En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne

03.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

04.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

05.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

06.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

07.

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
light > Histoire
Incroyable
Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne
il y a 12 heures 29 min
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 13 heures 12 min
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 15 heures 40 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 16 heures 24 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 17 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 18 heures 31 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 18 heures 55 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 19 heures 7 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 19 heures 30 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 19 heures 47 min
pépite vidéo > France
Heurts
Manifestation : les images très violentes d'un policier tabassé par plusieurs manifestants
il y a 12 heures 53 min
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 14 heures 23 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 15 heures 55 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 16 heures 53 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 17 heures 50 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 18 heures 47 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 19 heures 38 sec
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 19 heures 21 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 19 heures 40 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 19 heures 51 min
© LILLIAN SUWANRUMPHA / AFP
© LILLIAN SUWANRUMPHA / AFP
Stigmates quotidiens

Coronavirus : la grande remise à niveau des inégalités ?

Publié le 11 mars 2020
Branko Milanovic aborde la crise du coronavirus et la question des inégalités.
Branko Milanovic
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Branko Milanovic est chercheur de premier plan sur les questions relatives aux inégalités, notamment de revenus. Ancien économiste en chef du département de recherches économiques de la Banque mondiale, il a rejoint en juin 2014 le Graduate Center en...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Branko Milanovic aborde la crise du coronavirus et la question des inégalités.

L'histoire économique montre que les épidémies sont souvent réductrices d'inégalités. L'exemple le plus cité (et pour lequel nous disposons également du plus grand nombre de données) reste la peste noire, ayant frappé l'Europe vers le milieu du XIVème siècle. Dans certains endroits, elle a tué jusqu'à un tiers de la population.

Mais en réduisant la population, elle a rendu la main-d'œuvre plus rare, augmenté les salaires, réduit les inégalités et entraîné des changements institutionnels qui - selon certains historiens de l'économie comme Guido Alfano, Mattia Fochesato et Samuel Bowles - ont eu des conséquences à long terme sur la croissance économique européenne.

Selon ces auteurs, le pouvoir croissant de la main-d'œuvre a été freiné dans le sud de l'Europe par des restrictions imposées sur ses déplacements ainsi que par d'autres contraintes extra-économiques imposées par les propriétaires locaux. En revanche, dans le nord de l'Europe, là où les institutions féodales n'avaient pas autant de pouvoir, après la peste noire, la main-d'œuvre est devenue plus libre et plus chère. Ceci a donc jeté les bases du progrès technologique et, finalement, de la révolution industrielle.

Un peu plus de deux mois de coronavirus ont déjà entraîné des changements économiques. Nombre d'entre eux seront facilement réversibles si l'épidémie est rapidement contenue et arrêtée. Mais sinon, ils pourraient perdurer. Et, comme tout événement extrême, les épidémies mettent soudain en lumière certains phénomènes sociaux que nous connaissons vaguement mais que nous avons souvent tendance à ignorer ou auxquels nous préférons ne pas penser en temps normal.

La discrimination statistique

Prenez en compte la citoyenneté et la "discrimination statistique". Jusqu'à il y a environ un an, un voyageur entrant au Royaume-Uni pouvait entrer dans une file d'attente plus courte s'il était citoyen britannique ou citoyen d'un autre pays de l'Union européenne - ou attendre dans une file d'attente beaucoup plus longue, dans le cas contraire. Cette distinction était logique puisque la circulation des travailleurs au sein de l'UE était sans entrave. Cependant, depuis environ un an, les règles ont changé de telle sorte que cette voie rapide s'applique désormais non seulement aux ressortissants britanniques (ce qui est évident) et aux citoyens de l'UE mais aussi aux citoyens nord-américains, canadiens, australiens, néo-zélandais, japonais, singapouriens et sud-coréens.

On est d'abord choqué par un tel choix de pays : il ne correspond à aucune entité politique. Il n'existe pas d'organisation politique qui englobe tous ces pays et seulement ces pays.

La décision de faire passer certains ressortissants étrangers plus rapidement à la frontière est donc clairement fondée sur des critères de revenu (produit intérieur brut par habitant) et sur la faible probabilité que les citoyens de ces pays tentent de trouver un emploi ou de séjourner illégalement au Royaume-Uni. Elle était donc fondée sur une "discrimination statistique" : les individus d'autres nationalités feront l'objet d'une enquête plus approfondie, non pas parce qu'ils sont eux-mêmes plus suspects, mais parce qu'un groupe dont ils font partie est intrinsèquement estimé comme étant "suspect".

