En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’Europe a-t-elle déjà perdu face à la Turquie ?

02.

Rimbaud était une "caillera" ! C’est un prestigieux spécialiste de son œuvre du nom de Yassine Belattar qui nous l’apprend

03.

Insécurité : mais pourquoi l'Etat s'apprête-t-il à tuer le seul outil statistique un peu fiable ?

04.

La pandémie a transformé les champs de pétrole en champs de ruines

05.

Coronavirus : l’automne de toutes les inconnues

06.

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

07.

Islamistes et liberté d’expression : ça empire depuis Charlie; Affaire Girard : Anne Hidalgo se venge des Verts; BHL, Justine Lévy, Carla Bruni : Raphaël Enthoven prend sa (sacrée) revanche; Le MoDem lorgne sur les députés LREM à la dérive

01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

03.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

06.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

03.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

04.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

05.

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

06.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Les Jungles rouges" de Jean-Noël Orengo, les rêves suscités par l’Indochine et l’Extrême-Orient, de 1924 à 1951

il y a 8 heures 29 min
pépite vidéo > Consommation
Parfums de l'été
Paris : Matthieu Carlin, le chef pâtissier du Crillon, propose les glaces du célèbre palace dans un food truck
il y a 9 heures 37 min
light > France
Lieu mythique
Covid-19 : Sénéquier, le célèbre établissement de Saint-Tropez, ferme temporairement
il y a 11 heures 17 min
pépites > Economie
Monde d'après
Plan de relance : Bruno Le Maire annonce le déblocage d’un milliard d'euros en faveur des relocalisations
il y a 13 heures 24 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Islamistes et liberté d’expression : ça empire depuis Charlie; Affaire Girard : Anne Hidalgo se venge des Verts; BHL, Justine Lévy, Carla Bruni : Raphaël Enthoven prend sa (sacrée) revanche; Le MoDem lorgne sur les députés LREM à la dérive
il y a 14 heures 51 min
pépite vidéo > Santé
Protection contre le virus
Port du masque : Olivier Véran présente la règle "ABCD"
il y a 15 heures 58 min
décryptage > Culture
Et "Le bateau ivre" ça se prononce comment en wesh wesh ?

Rimbaud était une "caillera" ! C’est un prestigieux spécialiste de son œuvre du nom de Yassine Belattar qui nous l’apprend

il y a 18 heures 5 min
décryptage > Economie
Réorientation

Mais à quoi va servir l’épargne accumulée par les Français depuis le confinement ?

il y a 18 heures 52 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

La pandémie a transformé les champs de pétrole en champs de ruines

il y a 19 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Roumeli - Voyages en Grèce du Nord" de Patrick Leigh Fermor, vagabondage dans une Grèce inconnue des touristes

il y a 1 jour 8 heures
pépites > France
Acted
Français tués au Niger : Jean Castex va présider une cérémonie d’hommage ce vendredi
il y a 8 heures 52 min
pépites > International
Diplomatie
Donald Trump annonce un "accord de paix historique" entre Israël et les Emirats arabes unis
il y a 9 heures 55 min
pépites > Environnement
Pollution
Une plainte a été déposée contre Nestlé pour pollution après la mort de milliers de poissons dans les Ardennes
il y a 11 heures 50 min
pépites > International
Bras de fer diplomatique
Recep Tayyip Erdogan accuse Emmanuel Macron de "colonialisme" et de "spectacle" pour sa visite au Liban
il y a 14 heures 15 min
pépites > Santé
Démasquée
Une médecin du Bas-Rhin a été suspendue pour avoir délivré de faux certificats médicaux contre le port du masque
il y a 15 heures 7 min
décryptage > Santé
Evolution de la pandémie

Coronavirus : l’automne de toutes les inconnues

il y a 17 heures 3 min
décryptage > Santé
Lutte contre le virus

Vous avez dit "cluster" ?

il y a 18 heures 24 min
décryptage > Politique
Gestion des crises

Insécurité : mais pourquoi l'Etat s'apprête-t-il à tuer le seul outil statistique un peu fiable ?

il y a 19 heures 10 min
décryptage > Europe
Molle Union

L’Europe a-t-elle déjà perdu face à la Turquie ?

il y a 19 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Amazonia" de Patrick Deville, exploration littéraire au coeur du pays d'Aguirre

il y a 1 jour 8 heures
© FETHI BELAID / AFP
© FETHI BELAID / AFP
Moyens d'action

Lutte contre l’islam radical : comment le Maroc articule moyens sécuritaires et réponse "idéologique"

Publié le 26 février 2020
Le Maroc tente de lutter efficacement contre la radicalisation et l'islamisme. Sophie de Peyret, de l'Institut Thomas More, évoque ce sujet. Elle vient de publier une note d'analyse, "Nation et religion : l'expérience marocaine".
Sophie de Peyret
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sophie de Peyret, chercheur associé à l’Institut Thomas More, vient de publier la note d’analyse « Nation et religion : l’expérience marocaine », disponible ici
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Maroc tente de lutter efficacement contre la radicalisation et l'islamisme. Sophie de Peyret, de l'Institut Thomas More, évoque ce sujet. Elle vient de publier une note d'analyse, "Nation et religion : l'expérience marocaine".

