En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

04.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

07.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

05.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

06.

Collaboration secrète avec la NSA : le scandale qui ébranle le Danemark (et devrait inquiéter l’Europe)

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 27 min 35 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 3 heures 8 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 4 heures 15 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 4 heures 51 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 6 heures 20 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 6 heures 47 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 7 heures 31 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 7 heures 54 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 8 heures 2 min
décryptage > Economie
Espoir dans la lutte contre le virus

Vaccins contre Covid-19

il y a 8 heures 14 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 2 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 3 heures 29 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 4 heures 36 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 5 heures 40 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 6 heures 33 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 6 heures 58 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 7 heures 37 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 8 heures 1 min
décryptage > Environnement
On tremble

Un nouveau délit va être créé : celui "d'écocide"

il y a 8 heures 9 min
décryptage > Politique
Education nationale

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

il y a 8 heures 31 min
© ludovic MARIN / POOL / AFP
© ludovic MARIN / POOL / AFP
Bonnes feuilles

Start-up nation : le pari d’avenir d’Emmanuel Macron pour la France

Publié le 08 février 2020
Michel Turin publie "Start-up mania" chez Calmann-Lévy. En France, les start-up sont devenues l’objet d’un véritable culte. Elles font rêver les jeunes diplômés comme les investisseurs en tous genres… et les hommes politiques. Vous avez aimé l’éclatement de la bulle de l’internet en 2000 ? Vous allez adorer celle des start-ups ! Extrait 1/2.
Michel Turin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Turin a été dix ans journaliste aux Échos, et chroniqueur économique à Radio Classique. Il est l’auteur de La Planète Bourse (« Découvertes Gallimard », 1993), Le Grand Divorce – Pourquoi les Français haïssent leur économie (Calmann- Lévy, 2006),...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Turin publie "Start-up mania" chez Calmann-Lévy. En France, les start-up sont devenues l’objet d’un véritable culte. Elles font rêver les jeunes diplômés comme les investisseurs en tous genres… et les hommes politiques. Vous avez aimé l’éclatement de la bulle de l’internet en 2000 ? Vous allez adorer celle des start-ups ! Extrait 1/2.

« Une start-up nation est une nation où chacun pourra se dire qu’il pourra créer une start-up. Je veux que la France en soit une. » Les propos tenus le 13 avril 2017 au deuxième Sommet des start-up organisé par le magazine Challenges au palais Brongniart (l’ancienne Bourse de Paris) par Emmanuel Macron, et qu’il répétera en boucle, ne pèchent pas par leur pusillanimité. Il tiendra des propos encore plus enflammés quelques semaines plus tard, le 15 juin 2017, à l’occasion de Viva Tech, à la porte de Versailles à Paris, le grand salon professionnel de la Tech, notre équivalent du Consumer Electronics Show (CES) qui se tient à Las Vegas, dans le Nevada, la grande messe mondiale des start-up : « La France est un pays d’entrepreneurs. C’est un pays de start-up. Mais je veux qu’il devienne aussi un pays de licornes, de grands groupes nouveaux, le pays des géants de demain. Je veux que la France soit une nation qui pense et bouge comme une start-up. » 

La France macronienne célèbre l’avènement de la start-up nation. Le macronisme a fait du numérique une arme politique. La rupture numérique accrédite l’idée qu’un autre monde a déjà succédé à l’ancien, ou qu’il s’apprête à le faire. 

La start-up nation est un merveilleux élément de langage au service de la communication officielle. L’entrepreneur version digitale est magnifié par l’appareil d’État. Emmanuel Macron a déjà largement participé à la mythologie de la start-up, avant même de remporter l’élection présidentielle le 14 mai 2017. Déjà comme secrétaire général adjoint de la présidence de la République à partir de 2012 après l’élection de François Hollande, puis comme ministre de l’Économie à partir d’août 2014, il n’a cessé de glorifier la French Tech. Quand il était à Bercy, Emmanuel Macron, arborant une barbe de trois jours, avait fait le déplacement à Las Vegas pour se rendre au Consumer Electronics Show (CES). Sa première visite à la grande convention annuelle mondiale des start-up devait d’ailleurs provoquer par la suite quelques remous. L’organisation de la grande soirée French Tech Night à laquelle étaient invités les entrepreneurs français exposant au CES avait été confiée au grand groupe français de conseil en communication Havas sans appel d’offres – ce qui dérogerait a priori aux règles de passation des contrats publics – par Business France, une structure publique qui accompagne les entreprises françaises à l’international.

Emmanuel Macron n’est pas le seul haut dirigeant français à avoir arpenté les allées du Consumer Electronics Show. François Fillon, alors en campagne pour l’élection présidentielle après avoir triomphé à la primaire de la droite et du centre, s’y est rendu début 2017. Le candidat pas encore malheureux des Républicains était persuadé d’avoir trouvé ainsi le meilleur moyen d’incarner la modernité. Le personnel politique français a toujours eu l’habitude de se presser au Salon de l’agriculture où il caresse le cul des vaches, exercice dans lequel excellait Jacques Chirac. Maintenant il passe aussi la main dans le dos des fondateurs de start-up dans les salons de l’électronique. Début 2019, en revanche, aucun ministre de la start-up nation n’a pris l’avion pour Las Vegas. Les Gilets jaunes n’ont jamais bloqué les tarmacs, mais les membres du gouvernement ont préféré s’abstenir. Le ministre de l’Économie, le secrétaire d’État au Numérique, la présidente de la région Île-de-France, celui de la région Nouvelle-Aquitaine et beaucoup d’autres avaient prévu de s’y montrer, mais ils y ont finalement renoncé. 

