En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

03.

Franck Dubosc signe le pire score d'audience en prime-time de l'histoire de TF1

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Coronavirus : ces mesures prises ailleurs dont la France aurait grand besoin pour maîtriser une rentrée à risques

06.

Le Liban sous mandat français ? Peut-être, mais est-on sûr que Macron soit de taille ?

07.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

06.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

04.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

05.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

06.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

ça vient d'être publié
light > Insolite
"Photo souvenir"
Allemagne : il fait un doigt d’honneur à un radar, son amende est multipliée par 75
il y a 10 min 55 sec
pépites > Santé
Pouvoir d'achat
Covid-19 : le prix des masques devrait fortement baisser à la rentrée
il y a 1 heure 27 min
pépites > Politique
Bras de fer démocratique
Biélorussie : la candidate d'opposition Svetlana Tikhanovskaïa demande à Alexandre Loukachenko de céder le pouvoir
il y a 4 heures 33 min
pépites > Terrorisme
Investigations
Attaque au Niger : le parquet antiterroriste français ouvre une enquête pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste"
il y a 5 heures 37 min
décryptage > Santé
Anticipation

Coronavirus : ces mesures prises ailleurs dont la France aurait grand besoin pour maîtriser une rentrée à risques

il y a 7 heures 46 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Traité d’antidiplomatie

il y a 8 heures 23 min
décryptage > International
Retour vers le passé

Le Liban sous mandat français ? Peut-être, mais est-on sûr que Macron soit de taille ?

il y a 9 heures 6 min
décryptage > France
La ruée vers l'Ouest

Quel impact des canicules sur l’immobilier ?

il y a 9 heures 20 min
décryptage > Histoire
Atlantico Business

Les femmes qui ont changé le monde et le cours de l’Histoire. Aujourd’hui, Cléopâtre

il y a 9 heures 48 min
pépites > International
Drame
Niger : six touristes français et leurs deux guides tués par des hommes armés
il y a 1 jour 57 min
pépites > International
Violence de la catastrophe
Les explosions du port de Beyrouth ont formé un cratère de 43 mètres de profondeur
il y a 1 heure 4 min
light > Media
Loi sur la sécurité nationale
Hong Kong : la figure prodémocratique Jimmy Lai a été arrêtée, ses journaux perquisitionnés
il y a 3 heures 38 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

L'État, sauveur du jour, tueur du lendemain. Mr Darmanin est-ce l’image que vous voulez donner de votre mandat ?

il y a 4 heures 56 min
pépite vidéo > International
Liban
De nouveaux incidents à Beyrouth lors de manifestations, trois ministres ont démissionné
il y a 6 heures 6 min
décryptage > Economie
Baisse des prix

Le Covid-19 est déflationniste

il y a 8 heures 1 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Incognito, vraiment ? Pourquoi la navigation en mode privé ne correspond pas vraiment à ce que vous croyez
il y a 8 heures 44 min
décryptage > High-tech
Fake news

Vidéos trafiquées : les deepfakes deviennent de plus en plus faciles à produire et de plus en plus crédibles

il y a 9 heures 12 min
décryptage > Economie
Classement

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

il y a 9 heures 33 min
light > Media
Accident industriel
Franck Dubosc signe le pire score d'audience en prime-time de l'histoire de TF1
il y a 1 jour 44 min
pépites > France
Mais que fait la police ?
En moyenne, un maire ou un adjoint est agressé chaque jour en France
il y a 1 jour 2 heures
© FRED TANNEAU / AFP
© FRED TANNEAU / AFP
Protection

Panorama 2070 : ce qu’on sait faire, ce qu’on pourrait apprendre à faire et ce qu’on ne pourra pas faire pour gérer les impacts du dérèglement climatique

Publié le 11 février 2020
L'Agence européenne de l'Environnement a élaboré des projections climatiques alarmantes pour les cinquante années à venir et notamment pour la France en 2070. Que sait-on faire ou ne pas faire pour réduire la menace ?
Vanessa Balci
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Marina Bouyrie
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marina Bouyrie est ingénieure des travaux publics. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'Agence européenne de l'Environnement a élaboré des projections climatiques alarmantes pour les cinquante années à venir et notamment pour la France en 2070. Que sait-on faire ou ne pas faire pour réduire la menace ?

Atlantico.fr : Avec ces nouvelles prévisions catastrophiques envisagées pour l'Hexagone à l'horizon 2070, que savons-nous faire aujourd'hui pour protéger nos côtes ?

Marina Bouyrie : Aujourd’hui nous savons consolider nos digues et en construire de nouvelles, la plupart faites d’enrochements consolidées par du béton et du sable.

Si je m’appuie sur ce qui se fait plus concrètement sur mon périmètre du bassin d’Arcachon, il y deux types de projets d’envergures afin de lutter contre l’érosion chaque années :

- Ré-enrochement des digues du Cap Ferret

- ré-ensablement des plages et des dunes côté Pilat.

Cette dernière technique nécessitent des dragues gigantesques qui pompent plus de 150 000 m3 de sable dans les fonds du bassin pendant des semaines 7j/7 !

Ces travaux sont de véritables gouffres financiers pour les communes et ne peuvent être la solution puisqu’elles ne sont pas pérennes !

Ce que nous savons faire plus en adéquation avec la nature, est la végétalisation du cordon dunaire pour sa consolidation( comme par exemple sur nos plages landaises et girondines), ainsi que la protection et le maintien de cette flore.

Cette capacité de protection présente pourtant certaines limites. Que peut-on encore apprendre à faire?

