En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

02.

La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

05.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

06.

Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé

07.

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 3 min 32 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 44 min 30 sec
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 2 heures 7 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 2 heures 28 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 3 heures 42 sec
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 3 heures 13 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 3 heures 42 min
décryptage > Politique
LREM

Islamisme : Emmanuel Macron peut-il faire changer la peur de camp sans changer... sa majorité ?

il y a 4 heures 17 min
décryptage > Santé
Armes contre le virus

Plaidoyer pour une régulation de la lutte contre la Covid-19

il y a 5 heures 11 min
décryptage > France
Professeur décapité

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

il y a 5 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 29 min 4 sec
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 1 heure 27 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 2 heures 12 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 2 heures 43 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 3 heures 7 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 3 heures 42 min
décryptage > Politique
Mouvement

Radioscopie d’un conservatisme français qui retrouve du poil de la bête

il y a 4 heures 4 min
pépites > Terrorisme
Hommage
Samuel Paty recevra la Légion d'honneur posthume et sera fait Commandeur des palmes académiques annonce le ministre de l'Education
il y a 4 heures 47 min
décryptage > France
Lutter sans renier ses principes

La démocratie face au piège du traitement de ses ennemis (islamistes) : petites munitions intellectuelles pour résister aux sophistes

il y a 5 heures 29 min
décryptage > France
Ecœurant

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

il y a 5 heures 43 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Désamour

Les métropoles superstars victimes de leur succès (et celles qui parviennent à échapper aux effets pervers)

Publié le 12 février 2020
Les "Superstar cities", les villes riches, attractives et où il y a beaucoup d’offres d’emplois (Los Angeles, New York, Paris, Londres, Amsterdam ou Tokyo) ont attiré massivement dans les années 2000. Depuis 2015, le schéma s'inverse avec des vagues de départs au sein de ces grandes villes.
Laurent Chalard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard est géographe-consultant. Membre du think tank European Centre for International Affairs.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les "Superstar cities", les villes riches, attractives et où il y a beaucoup d’offres d’emplois (Los Angeles, New York, Paris, Londres, Amsterdam ou Tokyo) ont attiré massivement dans les années 2000. Depuis 2015, le schéma s'inverse avec des vagues de départs au sein de ces grandes villes.

Atlantico.fr : Depuis quelques années, certaines villes-centres de villes globales, telles que Paris, voientleur population diminuer. Comment expliquer ce phénomène ? 

Laurent Chalard : Le phénomène de dépeuplement des ville-centres des grandes agglomérations des pays riches, comme de certains pays à niveau de vie intermédiaire, ne constitue nullement une nouveauté de ces dernières années, mais est un phénomène structurel, qui a émergé dès la première moitié du XX° siècle dans les grandes métropoles d’Europe Occidentale, dont Paris, consécutivementau phénomène de décohabitation, c’est-à-dire de forte diminution de la taille des ménages dans un contexte de faible évolution du volume de logements, ces villes étant quasiment entièrement urbanisées et une partie du parc de logements ayant été transformé en bureaux, ainsi qu’accessoirement de la hausse de la vacance, un phénomène qui a été plus sensible outre-Atlantique. En effet, du fait, dans un premier temps, de la baisse de la fécondité et, dans un second temps, du vieillissement de la population et de l’évolution des formes de cohabitation familiale (séparation des couples, familles monoparentales, progression du célibat), la taille des ménages s’est effondrée, passant sous le chiffre moyen de 2 personnes par ménage dans certaines ville-centres, dont Paris. Il s’en est suivi une diminution plus ou moins forte de la population.Par exemple, Paris a perdu 780 000 habitants entre 1921 et 1999, Londres 1,2 million entre 1931 et 1991, et New York 820 000 entre 1950 et 1980. Dans toutes ces villes, la population a migré vers les banlieues, où l’offre de logements, en particulier familiaux, était abondante. Cependant, à partir des années 1990, certaines de ces villes ont vu leur population rebondir grâce à une politique de forte densification de l’habitat, qui passe en particulier par la récupération des grandes friches industrielles, ayant permis de limiter les départs vers la périphérie. Ce phénomène de rebond semble néanmoins s’essouffler dans certaines villes, dont Paris, où les possibilités de construire plus de logements apparaissent limitées dans un contexte où toutes les friches industrielles majeures ont été réaménagées. 

