En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

04.

Coronavirus : Italie, Corée du Sud et contaminations non détectées, la France se prépare-t-elle assez à une potentielle pandémie ?

05.

Yassine Belattar trouve que Jean Messiha a "une tête de chameau". Et SOS racisme applaudit !

06.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

07.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Coronavirus : Italie, Corée du Sud et contaminations non détectées, la France se prépare-t-elle assez à une potentielle pandémie ?

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

ça vient d'être publié
light > Culture
Généreux donateurs
Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause
il y a 30 min 25 sec
light > Culture
"Lucky 7"
Justin Bieber a détrôné le record d'Elvis Presley sur le marché musical américain avec son septième album numéro un des charts
il y a 3 heures 44 min
pépites > Santé
Multiplication de cas
Selon l'OMS, le monde doit se préparer à une "éventuelle pandémie"
il y a 4 heures 57 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture fonce sur la foule lors d'un carnaval de la ville de Volkmarsen
il y a 6 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le chemin de la Garenne" de Michel Onfray : pèlerinage lucide et sombre sur le chemin de l’enfance

il y a 7 heures 37 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Le centre ? Quel centre ? Le socialisme gagne les USA et le centre quitte la vie politique mondiale. Pourquoi ?

il y a 9 heures 7 min
pépite vidéo > Europe
Zones d'ombre
Inquiétudes en Europe : comment le coronavirus a-t-il pu arriver en Italie si rapidement ?
il y a 10 heures 38 min
décryptage > Politique
Qu'est-ce qu'on se marre avec lui…

Yassine Belattar trouve que Jean Messiha a "une tête de chameau". Et SOS racisme applaudit !

il y a 11 heures 45 min
décryptage > Santé
Lutte contre le Covid-19

Coronavirus : Italie, Corée du Sud et contaminations non détectées, la France se prépare-t-elle assez à une potentielle pandémie ?

il y a 12 heures 17 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Et si le principal obstacle sur la route des voitures autonomes était… la neige et la pluie ?
il y a 13 heures 7 min
light > France
Liberté religieuse
Asia Bibi va être reçue par Emmanuel Macron vendredi 28 février dans le cadre de sa demande d'asile
il y a 1 heure 25 min
light > Justice
Conséquences judiciaires de la vague #MeToo
Harvey Weinstein a été reconnu coupable à New York d'agression sexuelle et de viol
il y a 4 heures 25 min
light > Media
Disparition d'une grande figure des médias
Mort d'Hervé Bourges à l'âge de 86 ans
il y a 5 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Mégère apprivoisée" de William Shakespeare : féministe ou pas, telle est la question !

il y a 7 heures 28 min
pépites > Justice
Renvoi
Grève des avocats : le procès de François Fillon et de son épouse Penelope est renvoyé au mercredi 26 février
il y a 7 heures 55 min
pépites > Justice
Terrorisme
Nicole Belloubet révèle qu'une quarantaine de djihadistes vont sortir de prison en 2020 et près de 300 d'ici 2023
il y a 9 heures 22 min
décryptage > Economie
Diplomatie

L'euro au plus bas par rapport au dollar : pourquoi, jusqu’où ?

il y a 11 heures 29 min
décryptage > Economie
Disraeli Scanner

La République une et indivisible d’Emmanuel Todd

il y a 12 heures 2 min
décryptage > Terrorisme
Etat islamique

Vous pensiez Daesh battu ? Revoyez votre copie

il y a 12 heures 46 min
décryptage > Politique
Leçons

Le Fillonisme, ce deuil non accompli qui revient hanter la droite

il y a 13 heures 18 min
© JENS SCHLUETER / AFP
© JENS SCHLUETER / AFP
Séisme

Thuringe : tempête politique en Allemagne après l'élection et la démission du libéral-démocrate Thomas Kemmerich grâce aux voix de la CDU et de l'AfD

