En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

03.

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

04.

Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter

05.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

06.

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

07.

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

01.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

02.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

03.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

06.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

ça vient d'être publié
décryptage > France
Pour nous sonne le glas

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

il y a 17 min 30 sec
décryptage > Santé
Apéros vidéo

Comment gérer la consommation d’alcool pendant le confinement ?

il y a 35 min 9 sec
décryptage > France
Bonnes feuilles

GIGN - RAID : aux origines de la création des unités d’élite

il y a 1 heure 3 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Savoir repérer les manipulateurs : comment dire non à une personne malveillante et manipulatrice ?

il y a 1 heure 4 min
décryptage > International
Exemple

Petites leçons venues des Etats-Unis pour les conservateurs français

il y a 1 heure 6 min
décryptage > Société
Changement de visage

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

il y a 1 heure 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Effacer les dettes publiques - c’est possible et c’est nécessaire" de Hubert Rodarie : la thèse "contre-intuitive" d’un expert sur un sujet qui interroge les économistes, un appel à une révolution de la pensée

il y a 13 heures 33 min
pépites > Faits divers
Forces de l'ordre
Tentative d’agression au couteau sur un policier dans le XVe arrondissement de Paris
il y a 17 heures 8 min
pépites > Politique
Moyens d'action face au virus
Covid-19 : le Sénat a voté la prolongation de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 31 janvier
il y a 17 heures 49 min
pépites > International
Mini tsunami
Turquie : au moins quatre morts et 120 blessés après un séisme de magnitude 7 en mer Egée
il y a 18 heures 41 min
décryptage > France
Justice

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

il y a 24 min 21 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’économique française a rebondi de 18 % au 3ème trimestre, preuve que le système de production peut tenir, à condition qu’on lui fiche la paix...

il y a 54 min 35 sec
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

Pierre Gide : le quotidien difficile d’un avocat sous l’Occupation

il y a 1 heure 3 min
décryptage > International
J-4

Bidenomics : quel impact pour l’économie d’un (éventuel) président démocrate ?

il y a 1 heure 5 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim kardashian fête des 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; La maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof
il y a 1 heure 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz : en route pour l'Oural avec un amoureux de la Russie, de son peuple et de sa littérature. Un voyage intéressant et émouvant

il y a 13 heures 15 min
pépites > Education
Education nationale
Hommage à Samuel Paty : la rentrée scolaire n'est plus décalée à 10h lundi prochain
il y a 15 heures 45 min
light > Science
Ancêtre
Le chien est le plus vieil ami de l'homme, sa domestication est survenue il y a plus de 10.000 ans
il y a 17 heures 37 min
pépites > Politique
Décision
Antisémitisme : Jeremy Corbyn a été suspendu du Parti travailliste britannique
il y a 18 heures 12 min
pépites > France
Mobilisation des forces de l'ordre
Attentat à Nice : le gouvernement annonce le rappel de 3.500 gendarmes réservistes et la mobilisation de 3.500 policiers
il y a 18 heures 58 min
© Reuters
© Reuters
Réaction politique

Injustice intergénérationnelle : les dangers d'une génération extorquée

Publié le 27 février 2020
Les démocraties abritent une forme d'injustice intergénérationnelle trop peu commentée. Edwige Kacenelenbogen évoque ce sujet qui peut se révéler dangereux pour la stabilité de nos sociétés.
Edwige Kacenelenbogen
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Edwige Kacenelenbogen est docteure en études politiques (EHESS), diplômée d'économie (Master, Paris 1). Elle enseigne l'économie et la géopolitique dans diverses institutions (EDHEC, SKEMA), et mène une activité de conseil en réflexion/communication...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les démocraties abritent une forme d'injustice intergénérationnelle trop peu commentée. Edwige Kacenelenbogen évoque ce sujet qui peut se révéler dangereux pour la stabilité de nos sociétés.

