En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

07.

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 6 heures 7 min
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 9 heures 9 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 10 heures 11 sec
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 11 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 13 heures 17 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 14 heures 11 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 15 heures 27 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 16 heures 7 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 16 heures 38 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 17 heures 12 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 6 heures 32 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 9 heures 34 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 11 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 13 heures 2 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 13 heures 35 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 15 heures 1 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 15 heures 37 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 16 heures 34 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 17 heures 8 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 17 heures 30 min
© ANDREJ ISAKOVIC / AFP
© ANDREJ ISAKOVIC / AFP
Effet révélateur

Au Caucase, le Covid-19 révèle la force des démocraties et la faiblesse des dictatures

Publié le 14 mai 2020
Valérie Boyer, députée LR des Bouches-du-Rhône, analyse les conséquences et les effets du Covid-19 en Azerbaïdjan et pour la République d’Artsakh.
Valérie Boyer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Valérie Boyer est députée des Bouches-du-Rhône et Adjointe au Maire de Marseille - Auteur et rapporteur de la  proposition de loi visant à réprimer la contestation des génocides reconnus par la loi. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Valérie Boyer, députée LR des Bouches-du-Rhône, analyse les conséquences et les effets du Covid-19 en Azerbaïdjan et pour la République d’Artsakh.

Le 12 mai 1994, voici 26 ans donc, prenait fin le conflit armé qui opposa le Haut-Karabagh à l’Azerbaïdjan, l’une des plus effroyables convulsions qui a marqué la chute de l’URSS. Les pogroms anti-arméniens organisés dès 1988 par les autorités de la République Socialiste Soviétique d’Azerbaïdjan avaient assez rapidement dégénéré en guerre ouverte contre ce Haut-Karabagh peuplé presque exclusivement d’Arméniens. C’est de cette guerre qui a contribué à la fin de l’empire soviétique qu’ont émergé les trois Etats indépendants signataires du cessez-le-feu de mai 1994, l’Arménie et l’Azerbaïdjan reconnus par la communauté internationale et l’ancien Haut-Karabagh devenu République d’Artsakh toujours en quête de cette reconnaissance qui lui fait encore défaut.

26 ans plus tard, c’est peu de dire que le refus de l’Azerbaïdjan de toute négociation directe avec l’Artsakh et – plus généralement – de tout engagement en faveur d’une paix régionale juste et définitive rend fragile l’actuel régime de cessez-le-feu et élevés les risques de reprise du conflit. C’est aussi qu’entretemps l’Azerbaïdjan et de l’Artsakh ont pris des chemins très divergents.

On aurait pu penser que l’Azerbaïdjan, riverain de la mer Caspienne, riche en hydrocarbures, mette à profit toutes ces années de paix relative pour affirmer sa puissance économique et assurer un leadership régional. Or il n’en est rien : accaparée à son seul bénéfice par le clan Aliev depuis un quart de siècle, la richesse du pays a été dilapidée dans des avoirs aussi luxueux qu’improductifs, souvent via des paradis fiscaux comme l’ont révélé en leur temps et encore récemment les Panama Papers. Au résultat, l’Azerbaïdjan est à la merci d’une économie fragile et entièrement dépendante du cours de pétrole.

Aujourd’hui, avec ce cours au plus bas, avec désormais quatre des plus grandes banques du pays placées sous tutelle de la banque centrale pour éviter le défaut de paiement pur et simple, avec une pratique de cavalerie financière visant à maintenir coûte que coûte le cours du manat face aux devises de référence pour ne pas voir le pays sombrer dans une inflation à deux ou trois chiffres, avec enfin l’essentiel des réserves monétaires du fond souverain du pays dilapidé dans cette lutte à l’issue plus qu’incertaine, il est à craindre que son dirigeant ne recoure à la diversion artsakhiote, comme à chaque fois qu’il se trouve en mauvaise posture. Pour le régime de Bakou, l’aventure militaire laissant libre cours aux velléités belliqueuses de l’homme fort du régime est en effet une échappatoire commode à une situation socioéconomique inextricable résultant de décennies d’impérities.

Le contraste est frappant avec la République d’Artsakh et, à cet égard, la pandémie dont souffre actuellement le monde a un effet révélateur. En raison de l’absence de reconnaissance internationale, une absence dont il souffre et qui le pénalise néanmoins, le Haut-Karabagh s’est vu contraint de se développer en quasi-autarcie depuis 1994. Mais il l’a fait en se dotant de structures démocratiques et de l’ensemble des institutions et surtout des pratiques propres à l’Etat de droit : multipartisme, liberté de presse, élections présidentielles et législatives et structures médico-sociales propres à satisfaire gratuitement les besoins élémentaires d’une population essentiellement modeste et souvent pauvre. Si la pandémie a eu un effet très limité sur cet Etat, c’est parce que son bien involontaire isolement a pour une fois joué en sa faveur mais c’est aussi parce qu’il bénéficie des ressources systémiques propres aux sociétés libres : avec une gestion sanitaire sous contrôle démocratique, l’Artsakh n’a eu à ce jour que quatorze personnes contaminées dont six sont désormais guéries et huit toujours en soin.

