En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

02.

Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad

03.

Coronavirus : et voilà ce qui se serait passé si on n’avait rien fait contre l’épidémie

04.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

05.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

06.

Hydroxychloroquine : Didier Raoult dévoile une autre étude qui divise à nouveau la communauté scientifique

07.

Comment les grandes entreprises ont parfois changé de locaux pour se cacher dans des bureaux "secrets"

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

1050 milliards pour la BCE, 700 milliards de dollars pour le budget américain, 50 milliards d’euros pour le Français… d’où vient tout cet argent ?

03.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

04.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

05.

Coronavirus : La Chine tente d’échapper à ses responsabilités en trollant le monde

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

01.

Coronavirus : la plus grande crise économique de tous les temps… ou pas. Car les armes existent pour la contrer

02.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Covid-19

Dramatique pénurie de matériel de protection, appel à tous les Français

il y a 21 min 25 sec
décryptage > Politique
Colères jupitériennes

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

il y a 46 min 36 sec
décryptage > France
Société

L'administration française, si souvent indifférente à la protection des citoyens

il y a 1 heure 1 min
décryptage > Politique
Coronavirus

Alain Madelin : "Les citoyens ont raison d’exprimer leur défiance pour contraindre les autorités à l’action"

il y a 1 heure 26 min
décryptage > Santé
Mythe et réalité

Crise sanitaire : non le secteur public n’a pas été abandonné ces dernières années. La preuve par les chiffres

il y a 1 heure 58 min
décryptage > Politique
Politique

Covid-19 : Face au feu de la critique, Philippe ajuste le tir, Macron ne change rien

il y a 2 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le bon sens" de Michel Bernard : un récit imprégné de la vie de Jeanne d’Arc

il y a 7 heures 56 min
pépite vidéo > Santé
Pédagogie et mobilisation du gouvernement
Coronavirus : retrouvez l’intégralité de la conférence de presse d’Edouard Philippe et d’Olivier Véran
il y a 14 heures 20 min
décryptage > Société
Egoïsme ?

Pourquoi il est si compliqué d’accepter les règles du confinement même quand on en a compris l’intérêt

il y a 1 jour 6 min
pépites > Politique
Solidarité européenne
Coronavirus : Emmanuel Macron défend la stratégie de la France face à l’épidémie
il y a 19 heures 20 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Adrien Loir : une vie à l’ombre de Pasteur

il y a 40 min 10 sec
décryptage > Culture
Atalntico - Litterati

Le chercheur d’art

il y a 53 min 6 sec
décryptage > International
Moyen-Orient

Crise du coronavirus ou pas, la guerre par proxy entre l’Iran et les Etats-Unis continue en Iraq

il y a 1 heure 9 min
décryptage > Politique
Coronavirus

Julien Aubert : « En 1914, l’Union sacrée n’empêchait pas la classe politique de s’opposer sur la manière de mener la guerre »

il y a 1 heure 42 min
pépites > France
Covid-19
Coronavirus : décès de l'ancien ministre Patrick Devedjian
il y a 2 heures 3 min
Régal pour les papilles
Le marché de Rungis va proposer un service de vente en ligne et de livraison suite au confinement
il y a 7 heures 33 min
pépite vidéo > Science
"Star mondiale" de la microbiologie
Hydroxychloroquine : Didier Raoult dévoile une autre étude qui divise à nouveau la communauté scientifique
il y a 13 heures 13 min
pépites > Santé
"Le combat ne fait que commencer"
Retrouvez les principales annonces d’Edouard Philippe et d’Olivier Véran sur le Covid-19
il y a 16 heures 13 min
pépites > Société
Ravages des "fake news"
Plus d'un quart des Français considèrent que le Covid-19 a été fabriqué dans un laboratoire
il y a 18 heures 40 min
pépite vidéo > Religion
Solidarité avec les malades
Covid-19 : les images du pape François, seul au Vatican, pour une bénédiction "Urbi et Orbi"
il y a 20 heures 39 min
© MARTIN BUREAU / AFP
© MARTIN BUREAU / AFP
Nuances