La lutte contre l’islamisme est aujourd’hui un objectif planétaire. L’idéologie radicale gangrène tous les pays du globe, musulmans ou non, et n’épargne aucun territoire. Qu’il s’agisse des nations, des organisations régionales ou des organisations internationales, ce combat est au premier rang des priorités. Mais, alors qu’il devrait s’agir d’un combat à mener sur une multitude de fronts à la fois (militaire, policier mais aussi éducatif, culturel, social, etc.), l’enjeu de la sécurité immédiate l’emporte. 

Cela est parfaitement explicable bien sûr. L’urgence pour les États est de parer au risque terroriste si bien que les réactions immédiates leur imposentde recourir aux outils sécuritaires dont l’éventail ne cesse de s’étoffer. En France, après la vague d’attentats de 2015, ce fut l’application de l’état d’urgence, maintes fois reconduit, avant le renforcement des dispositifs législatifs en matière de sécurité et de lutte anti-terroriste.Idem au Royaume-Uni où en 2016, le Parlement autorisait l’extension des pouvoirs de surveillance des services de police et de renseignement. Mais si ces parades, parfaitement légitimes, permettent de démanteler des cellules et de prévenir des attaques, elles ne traitent que des symptômes sans s’attaquer aux racines. 

Il est un pays qui s’efforce d’articuler réponse sécuritaire et réponse « idéologique » : c’est le Maroc. Il est intéressant de voir comment il procède.Touché lui aussi sur son sol par des attentats meurtriers en 2003 et 2011, le royaume a naturellement déployé divers contrefeux sécuritairesau moyen notamment d’uneréorganisation en profondeur des services de renseignement et de sécurité, d’une mutualisation des moyens et des informations, d’une attention toute particulière accordée aux réseaux sociaux et à ce qui y circule. Ces mesures, associées à une intensification de la coopération internationale semblent porter leurs fruits.

Mais le pays a également intégré le fait que, dans la lutte contre l’État islamique et les autres groupes radicaux, ce sont aussi et surtout les racines idéologiques et doctrinales du terrorisme qu’il faut combattre.Car il est vain de prétendre combattre des idées si aucun discours n’est proposé pour les remplacer.A cet effet, et avec l’aide de théologiens et de juristes musulmans, le pays a élaboré une déconstruction point par point de l’argumentaire radical (réfutation des fondements de l’idéologie islamiste sur la guerre sainte, la légitimité du calife auto-proclamé, etc.). Les mécanismes de cette contre-doctrine s’adossentau principe « d’attachement aux valeurs d’ouverture, de modération, de tolérance et de dialogue », qui figurent au fondement de la monarchie marocaine (préambule de la Constitution de 2011). Il apparait alors que par tradition aussi bien que par conviction, le royaume s’est employé à défendre de manière activela contextualisation des textes religieux, l’intégration des minorités, les confréries soufies, la culture et les festivals de musique, le dialogue interreligieux,etc. En d’autres termes, le Maroc s’attache à promouvoir à peu près tout ce que Daesh condamne.

Ce discours alternatif enseigné dans les instituts de formation des préposés religieux, prêché dans les quelques 52 000 mosquées, dispensé dans les écoles, vise à endiguer la prolifération et à supplanter les thèses radicales. C’est aussi lui qui, depuis 2017, est diffusé dans les prisons dans le cadre d’un vaste programme destinés à certains radicalisés volontaires. Dans la mesure où cette initiative a pour objectifde réconcilier les détenus tant avec l’islam modéré, qu’avec eux-mêmes et la société, celui-ci fut baptisé Musalaha (réconciliation). Il comporte de multiples modules allant de la compréhension des textes religieux à l’accompagnement psychologique en passant par des aides à la réinsertionet s’adresse non seulement aux salafistes et djihadistes condamnés pour terrorisme mais également à tous les détenus susceptibles de céder à la radicalisation. Sa philosophie pourraitainsi se résumer au triptyque  « immuniser, sensibiliser, réinsérer ».

Toutes ces entreprises visent bien sûr les ressortissants et résidents marocains mais peuvent servir de support à plus large échelle.En effet, face à l’ennemi commun que représente l’islam radical, les enjeux dépassent les strictes frontières des États et la coopération s’impose logiquement. Entre États, entre religions, entre structures internationales, l’unique solution restebien de trouver des alliés et d’unir leurs forces. Or, par la mise en place de sa stratégie d’endiguement idéologique, le Maroc apporte indéniablement une pierre importante à l’édifice de la lutte mondiale contre Daesh.

Alors que l’adage prétend que « les ennemis de mes ennemis sont mes amis », et aux vues des moyens déployés par le royaume pour contrecarrer les ambitions de l’adversaire islamiste, il devraitlogiquement intégrer le cercle des partenaires incontournables de la France. Si la coopération existe déjà, elle mériterait d’être intensifiée et élargie.

Sophie de Peyret, chercheur associé à l’Institut Thomas More, vient de publier la note d’analyse « Nation et religion : l’expérience marocaine », disponible ici

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
salamander
- 26/02/2020 - 22:16
mouais, il faut le souhaiter...
Le Roi gouverne avec les islamistes , non?
Une religion de "paix et d'amour"...
Au fait , on va tjrs en prison si on mange pendant le ramadan? (le jour -bien sur)
cmjdb
- 26/02/2020 - 13:44
TERRORISTES MAROCAINS
Bon article, mais problèmes :
1. Les terroristes marocains vont exercer leurs talents dans les pays voisins
2. L'Etat marocain refuse de reprendre leurs islamistes condamnés
3. Les Imams marocains qui nous sont envoyés ne sont pas des modèles !