Publié le 07 février 2020
La crise politique en Allemagne, suite à l'élection - grâce aux voix de l'AfD et de la CDU - et après la démission soudaine de Thomas Kemmerich de la région de Thuringe, devrait laisser des traces sur le paysage politique allemand.
Jérôme Vaillant est professeur émérite de civilisation allemande à l'Université de Lille et directeur de la revue Allemagne d'aujourdhui. Il a récemment publié avec Hans Stark "Les relations franco-allemandes: vers un nouveau traité de l'Elysée" dans le...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Vaillant
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Vaillant est professeur émérite de civilisation allemande à l'Université de Lille et directeur de la revue Allemagne d'aujourdhui. Il a récemment publié avec Hans Stark "Les relations franco-allemandes: vers un nouveau traité de l'Elysée" dans le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La crise politique en Allemagne, suite à l'élection - grâce aux voix de l'AfD et de la CDU - et après la démission soudaine de Thomas Kemmerich de la région de Thuringe, devrait laisser des traces sur le paysage politique allemand.

Atlantico.fr : Le candidat libéral du FDP Thomas Kemmerich a été élu ministre-président du Land de Thuringe avec les voix de la CDU, mais aussi de l'AfD, parti d'extrême-droite allemand, une première depuis la fin de la Seconde guerre mondiale. Suite à cette situation, la CDU a appelé mercredi 5 Février à de nouvelles élections. Vingt-quatre heures après avoir été élu à la présidence de la Thuringe, Thomas Kemmerich a annoncé sa démission.  Cette crise politique pourrait laisser des traces en Allemagne.  

Quelle est la situation actuelle en Thuringe ? Quelles sont les ramifications de cette élection ?

Jérôme Vaillant : Il convient de resituer cette mascarade politique dans le contexte des élections régionales qui ont eu lieu en Thuringe le 27 octobre 2019, qui n’ont pas dégagé de majorité politique opérationnelle claire. La Thuringe était gouvernée depuis 2014 par un gouvernement de coalition rassemblant autour de Die Linke (La Gauche) les sociaux-démocrates et les Verts.  C’était le premier gouvernement régional ayant à sa tête, en la personne de Bodo Ramelow, un représentant de Die Linke, ce qui n’était possible que dans un Land de l’ancienne RDA. La majorité d’une voix dont disposait cette coalition était fragile mais Bodo Ramelow, en pratiquant une politique social-démocrate classique avait su l’établir dans le paysage politique allemand. Il a d’ailleurs dirigé la liste présentée par Die Linke aux élections régionales sans se référer nommément à son parti et centré sa campagne sur son bilan et sa personne. Cela lui a valu un succès personnel puisque Die Linke a gagné 2,8 points et réalisé le score inégalé en Allemagne de l’Est comme de l’Ouest de 31% des voix. Cela ne suffit pourtant pas à assurer à son gouvernement la majorité vu que le SPD perdait 4,2 points et que les Verts, 0,5 point, les deux partis réalisant des scores mitigés de respectivement 8,2% et 5,2%. Au Landtag d’Erfurt, la coalition sortante totalisait 42 sièges, 4 de moins que la majorité absolue alors que CDU, FDP et AfD représentaient arithmétiquement parlant 48 sièges dont 22 sièges à l’AfD, 21 à la  CDU et 4 au FDP Cela ne constituait pas pour autant une majorité politique opérationnelle, CDU et FDP s’étant donné pour ligne de conduite de ne pas entrer dans une coalition avec l’AfD. 

Après avoir négocié un contrat de gouvernement minoritaire avec ses partenaires du SPD et des Verts, Bodo Ramelow s’est présenté à l’élection du ministre-président devant le Landtag d’Erfurt le 5 février. Auparavant la CDU de Thuringe, dirigée par Mike Möhring, a successivement envisagé de tolérer ou simplement de soutenir le gouvernement Ramelow dans le cadre de ce qu’il appelait un « projet ». Elle a été régulièrement rappelée à l’ordre par la centrale berlinoise qui mettait en avant la nécessité de respecter l’incompatibilité de toute alliance aussi bien avec Die Linke qu’avec l’AfD.