Tempête sur les César : ces fondamentaux de la nature humaine que ne comprennent pas les guérilleros de la justice morale

Publié le 29 février 2020
Si les combats pour plus d'égalité et moins de violences (sexuelles, raciales, etc.) sont légitimes, la méthode utilisée par certains progressistes - notamment en faisant de ces combats un absolu moral - peut être contreproductif.
Jean-Cassien Billier est maître de conférences de philosophie politique et philosophie morale à l'université Paris IV-Sorbonne.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Cassien Billier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Cassien Billier est maître de conférences de philosophie politique et philosophie morale à l'université Paris IV-Sorbonne.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si les combats pour plus d'égalité et moins de violences (sexuelles, raciales, etc.) sont légitimes, la méthode utilisée par certains progressistes - notamment en faisant de ces combats un absolu moral - peut être contreproductif.

Atlantico : Alors que tout le monde se bat contre les violences sexuelles, raciales etc., et à juste titre, les méthodes prônées par les "progressistes" (notamment dans l'affaire Polanski) sont-elles efficaces ?

Jean-Cassier Billier : Tout le monde ne se bat pas, ou du moins tout le monde ne se bat pas suffisamment, hélas, contre les violences sexuelles. Il est donc parfaitement pertinent de promouvoir le combat contre celles-ci. Il n’existe évidemment aucune bonne raison pour justifier ou excuser les violences sexuelles. Il faut cependant ajouter à ceci deux remarques.

La première est que ce combat, qui vise à faire reculer autant que possible les violences sexuelles et dans le même temps toutes les autres violences liées à des structures de domination, est profondément juste. Mais faire reculer autant que possible ne signifie pas les faire disparaître miraculeusement, sauf à imaginer que l’être humain pourrait devenir subitement entièrement bon. Les derniers millénaires nous ont donné quelques raisons de douter d’un tel miracle. Cela ne signifie pas non plus que les violences sexuelles soient les seules à combattre, en dépit de leur gravité. C’est donc un combat à mener lucidement, en visant un perfectionnement moral de nous-mêmes : nous devons devenir individuellement et collectivement meilleurs (qui pourrait soutenir que faire reculer le racisme ou le sexisme, n’est pas un progrès proprement moral ?), mais nous n’en resterons pas moins foncièrement imparfaits. Eviter un moralisme naïf sur ce point consiste à éviter d’imaginer que les héros des nécessaires combats moraux incarnent à la perfection un Bien intégral. Ceci n’est en rien une critique : il est au contraire extrêmement rassurant que le combat en faveur du Bien soit inévitablement mené par des combattants aussi imparfaits que nous-mêmes, dont l’une des principales qualités morales devrait toujours être la conscience aigüe de leur imperfection. Rien n’est plus ruineux pour la morale que l’idée qu’il existe de parfaits héros moraux : cela a tout de suite une odeur de Tartuffe ou de héros soviétique.

