En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Hommage à Samuel Paty : Emmanuel Macron dénonce les lâches qui ont livré le professeur aux barbares mais oublie de cibler le "pas-de-vagues"

03.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

04.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

05.

Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

07.

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Man Ray et la mode" : quand un photographe surréaliste magnifie les femmes... Une exposition d'une suprême élégance

il y a 14 min 45 sec
pépites > International
Réformes attendues
Liban : Saad Hariri a été officiellement désigné Premier ministre
il y a 1 heure 46 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche
il y a 3 heures 10 min
décryptage > France
Séparatisme

Les impensés de l’attentat terroriste de Conflans

il y a 5 heures 8 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : l’Allemagne investit massivement dans un plan de ventilation et la France serait bien inspirée de l’imiter

il y a 5 heures 43 min
pépite vidéo > France
"Réparer la France"
Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"
il y a 6 heures 32 min
décryptage > International
Conflit au Haut-Karabagh

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

il y a 7 heures 52 min
décryptage > Société
Islam vaincra !

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

il y a 8 heures 16 min
décryptage > Education
Education nationale

Hommage à Samuel Paty : Emmanuel Macron dénonce les lâches qui ont livré le professeur aux barbares mais oublie de cibler le "pas-de-vagues"

il y a 8 heures 27 min
light > Terrorisme
Biopic
Le réalisateur Clint Eastwood sera convoqué au procès de l'attentat du Thalys
il y a 18 heures 55 min
pépites > International
Tensions
Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"
il y a 1 heure 17 min
pépite vidéo > Politique
Idéologie
Jean-Michel Blanquer : "Ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme fait des ravages"
il y a 2 heures 34 min
décryptage > International
Campagne électorale

Election présidentielle en Côte d’Ivoire : ne pas rejouer les luttes du passé

il y a 4 heures 51 min
décryptage > Politique
A l’Ouest, rien de nouveau

Le terrorisme fait-il encore bouger les lignes chez les électeurs ?

il y a 5 heures 32 min
décryptage > High-tech
Menace incontrôlable en vue ?

Ces deepfakes de photos de (vraies) femmes nues que des bots génèrent à la chaîne

il y a 5 heures 53 min
décryptage > Société
Lutte contre le séparatisme

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

il y a 7 heures 15 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Dissolution des organisations salafistes : le temps des actes

il y a 8 heures 11 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Syndicats et patronat main dans la main pour s’opposer au gouvernement

il y a 8 heures 20 min
pépites > Justice
Terrorisme
Sept personnes mises en examen après l'assassinat de Samuel Paty
il y a 9 heures 12 min
pépite vidéo > France
Hommage national
Retrouvez l’hommage d’Emmanuel Macron à Samuel Paty
il y a 19 heures 39 min
© AFP
© AFP
la vie devant soi

Non, la réussite professionnelle ne s'obtient pas (uniquement) via un parcours scolaire en ligne droite

Publié le 20 février 2020
Dans un article publié sur The Atlantic, la psychologue Madeline Levine s'interroge sur le bien fondé d'encourager ses enfants à avoir un parcours linéaire et à ne chercher que l'excellence. Peut-être qu'en les éduquant de la sorte, les parents font plus de mal que bien à leurs enfants ?
Pascal Neveu
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal Neveu est directeur de l'Institut Français de la Psychanalyse Active (IFPA) et secrétaire général du Conseil Supérieur de la Psychanalyse Active (CSDPA). Il est responsable national de la cellule de soutien psychologique au sein de l’Œuvre...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans un article publié sur The Atlantic, la psychologue Madeline Levine s'interroge sur le bien fondé d'encourager ses enfants à avoir un parcours linéaire et à ne chercher que l'excellence. Peut-être qu'en les éduquant de la sorte, les parents font plus de mal que bien à leurs enfants ?

