En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

03.

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

04.

Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter

05.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

06.

"Effacer les dettes publiques - c’est possible et c’est nécessaire" de Hubert Rodarie : la thèse "contre-intuitive" d’un expert sur un sujet qui interroge les économistes, un appel à une révolution de la pensée

07.

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz : en route pour l'Oural avec un amoureux de la Russie, de son peuple et de sa littérature. Un voyage intéressant et émouvant

il y a 5 heures 37 min
pépites > Education
Education nationale
Hommage à Samuel Paty : la rentrée scolaire n'est plus décalée à 10h lundi prochain
il y a 8 heures 7 min
light > Science
Ancêtre
Le chien est le plus vieil ami de l'homme, sa domestication est survenue il y a plus de 10.000 ans
il y a 9 heures 58 min
pépites > Politique
Décision
Antisémitisme : Jeremy Corbyn a été suspendu du Parti travailliste britannique
il y a 10 heures 33 min
pépites > France
Mobilisation des forces de l'ordre
Attentat à Nice : le gouvernement annonce le rappel de 3.500 gendarmes réservistes et la mobilisation de 3.500 policiers
il y a 11 heures 19 min
rendez-vous > Terrorisme
Géopolitico-scanner
La guerre indiscriminée des jihadistes contre la France : du "blasphémateur" Samuel Paty aux chrétiens respectueux de la Basilique niçoise
il y a 12 heures 27 min
pépites > Terrorisme
Religion
Des milliers de manifestants anti-Macron au Bangladesh, au Pakistan, en Afghanistan signale le Daily Mail
il y a 14 heures 28 min
light > Science
Singes
Les gorilles de montagne n'oublient pas leurs amis et sont amicaux avec eux quand ils se retrouvent même après une décennie de séparation
il y a 15 heures 3 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

il y a 15 heures 33 min
décryptage > Santé
Barrière contre le virus

Zorro contre le Covid-19 : le masque comme solution efficace et peu coûteuse

il y a 15 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Effacer les dettes publiques - c’est possible et c’est nécessaire" de Hubert Rodarie : la thèse "contre-intuitive" d’un expert sur un sujet qui interroge les économistes, un appel à une révolution de la pensée

il y a 5 heures 55 min
pépites > Faits divers
Forces de l'ordre
Tentative d’agression au couteau sur un policier dans le XVe arrondissement de Paris
il y a 9 heures 30 min
pépites > Politique
Moyens d'action face au virus
Covid-19 : le Sénat a voté la prolongation de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 31 janvier
il y a 10 heures 11 min
pépites > International
Mini tsunami
Turquie : au moins quatre morts et 120 blessés après un séisme de magnitude 7 en mer Egée
il y a 11 heures 3 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand l’émail est semé de fleurs de sel et quand il neige sur la toundra : c’est l’actualité reconfinée des montres
il y a 11 heures 58 min
pépites > Consommation
Confiné
La France reconfinée pour au moins 4 semaines : ce qui est ouvert ou fermé
il y a 13 heures 52 min
pépite vidéo > Terrorisme
Face à l'info
Attaques terroristes : l'échec du renseignement français ?
il y a 14 heures 35 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

il y a 15 heures 16 min
pépites > Politique
Reconfinement
Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter
il y a 15 heures 39 min
décryptage > Politique
Maison Blanche

Le chemin de la victoire de Donald Trump est étroit mais il existe encore

il y a 16 heures 17 min
© Juan Mabromata / AFP
© Juan Mabromata / AFP
Covid portuaire

Approvisionnement : les exportations alimentaires mondiales de plus en plus ralenties par les problèmes des ports

Publié le 11 avril 2020
Alors que 90 % du commerce international s’effectue actuellement par voie maritime, les exportations sont au plus mal en raison des blocages dans les ports provoqués par la crise du Covid-19.
Bruno Parmentier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Parmentier est ingénieur de l’école de Mines et économiste. Il a dirigé pendant dix ans l’Ecole supérieure d’agronomie d’Angers (ESA). Il est également l’auteur de livres sur les enjeux alimentaires :  Faim zéro, Manger tous et bien et Nourrir l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que 90 % du commerce international s’effectue actuellement par voie maritime, les exportations sont au plus mal en raison des blocages dans les ports provoqués par la crise du Covid-19.