Emmanuel Macron a toujours été accro à la French Tech. Il n’a pas manqué de s’afficher le 29 juin 2017 aux côtés du maître des lieux, Xavier Niel, et de quelques autres geeks à succès, à l’inauguration de Station F, près de la gare d’Austerlitz à Paris. Le parrain de la Tech française est d’ailleurs très reconnaissant envers le président de la République de  l’intérêt que celui-ci porte à l’écosystème, et il ne laisse pas passer la moindre occasion de renouveler le compliment. Pour lui, « Emmanuel Macron symbolise à merveille la start-up nation que nous voulons être ». Alors que les Gilets jaunes avaient saccagé cinq jours plus tôt l’arc de Triomphe, et que le président de la République vivait depuis reclus au palais de l’Élysée, il sortit le jeudi 6 décembre 2018 sur le perron du « château » pour accueillir à bras ouverts John Chambers, l’ancien PDG du groupe informatique américain Cisco, devenu ambassadeur de la French Tech à l’international, accompagné d’une quarantaine de capital-risqueurs et d’investisseurs venus découvrir l’écosystème français. Toujours très attentionné, Emmanuel Macron a reçu en personnes 80 dirigeants de la Tech mondiale à l’occasion du sommet Tech for Good organisé à la mi-mai 2019 à l’Élysée. C’est dire la passion que le président de la République voue à la Tech, une passion telle qu’il est le seul à être capable d’utiliser trois fois dans la même phrase les mots « French Tech », comme devait le faire remarquer l’irrévérencieux Yann Barthès dans sa très divertissante émission sur TMC, « Quotidien ». C’était à l’occasion du lancement à l’Élysée, le mardi 17 septembre 2019, du French Digital Day, la conférence internationale de l’écosystème French Tech qui se déroulait le lendemain au musée des Arts forains à Paris. Tournez manège ! 

Emmanuel Macron devait d’ailleurs annoncer au cours de la soirée, où il n’a pas craint les répétitions, qu’il avait réussi à convaincre les banquiers et les assureurs français d’investir 5 milliards d’euros au cours des trois prochaines années dans des fonds d’investissement français spécialisés dans la technologie, pour soutenir les start-up tricolores et les aider à se transformer en licornes. N’est-ce pas un de ses prédécesseurs aux hautes fonctions qu’il occupe, Jacques Chirac pour ne pas le (re)nommer, qui avait rendu célèbre la formule si française : « Les promesses n’engagent que ceux qui les reçoivent » ? 

Emmanuel Macron est en immersion complète dans l’écosystème des start-up. 

Il a utilisé les services d’une start-up de stratégie électorale, Liegey Muller Pons, pour organiser la Grande Marche qui l’a mené jusqu’à l’Élysée. Les trois fondateurs qui ont donné leur nom à la start-up s’étaient inspirés des modes opératoires sur les bases desquelles Barack Obama avait construit sa première campagne électorale. La start-up croise les données du ministère de l’Intérieur, les résultats des scrutins depuis quinze ans des 60 000 bureaux de vote et les données des recensements de l’Insee (riches d’enseignements sociodémographiques : âge, sexe, revenu, situation familiale, etc.). Les « Marcheurs », munis de cartographies extrêmement précises, n’avaient plus qu’à pousser les portes des immeubles des quartiers sélectionnés pour essayer de convaincre les indécis repérés de voter en faveur de leur candidat. Les services de Liegey Muller Pons, la start-up qui fait les présidents, sont très demandés par le personnel politique, aussi bien en France qu’à l’étranger. Le mouvement En Marche, l’instrument de l’accession au pouvoir d’Emmanuel Macron, a été lui-même géré depuis son camp de base, rue de l’Abbé-Groult dans le 15e arrondissement à Paris, comme une start-up. Mais il y a mieux encore. Emmanuel Macron, s’il ne s’était pas présenté à l’élection présidentielle, ferait aujourd’hui partie intégrante de l’écosystème. Il avait formé le projet très sérieux de monter un edtech, une start-up dans le secteur de l’éducation, avec deux de ses proches. 