La seconde est que la méthode de combat doit être efficace. Ce qui est troublant dans cette nouvelle affaire Polanski, c’est qu’elle s’inscrit en faux contre la thèse somme toute très raisonnable défendue par Proust dans son célèbre Contre Sainte-Beuve : l’artiste n’est pas l’œuvre, et vice versa. Il faut donc accepter une certaine indépendance de l’œuvre d’art. Un artiste peut être, en tant que personne, moralement abject. Son œuvre n’est demeure pas moins une œuvre que nous devrions appréhender indépendamment de sa personne. En pratique, distinguer très nettement la personne de l’artiste et l’œuvre peut s’avérer difficile : profiter d’une cérémonie dans laquelle le dernier film de Roman Polanski est nominé pour protester contre sa personne n’est pas une mauvaise idée. C’est une bonne stratégie pour promouvoir la lutte contre les violences sexuelles : le reste du temps, il est assurément plus difficile de donner aussi une grande visibilité à la condamnation morale des faits reprochés à Roman Polanski en tant que personne. Mais il faudrait idéalement que la protestation ne porte que sur la personne et demeure à l’extérieur de l’œuvre. Car l’indépendance de l’œuvre d’art à l’égard de son créateur, et surtout des qualités morales de ce dernier, est tout simplement un fait : un artiste aux qualités morales louables peut produire des œuvres médiocres ou nulles ; un artiste peu recommandable, ou même carrément abject, en tant que personne, peut produire des œuvres géniales. C’est un fait embarrassant mais inéliminable. Protester contre un honneur fait à l’œuvre d’un point de vue artistique au nom des turpitudes morales de son créateur est certes un moyen simple pour faire parler de ce combat, mais qui a le grave défaut de reposer sur une erreur : l’œuvre n’est pas son créateur. Sans compter le fait que dans le cas d’un film, quelle que soit l’ampleur du talent artistique du réalisateur, l’œuvre est collective et découle largement aussi du talent des acteurs, sans compter de celui des cadreurs, etc. Dans un monde idéalisé on pourrait imaginer une manifestation aux portes de la cérémonie prônant tout la fois la libre appréciation esthétique du film par un jury et une virulente condamnation morale des actes reprochés à son réalisateur. Car ce qu’on lui reproche, ce n’est pas de faire des films. Et moins encore de faire un film qui promeut la lutte tout aussi nécessaire contre l’antisémitisme. Etant entendu que cette dernière caractéristique n’apporte ni ne soustrait rien à l’aspect artistique du film en question : les thèses moralement justes ne font pas forcément les bons films, pas plus que les bons sentiments ne font, en général, les bonnes œuvres d’art. La méthode adoptée, celle qui condamne indirectement le film pour condamner l’artiste, est-elle efficace ? Pas sûr du tout. Elle risque de donner l’impression d’une moralisation excessive dans sa portée, suggérant de brûler (symboliquement du moins) les œuvres des créateurs immoraux non dans leur art, mais dans leur vie personnelle. Or il ne faut pas tout confondre. Car cette confusion est de nature à susciter en retour un rejet pour « moralisme » de cette lutte, ce qui serait vraiment dommage au regard de l’urgence et de la justesse absolues de ce qui est combattu : les chiffres connus sur les violences faites aux femmes dans les sociétés contemporaines sont, on le sait, absolument consternants. L’excès de condamnation morale, si elle s’étend du créateur à sa création, comporte donc le risque donc d’affaiblir une lutte morale légitime et juste, si elle sait toutefois viser juste.

L'abus de politiquement correct et le fait d'en faire un impératif moral n'est-il pas en train d'affaiblir ces combats ?