Atlantico : Des Philippines, au Guatemala en passant par les États-Unis ou certaines régions d'Afrique, les exportations sont au plus mal en raison des blocages provoqués par la crise du Covid-19. Quelles peuvent être les conséquences ? 

Bruno Parmentier : 90 % du commerce international s’effectue actuellement par voie maritime. Quelques 50 000 navires transportent 9 milliards de tonnes de marchandises chaque année, en vrac ou en conteneurs. Le porte conteneurs Bougainville par exemple, fleuron de la compagnie CGA CGM, mesure 398 mètres de long et transporte à lui tout seul 240 000 tonnes de marchandises réparties dans 15 000 conteneurs ! On se doute que les opérations portuaires sont d’une grande complexité, et d’une grande efficacité. De plus, les usines fonctionnent à flux tendu, avec très peu de stock. Le moindre grain de sable peut provoquer des retards en chaine dans cette organisation… Or, si on ose l’expression, le COVID est un énorme grain de sable !

Aux Philippines, avec le confinement on n’arrive plus à nettoyer assez rapidement les conteneurs de riz avant remplissage ; au Guatemala et au Honduras, le couvre feu diminue les plages horaires où l’on peut charger le café ; dans certains ports africains où le déchargement est peu mécanisé, il n’y a plus assez de porteurs pour décharger les bateaux ; inutile de mentionner qu’en janvier et février, les ports chinois n’ont pas fonctionné au maximum de leur capacité (des milliers de conteneurs de porc, de poulet et de bœuf congelés importés s’empilaient, et les produits exportés ne partaient plus) ; ça et là on peut manque de conteneurs réfrigérés, de camions, de personnel, ailleurs les banques sont fermées, les syndicats s’affolent, les policiers et les douaniers font du zèle, les compagnies font monter les prix, et certains pays commencent à restreindre leurs exportations…

Mais il n’y a pas lieu de s’affoler, pour le moment la plupart de ces incidents restent ponctuels et provisoires. Espérons qu’ils le resteront !

Si ces blocages s’aggravent sur le long terme, quelles sont les denrées qui risquent se réduire drastiquement ? 

Toutes les denrées, car il n’y en a pas beaucoup qui ne voyagent pas : le pétrole, le café, le cacao, le soja, le sucre et les bananes, le blé, le riz et le maïs, les vêtements et les jouets, les ordinateurs et les téléphones, les voitures et les machines-outils, etc. ! La foire d’empoigne actuelle sur les masques chinois concerne le transport aérien, vu l’urgence, mais il n’y a pas beaucoup d’autres produits qu’on se dispute sur les tarmacs des aéroports.

Là quand même, il faut distinguer l’essentiel de l’accessoire. Les français achètent 300 millions de paires de chaussettes par an, dont 95 % sont importées. Si le commerce de cet accessoire venait à se gripper, on serait certainement capable de « tenir » quelques mois sans émeutes sur les Champs Elysées ! En revanche l’Egypte ne produit que 8 millions de tonnes de blé et doit en importer 12 millions par an. Elle ne pourra tout simplement pas se nourrir si elle n’arrive plus à importer ce grain… Pareil pour l’Algérie, le Gabon, Haïti ou le Bengladesh !

Le problème des céréales est particulièrement aigu, car il se trouve qu’il n’y a qu’un petit nombre de pays capables de produire plus que ce qu’ils ne consomment, et donc de nourrir la multitude de pays qui n’ont pas une agriculture suffisamment efficace : pour le blé ce sont la Russie, l’Union européenne (dont la France pour une bonne part), les USA, le Canada, l’Ukraine, l’Argentine, le Kazakhstan et l’Australie… les bonnes années, car il arrive peu souvent que la récolte soit au top dans chacune de ces zones. Pour le riz, il s’agit de l’Inde, du Pakistan, du Vietnam, de la Thaïlande et des USA. Pour le maïs, on trouve les Etats-Unis, le Brésil, l’Argentine et l’Ukraine.