C’est dans ce contexte que l’AfD, dirigée par Björn Höcke, voit l’opportunité de manipuler voire piéger la CDU et le FDP dans le but d’apporter la démonstration qu’en Thuringe il n’est pas de gouvernement possible sans elle. Passons sur les détails tactiques. Le FDP décide de présenter son propre candidat, Thomas Kemmerich, si l’AfD maintient le sien au 3e tour quand la majorité simple suffit. L’AfD a en effet présenté dès le premier tour son propre candidat en la personne d’un certain Christoph Kindervater, parfaitement inconnu et n’appartenant pas au Landtag d’Erfurt. Finalement, au 3e tour, Th. Kemmerich recueille 45 voix contre 44 à Bodo Ramelow. Il est élu avec les voix du FDP, de la CDU et de l’AfD. Le vote certes est secret mais une chose au moins est certaine c’est que Kindervater n’obtient alors aucune voix de l’AfD.  Dans la foulée, Th. Kemmerich accepte son élection et remercie le leader de l’AfD, Björn Höcke. Et c’est ce qui provoque un tollé général dans la classe politique allemande autant que thuringeoise. Elu avec les voix de l’AfD, Th. Kemmerich aurait pu refuser son élection et ne pas accepter les félicitations de B. Höcke. Si l’AfD hésite aujourd’hui entre recherche de respectabilité pour apparaître capable de gouverner et radicalité extrémiste par conviction idéologique et souci d’épuiser un potentiel estimé entre 10 et 20% de l’électorat, B. Höcke est le représentant phare de son aile la plus extrémiste quand il se déclare favorable à l’homogénéisation ethnique de l’Allemagne et de l’Europe et pratique une rhétorique qui rappelle celle de Hitler. 

Angela Merkel - qui a toujours soigné son image et clamé son opposition à l'extrême-droite - a-t-elle ouvert une brèche pour les nationalistes ? Était-ce voulu ? L'Allemagne peut-elle se retrouver à l'avenir avec un gouvernement où figurent des personnalités ouvertement d'extrême-droite ?

Angela Merkel n’a certainement pas voulu ce qui vient de se passer en Thuringe que, de Prétoria où elle séjournait, elle a qualifié d’« impardonnable. » Elle appelle à de nouvelles élections pour sortir de ce que de nombreux commentateurs politiques, de la droite à la gauche, en Allemagne estime être un « sale pétrin » (FAZ). Soupçonner la chancelière de se retrouver un jour dans un gouvernement auquel participerait l’AfD n’est fondé sur rien. C’est le résultat d’une psychose dont on raffole en France quand l’extrême droite pointe son nez en Allemagne. C’est aussi ne pas voir que les relations entre centrale et fédérations régionales ne sont pas aussi pyramidales qu’en France, elles sont toujours l’objet d’échanges entre les deux niveaux et le niveau régional tient bien souvent à marquer sa différence par rapport à Berlin.

Un élément à ne pas négliger dans l’analyse est la persistance des schémas généraux que les partis politiques génèrent eux-mêmes, en particulier la théorie des extrêmes qui, quand ils prennent trop d’importance,  empêchent au centre politique de s’affirmer. C’est ce qui a conduit la CDU berlinoise à interdire toute forme de soutien par Mike Möhring à un nouveau gouvernement Ramelow à Erfurt, Die Linke représentant le pendant extrémiste de gauche alors que l’ancien président fédéral Joachim Gaucke attirait l’attention sur le fait que Bodo Ramelow était au fond un social-démocrate bon teint. Les circonstances ont finalement conduit la CDU thuringeoise à lui « préférer » l’extrémisme de droite ! 

La question de savoir ce qui a été voulu ou pas se pose différemment dès que l’on quitte le niveau fédéral pour se reporter en Thuringe. Mike Möhring n’avait pas exclu en 2014 une possible alliance avec l’AfD pour empêcher l’élection de Bodo Ramelow, son parti l’a à nouveau sollicité en 2020 pour envisager une alliance avec elle. Le moindre que l’on puisse dire c’est qu’à force de louvoiements il est en train de perdre sa crédibilité. La réaction de Thomas Kemmerich est sans doute celle qui interpelle le plus : comment envisage-t-il de gouverner alors qu’il est certes élu ministre-président mais n’a pas de majorité autonome sauf à dépendre de l’AfD (22 sièges contre 4 au FDP et 21 à la CDU, pour mémoire), il n’a pas non plus de programme de gouvernement. De nombreuses personnalités du FDP et de la CDU lui donnent des conseils mais ceux-ci sont vite dépassés par les événements puisque il ne parviendra pas à débaucher le SPD et les Verts qui lui ont déjà opposé une fin de non-recevoir. Ensemble CDU et FDP ne représentent que 25 voix, ce qui est très peu pour un gouvernement minoritaire.