L’abus du politiquement correct peut effectivement affaiblir des combats moralement justes. Il est très malaisé de fixer des critères sur la valeur proprement artistique d’une création, mais cette évaluation devrait demeurer essentiellement indépendante de l’auscultation des qualités morales de son créateur. L’affaire Polanski, qui met en jeu le rapport créateur-création, est loin de faire partie des cas les plus difficiles. Ces derniers apparaissent lorsque c’est l’œuvre elle-même qui véhicule des messages hautement controversés, ambigus ou tout simplement indéfendable d’un point de vue moral. Un film admirable d’un point de vue esthétique peut dans le même temps prôner de façon directe ou indirecte la violence masculine contre les femmes ou n’importe quelle autre attitude ou n’importe quel acte moralement indéfendable. Le problème, c’est qu’une moralisation absolue de l’art faite d’autorité (celle de la censure étatique ou religieuse) serait une tâche aussi infinie qu’absurde et délétère, dont on sait qu’elle ne pourrait produire qu’un catéchisme insipide et signer la mort de l’art. Que l’art soit (et pas seulement certains artistes) partiellement immoral indique simplement qu’il est à notre image. Si la censure morale de l’art ne peut être exercée par une institution étatique ou religieuse, reste que la société civile est parfaitement habilitée à exercer son pouvoir de protestation contre des œuvres en s’en détournant ou en les critiquant. Mais il serait effroyable que ce pouvoir soit exercé en tentant de les interdire ou, pire, de les détruire. Paradoxe : la liberté si légitime de la société civile dans l’exercice de la raison publique pour protester contre un crime moral court aussi le risque de tourner au lynchage moral d’un homme, même (voire surtout) lorsque de très fortes présomptions existent sur la culpabilité de celui-ci. Or le lynchage n’est pas la justice. Il faut le plus souvent que celle-ci passe par une institution, certes elle-même imparfaite, qui pourra établir avec exactitude la culpabilité et donner une voix à la défense. Dans des pays où les violences faites aux femmes sont poursuivies pénalement, la juste voix de la société civile doit savoir aussi accepter d’être relayée par l’institution judiciaire. La déception possible de certains procureurs moraux devant le fait que l’homme accusé des pires turpitudes a droit à un avocat est le juste prix à payer pour éviter l’horrible dérive vers une dictature morale qui ne rencontrerait jamais de limites. Une telle dérive viderait les combats moraux de leur sens.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

02.

Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad

03.

Coronavirus : et voilà ce qui se serait passé si on n’avait rien fait contre l’épidémie

04.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

05.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

06.

Hydroxychloroquine : Didier Raoult dévoile une autre étude qui divise à nouveau la communauté scientifique

07.

Comment les grandes entreprises ont parfois changé de locaux pour se cacher dans des bureaux "secrets"

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

1050 milliards pour la BCE, 700 milliards de dollars pour le budget américain, 50 milliards d’euros pour le Français… d’où vient tout cet argent ?

03.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

04.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

05.

Coronavirus : La Chine tente d’échapper à ses responsabilités en trollant le monde

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

01.

Coronavirus : la plus grande crise économique de tous les temps… ou pas. Car les armes existent pour la contrer

02.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
pale rider
- 01/03/2020 - 16:21
@jbl +1
Oui étonant ce soutien pour ce pédophile violeur notoire. Avec le César on a encore repoussé les limites . Il devrait postuler à la présidence il a ses chances.
Liberte5
- 29/02/2020 - 18:06
Trop va la cruche à l'eau...etc....etc.
Le politiquement correct peut dénoncer les violences sexuelles faites aux femmes, mais ça ne s'arrête pas là, il faut culpabiliser ceux qui ne sont pas des activistes. Ras le bol de ces donneurs de leçon. J'ai regardé un moment les Césars. Dans la salle que des gauchos à 90%. Ceux qui trouvent qu'il n'y a pas assez de diversité, qu'ils retournent en Afrique et arrêtent de nous emmerder. C'est devenu insupportable. Indépendants depuis 60 ans les Africains ne savent que pleurnicher et attendre que les blancs leur donnent, ce qu'ils sont incapables de faire chez eux.
Ganesha
- 29/02/2020 - 10:15
Marquise des Anges
Mercredi passé, j'ai éprouvé beaucoup d'intérêt et de plaisir à regarder sur Arte un des premiers films tourné par Michèle Mercier (future Angélique, marquise des Anges) en 1957, à l'âge de 18 ans.
Si vous avez une Freebox, vous pouvez voir ''Donnez-moi ma Chance'' en replay, en recherchant les émissions du mercredi 26.
Ce film montre qu'en 1957, on était déjà parfaitement conscient des pièges sexuels qui menaçaient une jeune et jolie actrice débutante.
La différence avec notre époque, c'est qu'à la fin du film, l'héroïne refuse le grand rôle qui lui est enfin offert, et décide de retourner dans son obscure province... pour se marier !