En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Hommage à Samuel Paty : Emmanuel Macron dénonce les lâches qui ont livré le professeur aux barbares mais oublie de cibler le "pas-de-vagues"

03.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

04.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

05.

Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

07.

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Man Ray et la mode" : quand un photographe surréaliste magnifie les femmes... Une exposition d'une suprême élégance

il y a 8 min 47 sec
pépites > International
Réformes attendues
Liban : Saad Hariri a été officiellement désigné Premier ministre
il y a 1 heure 40 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche
il y a 3 heures 4 min
décryptage > France
Séparatisme

Les impensés de l’attentat terroriste de Conflans

il y a 5 heures 2 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : l’Allemagne investit massivement dans un plan de ventilation et la France serait bien inspirée de l’imiter

il y a 5 heures 37 min
pépite vidéo > France
"Réparer la France"
Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"
il y a 6 heures 26 min
décryptage > International
Conflit au Haut-Karabagh

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

il y a 7 heures 46 min
décryptage > Société
Islam vaincra !

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

il y a 8 heures 10 min
décryptage > Education
Education nationale

Hommage à Samuel Paty : Emmanuel Macron dénonce les lâches qui ont livré le professeur aux barbares mais oublie de cibler le "pas-de-vagues"

il y a 8 heures 21 min
light > Terrorisme
Biopic
Le réalisateur Clint Eastwood sera convoqué au procès de l'attentat du Thalys
il y a 18 heures 49 min
pépites > International
Tensions
Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"
il y a 1 heure 11 min
pépite vidéo > Politique
Idéologie
Jean-Michel Blanquer : "Ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme fait des ravages"
il y a 2 heures 28 min
décryptage > International
Campagne électorale

Election présidentielle en Côte d’Ivoire : ne pas rejouer les luttes du passé

il y a 4 heures 45 min
décryptage > Politique
A l’Ouest, rien de nouveau

Le terrorisme fait-il encore bouger les lignes chez les électeurs ?

il y a 5 heures 26 min
décryptage > High-tech
Menace incontrôlable en vue ?

Ces deepfakes de photos de (vraies) femmes nues que des bots génèrent à la chaîne

il y a 5 heures 47 min
décryptage > Société
Lutte contre le séparatisme

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

il y a 7 heures 9 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Dissolution des organisations salafistes : le temps des actes

il y a 8 heures 6 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Syndicats et patronat main dans la main pour s’opposer au gouvernement

il y a 8 heures 14 min
pépites > Justice
Terrorisme
Sept personnes mises en examen après l'assassinat de Samuel Paty
il y a 9 heures 6 min
pépite vidéo > France
Hommage national
Retrouvez l’hommage d’Emmanuel Macron à Samuel Paty
il y a 19 heures 33 min
© Tolga AKMEN / AFP
© Tolga AKMEN / AFP
Le point de vue de Dov Zerah

L'Europe post-Brexit

Publié le 25 février 2020
Avec Dov Zerah
Dov Zerah revient cette semaine sur la question budgétaire à l'échelle européenne à l'issue du Brexit. L'Union européenne pourrait perdre une partie de ses ressources.
Dov Zerah
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ancien élève de l’École nationale d’administration (ENA), Dov ZERAH a été directeur des Monnaies et médailles. Ancien directeur général de l'Agence française de développement (AFD), il a également été président de Proparco, filiale de l’AFD spécialisée...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dov Zerah revient cette semaine sur la question budgétaire à l'échelle européenne à l'issue du Brexit. L'Union européenne pourrait perdre une partie de ses ressources.
Avec Dov Zerah

Il y a un mois, j’appelais votre attention sur une des conséquences du Brexit, les difficultés du bouclage des perspectives budgétaires européennes de 2021 à 2027.Avec le départ du Royaume-Uni, l’Europe perd sa contribution nette de 75 Md€ pour les sept ans à venir, 9 % de ressources à un moment où les priorités de l’environnement, de la défense et des migrants exigent des ressources supplémentaires. Comme de coutume, les marchandages s’annonçaient difficiles… Ils le furent et le premier round de négociations s’est achevé, vendredi dernier, sur un échec. Il est toujours difficile de faire des arbitrages à 27, même sans les Britanniques.

Les commentateurs ont souvent rapporté les événements du dernier sommet européen, en les réduisant au devenir des sommes consacrées à la politique agricole commune (PAC) et au refus français du compromis proposé par la Présidence. Mais ce ne fut pas le seul sujet de discorde. Essayons d’analyser les trois principaux points de la négociation.

Même si tous les sujets sont liés, le point d’entrée de la négociation est le montant global des futures ressources de l’Union.

Pour mémoire, l’Union dispose de trois catégories de ressources propres :

  • Les ressources propres originelles, à savoir les produits des droits de douane perçus sur les importations en provenance de pays-tiers ; ils constituent 14 % du total

  • 12 % des ressources proviennent d’un pourcentage uniforme de TVA rapporté à une base harmonisée entre les États-membres

  • Une part du revenu national brut (RNB), caractéristique de la richesse économique du pays ; cela a représenté en 2019 plus de 107 Md€ et près de 70 % du total. L’enjeu de la négociation est entre le 1 % proposé par le groupe dénommé « les frugaux » composé de quatre pays, l’Autriche, le Danemark, les Pays-Bas et la Suède, avec l’appui de l’Allemagne, et le 1,3 % demandé par le Parlement.

