En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

03.

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

04.

Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter

05.

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

06.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

07.

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

01.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

02.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

03.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

06.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

ça vient d'être publié
pépites > Terrorisme
Débandade
Seuls 26% des Français font confiance au gouvernement pour lutter contre le terrorisme
il y a 7 min 34 sec
décryptage > France
Justice

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

il y a 59 min 11 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’économique française a rebondi de 18 % au 3ème trimestre, preuve que le système de production peut tenir, à condition qu’on lui fiche la paix...

il y a 1 heure 29 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

Pierre Gide : le quotidien difficile d’un avocat sous l’Occupation

il y a 1 heure 38 min
décryptage > International
J-4

Bidenomics : quel impact pour l’économie d’un (éventuel) président démocrate ?

il y a 1 heure 40 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim kardashian fête des 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; La maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof
il y a 1 heure 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz : en route pour l'Oural avec un amoureux de la Russie, de son peuple et de sa littérature. Un voyage intéressant et émouvant

il y a 13 heures 50 min
pépites > Education
Education nationale
Hommage à Samuel Paty : la rentrée scolaire n'est plus décalée à 10h lundi prochain
il y a 16 heures 20 min
light > Science
Ancêtre
Le chien est le plus vieil ami de l'homme, sa domestication est survenue il y a plus de 10.000 ans
il y a 18 heures 12 min
pépites > Politique
Décision
Antisémitisme : Jeremy Corbyn a été suspendu du Parti travailliste britannique
il y a 18 heures 47 min
décryptage > France
Pour nous sonne le glas

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

il y a 52 min 20 sec
décryptage > Santé
Apéros vidéo

Comment gérer la consommation d’alcool pendant le confinement ?

il y a 1 heure 9 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

GIGN - RAID : aux origines de la création des unités d’élite

il y a 1 heure 38 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Savoir repérer les manipulateurs : comment dire non à une personne malveillante et manipulatrice ?

il y a 1 heure 39 min
décryptage > International
Exemple

Petites leçons venues des Etats-Unis pour les conservateurs français

il y a 1 heure 40 min
décryptage > Société
Changement de visage

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

il y a 1 heure 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Effacer les dettes publiques - c’est possible et c’est nécessaire" de Hubert Rodarie : la thèse "contre-intuitive" d’un expert sur un sujet qui interroge les économistes, un appel à une révolution de la pensée

il y a 14 heures 8 min
pépites > Faits divers
Forces de l'ordre
Tentative d’agression au couteau sur un policier dans le XVe arrondissement de Paris
il y a 17 heures 43 min
pépites > Politique
Moyens d'action face au virus
Covid-19 : le Sénat a voté la prolongation de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 31 janvier
il y a 18 heures 24 min
pépites > International
Mini tsunami
Turquie : au moins quatre morts et 120 blessés après un séisme de magnitude 7 en mer Egée
il y a 19 heures 16 min
© Reuters
© Reuters
Atlantico Business

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

Publié le 20 février 2020
En confirmant la suppression de 35 000 emplois dans les deux ans, le groupe bancaire européen HSBC annonce la mutation la plus profonde qui va bouleverser l'ensemble du secteur bancaire européen.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En confirmant la suppression de 35 000 emplois dans les deux ans, le groupe bancaire européen HSBC annonce la mutation la plus profonde qui va bouleverser l'ensemble du secteur bancaire européen.

Après avoir été pendant un demi-siècle le plus gros créateur d’emplois, l’activité bancaire a entrepris depuis quelques années une mutation contrainte et forcée qui va l’obliger à se séparer d’une grande partie de ses personnels.

Avant l’an 2000, la banque était encore toute puissante. Partout dans le monde, l’industrie financière régnait sur la vie quotidienne en dominant les stratégies industrielles. La banque était incontournable.

Depuis une vingtaine d’année, tout a changé. Pour affronter la concurrence interne et consolider les garanties tout en assumant des nouveaux risques internationaux, les établissements bancaires se sont regroupés et en se regroupant, ils ont crée des synergies au niveau du personnel obligé de muter. Moins d’agences d’un coté, plus « de traders » de l’autre. Mais les traders aussi sont menacés par les robots.

L’arrivée du digital a progressivement transformé les banques en immense système informatique capable de traiter des milliards de données. Après avoir tout fait pour fidéliser ses clients, la banque s’est mise à traiter la data portée par ce même client.

Mais peu-à-peu, la banque s’est aussi aperçue que d’autres acteurs possédant de la « data » et des moyens de communications aussi importants pouvaient eux aussi brancher le client et leur offrir un service identique et moins cher.

Facebook, Google, Amazon et d’autres sont sans doute parfaitement capables de devenir des banquiers aussi efficaces et presque plus séduisants que les banquiers traditionnels. Tout cela dans un univers où les taux d’intérêt sont presque à zéro et ils le sont durablement. Or le taux d’intérêt pour un banquier, c’est l’élément clef de son business. Le taux d’intérêt lui permet d’intéresser son client, l’épargnant comme l’emprunteur. Le taux d’intérêt lui permet aussi de fabriquer de la marge.

Depuis presque dix ans maintenant, les banquiers laminés par la concurrence du digital ne fabriquent plus de marge, donc très peu de valeur.

Tout leur problème est de définir des nouveaux métiers, sur des nouveaux marchés avec des nouvelles stratégies.

Les banques tiennent debout aujourd’hui parce qu’elles gèrent les dettes d’Etat et que la banque centrale recycle les vieilles créances mais c’est une activité peu profitable et génératrice de crise. Le nerf de la guerre, c’est le financement de l’industrie et la gestion des finances personnelles. Des segments qui sont captés de plus en plus par de nouveaux acteurs.

Le résultat, c’est que le secteur de la banque s’apprête à vivre ce que la sidérurgie européenne a vécu à la fin du siècle dernier.

Ce qui se passe chez HSBC est prémonitoire. Elle commence par tailler dans ses effectifs en en supprimant 15% dans les deux ans pour réduire ses coûts de fonctionnement de 4,5 milliards de dollars par an. Il n’y a pas si longtemps, la Deutsche Bank annonçait près de 20 000 suppressions d’emplois. Ne parlons pas des banques espagnoles qui sont sponsorisées par les régions. Quant aux banques italiennes, elles sont quasiment sous perfusion de la banque centrale européenne. Et tout le monde s’interroge pour savoir si Mme Lagarde aura les mêmes attentions que celles que Mario Draghi, son prédécesseur, leur prodiguait.

Ces problèmes structurels de la banque sont systémiques. Ils affectent l’équilibre de toute l’économie européenne. Ils posent évidemment deux questions auxquelles il faudra trouver des solutions ;

Une question sociale très grave mais soluble. Les suppressions d’emplois liées à la modernité digitale en général, vont affecter des personnels plutôt formés et jeunes  qui peuvent donc se reconvertir dans d’autres activités. Selon une étude très récente réalisée par Willis Towers Watson, l’un des plus grands cabinets de conseil de courtage et de solutions logicielles au monde, 4 salariés sur 10 sont très inquiets des progrès de la robotisation pour leur emploi... Mais ils sont prêts à investir dans de nouvelles compétences. Cette étude confirme que

-89% des organisations automatiseront certaines tâches dans les trois ans à venir 

- 26% du travail effectué par un salarié le sera par un robot dans les trois prochaines années 

- 2 travailleurs sur 5 estiment que leur emploi pourrait être automatisé d’ici dix ans 

- C’est pourquoi, 65% d’entre-deux sont disposés à investir dans le développement de leurs compétences.

On sait donc qu’il y a des solutions dans le système de formation notamment qui peut répondre à une telle mutation. C’est l’objet de la loi formation votée en France mais qui n’est rien d’autre que le rattrapage d’un retard que nous avons pris.

La deuxième question est plus politique. La banque est au cœur du système de confiance dans le fonctionnement de l’économie. C’est la raison pour laquelle au lendemain de la crise de 2008, tous les gouvernements ont renforcé les conditions de garanties de fonctionnement des institutions financières et de solvabilité. Tous les gouvernements l’ont fait, à l’exception du gouvernement américain. Le résultat est que les banques européennes sont sans doute les plus sécurisées du monde, mais ce sont aussi les moins performantes puisque la sécurité limite par définition leur liberté de prendre des risques. Elles se sont donc laissées dépasser par les banques américaines et sont devenues plus vulnérables à la concurrence des nouveaux entrants. Ajoutons à cela que le secteur est systémique. La crise de 2008 a démarré aux Etats-Unis par la faillite d’une grande banque de New-York. La banque européenne est protégée, mais elle reste menacée par ses propres faiblesses internes ( l’Italie par exemple ). Elle reste menacée par le dérapage non contrôlée d’une banque américaine ou même chinoise.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
JG
- 21/02/2020 - 18:57
Il restera toujours des gens dans les banques
ou dans ce qui remplacera les banques, pour accueillir les clients et leur proposer des services personnalisés.
Vous accepteriez de discuter d'un crédit immobilier qui vous engage sur 15 ou 20 ans et occupe 30% de votre revenu avec un robot ?
Alain Proviste
- 21/02/2020 - 12:32
Convention collective
ajm : voir ici : https://www.cjoint.com/doc/20_01/JAhnvDwZC4h_banque.pdf
Sans vouloir se lancer dans un débat sans fin, les conventions collectives sont plus favorables aux salariés que les dispositions du Code du Travail. C'est pour ça qu'elles existent. Celle de la banque est particulièrement favorable aux salariés.
Une dernière fois, tant mieux pour ceux qui en bénéficient mais ça coûte cher.
ajm
- 20/02/2020 - 22:30
Convention collective.
Alain Proviste: la convention collective des banques, comme toutes les conventions collectives, ne fixe que des minimums de salaire non revalorisées depuis des lustres et qui ne correspondent plus à grand chose, surtout pour les cadres. C'est la loi de l'offre et la demande qui y fixe les salaires, surtout dans les domaines très techniques et pointus.