Mieux, l’Artsakh s’est même donné les moyens de procéder à de nouvelles élections générales, combinant législatives et présidentielles. Si la tenue du second tour de la présidentielle en pleine pandémie a constitué l’objet de craintes légitimes et légitimement exprimées, les mesures sanitaires qui ont accompagné ce temps fort de la vie démocratique ont été couronnées de succès. Le pays dispose désormais d’un nouveau président en la personne d’Araïk Haroutiounyan et d’une Assemblée nationale renouvelée aptes à mener les réformes qui devraient permettre un essor économique accru pour un pays dont la croissance annuelle dépasse 5% depuis plusieurs années et qui était même de 9% en 2019.

Par comparaison, on aura quelques difficultés à connaitre le véritable impact social et économique du COVID-19 sur l’Azerbaïdjan dont la principale réponse à la pandémie a consisté à lancer une nouvelle campagne d’arrestation visant ceux des opposants qui étaient encore libres. Le débat démocratique et la transparence sur les chiffres risquent donc d’être limités dans un pays que RSF vient de classer 168ème sur 180 en matière de liberté de la presse. 

Se féliciter que les vertus démocratiques soient récompensées et leur absence punie serait cependant aller vite en besogne. Malgré leurs résultats encourageants, les Artsakhiotes continuent de souffrir d’un isolement aussi injuste que contraire à toutes les conventions internationales. Et le risque d’une nouvelle agression de la part de l’Azerbaïdjan s’accroit à mesure de ses échecs sociaux et économiques. C’est tout le sens de la réaction favorable de l’Artsakh à l’appel lancé le 23 mars en faveur d’un cessez-le-feu mondial immédiat par António Guterres. Oui, le Haut-Karabagh partage « le point de vue du Secrétaire général des Nations Unies selon lequel la vie de chaque personne doit être au centre des efforts collectifs de la communauté internationale dans la lutte contre la nouvelle pandémie de coronavirus » plutôt que de s’embarquer dans des conflits d’honneur d’un temps révolu. 

La pandémie nous contraint d’ores et déjà à réévaluer l’ensemble de nos valeurs et cela vaut aussi pour les relations internationales. Il est fini le temps où les pratiques politiques pouvaient faire fi des principes qui étaient censés les fonder. La communauté internationale doit se montrer plus ferme et plus claire que jamais en sachant gré à l’Artsakh de ses efforts démocratiques, en admettant cet Etat en son sein et en faisant enfin droit à son exigence de participer à des négociations de paix le concernant au premier chef. Elle doit aussi sanctionner sans ambages les discours de haine, les tentatives d’intimidation et les agressions militaires régulièrement opérées par le régime Aliev à la frontière de l’Artsakh et contraindre ce dernier à s’engager véritablement dans des négociations qui exigent des concessions mutuelles et donc des concessions de sa part également. 

De manière plus profonde enfin, la résilience remarquable de la démocratie artsakhiote comparée aux difficultés de la dictature azerbaïdjanaise – deux Etats pourtant issus de la même matrice initiale – achève de démontrer, s’il le fallait encore, qu’il est criminel de sacrifier l’avenir de populations entières à des dictateurs incapables qui ne voient que la guerre comme solution aux problèmes économiques et sociaux dont ils sont généralement la principale cause, et qu’aggravent des de crises sanitaires et des cataclysmes mondiaux dont l’humanité n’est jamais à l’abri. 

Valérie Boyer
Députée des Bouches-du-Rhône
Membre du Cercle d’Amitié France-Artsakh

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hoche38
- 15/05/2020 - 09:04
Ahurissant!
Le record mondial de morts au nombre d'habitant est détenu aujourd'hui par la Belgique qui selon le critère de Madame Boyer serait une féroce dictature. Que ne faut-il faire raconter par une apparatchik naufragée de l'UMPS pour avoir l'air d'exister politiquement!
pitron67
- 14/05/2020 - 14:51
d'accord avec jaune78video
l'auteur prend des faits et les tord pour étayer une affirmation bidon qui arrange son clocher
une députée en plus
ça montre bien l'état de la démocratie française
jaune78video
- 14/05/2020 - 11:50
On est presque dans un article lapalissade....
Démontrer au travers de ces 2 pays confettis que la direction d'un pays par un dictateur est toujours plus catastrophique qu'une vraie démocratie. Bravo pour cette analyse qui ne nous apprend rien malheureusement. On aurait pu prendre la Corée du Nord qui de par son isolement est moins touchée par le Covid que l'Espagne...Et donc ? C'est la démocratie ou l'isolement du pays qui est le facteur principal d'exposition vis-à-vis du COVID. Quand on voit comment le Macron et sa troupe ont géré la pandémie et ses conséquences, et la politique antérieure de Hollande et de Sarko encore avant, regarder le Caucase pour arriver à cette conclusion faut avoir du temps pour y réfléchir. Faut être député surement...