Atlantico : Bien des parents incitent leurs enfants à choisir leur voie relativement tôt, les encourageant à suivre un parcours linéaire (bons résultats au bac, bonne université, bon stage mèneraient à une bonne carrière). Pourtant la majorité des individus aux carrières professionnelles les plus accomplies ont rarement suivi une ligne droite. Pourquoi associe-t-on parcours linéaire à réussite ? 

Pascal Neveu : Le désir de réussite d’un enfant pour ses parents, d’un parcours sans encombre est toujours le souhait normal d’un parent. Ce désir s’inscrit dans l’enveloppement et la protection d’un petit être que l’on va éduquer, faire grandir, voir grandir, tout en sachant que la vie est replie d’aléas, mais souhaitant l’alléger de ces épreuves de la vie que nous avons tous connu. Il y a donc à la fois une forme d’angoisse liée à notre propre vécu, mais aussi ce désir de réaliser l’identique de nous, et dans de nombreux cas de réaliser mieux que nous.

Aussi, vous aurez différents cas de figure que l’on pourrait qualifier de familles « de père en fils », des enfants « réalisés », des enfants dits « parfaits », des enfants « sans problème »… Tous ceux qui ne posent pas souci et répondent à la fois aux désirs et fantasmes des parents et calment les angoisses parentales. Bien évidemment, ces angoisses parentales sont pour nous psy de meilleure augure qu’un « je m’en foutisme », à condition que cette angoisse soit « saine » et ne pèse pas sur le développement et les exigences auprès de l’enfant. C’est Lacan qui disait que « l’enfant est pensé, dit et nommé avant que d’être ».

Autrement dit, nous pensons un idéal pour notre enfant, auquel il va répondre favorablement ou en opposition, notamment au cours de l’adolescence. Rien n’est prédestiné et ne peut qu’angoisser à la fois le parent et l’enfant. Tout dépend de notre milieu social. Pierre Bourdieu a très bien décrit l’habitus, c’est-à-dire une condition à rester dans la même sphère socio-culturelle que ses parents. Tout dépend de notre culture par exemple anglo-saxonne où à la fois les enfants sont déjà « pré-destinés » au niveau de leurs études qu’il faut financer (voire même pense dès leur conception), alors que les USA prônent le self-made man. Mais en Europe et en France les diplômes ont une plus grande valeur que la capacité réelle d’un individu. Mais le parcours linéaire fait à la fois fantasmer et en même temps peur.

Pourquoi pousser ces enfants à suivre un chemin tout tracé n'est pas toujours une bonne idée ? 

Madeline Levine décrit avoir questionné plus de 100 000 personnes durant 15 ans. «Combien d'entre vous que vous considérez comme ayant réussi ont suivi un chemin droit ? Combien ont suivi un chemin tortueux? " Selon elle, les parcours linéaires représentent, tout au plus, 10% des personnes qui se considèrent également comme performantes. Les 90% restants sont des personnes qui ont pris des risques, échoué, changé de cap, récupéré, ont souvent échoué à nouveau, mais ont finalement trouvé leur propre façon de vivre, et se considèrent comme épanouis.

Elle nomme ces deux catégories d’un côté les  « flèches droites » et d’un autre côté les « vagabonds curieux ».

Certains parents vont rêver que leur enfant intègre l’université de Stanford qui reste le lieu d’où sont issus quasi tous les prix Nobel, d’autres seront satisfaits que leur enfant obtienne un CAP… pour éventuellement devenir un premier ministre des années 90 en France. Il est nécessaire de prendre en considération les capacités, les facultés d’un enfant plutôt que le rentrer dans des cases qui pourraient s’effondrer à un moment donné.

En France, 30% des étudiants issus de grandes écoles se réorientent sitôt leurs diplômes obtenus, car ils ne se reconnaissant pas dans cette voie toute tracée. 20% d’étudiants reçus au concours de médecine qui ne terminent pas leur cursus. Il existe une pression sociale et familiale face à cette angoisse à réussir.