Vanessa Balci : L'expression "apprendre à faire" est inspirante, car c'est la clé : s'affranchir de ce qui s'impose à nous comme un modèle indépassable, retrouver une liberté de créer et réinventer un mode d'organisation et de vie en société fondé sur des gestes d'abord individuels au quotidien, et des règles collectives débattues et délibérées en assemblée. J'ai confiance en notre volonté pour sortir de cette impasse civilisationnelle qui n'est pas si ancienne. Ca dépend où on met le curseur à 1980, 1929 ou 1870... mais c'est rattrapable si on se donne les moyens et les bonnes finalités. 
 
Protéger nos côtes exige d'entendre, écouter et participer à cette médiation scientifique pour diffuser la connaissance des enjeux et éveiller les consciences environnementales.

Il est nécessaire de soutenir la recherche et un service public fondamental comme le CNRS et des institutions méconnues comme le BRGM, le CEREMA qui sont nos sentinelles scientifiques sur l'étude du trait de côte. Mais aussi tout le travail de l'OCA, et celui si précieux du Conservatoire du Littoral pour sanctuariser un maximum de zones vulnérables. Et nous donner les moyens d'agir activement , par eux, sur cette protection, pour que ça ne reste pas qu'un trait théorique sur une carte. Je propose donc une surtaxe progressive sur le patrimoine secondaire des 1% qui phagocytent le littoral avec leur villa vue sur la mer.

Protéger nos côtes exige de nous un changement de culture profond, qui ne soit plus dans un rapport d'opposition à la nature, mais dans un rapport mutuellement pérenne.

Ce changement doit intégrer notre interdépendance avec la nature.

Protéger les côtes, c'est : contenir la montée des eaux, et donc contenir le réchauffement climatique, et donc contenir nos émissions carbone - CO2 de nos habitats, transports, activités, CH4 méthane de nos ruminants qui débordent de nos assiettes. 

C'est révolutionner l'agriculture qui draine ses herbicides et pesticides dans l'océan, où azote et nitrates privent d'oxygène des centaines de zones où la vie a disparu.

C'est révoir le modèle industriel et éco-concevoir tout objet dans le respect des ressources, des usages et sans solvants qui empoisonnent un peu plus tout le monde vivant, (et asservit une bonne partie de notre espèce au passage, réduite au rang de "ressources humaines" consommables, jetables, interchangeables). 

C'est réguler le capital et financer les énergies renouvelables et non polluantes, car la consommation d'énergies fossiles menace tout le vivant.

"Réensauvager" nos cotes n'a rien à voir avec une démarche extrémiste verte survivaliste. Il s'agit de dépasser nos contradictions individuelles et collectives, tous tiraillés que nous sommes entre nos aspirations à long terme et les contigences de notre survie immédiate, pour acter la révolution écologique. 

Il est des catastrophes naturelles devant lesquelles nous restons impuissants. Quelles sont-elles et pourquoi ne pouvons nous rien faire?

Vanessa Balci : Nous sommes en proie à l'akrasie, à cette furieuse impuissance de la volonté. Nous savons ce qu'il faut faire, mais nous échouons à mobiliser les forces d'action. 

Alors pour ne pas céder à la sidération qui tétanise, je continue sans relâche à étudier pour mieux les comprendre les enjeux globaux et leurs interconnections, pour les relier à mes gestes. Et pour nos côtes sableuses d'Aquitaine, ça se traduit très concrètement par : je ne piétine pas la dune et emprunte les sentiers ONF, je n'écrase pas la végétation plantée là par l'homme pour consolider la dune, je ne ramasse pas le bois flotté qui contribue avec la laisse de mer naturelle à fixer le pied de dune, je co-voiture (parce que Bordeaux est à 60km de la côte), sinon en ville je pédale, je mange le moins impactant possible pour la régénération de nos ressources vitales, je m'engage dans le milieu associatif et citoyen pour partager et profiter d'autres forces d'émulation, je change de banque, je n'achète pas de maison au bord de la mer. Zoomer à ma petite échelle humaine pour mettre en oeuvre le changement que je voudrais pour le monde (Gandhi), ou comme on dit maintenant penser global, agir local me permet d'atteindre des victoires (aussi modestes et insignifiantes soient-elles), et par ricochet ma mobilisation se nourrit de l'énergie de ces victoires. Chaque jour, je me défie de faire mieux que la veille, et je vise de faire encore mieux le lendemain. Car je le dois à mes enfants. Leur intérêt et le nôtre à tous m'encourage à chaque instant. Je veux compter pour eux et non pas sur eux

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 12/02/2020 - 15:46
Vanessa et Marina....
Après mademoiselle Martin et mademoiselle Chloé (ah le bon temps où il y avait Tristane Banon !)voila nos deux donzelles qui, entre l'achat d'une botte d'orties sans OGM sur le marché du 10 eme et d'un slip en racines de quinoa recyclé au Tati-bio viennent déverser leurs menstrues parfumées à la moraline....C'est dans l'ImMonde ou Limerdation que de tels talents doivent s'exprimer! Elles y obtiendront le prix Yann Moix récompensant la meilleure bécasse lanceuse d'alerte!!!!
J'espère qu'Atlantico va leur remettre une copie des commentaires! avec ça elles ont le bac avec mention
moneo
- 11/02/2020 - 22:10
Quelques rappels historiques
vu les 600 mots je suis obligé de mettre un lien j'espère que ca passera https://leblogdemarieroca.wordpress.com/2019/07/30/canicule-secheresse-on-a-connu-bien-pire-bien-avant-lere-industrielle/
Anouman
- 11/02/2020 - 19:16
Montée des eaux
Si la mer monte sérieusement d'ici 2070 (je dis si) ceux qui sont trop près de la mer ont 50 ans pour s'en éloigner et ceux qui sont juste à proximité, 50 ans à attendre pour espérer faire une plus-value.