Or on commence à voir, indépendamment des problèmes de logistique évoqués ci-dessus, des envies de restriction des exportations, par exemple venant de la Russie ou du Vietnam… Là on peut vite arriver au drame et à l’apparition de famines, à tel point que les trois directeurs des organisations spécialisées des Nations-Unies sur l’agriculture, la santé et le commerce viennent de nous alerter solennellement sur ce qui pourraient provoquer une brusque aggravation de la faim dans le monde. « Nous devons nous assurer que notre réponse face à la pandémie de Covid-19 ne crée pas, de manière involontaire, des pénuries injustifiées de produits essentiels et exacerbe la faim et la malnutrition ».

Certains régions du monde sont-elles plus préparées que d'autres face à ce phénomène ? L'Europe, et la France, en font-elles parties ? 

Grâce à la Politique agricole commune, l’Europe est capable de se nourrir, et ne risque pas de connaître la faim ! On produit au sein des 28 l’essentiel de notre alimentation : céréales, viandes, poissons, laitages, fruits et légumes, boissons, etc. surtout en France !

On ne peut pas en dire autant des pays africains par exemple !

Cela dit, si la situation s’aggravait considérablement, et durablement, nous manquerions de produits exotiques, et il nous faudrait (provisoirement) diminuer notre consommation de café ou de chocolat, de bananes et d’avocats… Dur pour le moral certes, mais pas vraiment vital !

Indépendamment des carburants, dont nous sommes extrêmement dépendants (mais ça tombe bien nos voitures sont actuellement immobilisées), nous risquons quand même au moins deux pénuries graves : les médicaments, dont les matières premières proviennent très largement d’Inde et de Chine, et le soja du Brésil et d’Argentine sans lequel nos cochons, nos poulets, et même une partie de nos vaches ne survivraient pas !

L’Europe importe ainsi 33 millions de tonnes de soja par an, dont un dixième pour la France. Pour se rendre compte de l’énormité de ces transferts, réalisons que ce soja couvre environ 15 millions d’hectares outre Atlantique, à comparer avec les 20 millions de la surface agricole française. En quelque sorte, nous avons décolonisé au XXe siècle… sauf pour nos bestiaux pour lesquels nous avons conservé l’usage de champs couvrant l’équivalent d’un grand pays ! Tant que les cargos continuent à traverser l’Atlantique et à décharger ces précieux grains à Lorient, St Nazaire ou Sète, tout va bien, mais on ne peut qu’espérer que cela dure, et que cette crise nous serve de leçon et qu’on se décide pour la future politique agricole commune de mettre en place des solutions de substitution européennes, à commencer par les oléo-protéagineux (colza et tournesol) mais aussi les légumineuses à graines (pois, féverole, lupin) et les légumineuses fourragères (luzerne, trèfles, sainfoin, lotier).

Il reste qu’on va manquer de fruits cette année car il sera impossible de remplacer entièrement par des français les 250 000 travailleurs saisonniers polonais, roumains, bulgares, marocains, tunisiens ou sénégalais qui ne pourront pas rentrer en France pour la cueillette des asperges, fraises et autres fruits rouges, pêches et abricots, tomates et melons ! Mais il ne s’agit pas là de logistique mais de conséquences du confinement. Nous pourrons faire des gâteaux, tous les ingrédients seront là, sauf parfois la cerise du dessus !

A court terme, espérons néanmoins qu’une brusque poussée de coronavirus ne nous oblige pas à fermer, même provisoirement, le plus grand marché alimentaire du monde, celui de Rungis ! Car il faut amener et répartir quotidiennement près de 20 000 tonnes de nourriture pour nourrir les 12 millions de franciliens !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Dorine
- 12/04/2020 - 09:30
Dorénavant,
Il faudra penser à garder nos agriculteurs et leur permettre de vivre et non de survivre. Manger est un besoin primaire.