Ce phénomène ne s'observe pas dans l'ensemble des villes globales. Londres, Tokyo ou New York ne voyant par leur population diminuer. Des chiffres qui sont utilisés par certains politiciens pour faire valoir leur politique. En quoi ces comparaisons sont-elles erronées ?

Effectivement, comparaison n’est pas raison ! L’un des principaux problèmes rencontrés par les spécialistes dans les études comparatives entre les grandes agglomérations mondiales concerne la forte dépendance aux entités administratives, puisque les statistiques démographiques sont, en règle générale, principalement disponible à cette échelle. Or, selon l’histoire administrative de chaque pays, la superficie de la ville-centre est très variable, étant très élevée dans certains Etats du fait d’une politique de fusion des communes par le passé, alors que dans d’autres, à commencer par la France, cette superficie est très faible du fait d’une forte fragmentation communale. En conséquence, dans certains cas, la ville-centre ne représente qu’une faible partie de la population de l’agglomération (20 % à Paris en 2016), alors que dans d’autres, elle en constitue une part élevée (84 % à Londres en 2011). Il s’en suit que pour que les comparaisons aient un sens, il faudrait mettre en rapport l’évolution de la population de Paris intra-muros (105 km2) uniquement avec l’Inner London, de taille plus comparable (319 km2) que la municipalité de Londres (1572 km2), 15 fois plus grande ! Pour New York aussi, il est plus pertinent de comparer Paris à Manhattan (87 km2), le quartier central de l’agglomération, et non à la municipalité de New York. Il en va de même pour Tokyo, oùla comparaison ne devrait prendre en compte que la partie centrale de la commune.Cependant, si l’on utilise les chiffres aux échelles précédentes pour Londres et New York, on constatera que la population continue d’y augmenter ces dernières années même si c’est de manière moins vive qu’au niveau de la municipalité, alors qu’elle diminue à Paris intra-muros. Donc, si la comparaison à l’échelle communale est erronée à la base, il n’en demeure pas moins qu’à une échelle plus pertinente, Paris se situe en retrait sur le plan de l’évolution démographique par rapport aux villes globales concurrentes anglo-saxonnes.

Ce genre de raisonnement n'est-il pas la preuve d'une certaine manipulation de l'opinion ? 

Par définition, les politiques (mais c’est aussi valable pour d’autres métiers, y compris malheureusement chez certains chercheurs !) ont toujours utilisé les statistiques qui vont dans le sens de leur argumentaire sans trop se préoccuper de leur validité. Donc, si vous voulez montrer que Paris est peu dynamique sur le plan démographique, ce qui serait la preuve d’une perte d’attractivité par rapport à cette concurrente (un argumentaire erroné par ailleurs), il vous suffit de comparer les données statistiques de la commune de Paris (une population orientée à la baisse ces dernières années) avec celle d’autres municipalités de ville globale, où la population croît fortement, comme Londres. Pourquoi se fatiguer à faire des recherches statistiques plus poussées alors que vous avez trouvé facilement les données que vous souhaitiez mettre en avant. Il en va de même pour la question de la densité, où l’on entend souvent que Paris a la plus forte densité des ville-centres des pays développés, plus élevée que New York ou Tokyo, alors que si l’on effectue la comparaison à une échelle pertinente, c’est-à-dire par exemple avec Manhattan, l’information apparaît erronée puisque la densité y est de plus de 26 000 habitants par km2 en 2018 contre seulement un peu plus de 20 000 habitants par km2 à Paris en 2016 ! Il est aussi probable que la zone centrale de la municipalité de Tokyo affiche une densité supérieure à Paris intra-muros, certains quartiers centraux ayant plus de 30 000 habitants par km2. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
JG
- 12/02/2020 - 21:49
Je doute qu'avec une réelection de qui vous savez
Le nombre d'habitants de Paris intra-muros augmente !!