En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

03.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

04.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

07.

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 6 heures 46 min
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 7 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 8 heures 10 min
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 10 heures 21 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 11 heures 5 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 12 heures 34 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 13 heures 6 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 14 heures 13 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 14 heures 37 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 15 heures 6 min
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 7 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 7 heures 56 min
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 8 heures 52 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 10 heures 53 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 12 heures 24 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 12 heures 36 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 14 heures 9 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 14 heures 24 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 14 heures 45 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 15 heures 11 min
© DOMINIQUE FAGET / AFP
© DOMINIQUE FAGET / AFP
Bataille à mener

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

Publié le 22 février 2020
Une libération de la parole concernant les violences sexuelles a eu lieu récemment en France, notamment dans le milieu du sport. Elle montre l'importance de l'éducation à la notion de consentement. Même si la société prend ce problème à bras le corps depuis quelques années, il reste un casse-tête.
Jean-Paul Mialet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Mialet est psychiatre, ancien Chef de Clinique à l’Hôpital Sainte-Anne et Directeur d’enseignement à l’Université Paris V.Ses recherches portent essentiellement sur l'attention, la douleur, et dernièrement, la différence des sexes.Ses...
Voir la bio
Nathalie Nuffer-Dumontier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nathalie Nuffer-Dumontier est psychologue.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une libération de la parole concernant les violences sexuelles a eu lieu récemment en France, notamment dans le milieu du sport. Elle montre l'importance de l'éducation à la notion de consentement. Même si la société prend ce problème à bras le corps depuis quelques années, il reste un casse-tête.

Atlantico : La parole des sportifs se libère ces dernières semaines, des dizaines d’années après les faits. Comment permettre aux jeunes de parler avant qu’il ne soit trop tard ? et leur apprendre à différencier ce qui est acceptable de ce qui ne l’est pas ? 

Jean-Paul Mialet : Apprendre ce qui est acceptable ou non ? Très tôt les enfants savent bien ce que l’on peut s’autoriser et tout en étant très curieux des choses de la sexualité, ils ont conscience que ce n’est pas un domaine innocent. Les questions de zizi  et de zézette sont abordées avec gourmandise, mais avec des rires gênés. Et on ne fait pas de publicité quand on joue au docteur dans un grenier. Même lorsqu’il ne s’agit pas directement de sexe, mais d’émotion sentimentale, les écoliers préfèrent garder pour eux leurs jeunes amours. Bref, les questions qui concernent la sexualité, les émotions, les attirances et les fantaisies qu’elle inspire sont de nature intime et l’enfant y chemine en faisant l’apprentissage de l’intimité. L’idée de ce qu’il convient de faire et de ne pas faire est inscrite très tôt dans leurs jeunes esprits. Le rôle des parents se limite à être respectueux de cette intimité et à contribuer à son épanouissement, amorce de l’autonomie future, sans culpabiliser leur rejeton par des interdictions inadéquates mais sans non plus s’introduire abusivement dans son espace privé. Leur apprendre à dire non ? Selon moi, on apprend suffisamment aux jeunes à dire non quand ils n’en n’ont pas envie. Demandez donc aux enseignants. La solution ne consiste donc pas à apprendre aux enfants à dire non, mais plutôt – et permettez-moi d’y insister -  à former des adultes qui savent à se dire non à eux-mêmes, et résister aux tentations. « Un homme, ça s’empêche », disait Camus. Là il y a du travail. Se maitriser, résister à ses désirs, toutes les sagesses y incitent, mais nous, il semble que nous l’ayons oublié..

Nathalie Nuffer : La parole des sportifs se libère effectivement depuis quelques semaines, et ce grâce au mouvement "mee too". En tant que psychologue j’enregistre depuis 6 mois une hausse de 13 % de libération de la parole. Je travaille en collaboration avec le Procureur et un inspecteur qui ont constaté les mêmes progressions. C’est ce type de mouvements qui permet aux jeunes de libérer la parole, les prises de consciences :  les témoignages, les films comme « les chatouilles », rendent accessible la prise de parole. Ce qui était tabou l'est moins aujourd’hui. Les espaces de parole se multiplient également, les éducateurs sportifs sont davantage sensibilisés, les enseignants aussi… et la protection de l’enfance joue un rôle majeur.

C’est en en parlant que les jeunes peuvent se demander ce qui est normal ou pas en fonction de l’identification aux témoignages et de ce que les autres renvoient. 

Les sportifs qui se sont exprimés ont subi des violences au sein même de leur discipline. Formé(e) par un(e) entraîneur/neuse, comment parvenir à poser un cadre face à ceux que l’on admire ? Sommes-nous poussés indirectement à dire « oui » à ceux qui nous forment, à ceux qui nous sont supérieurs ? 

