet de resserrer des liens familiaux, de rêver aussi d’habiter à la campagne ; mais qu’en sera-t-il dans six mois ? Le besoin d’avoir des relations sociales plus larges que celles qui seraient réduites au cercle familial reprendra de sa valeur.

S’il n’y avait que deux grandes réformes qu’il faudrait initier urgemment, la première porterait la refonte du modèle social parce que la crise a montré que celui dont on a hérité est usé jusqu'à l’os par la confrontation des intérêts corporatistes et d’appareils. La seconde devrait imaginer une reconstruction européenne avec des solidarités plus résilientes. On peut rêver un peu.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
France, coronavirus, crise, Economie
Thématiques :
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
pierre de robion
- 16/05/2020 - 23:14
Sacré Jean-Marc
C'est beau la naïveté doublé d'optimisme béat, à moins que ce ne soir une propagande assumée!
C'est du sang et des larmes qui attendent ce pays de pleutres où , plus que jamais après 2 mois à voir la paye tomber du ciel sans travailler, on n'a moins que jamais envie de perdre sa vie pour la gagner,
ou l'idéal c'est d'être fonctionnaire,
où dans une école fonctionnant à 10% de ses capacités, 8 instits sur 11 font valoir leur droit de retrait
où.......!