En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

02.

La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus

03.

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

04.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

05.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

06.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

07.

Trump Biden : vers une élection beaucoup plus serrée qu’il n’y paraît ?

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sublime royaume" de Yaa Gyasi : de la relation mère-fille entre science et spiritualité, un roman qui ne peut laisser indifférent

il y a 9 heures 19 min
pépites > Santé
IHU Mediterranée
Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine
il y a 10 heures 52 min
pépites > Politique
Nouvelles mesures
Jean Castex intensifie la lutte contre la haine en ligne avec le renforcement de la plateforme Pharos et de nouvelles sanctions
il y a 13 heures 9 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Les islamistes tuent ? Qu’à cela ne tienne, les autorités s’en prennent aux libertés publiques

il y a 17 heures 57 sec
pépites > Politique
Séculier
Des ministres considèrent que plutôt que la défendre, l'Observatoire de la laïcité se concentre sur la lutte contre l'islamophobie avec des alliés pas toujours fréquentables
il y a 17 heures 31 min
Sécurité
Île-de-France : hausse importante des cambriolages de pharmacies
il y a 18 heures 10 min
décryptage > Sport
N'ayez plus honte d'être des petites natures…

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

il y a 18 heures 51 min
Pollution
La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus
il y a 19 heures 16 min
décryptage > Environnement
Effet bénéfique ?

Si vous pensez que la pollution des villes va décroître grâce au télétravail cet hiver, vous vous trompez

il y a 19 heures 50 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

La nouvelle bataille de France

il y a 20 heures 5 min
light > Politique
"Make America Great Again"
L'expert en sécurité Victor Gevers serait parvenu à se connecter au compte Twitter de Donald Trump en devinant son mot de passe
il y a 10 heures 17 min
pépites > Société
Extension
Congé paternité : l'Assemblée nationale vote le passage à 28 jours
il y a 11 heures 13 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand un gros œil surveille les minutes et quand le ricin tisse les bracelets : c’est l’actualité des montres
il y a 14 heures 5 min
décryptage > Santé
Mesures contre la Covid-19

Demi-confinement, demi-mesures et omnipotence de l’Etat : la soviétisation de la France

il y a 17 heures 23 min
pépite vidéo > Politique
Election américaine
Ultime débat : Joe Biden focalise ses attaques contre Donald Trump sur sa gestion du coronavirus
il y a 18 heures 9 min
pépites > Justice
Terrorisme
Des obstacles juridiques affaiblissent, voire paralysent, la lutte contre l’islamisme selon l’ancien secrétaire général du Conseil constitutionnel, Jean-Éric Schoettl
il y a 18 heures 25 min
décryptage > Santé
Stratégie contre la Covid-19

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

il y a 19 heures 9 min
décryptage > Santé
Inquiétudes face à la pandémie

Covid-19 : faut-il que les parents se testent lorsque leurs enfants ont (peut-être juste) un rhume ?

il y a 19 heures 29 min
pépites > Politique
Immigration
Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage
il y a 19 heures 52 min
décryptage > Politique
Un effort SVP

Monsieur le président, pourriez vous - de temps en temps au moins - dire "France" au lieu de "République" ?

il y a 20 heures 13 min
© Reuters
© Reuters
Inquiétudes

Fermeture de Fessenheim : vers une fragilisation à long terme des compétences de la filière nucléaire et notamment pour la construction des futurs EPR

Publié le 21 février 2020
Avec la fermeture de la centrale de Fessenheim, la filière du nucléaire pourrait être fragilisée.
Loïk Le Floch-Prigent
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Loïk Le Floch-Prigent est ancien dirigeant de Elf Aquitaine et Gaz de France, et spécialiste des questions d'énergie.Ingénieur à l'Institut polytechnique de Grenoble, puis directeur de cabinet du ministre de l'Industrie Pierre Dreyfus (1981...
Voir la bio
Henri Prévot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Henri Prévot est ingénieur général des Mines. Spécialiste des questions de sécurité économique et de politique de l'énergie, il tient un site Internet consacré à la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre.Il est l'auteur du livre "Avec le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Avec la fermeture de la centrale de Fessenheim, la filière du nucléaire pourrait être fragilisée.

