En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

04.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

07.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 1 heure 47 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 4 heures 18 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 6 heures 21 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 7 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 8 heures 5 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 8 heures 27 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 8 heures 44 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 8 heures 46 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 8 heures 47 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 8 heures 51 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 2 heures 15 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 6 heures 5 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 7 heures 40 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 8 heures 1 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 8 heures 12 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 8 heures 32 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 8 heures 45 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 8 heures 47 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 8 heures 47 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 8 heures 52 min
© FETHI BELAID / AFP
© FETHI BELAID / AFP
Moyens d'action

Lutte contre l’islam radical : comment le Maroc articule moyens sécuritaires et réponse "idéologique"

Publié le 26 février 2020
Le Maroc tente de lutter efficacement contre la radicalisation et l'islamisme. Sophie de Peyret, de l'Institut Thomas More, évoque ce sujet. Elle vient de publier une note d'analyse, "Nation et religion : l'expérience marocaine".
Sophie de Peyret
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sophie de Peyret, chercheur associé à l’Institut Thomas More, vient de publier la note d’analyse « Nation et religion : l’expérience marocaine », disponible ici
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Maroc tente de lutter efficacement contre la radicalisation et l'islamisme. Sophie de Peyret, de l'Institut Thomas More, évoque ce sujet. Elle vient de publier une note d'analyse, "Nation et religion : l'expérience marocaine".

La lutte contre l’islamisme est aujourd’hui un objectif planétaire. L’idéologie radicale gangrène tous les pays du globe, musulmans ou non, et n’épargne aucun territoire. Qu’il s’agisse des nations, des organisations régionales ou des organisations internationales, ce combat est au premier rang des priorités. Mais, alors qu’il devrait s’agir d’un combat à mener sur une multitude de fronts à la fois (militaire, policier mais aussi éducatif, culturel, social, etc.), l’enjeu de la sécurité immédiate l’emporte. 

Cela est parfaitement explicable bien sûr. L’urgence pour les États est de parer au risque terroriste si bien que les réactions immédiates leur imposentde recourir aux outils sécuritaires dont l’éventail ne cesse de s’étoffer. En France, après la vague d’attentats de 2015, ce fut l’application de l’état d’urgence, maintes fois reconduit, avant le renforcement des dispositifs législatifs en matière de sécurité et de lutte anti-terroriste.Idem au Royaume-Uni où en 2016, le Parlement autorisait l’extension des pouvoirs de surveillance des services de police et de renseignement. Mais si ces parades, parfaitement légitimes, permettent de démanteler des cellules et de prévenir des attaques, elles ne traitent que des symptômes sans s’attaquer aux racines. 

Il est un pays qui s’efforce d’articuler réponse sécuritaire et réponse « idéologique » : c’est le Maroc. Il est intéressant de voir comment il procède.Touché lui aussi sur son sol par des attentats meurtriers en 2003 et 2011, le royaume a naturellement déployé divers contrefeux sécuritairesau moyen notamment d’uneréorganisation en profondeur des services de renseignement et de sécurité, d’une mutualisation des moyens et des informations, d’une attention toute particulière accordée aux réseaux sociaux et à ce qui y circule. Ces mesures, associées à une intensification de la coopération internationale semblent porter leurs fruits.

Mais le pays a également intégré le fait que, dans la lutte contre l’État islamique et les autres groupes radicaux, ce sont aussi et surtout les racines idéologiques et doctrinales du terrorisme qu’il faut combattre.Car il est vain de prétendre combattre des idées si aucun discours n’est proposé pour les remplacer.A cet effet, et avec l’aide de théologiens et de juristes musulmans, le pays a élaboré une déconstruction point par point de l’argumentaire radical (réfutation des fondements de l’idéologie islamiste sur la guerre sainte, la légitimité du calife auto-proclamé, etc.). Les mécanismes de cette contre-doctrine s’adossentau principe « d’attachement aux valeurs d’ouverture, de modération, de tolérance et de dialogue », qui figurent au fondement de la monarchie marocaine (préambule de la Constitution de 2011). Il apparait alors que par tradition aussi bien que par conviction, le royaume s’est employé à défendre de manière activela contextualisation des textes religieux, l’intégration des minorités, les confréries soufies, la culture et les festivals de musique, le dialogue interreligieux,etc. En d’autres termes, le Maroc s’attache à promouvoir à peu près tout ce que Daesh condamne.

Ce discours alternatif enseigné dans les instituts de formation des préposés religieux, prêché dans les quelques 52 000 mosquées, dispensé dans les écoles, vise à endiguer la prolifération et à supplanter les thèses radicales. C’est aussi lui qui, depuis 2017, est diffusé dans les prisons dans le cadre d’un vaste programme destinés à certains radicalisés volontaires. Dans la mesure où cette initiative a pour objectifde réconcilier les détenus tant avec l’islam modéré, qu’avec eux-mêmes et la société, celui-ci fut baptisé Musalaha (réconciliation). Il comporte de multiples modules allant de la compréhension des textes religieux à l’accompagnement psychologique en passant par des aides à la réinsertionet s’adresse non seulement aux salafistes et djihadistes condamnés pour terrorisme mais également à tous les détenus susceptibles de céder à la radicalisation. Sa philosophie pourraitainsi se résumer au triptyque  « immuniser, sensibiliser, réinsérer ».

Toutes ces entreprises visent bien sûr les ressortissants et résidents marocains mais peuvent servir de support à plus large échelle.En effet, face à l’ennemi commun que représente l’islam radical, les enjeux dépassent les strictes frontières des États et la coopération s’impose logiquement. Entre États, entre religions, entre structures internationales, l’unique solution restebien de trouver des alliés et d’unir leurs forces. Or, par la mise en place de sa stratégie d’endiguement idéologique, le Maroc apporte indéniablement une pierre importante à l’édifice de la lutte mondiale contre Daesh.

Alors que l’adage prétend que « les ennemis de mes ennemis sont mes amis », et aux vues des moyens déployés par le royaume pour contrecarrer les ambitions de l’adversaire islamiste, il devraitlogiquement intégrer le cercle des partenaires incontournables de la France. Si la coopération existe déjà, elle mériterait d’être intensifiée et élargie.

Sophie de Peyret, chercheur associé à l’Institut Thomas More, vient de publier la note d’analyse « Nation et religion : l’expérience marocaine », disponible ici

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
salamander
- 26/02/2020 - 22:16
mouais, il faut le souhaiter...
Le Roi gouverne avec les islamistes , non?
Une religion de "paix et d'amour"...
Au fait , on va tjrs en prison si on mange pendant le ramadan? (le jour -bien sur)
cmjdb
- 26/02/2020 - 13:44
TERRORISTES MAROCAINS
Bon article, mais problèmes :
1. Les terroristes marocains vont exercer leurs talents dans les pays voisins
2. L'Etat marocain refuse de reprendre leurs islamistes condamnés
3. Les Imams marocains qui nous sont envoyés ne sont pas des modèles !