En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement

06.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

07.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

01.

Le petit somme de Joe Biden

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 10 heures 53 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 13 heures 23 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 15 heures 26 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 17 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 17 heures 10 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 17 heures 32 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 17 heures 49 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 17 heures 51 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 17 heures 53 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 17 heures 57 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 11 heures 20 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 15 heures 10 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 16 heures 45 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 17 heures 6 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 17 heures 17 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 17 heures 38 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 17 heures 50 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 17 heures 52 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 17 heures 53 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 17 heures 57 min
© JIM WATSON / AFP
© JIM WATSON / AFP
Course à la Maison Blanche

Trump résiste dans l’électorat républicain malgré ses dérapages

Publié le 05 mai 2020
Donald Trump est en première ligne sur le dossier du coronavirus. Sa gestion de la crise et les nombreux obstacles posés par certains gouverneurs pourraient handicaper ses chances de réélection.
Jean-Eric Branaa
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Eric Branaa est spécialiste des Etats-Unis et maître de conférences à l’université Assas-Paris II. Il est chercheur au centre Thucydide et chercheur associé à l’institut l'IRIS. Il est notamment l'auteur de Hillary, une présidente des Etats-Unis ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Donald Trump est en première ligne sur le dossier du coronavirus. Sa gestion de la crise et les nombreux obstacles posés par certains gouverneurs pourraient handicaper ses chances de réélection.

Atlantico.fr : En affirmant une position opposée aux gouverneurs démocrates, Trump cherche-t-il à renforcer sa base électorale à tout prix ? 

Jean-Eric Branaa : En réalité, Trump ne cherche pas à se présenter comme opposé aux gouverneurs : c’est même précisément le contraire car il ne perd pas une seule occasion pour montrer que le travail en commun se fait dans les meilleures conditions possibles et ses services de la communication insistent également beaucoup sur cette bonne entente : qu’un gouverneur dise un seul mot aimable envers le président et il est aussitôt repris, commenté, tweeté ou monté en épingle. Cela a encore été le cas lors du point-presse d’hier soir, qui a justement eu pour point central l’excellente collaboration entre le pouvoir fédéral et les États fédérés. Donald Trump sait bien qu’il ne peut pas avoir l’air d’être « l’empêcheur de tourner en rond » dans un période de crise et il s’en garde bien. 

Toutefois, il y a eu de vrais accrochages avec plusieurs de ces gouverneurs, que ce soit ceux de Washington ou de Californie au début de la pandémie, puis de l’Illinois ou du Michigan, et avec celui de New York, qui est le plus médiatisé de tous actuellement. Tous ces gouverneurs sont démocrates et on a eu tendance à y voir une guerre entre républicains et démocrates, ce qui n’était pas tout à fait faux, car la campagne présidentielle est dans toutes les têtes. Toutefois, pour élargir le tableau, il y a également eu des soucis avec des gouverneurs républicains, comme avec ceux de l’Ohio ou du Michigan. 

La stratégie de Donald Trump est très trouble et il est manifeste qu’il ne sait pas très bien comment se positionner. Il a manqué le rendez-vous de l’histoire en minimisant très fortement la pandémie en début de crise et il tente de poursuivre avec une ligne rassurante, tout en étant pleinement conscient qu’elle est très dangereuse pour son avenir politique. Son soutien au déconfinement précoce décidé par le gouverneur Kemp en Géorgie en est une illustration : il a finalement fait brutalement volte-face, affirmant « qu’il comprenait », mais que « c’était trop tôt ». Le message est on ne peut plus clair : ne venez pas me reprocher ce qui est une décision entièrement locale en cas d’une seconde vague qui serait plus forte que la première.

S’agissant plus spécifiquement de son électorat le plus fidèle, il n’a pas réellement de soucis à se faire tant qu’il réactive les oppositions sociétales ou surfe sur les attaques politiciennes ou ad hominem. On voit bien que sa campagne contre Joe Biden ne repose en rien sur du fond politique, mais se concentre sur les allégations de viols, ou sur l’idée que Biden est sénile, revient sur le complotisme habituel avec l’affaire russe, le complot ukrainien, les tentatives de déstabilisation ou d’opposition qu’il ne cesse de dénoncer depuis trois ans et qui sont un liant puissant au sein de son électorat. Il tente même de lier Joe Biden à la Chine et de viser les deux en même temps, ce qui est plutôt inattendu ! 

À l'inverse, en sortie de crise va-t-il bénéficier d'un nouvel électorat post-confinement ? 

La question sous-entend que Donald Trump est en position de capter un nouvel électorat, qui pourrait donc le conduire à la victoire. Ce n’est pas le cas. 

La pandémie, qui a tout d’abord gommé les clivages et fait ressortir un besoin d’unité et de « vivre ensemble », n’a pas réussi son miracle dans la durée. Dès que Joe Biden a émergé comme le candidat unique du Parti, avec le retrait de Bernie Sanders et le soutien apporté par Barack Obama, tous les républicains ont compris le danger et ont attendu de Donald Trump qu’il réagisse fortement : c’est bien ce qu’il a fait, quittant le costume de « protecteur de la nation » pour reprendre celui de « chef de guerre en campagne ». On peut discuter longtemps du bien-fondé de ce positionnement en plein milieu de la crise : il est certain que, à bien des égards, il a été un peu trop vite en besogne et c’est ce qui explique ses nombreuses hésitations aujourd’hui, alors qu’il doit toujours faire face à la crise mais a, de nouveau, clivé le pays.