Atlantico.fr : La fermeture de la centrale nucléaire de production d'électricité (CNPE) de Fessenheim est un épiphénomène du narratif anti-nucléaire qui va croissant dans la classe politique française. La filière fut fragilisée dans les années 2000 par l'absence de grands projet, débouchant directement sur les difficultés de la tranche EPR de Flamanville-3. Aujourd'hui on ferme une centrale entière alors même que l'éventuelle construction de six EPR est repoussée à 2022.

En combinant la fermeture de Fessenheim avec le report du lancement de la construction de six réacteurs EPR, doit-on craindre une menace sur les objectifs de 50% de nucléaire à l'horizon 2050 dans le mix électrique français ? Ne serai-ce alors pas une forme de remise en question implicite du contrat stratégique de filière [nucléaire] signé en 2019 ?

Loïch Le Floch-Prigent : La fermeture électorale de la Centrale de Fessenheim est effectivement un drame national , elle ne repose sur aucune analyse sérieuse de l’avenir ni de la satisfaction des besoins électriques du pays, ni de la filière nucléaire française qui est une des bases de notre prospérité. 

On avait, rappelons le, considéré que la fermeture de ce site interviendrait lorsque Flamanville 3 rentrerait en service, ce qui ne sera pas le cas avant deux ans, il y a donc un engagement de l’Etat non tenu à l’égard d’une entreprise cotée (EDF) et de la population française. La légèreté, j’ai coutume de dire l’amateurisme rivalise avec la mauvaise foi, puisque l’on déclare effectuer cette fermeture au nom du climat alors qu’elle a comme conséquence immédiate le déclenchement d’une Centrale à charbon en Allemagne pour assurer la satisfaction de la demande électrique régionale. Mais dans la mesure où on reporte le lancement des futurs réacteurs EPR et que l’on annonce en même temps qu’il faut arriver à 50% seulement de nucléaire avec comme seule raison « parce que 75% c’est trop » on peut dire que le contrat stratégique de filière de 2019 va rapidement devenir caduc comme si les lobbies anti-nucléaires avaient convaincu le gouvernement. On va le savoir vite d’ailleurs puisque le département nucléaire de General Electric racheté à Alstom portant sur les turbo alternateurs « Arabelle », merveille de la technologie française, est en vente et que tous les acteurs de la filière demandent que l’Etat se prononce pour soutenir un projet de reprise française. 

Henri Prévot : La question se pose en effet tellement la décision d’arrêter cette centrale nucléaire en bon état de marche paraît absurde. C’est contraire à la politique de lutte contre le gaspillage ; c’est contraire à l’objectif de réduire les émissions de CO2 puisque l’électricité qui ne sera pas produite là sera produite, en France ou dans les pays où nous exportons, par du gaz ou du charbon ; c’est contraire à la morale ouvrière pour qui le respect de l’outil de travail est un devoir primordial :comme l’a déclaré le président d’EDF, cet arrêt est très mal ressenti par le personnel ; c’est porter un très mauvais coup à l’économie locale ; c’est priver l’économie française de plusieurs milliards d’euros d’exportation d’électricité.

Il apparaît donc que diminuer la capacité nucléaire est aujourd’hui un impératif qui l’emporte sur tous les autres. Alors, pourquoi la part du nucléaire ne descendrait-elle pas bien en-dessous de 50 % ? D’ailleurs la ministre chargée de l’énergie a demandé à RTE (Réseau de transport d’électricité) d’étudier l’hypothèse d’une suppression totale du nucléaire. 

On s’étonne : comment l’Etat peut-il envisager que la production d’électricité puisse se faire sans nucléaire alors que dans le contrat de filière nucléaire signé il y a à peine plus d’un an, il s’engage à « soutenir la filière nucléaire grâce à une communication positive » et il a « affirmé la nécessité de préserver une capacité nationale de construction de nouveaux réacteurs nucléaires » ? 

Quoi qu’il en soit, le doute ainsi créé a d’ores et déjà un effet délétère.

Dans la même optique sera t-on encore capable de construire des réacteurs si l'on attend trop longtemps ? Partant du principe que les problèmes de la centrale de Flamanville sont directement dus à l’absence de grands travaux durant  prés de 10 ans dans la filière.