Tellement proches que l’un, Julien Denormandie, est devenu ministre auprès de la ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, chargé de la Ville et du Logement, et que l’autre, Ismaël Emelien, sera promu conseiller spécial du président de la République. Emmanuel Macron était allé assez loin dans sa démarche de futur fondateur de start-up. Il avait rencontré à l’été 2014 un certain nombre d’interlocuteurs dans les milieux universitaires et dans celui des start-up. Xavier Niel aurait, paraît-il, été prêt à l’aider dans son entreprise, ce qui explique l’admiration que se portent les deux hommes. Le business plan était le suivant : « Porter un outil numérique pour aider les enfants, notamment les collégiens, à mieux apprendre », comme devait le préciser quelques années plus tard Julien Denormandie au détour d’une interview consacrée à tout autre chose. Emmanuel Macron avait promis à son épouse Brigitte quelques années plus tôt qu’il abandonnerait la vie politique et qu’il deviendrait entrepreneur. Il a fait allusion à son projet d’edtech à l’occasion de l’inauguration de Station F. « Je lui avais dit que je serais un entrepreneur », rappela-t-il ce jour-là, ajoutant : « C’est vrai et Xavier Niel peut en témoigner. » Emmanuel Macron a failli créer une start-up. Il a finalement préféré créer une start-up nation. Il aurait peut-être rencontré moins de difficultés dans sa première entreprise que dans la seconde. 

L’ambition démesurée, affichée dès le départ par le plus jeune chef d’État que la France ait connu depuis Louis Napoléon Bonaparte, est de faire de la France une start-up nation, à l’image des États-Unis ou d’Israël. Mais la French Tech ne boxe pas dans la même catégorie que la Tech américaine ou que la Tech israélienne. Les États-Unis, n’en parlons pas… Ils ont creusé un fossé avec le reste du monde dans ce domaine comme dans d’autres. La domination de la Tech américaine est écrasante. La Californie, lieu de résidence habituel des grandes entreprises de la Tech américaine, se classe par le produit intérieur brut (PIB), la richesse produite, au sixième rang dans le monde devant la France. Le marché du capital innovation français dans son ensemble n’a mobilisé qu’environ 2,5 milliards de dollars en 2016, alors qu’une seule start-up américaine, Uber, le numéro un mondial des VTC (le service de véhicules de transport avec chauffeur), a levé à elle seule près de 8 milliards de dollars en quatre ans. La Silicon Valley accueille plus d’un quart des investissements mondiaux dans la technologie. Aux États-Unis, la plupart des innovations des GAFA sont issues de la recherche publique. L’État et les universités se situent en amont du processus d’innovation et de recherche fondamentale et laissent les entreprises privées se charger par la suite de la recherche appliquée. Les start-up françaises ne disposent pas de bases arrière aussi solides que celles-là. En France, les chercheurs entretiennent beaucoup moins de relations avec les entreprises qu’aux États-Unis. La Silicon Valley a pu s’appuyer sur les grandes universités et les laboratoires de recherche. Le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) a organisé, début octobre  2018 à Paris –  une première –, une journée consacrée aux start-up  incubées par des laboratoires évoluant dans son univers. Le président du plus grand organisme de recherche scientifique français, Antoine Petit, a saisi cette occasion pour attirer l’attention sur l’absence de passerelles en France entre les deux mondes, celui des entrepreneurs et celui des chercheurs, citant le bon exemple des États-Unis, où « de nombreux chercheurs passent la moitié de la semaine dans une entreprise et l’autre en laboratoire ». En France, les chercheurs qui ont contribué au succès d’une entreprise n’en tirent aucun bénéfice, que ce soit quand ils demandent des financements pour leurs travaux de recherche ou pour leur progression de carrière. La diffusion de l’innovation y est beaucoup plus lente qu’aux États-Unis, et elle s’y développe beaucoup moins vite. D’après le baromètre EY, un des plus importants cabinets d’audit et de conseil au monde, l’ensemble des start-up françaises avait levé 759 millions d’euros de capitaux au premier trimestre 2015, alors qu’aux États-Unis, Airbnb en avait levé à lui seul deux fois plus. On ne joue décidément pas dans la même cour. 

La French Tech souffre d’un handicap quasi insurmontable par rapport à la Tech américaine. Comme le déplore Frédéric Mazzella, « pendant que les Américains courent un 100  mètres, nous, on court un 110 mètres avec 27 haies ». Le fondateur et P-DG du leader mondial du covoiturage BlaBlaCar est coprésident de l’association France Digitale et défend à ce titre les intérêts de 1 400 start-up et 100 investisseurs en France et en Europe. Frédéric Mazzella appelle de ses vœux un « cadre fiscal unifié en Europe » : il mettrait les start-up européennes sur un pied d’égalité fiscale avec les start-up américaines.

Extrait du livre de Michel Turin, "Start-up mania, la french tech à l'épreuve des faits", publié chez Calmann-Lévy

Lien vers la boutique Amazon : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 08/02/2020 - 13:41
Le grand saut en avant !
mais peut-on prendre assez d'élan quand on a laissé pourrir le tremplin ? Le saut de l'ange de Macron...
COUKOUCéMOI
- 08/02/2020 - 11:38
Et les "start down" ?
Nonobstant que le "tout connecté", fluid'startupien !!! est la garantie de la dépendance et de la soumission des peuples au profit d'une minorité microcosmique, l'avenir n'est plus dans le pré ! Cependant, reste à parler des "start down", ce qui équilibrerait l'enthousiasme stratupien devenu LE dogme !