C’est une des grandes ombres au tableau du monde développé : depuis les années 1990, la génération active consent chaque jour tacitement à une forme d'extorsion, contraignant en même temps les générations à venir à un sort équivalent ou pire. Nos démocraties abritent une forme d'injustice intergénérationnelle trop peu commentée, qui peut se révéler dangereuse pour la stabilité de nos sociétés. 

Commençons par quelques faits. La population se réduit, et vieillit, ce qui influe à la baisse sur la croissance économique, et à la hausse sur les dépenses publiques. En 2050, le ratio de dépendance des plus âgés (nombre de personnes de plus de 65 ans comparé à celui de personnes âgées de 15 à 64 ans) devrait doubler pour s'établir à près de 54% (1). Alors qu'en 2006, l'Europe comptait quatre personnes en âge de travailler pour chaque personne âgée, en 2050, elle n'en comptera plus que deux. 

Plusieurs phénomènes sont en cause. D'abord, le déclin des taux de fertilité (en deçà du taux de remplacement naturel) entraîne l'augmentation du taux de dépendance des personnes âgées. Ensuite, l'espérance de vie à la naissance, qui a augmenté de 8 ans depuis 1960, devrait augmenter encore de 6 ans pour les hommes et de 5 ans pour les femmes en 2050. Enfin, les flux net d'immigration, qui devraient croître en 2050, ne seront pas suffisants pour compenser la baisse des taux de fertilité et l'augmentation de l'espérance de vie. 

En l'absence de réaction politique adéquate, ces phénomènes auront des répercussions négatives sur la croissance et le marché du travail (2) - à vrai dire, les projections du FMI concernant l'avenir de la main d'œuvre en Europe indiquent que la fenêtre d'opportunité (la présence de conditions relativement favorables pour mettre en œuvre certaines réformes structurelles) s'est déjà refermée (3). Or même si leur chômage diminue lentement depuis 2015 (le taux de chômage chez les jeunes a baissé de 1,5 points en 2019 selon l'Insee), les jeunes actifs sont en première ligne. 

Nos jeunes affrontent des obstacles d'une ampleur inédite sur le chemin de leur autonomie financière. Dans un climat économique particulièrement inclément, ils doivent non seulement financer un système de retraite beaucoup plus généreux que ce à quoi ils auront droit, mais sont aussi sollicités pour contribuer à un système de santé qui, par la force des choses, favorise disproportionnellement les plus âgés. Derrière l'image bienveillante et humaniste que notre pays aime se donner, il y a la réalité d'une cohorte statistique favorisée au détriment d'une autre, injustement grevée.

C'est que, grâce aux urnes et par leur nombre, les boomers ont obtenu certains avantages et bénéficiéde mesures destinées à soutenir leur niveau de vie.Nourrie de projections irréalistes sur la constance de leur prospérité, l'abondance des ressources et l'évolution de l'économie, cette cohorte a créé un fardeau financier trop lourd et injuste à porter. Leurs familles s’étant comparativement réduites, ce fardeau se trouve transféré à un groupe plus restreint, qui, de fait, affronte des conditions économiques beaucoup moins favorables que ses ainés.

L'évolution économique et démographique de notre pays (et plus généralement, des pays développés à économie de marché) révèle donc l'existence d'une faille importante des démocraties contemporaines, faille que l'indolence générale ne fait qu'aggraver. Par construction, notre système privilégie les besoins et intérêts de ceux qui sont exercés à identifier et défendre ces intérêts - à savoir, ici, les plus âgés. Comment en sommes-nous arrivés là, et pourquoi tolère-t-on une telle situation?

Par leurs discours et promesses, nos politiques visent logiquement à convaincre et émouvoir une cohorte existante (et non future) de votants. Or l'intérêt de l'électorat présent consiste généralement dans l'allègement des contributions sociales, ou la maximisation des aides que ces contributions permettent d'obtenir.C'est ainsi que, depuis plusieurs décennies, la consommation courante se trouve largement financée par les générations à venir. 