Loïch Le Floch-Prigent : Il est clair que le fait d’avoir retardé pendant 10 ans la construction de nouveaux réacteurs et d’avoir fermé une première fois l’expérimentation de la filière d’avenir à neutrons rapides -programme Superphénix- a été pour beaucoup dans les déboires de la construction de Flamanville, les compétences industrielles ont pour partie disparu. C’est grâce au programme chinois et à celui de la Grande Bretagne que nous réussissons à revenir dans la compétitivité, mais les résultats sont encore fragiles malgré l’enthousiasme des techniciens et ingénieurs persuadés que cette filière nucléaire décarbonée est indispensable à la France et à l’humanité. L’abandon récent en catimini du programme Astrid -toujours les neutrons rapides permettant d’utiliser les déchets et l’uranium naturel- a été un nouveau coup de canif dans le contrat national. Il faut se décider vite si l’on veut rester dans la course, ne pas vouloir quelque chose et son contraire, une énergie abondante et bon marché, décarbonée , c’est d’abord de l’électricité nucléaire.

Henri Prévot : Les difficultés rencontrées à Flamanville ont été bien analysées par le rapport de Jean-Martin Folz et par l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et techniques. Les causes sont multiples mais elles se ramènent à une défaillance de compétences et à une perte de la culture de qualité, la culture du zéro défaut qui demande une attention constante à tous les échelons. Faute de pratique pendant près de vingt ans, avec le départ en retraite de professionnels pointus, les compétences et la culture ne se sont pas toujours correctement conservées ou transmises. C’est là un réel souci des entreprises comme le fait ressortir une enquête faite par le Boston Consulting Group auprès des entreprises de ce secteur qui procure 220 000 emplois directs et indirects. Mais pour embaucher, pour former et certifier le personnel au niveau de compétence requis par le nucléaire, encore faut-il avoir des perspectives solides. La filière en a besoin dès 2021.

Quelles conséquences auraient une perte de compétence à l'export ? Serions-nous encore en mesure d'être seulement présent sur le marché de la construction de centrales ?

Loïch Le Floch-Prigent : A l’exportation nous sommes aujourd’hui dépassés par les russes et les coréens, bientôt par les chinois , mais nous restons avec EDF les références pour l’exploitation, et si l’on rajoute les turboalternateurs Arabelle, les meilleurs sur un grand nombre de composants essentiels , il nous appartient déjà  de nous  maintenir puis  de retrouver notre position dans la construction de nouveaux projets, en Inde, en Turquie, au Brésil…et pour cela il serait nécessaire de montrer la confiance des français eux-mêmes dans leurs entreprises. Ce sont des nationaux qui mettent en doute nos possibilités, il faut retrouver un peu de patriotisme industriel au plus tôt. 

Henri Prévot : Rappelons d’abord que deux EPR fonctionnent fort bien depuis plus d’un an en Chine. Cela démontre que la conception de ce réacteur est bonne et efficace et que les Chinois sont très capables. Il faut dire qu’ils ne cessent de construire des réacteurs nucléaires. Ce seront des concurrents redoutables, à moins que l’on ne décide de coopérer avec eux, ce qui serait beaucoup plus intelligent.Notre industrie devra continuer de montrer sa compétence. Cela ne suffira sans doute pas. Sans doute faudra-t-il proposer aussi des réacteurs moins puissants, conformément aux orientations du contrat de filière.

Outre la production d'électricité, une fragilisation de la filière ne menacerait-t-elle pas des secteurs connexes mais stratégiques pour la France comme la propulsion navale (portes-avions, sous-marins... ?

Loïch Le Floch-Prigent : Cette défiance permanente à l’égard de notre filière nucléaire émanant de secteurs entiers de notre éventail politique menace bien sur aussi notre politique de défense en particulier la construction navale alors que nous sommes reconnus dans le monde entier pour notre excellence dans les sous-marins comme l’illustre le contrat historique obtenu en Australie. Ce contrat porte sur des sous-marins à propulsion thermique, mais il nous faut garder notre indépendance aussi pour les versions nucléaires et nous avons là encore à effectuer une reconquête car notre politique industrielle a manqué de vigilance, il est temps encore, il suffit de le décider 

Henri Prévot : Les objectifs stratégiques que vous mentionnez là sont tellement importants que notre pays se donnera la possibilité de maintenir ses compétences mais il est sûr que, sans un écosystème industriel favorable, ce serait beaucoup plus compliqué.

