En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

04.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

05.

Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette

06.

Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs

07.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

06.

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Laïcité
Loi sur le séparatisme : pour Jean-Luc Mélenchon, "ce qui est visé, c'est l'islam"
il y a 4 heures 39 min
pépites > Politique
Lui aussi
2022 : Jean-Christophe Cambadélis est "vraiment" intéressé par la présidentielle
il y a 7 heures 56 min
pépite vidéo > France
Catastrophe
Inondations dans le Gard : deux personnes disparues et d'importants dégâts
il y a 9 heures 25 min
pépites > Politique
Il y pense en se rasant
Présidentielle : Xavier Bertrand se dit "plus déterminé que jamais"
il y a 10 heures 39 min
pépites > International
Balance à droite
Cour suprême américaine : Donald Trump veut nommer "très rapidement" une remplaçante à Ruth Bader Ginsburg
il y a 11 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Vaincre l’ennemi intérieur

il y a 12 heures 33 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

L’impossible équation du coronavirus

il y a 13 heures 27 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment Emmanuel Macron, via ses réformes, attise la France inflammable

il y a 13 heures 30 min
décryptage > International
Mère de vertu

Patience et prudence, piliers de la réponse iranienne à l'agressivité américaine

il y a 13 heures 31 min
décryptage > International
Danger ?

Frédéric Encel : "L’usage cynique du Covid-19 par des régimes autoritaires et/ou expansionnistes et des mouvances religieuses pose problème"

il y a 13 heures 32 min
pépite vidéo > Insolite
La tour infernale
Rennes : les habitants d'un immeuble dont le bardage émet un bruit de scie circulaire vivent un enfer
il y a 6 heures 58 min
décryptage > Religion
Tribune

Séparatisme : cachez moi cet islamisme que je ne saurais nommer

il y a 9 heures 14 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Feu vert pour la construction de la mission de défense planétaire Hera ; La Nasa envisage une mission pour rechercher la vie dans les nuages de vénus en 2027
il y a 9 heures 42 min
pépites > Education
Education
Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs
il y a 10 heures 53 min
pépites > Politique
Cote
Popularité : Macron en hausse, Castex en baisse
il y a 11 heures 38 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé
il y a 12 heures 42 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : civils, colombes et commandement

il y a 13 heures 28 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Liberté d’expression, fake news et post-vérité : un jeu de dupes

il y a 13 heures 30 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : bobards pour une border !

il y a 13 heures 31 min
décryptage > High-tech
Piratage automne hiver 2020/21

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

il y a 13 heures 34 min
Coronavirus

Emmanuel Macron à Mulhouse : prétention sémantique, arrogance politique

Publié le 26 mars 2020
La communication présidentielle à encore frapper. Jamais pour le meilleur et toujours pour le pire.
Arnaud Benedetti
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Arnaud Benedetti est professeur associé à l'Université Paris-Sorbonne. Il vient de publier Le coup de com' permanent (éd. du Cerf, 2017) dans lequel il détaille les stratégies de communication d'Emmanuel Macron.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La communication présidentielle à encore frapper. Jamais pour le meilleur et toujours pour le pire.

Atlantico : Emmanuel Macron, en direct de l’hôpital militaire de campagne, à fait une nouvelle allocution au sujet du coronavirus. Il a notamment déclaré qu’il allait prendre des « décisions plus profondes »   pour là nation. En faisant une telle déclaration, Emmanuel Macron ne s’avance-t-il un peu trop vite ? Plutôt que d’attendre quelques décisions les français n’attendent plutôt du président qu’il gère l’actuelle crise ?