Jean-Paul Mialet : Les adolescents sont sujets à l’idéalisation : aussi, toutes les personnes d’un certain âge qu’ils côtoient bénéficieront de l’avantage de l’idéalisation. Si de plus ils sont entraîneurs, et donc très expérimentés dans le domaine où le jeune ambitionne de réussir, la fascination est à son comble. Bien entendu, rien de plus humain que d’être disposé à suivre, et ainsi à dire oui, à ceux qui guident, influencent et captent la confiance. Mais il y a là deux points à soulever. Le oui de l’adolescent est un consentement dans une transaction qui est de l’ordre de l’escroquerie. On y reviendra. Et la situation ne se présente pas de la même façon selon qu’on est fille ou garçon. L’idéalisation rend volontiers les jeunes filles amoureuses et donc consentantes pour une intimité sexuelle. En revanche, les garçons adolescents ont des préoccupations plus vulgaires que l’amour, leur sexualité ne les mènent pas encore aux sentiments, elle aspire plutôt à s’exercer dans des expériences variées. Autrement dit, l’idéalisation ne les incite pas à l’amour, sauf exception. Dans les affaires de pédophilie qui concernent des garçons, il y a plutôt obéissance au supérieur qui abuse de son pouvoir que consentement.

Nathalie Nuffer :  Les jeunes sont souvent à un âge de construction psychique lorsqu’ils « performent » dans une discipline. L’identification à un adulte peut amener à une certaine admiration, il y a aussi  le pouvoir que les éducateurs représentent. C’est très narcissisant de se voir « choisie » par son éducateur… qui lui même utilise un état de faiblesse : sans moi tu n’es rien…Ils vivent aussi souvent en cercle restreint, ce qui ne favorise pas l’accès à la libération de parole. Il y a une dépendance de lien qui peut parfois opérer : l’éducateur et le sportif forment un couple..les liens se confondent..

Comment définir notre notion de consentement ? 

Nathalie Nuffer :  La notion de consentement : une question de limites ! Ce qui est acceptable de ce qui ne l’est pas : informer, communiquer, sensibiliser, savoir dire  non et l’assumer...Il est important aussi de définir la notion d’agression sexuelle. Nous en avons parlé avec l’inspecteur, comment définir le consentement ? Où commence-t-il et quand s’arrête-t’il ? Il y a souvent la notion d’emprise qui intervient : c’était mon entraineur, je ne savais pas ce qui était normal ou pas, sous l’effet de la fatigue, de l’alcool…

Jean-Paul Mialet : Le consentement c’est un accord – un accord établi sur la base d’un choix éclairé, mûri. Le consentement de deux enfants entre eux est une entente pour un jeu commun. Le consentement d’un adolescent pour un adulte est une escroquerie : les attentes de l’adulte et celles de l’adolescent ne peuvent être de la même nature. Le jeu de l’adulte ne repose pas sur les mêmes cartes ni n’obéit aux mêmes règles que celui de l’adolescent dont le parcours menant à la maturité de l’adulte n’est pas achevé. L’accord entre une jeune personne adolescente et une personne mûre est un accord qui repose forcément sur un malentendu. Certes, l’amour repose finalement souvent sur un malentendu et l’idéalisation n’en est pas absente, même entre adultes. Mais le déséquilibre n’atteint pas ce point extrême. Et il ne mène pas à ce marché de dupe où l’un (ou plus souvent l’une) croit accomplir ses rêves quand l’autre assouvit ses désirs. Pour qu’il y ait un vrai consentement, il faut que l’accord puisse être acquis sur les bases d’un véritable équilibre entre deux personnes qui se situent sur le même plan.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Vu de très loin
- 26/02/2020 - 14:34
En tant que parent par exemple
On n'est ni "dame" ni "monsieur" : imaginons-nous "parent" dans ce cas de figure, de grâce pas de guerre de sexe. Ce qu'on souhaite pour son enfant, c'est une maturation à sa vitesse. Je crois effectivement que le consentement d'un mineur par rapport à un adulte, dès le départ, n'est pas éclairé.
Il suffit de repenser à nos erreurs de jeunesse : on ne ferait pas forcément les choses de la même façon ? Non ?
Ganesha
- 24/02/2020 - 10:00
Cloette
Désolé, je me rends compte que j'ai été maladroit en mettant ''les dames'' au pluriel : bien entendu, je m'adressais à l'autre dame.
Au contraire, vous êtes souvent la seule abonnée à publier un commentaire raisonnable et modéré.
Ganesha
- 24/02/2020 - 09:36
Attention ! La shérif est sur le site !
Ce qui est amusant, ce sont les dames frustrées et hystériques, qui estiment que le mouvement ''Metoo'' leur a donné une étoile de shérif, et qui viennent ici jouer les juges, distribuant les bons et les mauvais points !