Les bénéficiaires de ces réglementations y réfléchissent généralement peu, en particulier les Européens qui ont l'habitude, grâce à l'accord de Schengen, de voyager en Europe librement et ailleurs, le plus souvent sans visa, le tout en étant reçus (grâce à leurs revenus élevés) à bras ouverts. Comme l'a fait valoir Zygmunt Bauman, le droit de voyager est devenu un produit de luxe. Si vous passez des années à voyager sans aucun obstacle ou presque, vous aurez tendance à penser que c'est quelque chose de normal, qui devrait durer éternellement. De même, vous ne penserez guère aux autres ou vous supposez que leur sort est malheureux, mais inévitable.

Avec l'apparition du virus, les États-Unis ont arrêté ou réduit le trafic aérien vers certains pays exposés à l'épidémie et ont inscrit sur une liste spéciale les voyageurs de Chine, d'Iran, de Corée du Sud et d'Italie, en leur ordonnant de se mettre en quarantaine pendant les deux premières semaines suivant leur arrivée : "Ne prenez pas les transports publics, les taxis ou les covoiturages. Évitez les endroits bondés (tels que les centres commerciaux et les cinémas) et limitez vos activités en public", précise l'annonce. Les organisateurs d'une conférence à laquelle je devais assister à Washington ont envoyé la recommandation suivante 24 heures avant le début de la conférence : "Nous demandons à tout participant invité qui aurait visité un pays où l'épidémie a atteint le niveau 3 (actuellement la Chine, l'Iran, l'Italie et le Japon) au cours des 14 derniers jours de ... s'abstenir de participer à toute réunion". Plus récemment, des règles similaires ont été imposées par Israël sur les ressortissants français, allemands, espagnols, autrichiens et suisses se rendant dans le pays.

La Chine et l'Iran figurent fréquemment sur les listes noires que les législateurs américains, semble-t-il, se plaisent à établir à la moindre occasion. Mais l'ajout surprise de la Corée du Sud et, plus extraordinairement encore, de l'Italie, étonnent. Certains de mes amis italiens, ou encore des voyageurs qui rentrent tout juste d'Italie, ont exprimé leur incrédulité face à une telle "discrimination statistique".  Soudain, ils rejoignenet l'autre liste, celles des ressortissants de pays "statistiquement discriminés" de temps en temps ou, comme c'est le cas pour les Africains dans bon nombre de leurs voyages, presque régulièrement.

"Arrêtez-vous et fouillez-les"

"Tomber en disgrâce " est toujours un choc et, si cela nous pousse à vouloir être mieux perçu, cela nous amène également à nous interroger sur la raison d'être de ces discriminations statistiques. Le programme "Stop and frisk", introduit à New York par le maire de l'époque, Michael Bloomberg, est un exemple de ces politiques discriminatoires.

Stop and frisk était basé sur le profilage racial. Sa logique était la même que celle des contrôles aux frontières britanniques : proportionnellement, le nombre de crimes commis par les Afro-Américains dépasse nettement leur représentation au sein de la population new-yorkaise. D'où l'idée d'une politique dont l'objectif était de contrôler et d'arrêter les new-yorkais afro-américains en priorité.

Comme on peut s'en rendre compte, les trois politiques - contrôle aux frontières, restrictions liées aux virus et "stop and frisk" - partagent la même idée. La première et la troisième ciblent, dans une large mesure, les individus les plus pauvres. La deuxième est, en principe, appliquée de manière égale et dépend des endroits où le virus est particulièrement virulent. C'est pourquoi son application soudaine à des personnes qui ne sont normalement pas soumises à la discrimination statistique a été un tel choc. Le virus a instauré une nouvelle égalité des chances pour tous et fait réfléchir sur la validité générale de politiques qui utilisent les informations statistiques d'un groupe d'individus spécifiques pour les cibler.  

Les politiques de "discrimination statistique" sont actuellement, je pense, presque inévitables : elles font gagner du temps aux autorités (comme dans le cas des contrôles aux frontières), elles sont censées entraîner une réduction de la criminalité (bien que la différence à New York ait été en fait le déploiement supplémentaire de la police) ou limiter (espérons-le) la transmission d'un virus tel que le Covid-19. Mais nous devrions réfléchir à la justification morale de telles politiques et à la manière dont elles remplacent la responsabilité individuelle par une responsabilité collective - voire imposent une culpabilité collective implicite.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires