En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

03.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

04.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

05.

Être contaminé dans la rue... ou agressé : Anne Hidalgo et la préfecture de police sont-ils capables de déterminer le plus grand risque statistique à Paris ?

06.

L’Iran pourrait sortir vainqueur de la crise libanaise

07.

L’Europe face au dilemme biélorusse

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

06.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

03.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

06.

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

ça vient d'être publié
pépites > Santé
CORONAVIRUS
Les chiffres qui inquiètent en Ile-de-France
il y a 5 heures 51 min
pépites > Consommation
BILAN MITIGÉ
Soldes : un résultat décevant
il y a 6 heures 51 min
pépites > Faits divers
VAL-DE-MARNE
Vincennes : deux morts dans un incendie
il y a 7 heures 27 min
light > Loisirs
MIEUX VAUT TARD QUE JAMAIS
Elle se fait tatouer à 103 ans
il y a 9 heures 17 min
pépites > France
MOUVEMENT DE FOULE
Cannes : crise de panique après une rumeur de fusillade
il y a 9 heures 55 min
pépite vidéo > International
NIGER
Six humanitaires français tués au Niger
il y a 10 heures 49 min
décryptage > Santé
PANDÉMIE ET INSÉCURITÉ

Être contaminé dans la rue... ou agressé : Anne Hidalgo et la préfecture de police sont-ils capables de déterminer le plus grand risque statistique à Paris ?

il y a 12 heures 18 min
décryptage > Style de vie
ALIMENTATION

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

il y a 12 heures 53 min
décryptage > Politique
LIBAN ET BIÉLORUSSIE

L’Europe face au dilemme biélorusse

il y a 13 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La Panthère des neiges" de Sylvain Tesson, le prix Renaudot 2019 vient récompenser ce très beau et rafraîchissant vagabondage philosophique sur le toit du monde

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Société
Des mots qui viennent d’ailleurs

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

il y a 6 heures 39 min
pépites > France
DÉJÀ !
Les vendanges débutent avec plusieurs semaines d'avance
il y a 7 heures 10 min
light > France
AÏE
Méditerranée : un poisson mord les mollets des vacanciers
il y a 9 heures 2 min
pépites > Santé
VRAIMENT ?
Selon Poutine, la Russie aurait développé le "premier vaccin" contre le coronavirus
il y a 9 heures 38 min
pépites > France
ATTAQUE ARMÉE
Niger : qui étaient les victimes ?
il y a 10 heures 20 min
décryptage > Economie
ASSURANCES

L’autre test du Covid : les assurances seront-elles à la hauteur des promesses d’indemnisation de leurs polices face aux dégâts de l’épidémie

il y a 12 heures 8 min
décryptage > International
DOSSIER LIBANAIS

L’Iran pourrait sortir vainqueur de la crise libanaise

il y a 12 heures 38 min
décryptage > Economie
ATLANTICO BUSINESS

Bilan du tourisme français : bienvenue à Corona-beach, entre 30 et 45 milliards d’euros de pertes pour la saison 2020

il y a 13 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Lumière noire" de Lisa Gardner, bel hymne à l'instinct absolu de survie

il y a 1 jour 42 min
pépites > France
Violents orages
Plusieurs blessés, dont deux graves, dans le funiculaire reliant Lourdes au Pic du Jer après une panne d'électricité
il y a 1 jour 1 heure
© GONZALO FUENTES / POOL / AFP
© GONZALO FUENTES / POOL / AFP
Mots valises

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

Publié le 12 février 2020
Emmanuel Macron a reçu les députés de La République en marche mardi soir à l'Elysée afin de resserrer les rangs avant les élections municipales et avec en ligne de mire le scrutin présidentiel de 2022.
Sébastien Laye
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sebastien Laye est un entrepreneur immobilier, chercheur associé en économie à l'Institut Thomas More et président du mouvement Les Citoyens Cincinnatus.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Macron a reçu les députés de La République en marche mardi soir à l'Elysée afin de resserrer les rangs avant les élections municipales et avec en ligne de mire le scrutin présidentiel de 2022.

Si ce quinquennat avait besoin d’une nouvelle séquence ubuesque, le président nous en aura donné une joviale itération hier à l’Elysée. En pleine crise de défiance suite à plus d’un an d’un mouvement, celui des Gilets Jaunes, massivement soutenu par la population française, et d’une réforme des retraites, certes destinée à être mise en place en raison de la prévalence du fait majoritaire dans nos institutions, mais rejetée nolens volens par deux tiers des français, Macron invente un exercice de câlinothérapie problématique à bien des égards.

Premièrement, pour un président qui dans un court moment bonapartiste au printemps 2017 prétendait restaurer les institutions face au vieux monde politique, on peut s’interroger sur sa compréhension de nos institutions justement : le principe essentiel de séparation de l’exécutif et du législatif, la place surplombante du Président dans notre Constitution en tant qu’arbitre non partial, aurait du l’amener à déléguer cet exercice au Premier Ministre, chef théorique de la majorité (mais l’actuel l’est il vraiment, lui qui ne représente pas la sensibilité deuxième gauche constitutive de l’élan macroniste de 2016/2017 ?). Elaborée par Locke et Montesquieu, la théorie de la séparation des pouvoirs vise à limiter les différentes fonctions de l’Etat, et elle a été précisée en France par notre constitution de 1958 qui fait du Président un arbitre au-dessus des tensions partisanes. Or Macron n’a de cesse depuis un an et demi de se comporter comme un chef de clan ou de parti (le sien n’ayant semble t il aucune tète puisque les Français ne connaissent pas vraiment Stanislas Guerini), réunissant « ses » députés au plus fort de la crise des Gilets Jaunes, dans un appel bunkérisé au « qu’ils viennent me chercher », ou se livrant comme hier à un véritable séminaire d’explication avec ses députés. Il avait déjà enfreint la séparation stricte des pouvoirs en établissant cette nouvelle tradition d’un discours à Versailles devant les parlementaires, avant même le discours de politique générale du Premier Ministre…

Deuxièmement, cette rencontre avec ses parlementaires a révélé toute la magnitude du désespoir du macronisme et de l’incompréhension entre la tête et les jambes de ce mouvement. Là où les parlementaires évoquaient la violence à leur égard, un président catalyseur de haine et de rejet, l’imprécision des directions (voir la polémique sur les congés parentaux pour décès d’un enfant), Macron n’a fait aucun mea culpa sur la méthode : loin de rabattre sa coulpe ou de faire preuve d’un aggiornamento dans la méthode, il a rappelé que le sort des députés était lié au sien, a fait appel aux sempiternelles oukases contre les factieux, les frondeurs (passant beaucoup de temps sur le quinquennat Hollande, artifice rhétorique de la critique du prédécesseur qui a de moins en moins d’impact).

Enfin, il a proposé un nouvel Acte 2 (ou 3, on ne sait plus très bien) du quinquennat : afin de clore au plus vite l’Acte 2 des retraites, qui mine le moral des parlementaires au quotidien, il promet pour la fin du quinquennat une vision sur le régalien et l’écologie. L’économie, les réformes structurelles, disparaissent au profit de mots valises, l’un ancré à droite, l’autre plus à gauche (l’écologie n’est elle pas en train de devenir la vraie force de gauche dans ce pays, en tout cas tant que la droite abandonne stupidement l’environnement à des forces issues du gauchisme historique…). Nous sommes bien là dans le vertige camusien de l’usage de mots galvaudés, car tout le quinquennat jusqu’à présent a abandonné les deux dimensions évoquées comme priorité : examinons en effet le bilan Macron dans ces deux domaines pour comprendre le cynisme de l’usage de ces deux mots, vidés de leur sens et galvaudés par une communication élyséenne en roue libre…

Sur le régalien, le bilan de la criminalité en France en 2018 et 2019 fut catastrophique : pour 2019, les coups et blessures enregistrent une hausse de 8%, les agressions sexuelles de 12% et les homicides de 8%. L’immigration n’est pas contrôlée (+7% de titres de séjour, +10% d’entrées d’étudiants, +15% d’immigration économique), les zones de non droit se multiplient : comment Macron peut il feindre de découvrir ces problèmes qu’il a aggravés ?

Quant à l’écologie, au-delà des effets d’affichage du Make our planet great again, la France de Macron est en la matière un des pays les plus rétrogrades au monde : non seulement d’un point de vue industrielle nous sommes en retard sur la transition énergétique, mais le gouvernement a encouragé la dévastation de nos paysages, de nos terroirs et de notre faune : reprise des chasses à courre, encouragement à tuer les loups, reprise de la barbare chasse à glue, démantèlement de l’office national des Forêts : le désastre écologique de la France de Macron explique le regain de vitalité électorale d’EELV.

Ce n’est que par cynisme que Macron, pour s’attaquer tantôt à la droite, tantôt aux écologistes, agite des mots valises vides de sens : nous attendons désormais les vraies mesures. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
spiritucorsu
- 13/02/2020 - 14:25
Errare humanum est,diabolicum persevare!
L'erreur fatale du monarque président,c'est de croire que son armée d'automates va lier son destin à sa petite personne,soit par reconnaissance ou par peur de ne pas être adouber par le roi,jusqu'au très visible désastre final avec un radeau présidentiel qui se déglingue de plus en plus dans la tempête.La reconnaissance n'a jamais fait partie des valeurs de nos politiques qui croient que tous leur est dû.Le cabot élyséen qui a d'ailleurs été particulièrement reconnaissant avec son maître à penser le capitaine de pédalo en le trahissant pourrait bientôt l'apprendre à ses dépens.
De Clem
- 12/02/2020 - 21:52
Quant à l'écologie ...
la suite de ce paragraphe est ubuesque ! On peut questionner les méthodes de chasse mais elles ne dévastent en rien nos paysages !
Par contre les éoliennes et les grandes implantations de panneaux photo-voltaïques sont une catastrophe totale pour nos paysages , surtout dans les petits territoires, comme par exemple dans la plaine du Roussillon . Venez y passer vos prochaines vacances , le résultat est déjà impressionnant . La nuit , la plaine ressemblera bientôt à un sapin de Noël permanent !!!
nobobo
- 12/02/2020 - 21:47
Mieux que rien
Je ne suis pas Macronien mais il faut arrêter de tirer sur l' ambulance. Les réformes minimes qu'il met en place sont bonnes à prendre. En témoigne les réactions violentes des nantis de la fonction et des services publiques. On aimerait bien sûr que la haute fonction publique soit aussi concernée.