Le total des ressources européennes était de 908,4 Md€, de 2014 à 2020. Pour la future période de 2021-2027, il serait entre 1 000 Md€ selon les exigences des « frugaux » et de l’Allemagne, et 1 300 Md€ demandés par le Parlement ; le dernier compromis du Président du conseil était à près de 1 100 Md€.

Certains pourraient dire que 300 Md€ sur 7 ans, soit une quarantaine de milliards par an pour 27 pays relativise l’enjeu et la difficulté de parvenir à un compromis. Néanmoins, l’exercice est plus que compliqué car, chaque pays, au-delà de sa contribution brute, cherche à connaître le retour auquel il peut prétendre, et le solde qui en résulte.

Le second sujet difficile de la négociation est le devenir du rabais accordé aux quatre pays plus l’Allemagne, pour leur limiter l’impact du mécanisme de compensation accordé aux Britanniques en 1984 pour répondre à la demande de Margaret Thatcher « I want my money back ». Pourquoi maintenir le rabais dès lors que le mécanisme britannique a disparu ?

Ces cinq pays veulent à la fois des ressources minimales, la persistance de leur avantage relatif au rabais, et la diminution de la PAC, en un mot comme en cent, payer le moins possible, et s’il faut payer, le faire pour des politiques qui leur assurent un taux de retour satisfaisant. Leur démarche ne peut être critiquée, même si elle dénote, une nouvelle fois, l’affirmation d’égoïsmes nationaux…Mais n’est-ce pas aussi l’apanage des positions défendues par les vingt-deux autres États-membres ? Où se situe l’intérêt européen dans ces discussions ?

La baisse du budget de la PAC proposée par la Commission, de 410 Md€ pour 2014-2020 à 324,3 Md€ pour 2021-2027,a pour objectif de compenser la perte de la contribution britannique, et à dégager des moyens pour financer les politiques inscrites dans l’actualité. La Commission cherche à financer son « green deal » de lutte contre le changement climatique, et des politiques censées être plus favorables à l’avenir européen comme la recherche, la politique spatiale, les technologies innovantes, la sécurité ou les migrants…

La démarche est, de prime abord, pertinente, mais l’indispensable sécurité alimentaire passe par la sécurisation des agriculteurs…mais la protection du cadre de vie ne peut se faire sans une implication des paysans… N’oublions pas que la PAC est constituée de deux piliers :

  • Une aide directe aux agriculteurs calculée sur la surface de l'entreprise agricole pour soutenir la production et préserver l'équilibre économique des exploitations

  • Des subventions pour des mesures agro-environnementales et climatiques (MAEC) et sur le fonds européen agricole pour le développement rural (FEADER), notamment en faveur de la biodiversité, ou le développement des territoires…Rien ne justifie de mettre en opposition l’agriculture et la lutte contre le changement climatique !

Premier bénéficiaire de la PAC avec un peu moins de 9 Md€ par an, la France n’est pas le seul gagnant de La PAC. L’Allemagne avec plus de 6,35 Md€, l’Espagne avec plus de 6 Md€, l’Italie avec près de 6,45 Md€, et la Pologne avec plus de 4,5 Md€, sont les grands bénéficiaires de cette politique commune.

La PAC est la première politique commune. L’Union douanière et la PAC sont les deux premiers piliers de la construction européenne, les éléments constitutifs du deal fondateur franco-allemand, le libre échange pour écouler les produits de l’industrie allemande, et la PAC pour l’agriculture française.

La proposition présidentielle à 329,3 Md€ entrainerait une baisse de 14 % des moyens consacrés à la PAC, en tenant compte du passage à 27 et de l’inflation. Elle n’a pas emporté l’adhésion.

Pour les habitués des négociations européennes, l’échec de la semaine dernière était inévitable, voir un point de passage obligé. Le processus de décision de l’Union passe toujours par des échecs, prend du temps avant de déterminer le « mouton à cinq pattes », fruit du consensus minimum auquel tous les États-membres peuvent se rallier avec plus ou moins d’enthousiasme.

Mais cette méthode initiée depuis 1957 permet-elle aujourd’hui à l’Union de faire face aux défis du XXIème siècle ? Cette situation peut apparaître problématique à un moment où le Monde risque d’être confronté à une pandémie avec le Coronavirus, et peut-être à une grave crise économique. Néanmoins, ainsi va l’Europe !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 25/02/2020 - 21:59
Contributeur net
Il faut renationaliser les politiques agricoles et laisser à Bruxelles le minimum minimorum, tant pis pour les subventions à l'europe de l'est, fin de l'élargissement et des projets fumeux sur la " transformation climatique " et autres foutaises etc...tout le contraire de ce que Macron veut faire. Il ne faut pas oublier que la GB partie, la France est , après l'Allemagne, le plus gros contributeur net de cet " Europe". Il faut commencer à faire l'inventaire des supposés bienfaits de l'Europe pour préparer des décisions ultérieures qui remettront en cause les vaches sacrées.
Anouman
- 25/02/2020 - 20:41
Budget
"Où se situe l’intérêt européen dans ces discussions ?" Ou se situe l'intérêt européen dans la politique suivie par l'U.E. Et ou est l'intérêt d'un pays comme la France dans cette politique?