L'exemple des retraites est parlant. Les promesses des gouvernements successifs concernant l'augmentation du montant des retraites ou la réduction des contributions ont ignoré toute projection actuarielle, crise, niveau de déficit national, ou évolution des taux de chômage. La correction de ces erreurs(par l'augmentation de l’âge du départ à la retraite ou la réduction de son montant, ou, vraisemblablement, les deux en même temps) reste à charge des générations futures. 

Le plus étonnant,dans cette histoire, est sans doute la mobilisation - massive et systématique - des jeunes contre ces mesures. Sans doute leur taux de chômage les pousse-t-il à défendre toute mesure qui pourrait libérer des emplois, mais il est curieux que si peu réalisent qu'une fois arrivés à l'âge de la retraite, rien ne garantit qu'ils percevront eux-mêmes quoi que ce soit. Le fait que ceux qui trouvent un emploi doivent immédiatement supporter, par leurs cotisations, le coût de ces retraites prématurées semble, lui aussi, étrangement ignoré.

Les jeunes actifs n'ont pas encore pris conscience de l'identité et des besoins de leur cohorte. En France (et ailleurs), le politique se fragmente à grande vitesse autour de questions d'ethnie, de religion, de genre, de préférence sexuelle, ou de handicap (4). Or quel que soit le groupe, la préférence politique semble inévitablement donnée aux plus âgés. Le seul groupe se tenant (lui-même) à l'écart du Zeitgeist progressiste sont les «jeunes». Par leur abstentionnisme, les milléniaux et leurs cadets en droit de voter sont partiellement responsables de cette situation.

Certes, l'engagement politique des générations Y et Z n'est pas celui des boomers, loin s'en faut. Même si le constat d'une génération 18-35 ans politiquement apathique commence à dater (on observe ces dernières années un essor de l'engagement dans cette tranche d'âge, en particulier en faveur de l’écologie (5)), le sentiment d'un échec du système représentatif libéral est très répandu chez les moins de 40 ans, qui, souvent, justifient ainsi leur désengagement. 

Mais la question intergénérationnelle a d'autres tenants. D'abord, derrière l'idée de «transmission», d' «héritage» ou de «responsabilité vis-à-vis de futures générations», il y la celle de la mort (d'un individu, d'une génération), sujet dont nos sociétés ont fait un tabou. Ensuite, de même qu'il résiste à l'idée de fugacité de toutes choses (et en premier lieu, de lui-même), le cerveau humain a tendance à rationaliser ou légitimer (ex-post) les possessions et privilèges accumulés, même (peut-être surtout) lorsqu'ils ne sont pas justifiés.

Sans doute les responsabilités sont-elles partagées, donc, entredes boomers et «gen. X» égoïstement attachés à leurs avantages, des milléniaux et «gen. Z» trop indolents, et des gouvernements successifs trop complaisants. Áces explications possibles s'ajoute en outre le fait queles pratiques discriminatoires intergénérationnelles sont elles-mêmes moins évidentes à repérer que d'autres types de discriminations: elles sont moins immédiatement dramatiques puisqu'elles mettent plusieurs générations à se manifester. 

Par construction, la démocratie libérale favorise ceux qui défendent efficacement leur cause. Or les jeunes adultes peinent à cerner, exprimer,et donc, défendre, les intérêts et besoins de leur cohorte. Parallèlement, leur nombre s'amenuise, et leur défiance politique grandit: ils votent de moins en moins. Ces facteurs s'additionnent et révèlent l'existence d'un biais de l'État-providence démocratique contre les jeunes, en faveur des plus âgés.

Ce mécanisme, peu dénoncé, est dommageable pour notre société. Conjuguée à un endettement excessif et à un marché du travail sclérotique, la disproportion des avantages conférés aux boomers fait du tort au dynamisme de notre pays. Et au vu du vieillissement des populations, de la baisse des taux de natalité et de la réduction de nos gains en productivité, le salut que certains placent dans une hypothétique relève de la croissance semble bien chimérique par rapport à l'hypothèse, plus probable, d'une période de stagnation prolongée.