CDU, FDP ont pactisé avec l’AfD pour faire tomber Bodo Ramelow sans avoir d’alternative politique crédible à proposer.  Ils ne pouvaient ignorer lors du 3e tour de scrutin que le risque existait que l’AfD abandonne son candidat fantoche et reporte toutes ses voix sur le candidat du FDP. Aussi bien les choses devraient-elles évoluer dans le sens d’élections anticipées à la suite d’une dissolution du parlement d’Erfurt par une majorité qui comprendra au moins une partie des voix des élus chrétiens-démocrates, ce qui ne sera peut-être possible qu’à la suite d’un travail de persuasion entre députés thuringeois et entre eux et les responsables de la CDU à Berlin.

Cet appel pour de nouvelles élections en Thuringe peut-il avoir un "effet Brexit" ou un "effet Maastricht 2005" et accentuer la défiance des citoyens envers les politiques ? Cet appel est-il démocratique ?

Je ne saurais dire ce qu’une nouvelle campagne électorale pourra avoir pour effet sur l’évolution de l’électorat de Thuringe en particulier et de l’Allemagne dans son ensemble. La Thuringe reste un land peuplé de 2,3 millions d’habitants, c’est donc un petit Land plus représentatif de l’Allemagne de l’Est que de celle de l’Ouest. Des exemples passés montrent qu’un scrutin anticipé amplifie plutôt qu’il ne modère les résultats du précédent scrutin. Mais il n’y a pas de règle qui soit applicable. 

L’appel à de nouvelles élections est en tous cas tout ce qu’il y a de plus démocratique. C’est un instrument de la vie politique fort encadré en Allemagne qui porte sur des élections parlementaires  et non pas sur un référendum. 

Je serais plutôt tenté de dire que l’élection du ministre-président en Thuringe est le résultat d’un vote faussé par une manipulation qui a consisté pour l’AfD à présenter en la personne de Ch Kindervater un candidat pour le laisser ensuite tomber dans le but avoué de piéger la CDU et le FDP. Ceux-ci, certes, ne sont pas tombés dans le piège en toute innocence parce qu’ils poursuivaient tous l’objectif premier de faire tomber B. Ramelow sans mesurer pleinement les conséquences de leurs actes. C’est la preuve d’un amateurisme irresponsable ou alors d’un machiavélisme non assumé. Chrétiens-démocrates et libéraux n’ont pas eu en Thuringe les réflexes démocratiques que l’on pouvait attendre d’eux face à l’extrême droite.

Pour conclure, il convient encore de rappeler que jusqu’à maintenant la fragmentation du paysage politique allemand avec désormais six partis en concurrence (CDU-CSU, SPD, Verts, FD, Linke et AfD), a certes rendu la formation de coalitions de gouvernement plus difficiles – la formation de l’actuel gouvernement Merkel en est une bonne illustration - mais n’avait pas empêché jusqu’à maintenant les négociations entre partis démocratiques d’aboutir. Si l’élection de Th. Kemmerich est un événement, c’est seulement en ce sens que l’AfD, qui se voit comme son allié potentiel, veut obliger la CDU-CSU de prendre en compte les rapports de force arithmétiques au-delà de toute raison politique. Le rejet à l’égard de l’AfD est aujourd’hui aussi fort qu’hier. 

Preuve s’il en fallait une de la vigueur des protestations contre son élection avec les voix de l’AfD, Thomas Kemmerich a démissionné de son poste fraichement acquis de ministre--président ce 6 février. Le groupe parlementaire libéral demande la dissolution du parlement.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

04.

Coronavirus : Italie, Corée du Sud et contaminations non détectées, la France se prépare-t-elle assez à une potentielle pandémie ?

05.

Yassine Belattar trouve que Jean Messiha a "une tête de chameau". Et SOS racisme applaudit !

06.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

07.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Coronavirus : Italie, Corée du Sud et contaminations non détectées, la France se prépare-t-elle assez à une potentielle pandémie ?

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hoche38
- 07/02/2020 - 11:30
Équivalence?
L'AfD en Allemagne est en gros dans la situation du Front national en France il y a vingt ans.