Quelle rationalité doit-on chercher dans la fragilisation de notre filière  nucléaire alors même que l’utilisation du nucléaire est préconisée dans les scénarii du GIEC pour son caractère abondant, non polluant et décarboné, bon marché et pilotable ? Les énergies renouvelables peuvent-elles vraiment se substituer au nucléaire malgré leur caractère intermittent et non pilotables ?

Loïch Le Floch-Prigent : La fragilisation de notre filière nucléaire est issue uniquement d’un calcul politique médiocre consistant à rechercher les votes anti-nucléaires. L’écologie politique nationale a pris comme premier combat celui du nucléaire en oubliant celui de l’environnement, de la nature, de la vie qui est central dans la naissance et le développement de l’écologie originelle . Les rapports du GIEC montrent effectivement que la régression des énergies fossiles au niveau planétaire (85%°de l’énergie mondiale) ne peut se réaliser qu’avec l’aide de l’hydraulique et du nucléaire, énergies abondantes et pilotables contrairement à l’utilisation du vent et du soleil, énergies intermittentes ,difficilement et chèrement stockables. La quasi-totalité du monde scientifique, technique et industriel s’accorde désormais sur le passage obligatoire de l’humanité par la case énergie nucléaire tandis que la gestion des déchets est envisagée à travers la filière à neutrons rapides poursuivie en Russie, en Chine et aux USA. Les fermes éoliennes ont montré dans tous les pays leur faiblesse malgré des progrès techniques, et leur nocivité pour l’environnement en particulier pour la biodiversité, dénoncée avec insistance par de plus en plus d’acteurs. Il est temps que les français se réveillent , le vent n’est pas gratuit, il est intermittent, l’énergie installée ne veut pas dire énergie produite, le démantèlement est couteux et le recyclage des pales impossible… Cela peut être une solution locale, limitée, mais à l’échelle du monde cela restera marginal, regardons l’enthousiasme de nos voisins allemands transformé désormais en cauchemar. Le solaire n’en est encore qu’à ses débuts, il reste beaucoup de progrès à faire pour atteindre les rendements de n’importe quelle plante ! L’énergie renouvelable la plus prometteuse reste l’hydraulique que l’écologie politique française n’aime pas, on l’a remarqué, car elle permet une énergie pilotable, abondante et bon marché, il suffit de regarder les chiffres et les réalisations norvégiennes. C’est une des raisons, encore qui rendaient nécessaire de ne pas vendre les turbines hydrauliques d’Alstom à General Electric, et c’est pourquoi il faut conserver nos barrages et nos centrales en gestion nationale contrairement à ce qui se prépare. 

Retrouvons le souci d’indépendance nationale énergétique qui a été le ressort essentiel de notre prospérité, retrouvons notre capacité d’analyser les réalités de la science, de la technique et de l’industrie, le nucléaire est indispensable pour notre pays, Fessenheim était une de nos centrales les plus sures , sa fermeture est un abandon de souveraineté préjudiciable à notre avenir, nous regretterons demain notre passivité devant les diktats incompétents et électoralistes, fermer Fessenheim est un désastre.  

Henri Prévot : La question se pose en effet au niveau mondial. Un pays comme la France peut imaginer de faire reposer son approvisionnement en électricité sur le vent et le soleil. Sur le papier et à l’aide d’un tableur excel, il suffit de plusieurs dizaines de milliers d’éoliennes et de plusieurs milliers de kilomètres carrés de panneaux photovoltaïque. Il faudrait aussi de très grosses capacités de stockage. En effet, sous nos latitudes, le soleil produit quatre à cinq fois plus en été qu’en hiver. Pour produire en hiver de l’électricité à partir d’électricité produite en été, il faut un processus qui passe par la production d’hydrogène et de méthane, dont le rendement est de 25 %. Pour remplacer une absence de vent ne serait-ce qu’une journée, il faudrait une capacité de stockage égale à dix ou vingt fois la capacité de nos Steps (un mode de stockage hydraulique). Pour montrer que l’éolien et le photovoltaïque ne sont pas plus chers que le nucléaire, il suffit d’imaginer que les coûts de production et de stockage seront divisés par deux ou par quatre ou par dix. De plus, il faut oublier que la stabilité des réseaux électriques a besoin aujourd’hui de l’inertie des machines tournantes de productionet que personne ne peut dire assurément commentremplacercette inertie à l’échelle de tout le réseau européen.