Le problème intergénérationnel est éminemment politique. Il est né d'évolutions économiques et démographiques défavorables, certes, mais il aurait pu et ne peut être résolu que politiquement. Le danger de notre situation est qu'elle sème les graines d'une amertume intergénérationnelle qui, si elle n'est pas rapidement combattue,a toutes les chances de renforcer les populismes. Pour l'heure, il est important que chacun prenne conscience de ce danger et accepte de jouer sa partie.

(1)  https://www.insee.fr/fr/statistiques/3303333?

(2) Même d'après les estimations les plus optimistes, l'augmentation projetée du taux d'emploi des femmes et des plus âgés ne parviendra pas à compenser l'impact négatif de ces phénomènes démographiques. 

(3) https://www.imf.org/external/pubs/ft/fandd/2006/09/carone.htm

(4) Cf. Jérôme Fourquet, L'archipel français, Seuil, 2019.

(5) Cf. Anne Muxel, Politiquement jeune, Fondation Jean Jaurès, 2018.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Le gorille
- 27/02/2020 - 20:32
Ils n'auront pas de retraite
Il y a près de 20 ans, un prof d'Université à dit à un de mes enfants en conférence : "vous n'aurez pas de retraite". Cela a jeté un certain émoi. Mais le prof avait raison et a toujours raison.
Morale : le marché du tourisme de croisière montre le gouffre qui existe entre les jeunes et les vieux. Mettez-vous au pied d'un paquebot, et vous serez sidéré des cacochymes qui en descendent. Et n'oubliez pas de compter les morts dans une croisière ! Et ensuite comptez les paquebots, et les cabine offertes ! Il y en a qui ne cessent de faire des tours du monde, et il y a même un paquebot pour y vivre avec des magasins, et chacun vit sa vie de société en cabine (appartement)... Là on est dans l'extrême... chez les purs rentiers.
Aujourd'hui, et cela a déjà été dit dans ces commentaires, par quelqu'un d'autre, les parents commencent à en prendre conscience et font eux-mêmes de la redistribution. Quelle ampleur a-t-elle ? Difficile à cerner, du moins je le suppose.
Le gorille
- 27/02/2020 - 18:06
Extorsion
Si l'article analyse le fait, indéniable, il n'en analyse pas, à mon sens, correctement l'origine. Et la réponse n'est pas, non plus à mon sens, politique. Curieusement, ce phénomène est dans le monde développé, accessoirement dans les démocraties libérales. Le lien est à chercher dans l'approche morale, le rapport des gens à la vie. Les lois récentes sur le mariage, suivies aujourd'hui de débats infects, montrent une vraie et profonde perversion morale : l'existence de ces lois et de ces débats en est la quasi preuve, et mesure la profondeur du mal.
Je viens de dire que la réponse n'est pas politique. Je maintiens. Mais le politique pourrait réagir quand même en donnant un coup de talon au fond de l'abîme où nous sommes, et refuser de continuer à s'écraser devant des groupes de pression qui démolissent la morale. Si le politique se ressaisit, en comprenant ce qu'est la morale de la vie, et donc qu'il abolisse les lois récentes et refuse les débats actuels, cela pourrait peut-être engendrer un choc en retour. Mais est-ce possible ?
Le gorille
- 27/02/2020 - 17:47
paresse ? égoïsme ?
Et vous faites comment pour le savoir, Clodo31 ? Oui, il peut y avoir un différentiel, mais sans se baser sur une "supposition", uniquement sur l'état : célibataire ou marié sans enfant. Mais comment allez-vous le construire, ce "différentiel" comme je l'appelle ? Il existe déjà en partie ! C'est le fait que soit pris en compte le fait que vous ayez eu des enfants... jusque 4.