Pour autant, il a répondu à une attente forte dans son camp, et a du même coup repoussé celles et ceux qui auraient pu se laisser séduire par l’image « du chef au milieu de la tourmente ». On ne peut pas comprendre cette fidélité à son action et à sa personne si on ne regarde pas la réalité des territoires, qui sont souvent très grands et –pour beaucoup d’entre eux– très peu peuplés, notamment pour ceux qui votent Donald Trump. Cela signifie que ces électeurs ne comprennent pas pourquoi ils doivent subir des politiques extrêmes, comme un confinement, pour répondre à une crise qui ne les touche pas : lorsqu’ils regardent la situation de leur propre comté (ce qui correspond à un département français) il n’y a le plus souvent pas plus de 2 à 8 ou 10 morts en tout, voire moins. Ils n’y voient la justification de la politique, qu’ils jugent excessive, qu’on leur impose. Cela rend inaudible les critiques des démocrates.

Logiquement, cela se traduit aussi, comme d’habitude, par des sondages qui montre une désapprobation forte de la gestion de la crise par le président Trump au niveau national (65-70% contre 30-35% en moyenne), mais par une cote personnelle de popularité qui ne bouge toujours pas : elle reste immuablement bloquée autour de 45%, indiquant que ses supporters resteront vraisemblablement à ses côtés jusqu’au 3 novembre. Prétendre le contraire revient à regarder ailleurs. Mais, en même temps, c’est indéniable, Donald Trump s’est fermé les portes vers une ouverture à un nouvel électorat. 

Les réactions et recommandations de Donald Trump durant crise du Covid-19 n'ont-elles pas commencées à fissurer le Parti républicain ? La branche modérée du Grand Old Party ne se manifeste-t-elle pas ? 

On aurait pu penser au plus fort de la crise –et cela a été mon cas– que la peur qui s’était installée allait changer bien des comportements, y compris les positionnements politiques. On voit donc aujourd’hui qu’il n’en est rien.

Les blessures qui sont profondes au Parti républicains s’exprime pourtant plus fortement.  Un groupe de républicain modérés, unis sous la bannière du « Projet Lincoln », menés par George Conway, a annoncé voici deux semaines qu’ils soutiendront la candidature de Joe Biden. Il y a 4 jours, la fille du défunt sénateur John McCain a déclaré dans un show télévisé qu’il ne fallait pas être un expert en politique pour savoir pour qui elle allait voter. Les républicains modérés ont donc choisi leur camp et voteront Joe Biden, qui est compatible avec leurs idées, d’une part, mais dont la vie politique est toujours passé par le compromis et la main tendue à l’autre camp. De très nombreux élus apprécient fortement le candidat démocrate, à commencer par le premier des sénateurs, Mitch McConnell. Cela complique beaucoup le jeu de Donald Trump.

Autre point de difficulté majeure pour le président sortant : la gestion rigoriste des gouverneurs républicains pendant cette crise et les nombreuses prises de positions du président ont déstabilisés quelques électeurs, jusque dans ses fiefs revendiqués. La question est de savoir si le doute peut être assez grand pour lui faire perdre les quelques voix qui entraineront la perte de plusieurs sièges au sénat : il suffit de trois défaites pour faire basculer la majorité dans la Chambre haute. Or, il y a déjà de grandes inquiétudes pour le siège de Cory Gardner dans le Colorado, celui de Martha McSally en Arizona, de Thom Tillis en Caroline du Nord, de Joni Ernst en Iowa ou de Susan Collins dans le Maine. Il y a deux mois à peine, personne n’imaginait que le GOP pourrait tous els perdre. Mais c’est pourtant ce qu’indiquent les sondages désormais.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 05/05/2020 - 23:56
ATLANTICO
pourrait il demander à Brighelli de corriger les fautes avant publication?
"Les réactions et recommandations de Donald Trump durant crise du Covid-19 n'ont-elles pas commencées à fissurer le Parti républicain ?"
eske Ferjou pourré fer preuve d'otorité et viré lé anes alfa bêtes?
Liberte5
- 05/05/2020 - 21:48
J. E. Branaa fait une analyse à un moment où la situation
est figée. Le déconfinement puis la reprise de la vie économique, vont d'ici fin juin changer le climat politique. Ne pas oublier aussi qu'il y a une campagne électorale. D. Trump a montré ses capacités . J. Biden n'a encore rien prouvé et les casseroles ne vont pas lui manquer. Il serait bon que J.E. Branaa affûte à minima ses analyses.
ajm
- 05/05/2020 - 14:49
Vieux fossile contre contre coureur qui dérape.
Trump a des défauts bien visibles qui le font déraper dans certains cas mais il est réactif et vivant alors que, malgré une différence d'âge faible, Biden apparaît comme un vieux fossile confiné, sans idée et sans énergie. Comme disait je crois, Audiard, un con qui marche et avance ( et Trump n'est pas con) va plus loin qu'un intellectuel immobile.