Mais une politique de lutte contre les émissions ne peut pas se borner à une vision nationale.

Supposons que la population française accepte de voir le paysage de nos régions écrasé par le pullulement des éoliennes et de vastes étendues occupées par du photovoltaïque, avec des hypothèses de coût réalistesdiminuer le nucléaire obligerait à dépenser beaucoup plus qu’en l’augmentant. La différence de dépenses, tenant compte aussi des dépenses faites pour éviter de consommer de l’électricité, est de plusieurs dizaines de milliards d’euros par an – voir par exemple sur https://www.hprevot.fr

Plutôt que de dépenser ces milliards d’euros sans effet sur les émissions de CO2 ne serait-il pas préférable d’en consacrer une partie à cofinancer du photovoltaïque et de la sylviculture en Afrique et à mettre au point des techniques de production nucléaire utilisables dans ces pays? 

En réalité, un pays qui maîtrise la technologie nucléaire a la responsabilité devant le monde d’en tirer pleinement parti. Après le sacrifice de la centrale de Fessenheim, la population, ses élus et ceux qui les informent finiront par s’en rendre compte.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jipebe29
- 24/02/2020 - 09:47
Incohérence et incompétence...
La Commission, le Parlement européen et nos gouvernants confondent objectifs et moyens, ce qui pose question sur leurs compétences. Si l’objectif est de réduire nos émissions de CO2, alors les EnR intermittentes et fatales ne peuvent respecter cet objectif, car leur intermittence nécessite en soutien permanent des centrales thermiques, qui donc sont émettrices de CO2. Si l’objectif est de réduire nos émissions de CO2, alors que la France est déjà largement décarbonée pour la production d’électricité, alors il faut développer le nucléaire Génération III et Génération IV (surgénération), car le bilan carbone du nucléaire est particulièrement vertueux, alors que celui des EnR intermittentes et fatales particulièrement non vertueux. En Europe, on a donc tout faux.
jipebe29
- 24/02/2020 - 09:45
Fautes professionnelles de Hollande et Macron
La décision de F. Hollande, reprise par E. Macron, toujours pour des raisons de basse politique électorale, de fermer Fessenheim, c'est une grave faute professionnelle qui donne préférence aux magouilles électorales au détriment de l'intérêt général de la France.Qui paiera le coût de cet arrêt, qui est le manque à gagner d'EDF, soit au moins 10 Md€ ? L'Etat, c'est à dire les ménages.
Toute cette magouille pour de sombres et vertes raisons de basse politique électorale, ce n'est pas digne d'un Président. Quand les intérêts privés de deux Présidents passent avant l'intérêt général de la France, ce qui confirme que notre démocratie est bien malade.
Hiris
- 22/02/2020 - 10:57
Merci pour cet article incisif et complet comme d habitude
Vous faites partie des rares personnes qui osent encore s insurger contre la co....bobo écolo avec une argumentation en béton, ça fait du bien .Quand je pense que "en même temps" abandonne le nucléaire français industrie de pointe et garant de notre autonomie pendant que plusieurs grands pays construisent eux des centrales je me dis qu on est foutu ,les cons ont gagné la manoeuvre et il vaut mieux rester a l étranger. Et je ne suis pas la seule à le penser dans notre tranche d âge, regarder notre pays pris en otage par les gilets jaunes deuxième génération, lesfossoyeurs de la cgt,l éducation nationale qui bourre le crâne des gosses avec des niaiseries pseudo écolos et les bobos avec leur discours hypocrite de béni oui oui ,"couragefuyons"on ne peut même plus dire à des interlocuteurs ce que dit cet article sans que l on nous saute à la gueu....avec des arguments tellement bidons et énormes qu' on est découragé !