 Arnaud Benedetti : C’est un Président inquiet qui a parlé . Comme s’il prenait conscience que l’unité nationale qu’il appelait de ses vœux se heurtait à un fond de scepticisme , voire de défiance . L’unité nationale c’est comme l’amour : il faut des preuves . Quelles sont ces preuves ? Les moyens tout simplement . De partout dans le pays des professionnels de santé ne cessent de dénoncer le désarmement sanitaire . Leur parole porte plus que celle de l’exécutif et des éditorialistes mondains qui relaient la com’ paradoxale du gouvernement . Le discours présidentiel se voulait mobilisateur sur ces marches de l’Est dont l’histoire profonde porte tant de cicatrices de notre histoire nationale . Mais n’est pas Clemenceau qui veut . Le chef de l’Etat s’est voulu empathique , pour sa première ligne de front , les soignants dont il a compris qu’ils infusaient l’opinion , pour l’arrière aussi qui continue au fil de l’eau à faire tourner  l’économie , mais le temps presse , l’épidémie s’étend , et les questions logistiques restent entières  : les masques , les respirateurs , le manque de lits , les tests , la chloroquine . Le directeur de l’Ap-hp , lui même , a lancé un cri d’alarme sur l’absence de visibilité à trois jours qui était la sienne . L’intervention présidentielle voulait justifier l’action de son gouvernement , mais aussi fustiger - c’est le début de son allocution - ceux qui critiquent la stratégie de l’Etat dans cette crise . Il y avait dans l’adresse d’Emmanuel Macron des réminiscences du " vent mauvais " , ce discours d’Août 41 d’un autre chef de l’Etat dans une période plus lourde encore  cela va sans dire ...

 Alors que la crise s’aggravera , ce type de déclaration  n’est-il pas l’exact opposé de ce qu’attende les français ? Plutôt que de promettre un changement futur, Emmanuel Macron ne devrait-il pas agir en ce moment même ?

 Il signe une traite sur l’avenir en annonçant un plan d’investissements pour les hôpitaux et une revalorisation des carrières de leur personnel . Il veut donner des raisons d’espérer à ceux qui luttent en ce moment . Il leur annonce un avenir meilleur pour les faire tenir sur la ligne de crête de l’urgence . Tout au demeurant dans son intervention visait à réparer par les mots les blessures dont la com’ gouvernementale est parfois, hélas,  prodigue . Le Président s’est presque fait la voiture-balaie des " gaffes " de certains de ses ministres , à commencer par la porte-parole du gouvernement , qui quelques heures auparavant avait expliqué que les enseignants ne travaillaient pas , alors qu’ils assument pleinement la continuité du service . Le Président , conscient de l’émoi suscité par cet impair , a tenu à leur rendre hommage . La réalité c’est que le retard pris dans la gestion de la crise contraint l’acheminement des moyens au moment où le pic épidémique se rapproche . Face à l’anxiété qui grandit , le chef de l’Etat surinvestit dans la com’ pour tenir l’opinion , la faire patienter . Le problème c’est qu’on attend toujours les taxis de la Marne ...

Alors que sa gestion de l’épidémie de coronavirus risque d’être grandement remise en question après la crise, Emmanuel Macron aura-t-il le luxe d’accomplir de tels changements « profonds » ?

Il y aura évidemment un après . Il faudra bien sûr comprendre pourquoi et comment nous en sommes arrivés là ? Pourquoi il y a eu sous-estimation manifeste notamment du risque ? Mais la crise actuelle remet aussi et surtout en question les certitudes sur lesquelles se sont bâties les assurances de nos classes dirigeantes depuis des décennies . Leur atmosphère est profondément bouleversée . Mais rien ne démontre qu’elles aient pris réellement conscience de la texture de l’événement . Quant on entend hier matin la présidente de la commission européenne se félicitait à grand renfort de tweets du progrès de la procédure d’élargissement de l’UE à l’Albanie et à la Macédoine , ce alors que l’Europe est catapultée  par un virus hors contrôle qui met à bas son économie et plus encore sa société , se dégage le sentiment insoutenablement persistant d’une idéologie élitaire hors-sol qui n’entend pas renoncer à sa vision du monde . Or , Emmanuel Macron , fils de cette conception , saura t’il se faire l’apostat de cette dernière ? En aura t’il la volonté et surtout les moyens ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
spiritucorsu
- 27/03/2020 - 00:24
51% comme le capitaine de pédalo!
51% comme le capitaine de pédalo avec l'attentat du bataclan,15 jours après,il était à nouveau dans les abysses.
pierre de robion
- 26/03/2020 - 23:18
Les chiens aboient.....
Napomacron passe: "place manants, je suis à 51%"
spiritucorsu
- 26/03/2020 - 18:39
L'indicible légèreté de l'être;
L e monarque président n'incarne plus rien pour les Français , à part l'écoeurement et le dégoût.Là où l'indicible légèreté de l'être devient insupportable,c'est de voir ce pathétique roitelet continuer à faire sa pitoyable com comme hier à Mulhouse,en prenant des postures martiales de général tapioca alors qu'il danse au bord d'un gouffre dans lequel il va bientôt tous nous entraîner.