Bien évidemment, face à notre monde actuel, compliqué, violent, sans pitié, où la précarité est une réalité, la pauvreté de plus en plus importante, il existe une soif de réussite. Sans compter les belles images médiatisées de belles réussites de jeunes millionnaires, de brillants avocats, hommes ou femmes d’affaires… les réseaux sociaux et la télé réalité… Tout est de plus en plus image et fait briller et illumine nos yeux… nous fait tirer des bilans sur nos vies, et la vie que nous souhaitons transmettre et faire vivre à nos enfants.

Cependant, qui n’a pas affronté et surmonté des épreuves ne pourra certainement qu’être plus en difficulté d’adaptation face à quelqu’un qui aura eu ce parcours plus sinueux. Je ne crois pas en des vies linéaires. Il est des « privilégiés », certains se voilent la face… mais le temps rattrape tout.

Plutôt que de leur vendre le bienfondé d'un parcours linéaire, ne devrait-on pas les laisser faire des erreurs, s'égarer et enfin apprendre à se relever ? Connaître la valeur de l'échec, n'est-ce pas un point nécessaire pour bien réussir sa carrière professionnelle ? 

Encourager les enfants à suivre un chemin linéaire les rend prudents et compétitifs, alors que ce dont ils ont le plus besoin est la curiosité, la volonté de prendre des risques, et un talent pour la collaboration, la compassion. Des « sages » édictent des formules, des « seniors » transmettent leurs propres expériences… Mais rien ne peut empêcher un être de se développer dans un univers, se confronter à un autre, s’égarer… C’est ce que j’appelle accepter de dériver… Sur un cours d’eau, par exemple de la vie, nous tentons mener notre barque, adroitement ou pas... Mais il reste les rives qui guident notre regard et auxquelles nous pourrons nous raccrocher. Et en allant plus loin, pensons à des sports de canoë kayak ou de descentes en ski où justement la linéarité n’est pas le but, mais au contraire « surfer » et venir toucher des obstacles pour gagner la course.

Aussi, sans doute devons-nous en tant que parents nous alléger de cette pression de l’éducation et de la réussite et nous rappeler que le plus souvent, un chemin sinueux et inattendu est ce qui mène au succès. Kafka écrivait « Il y a un but, mais pas de chemin ; ce que nous nommons chemin est hésitation ». Et celui qui n’a vécu qu’un chemin linéaire sera vraisemblablement plus dans l’hésitation que celui qui s’est « armé » suite à son chemin sinueux.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
clo-ette
- 02/09/2020 - 11:53
Les enfants qui sont de de meilleures conditions
pour réussir, sont les enfants dont les parents ( sans forcément mettre la pression ) savent que l'école c'est important, et font tout pour les imprégner d'un environnement favorable : livres, jeux intelligents, sorties, surveillance des études, conversations à table etc .
ajm
- 20/02/2020 - 15:38
Monde à l'envers.
En fait, si on regarde bien, on observe de plus en plus de " start-up" dans des domaines très triviaux, churros ou autres, mais les créateurs ne sont plus des " sans dents" courageux et malins mais de plus en plus des fils ou filles de bourgeois, diplômés de grandes écoles. Les " sans dent" vont maintenant essayer de se présenter à la nouvelle Ena sociale,version concours du quatrième type, surtout et essentiellement s'ils peuvent aligner quelques quartiers de noblesse africaine. Les " sans dent" de souche, eux, devront s'astreindre à postuler, par concours très sélectif et après examen attentif de leur adhésion aux " Valeurs de la République" , aux positions de cantonnier à Aurillac ou Saint-Flour ( pour les grandes métropoles il sera donné priorité aux " jeunes ").
ajm
- 20/02/2020 - 15:26
Statut professionnel.
Oui, mais pour un vendeur de churros qui émerge en créant sa fabrique de churros il y en a dix mille qui vendent les churros pour le Smic.
Et puis l'argent ne résume pas tout, même si , à mon avis, on ne peut pas séparer durablement rétribution financière et niveau / difficulté d'accès à un metier. C'est même pour cette raison que l'on trouve de moins en moins de medecins généralistes et beaucoup de vendeurs pour n'importe quoi.